Administrateurs, migrants sous contrat, empires

Au commencement était un désir d’écrire, ou du moins de réagir à ce qui était déjà écrit et qui venait d’être lu. Initialement, il y avait aussi des doutes, des interrogations sur la place de l’écriture chez le jeune chercheur en dehors des exercices académiques les plus classiques et les plus reconnus : articles, compte-rendus, propositions de communication, communications à des journées d’étude ou conférences, argumentaires pour préparer ces mêmes journées d’étude ou conférences, manuscrit de la thèse, etc.

Plutôt que de longuement réfléchir à cette question, j’ai décidé, après bien d’autres, de (tenter) de m’investir dans la rédaction de quelques textes au statut et au tons particuliers. Membre du Groc et soucieux de donner un peu de vie à son carnet, je me lance donc dans ce que j’estime un saut dans l’inconnu.

Qu’est-ce que je souhaite donc écrire ici ? Je souhaite écrire et offrir à la discussion quelques réflexions sur ma recherche doctorale et, plus précisément, quelques textes que j’estime être des classiques au sein des historiographies que j’étudie et dans lesquelles je m’inscrit. C’est un texte ultérieur que je présenterai ma recherche doctorale, le phénomène étudié, les questionnements qui animent cette recherche et la façon dont j’analyse ces textes que je qualifie de classiques.

Sous quelle forme écrire ? Cette section « Administrateurs, migrants sous contrat, empires » que j’initie, a vocation à rassembler des textes qui ne soient pas longs et qui ne puissent, dans l’état, être proposés sous forme d’article ou de communication. Il s’agit donc de publier des résultats que je considère comme intermédiaires.

Avec quel ton écrire ? Ne pas écrire pour être publié dans une revue ou pour présenter une communication en quinze minutes offre quelques marges de manœuvre. Je tenterai, cependant, de rester le plus rigoureux vis-à-vis des normes du métier d’historien, mais j’abuserai peut-être des encadrés et des incises.

Remarque en passant: La forme des textes risque peut-être de changer à force que je découvre les options offertes par la plateforme Hypotheses et par les joies du html

David Leconte