Administrer, éduquer, enseigner

Julie Marquet (Paris 1 et Paris 7) était ce matin invitée d’Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard dans La fabrique de l’Histoire, sur France culture. Elle y a présenté sa thèse, intitulée « Droit, coutumes et justice coloniale. Les affaire de caste dans les Etablissements français de l’Inde, 1816-1870. »

À réécouter sur le site de France culture.


(Dé)construire les « archives coloniales ». Appel à communications.

(Dé)construire les « archives coloniales » : enjeux, pratiques et débats contemporains.

Journée d’étude aux Archives nationales d’Outre-mer (Aix-en-Provence) – 28 juin 2019

1. Argumentaire

Les « archives coloniales » : un sujet d’actualité

Qu’il s’agisse de la restitution d’archives aux pays anciennement colonisés ou de la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables, ces vingt dernières années ont été marquées par des controverses vives dont les « archives coloniales » ont été le centre. L’expression « archives coloniales » a désormais fait son entrée dans le débat public, corollaire de la prolifération du terme « colonial ». Ces dernières semaines, les médias se sont ainsi emparés d’une polémique scientifique, autour de la publication de Sexe, Race, et Colonies[i], reproduisant et diffusant des archives coloniales bien particulières : celles issues de la domination sexuelle en situation coloniale. Certain-e-s chercheurs-euses[ii] ou/et militant-e-s[iii] ont avancé que cette démarche, insuffisamment appuyée sur un appareil critique spécifique, tendait au voyeurisme et, ce faisant, reproduisait en partie le geste colonial.

La parution de ce livre prend place dans un contexte marqué par l’actualité d’une réflexion épistémologique sur les archives coloniales. Il y a près de dix ans, Ann Laura Soler publiait Along the Archival Grain[iv](qui attend toujours sa traduction) au retentissement encore important de nos jours. Dans cet essai, l’anthropologue s’oppose à l’approche, devenue dominante, de prendre « à contre-pied » des archives coloniales, ou de les contourner par « l’invention » d’autres sources (entendues comme « non-coloniales »), à la recherche des voix des colonisé-e-s[v]. L’auteure propose en effet de plonger frontalement dans les archives coloniales et, au moyen d’un appareil critique ajusté, de les prendre au sérieux dans ce qu’elles nous apprennent sur leur contexte de production, les catégories sociales et administratives mais aussi les affects qui les traversent, ainsi que la manière dont les institutions archivistiques coloniales se construisent et se structurent au sein des sociétés coloniales.

Axes de réflexion

À l’image du passé colonial qu’elles interrogent, les archives coloniales sont des matériaux historiques qui font constamment l’objet de controverses. Cette journée a donc pour objectif d’alimenter une réflexion, à la fois épistémologique, théorique et pratique sur les usages des archives coloniales. Elle aura lieu au cœur d’une institution centrale pour les recherches portant sur le passé colonial français et le passé de nombreux autres pays ; elle permettra également de faire dialoguer les approches archivistes et historiennes.

Qu’est-ce qu’une « archive coloniale » ? Cette dénomination cache, en effet, une multiplicité de documents souvent (mais pas exclusivement) écrits. Qui les produit ? Si les archives sont constituées par les autorités coloniales elles-mêmes, les matériaux qu’elles regroupent peuvent être de simples saisies, originellement produits par d’autres groupes et donc, parfois, par les populations colonisées (courriers, brochures, pamphlets, etc.). Dès lors, comment user des catégories « coloniales » qui les structurent ? Sont-elles toutes marquées par un rapport de domination coloniale comparable ? Quelles méthodes, pratiques, voire précautions les historien-ne-s doivent-ils adopter face, et avec, ces dites « archives coloniales » ?

Comment articuler l’ « archive coloniale » à d’autres archives ? Si le premier axe vise à identifier les catégories coloniales de même que les précautions à prendre à leur égard, il s’agira, dans un second temps, de souligner l’articulation avec, d’une part, des documentations « non-coloniales » (en interrogeant la pertinence de cette catégorisation). Ainsi, le recueil de témoignages oraux par les historien-ne-s, de même que la recherche des écrits de l’intime sont souvent mobilisé-e-s pour obtenir des alternatives aux récits des archives coloniales. D’autre part, dans le cadre de l’étude des archives coloniales, les fonds abrités aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) peuvent être mis en regard avec ceux d’autres lieux de conservation (archives d’autres puissances coloniales, archives coloniales conservées localement ou fonds « diplomatiques » comportant un nombre important de volumes produits durant la colonisation). C’est notamment ainsi que peuvent s’observer les tensions, divergences ou cohérences entre différentes branches des administrations coloniales. Il s’agira donc ici d’interroger l’articulation de corpus archivistiques distincts, de décloisonner les approches, d’interroger l’unilatéralité des « archives coloniales », de saisir le « colonial » à travers des archives résultant de divers contextes de productions. L’établissement de tableaux synoptiques de répartition des archives, encore souvent difficile à saisir, voire de premiers « inventaires bilatéraux[vi] » pourra être abordée.

Les « archives coloniales » comme lieux d’histoire et de mémoire. En témoignent les événements scientifiques (congrès de la French Colonial Historical Society), et grand-publics (journées du patrimoine) organisés aux ANOM : l’institution abritant les documents issus de la colonisation française a une place centrale dans la production de discours sur le passé colonial exclusivement. Quelle est l’histoire de ces archives[vii] ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans l’histoire de l’institution ? Plus largement, comment ont cheminé les documents aujourd’hui consultables aux ANOM depuis leur production et leur organisation dans les armoires des institutions coloniales ? Quels gestes, quelles intentions et quels hasards ont conduit à la constitution des fonds ? Au-delà du moment de production et de classification des documents, quels usages en ont été faits et en sont faits à l’heure actuelle ? Qui les consulte et pourquoi ? En plus de ces interrogations d’ordre scientifique, quels sont les enjeux politiques et mémoriels entourant une institution rarement évoquée dans le débat public alors même qu’elle abrite des documents sensibles ? Comment mobiliser ces archives dans le cadre de la transmission et de l’enseignement de l’histoire de la colonisation française ?

En plus des panels de discussion, cette journée d’étude prévoit une présentation des ANOM et de certains de ses fonds par les archivistes de l’institution.

2. Participation à la journée d’étude

Qui sommes nous ?

Le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) est un collectif d’une quarantaine de jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales, fondé au printemps 2017. Nous avons tou-te-s en commun de travailler sur les « ordres coloniaux », c’est-à-dire sur la façon dont sont élaborés les Empires coloniaux (sans exclusive chronologie ni géographique), et dont l’ « ordre public » y est maintenu et contesté. Présent-e-s dans plusieurs universités, nous organisons à Paris des rencontres mensuelles de lectures, de dialogue et de travail.

Pour participer

Cette journée d’études est organisée aux ANOM à Aix-en-Provence le vendredi 28 juin 2019 est ouverte à tou-te-s, sur inscription. Les propositions de communication doivent être transmises au Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) par courriel au plus tard le 21 janvier 2019 à journeegrocanom@gmail.com. Elles se composeront d’un titre (provisoire), d’un résumé d’environ 500 mots présentant brièvement les questions proposées à la discussion, les archives mobilisées et la façon de les envisager. Les propositions doivent être accompagnées d’une courte biographie.

Les auditeurs peuvent d’ores et déjà s’inscrire en envoyant un courriel à journeegrocanom@gmail.com.

Comité d’organisation et conseil scientifique

Cette journée est organisée de manière collective par un groupe de jeunes chercheurs-euses (GROC).

Élise Abassade (IDHES, Paris 8 – LAH, La Manouba, Tunis), Vincent Bollenot (CHAC, Paris 1), Quentin Gasteuil (Centre d’histoire du XIXe siècle – ISP, Sorbonne Université – ENS Paris-Saclay), Thierry Guillopé (ACP – CHS, Paris Est Marne-la-Vallée – Paris 1), David Leconte (IDEES – LARHRA, Le Havre – ENS Lyon), Sara Legrandjacques (CHAC, Paris 1), Julie Marquet (ICT – CHAC, Paris 7 – Paris 1), Baptiste Mollard (CESDIP, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines).


[i] Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Pascal Blanchard, Jacques Martial, Achille Mbembe, Leïla Slimani, Christelle Taraud et Dominic Thomas (dir.), Sexe, race et colonies, Paris, La Découverte, 2018.

[ii] Philippe Artières, « Sexe, Race et Colonies : livre d’histoire ou beau livre ? », Libération, 30 septembre 2018 ; Kaoutar Harchi, « Quand l’art est l’autre nom de la violence », Le nouveau magazine littéraire, 12 octobre 2018.

[iii] Collectif Cases Rebelles, « Les corps épuisés du spectacle colonial », 27 septembre 2018 ; Mélusine, « Un ouvrage sans ambition scientifique », Libération, 30 septembre 2018.

[iv] Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain: Epistemic Anxieties and Colonial Commonsense, Princeton, Princeton University Press, 2009.

[v] Voir Gayatri Chakravorty Spivak, « Can the subaltern speak ? », Social theory: the multicultural and classic readings Colonial discourse and post-colonial theory: a reader, in Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Londres, Macmillan Education, 1988, p. 271 – 313.

[vi] Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012, p. 15.

[vii] Dans le prolongement des réflexions initiées par plusieurs auteurs dans Isabelle Dion et Benoît Van Reeth (dir.), Histoires d’Outre-mer : les Archives nationales d’outre-mer ont 50 ans, Aix-en-Provence et Paris, ANOM et Somogy, 2017.

Compte-rendu de la première séance – juin 2017 « Que faire ? »

L’objet de ce rendez-vous était surtout de définir nos attentes et la forme que le groupe de travail pourrait prendre. Nous avons d’abord passé en revu les thèmes que l’expression « ordre colonial » nous évoquent.

La discussion a ensuite porté sur les façons dont nous pourrions nous réunir. Nous avons opté pour une forme hybride :

1) Des séances en groupe restreint qui se retrouverait à raison d’une fois par mois à peu près. Les thématiques discutées seront choisies en amont et les échanges se feront sur la base d’une présentation d’une ou deux personnes, ou de réflexions à mettre en commun à partir d’archives / d’articles etc. Ces séances pourront aussi prendre la forme d’un travail collectif (écriture, analyse d’un texte, bilan historiographique, fiche de lecture, etc.). Ces séances pourront également être l’occasion d’entendre quelqu’un-e nous parler d’un futur papier, ou d’un chapitre de thèse. Elles prendraient, alors, plutôt la forme d’ateliers.

2) Des séances ouvertes, à raison de quatre ou cinq fois par an, qui ressembleraient plutôt à des séminaires expérimentaux (c’est-à-dire peu formels), ou des journées d’études. Nous pensions notamment y inviter des chercheur-se-s confirmé-e-s pour discuter ensemble de problématiques communes.

Nous avons ensuite interrogé l’intérêt et la portée de l’expression « ordre colonial ». Nous hésitions avec une proposition plus simple en apparence, celle du « colonial ». Nous avons décidé de garder la première idée, qui nous semble plus problématisée, en lui conférant une définition assez large. Il s’agira donc de travailler ce qui fonde l’ordre colonial et les façons dont il s’exprime. Quelques axes ont émergé :
– le maintien de cet ordre, de l’appareil d’Etat colonial (« Etat colonial » étant déjà à questionner)
– Etat / Empire (de quoi parle-t-on ?)
– les modes de hiérarchisation, les représentations…
– les mouvements sociaux, etc.
– la pertinence de concepts comme l’agency, etc. Qu’est-ce qui fait résistance ?

Nous mettrons en question ce que sont « l’agencement colonial », « l’ordonnancement colonial », « la mise en ordre coloniale des choses » (cf. Ann Stoler). Nous avons opté pour une mise en question des travaux déjà existants (tels ceux de E. Blanchard). Nous avons décidé de travailler à propos des « ordres coloniaux » : le pluriel nous a semblé plus pertinent, plus souple. Nous tenons tous-tes à ce que ces séances de travail soient l’occasion de mettre en questionnement nos perspectives méthodologiques : faisons-nous de l’histoire sociale (et comment ?) ? Quel est l’intérêt de parler d’Empire colonial ? Nos rendez-vous seront ainsi l’occasion de faire le point, de mettre en perspective et en question nos outils et les grands axes de la recherche actuelle.

Nous avons opté pour l’époque contemporaine (depuis 1789), et pour une définition large de l’Empire et du colonial (par exemple, des travaux sur l’Empire ottoman sont les bienvenus). Nous tenons à ce que notre démarche soit souple et évolutive.

Un groupe de recherches sur les ordres coloniaux

Un lieu d’échanges et de formation

Jeunes chercheurs et chercheuses sur la thématique du colonial travaillant en ordre dispersé, nous avons souhaité nous réunir pour créer un nouvel espace de discussion scientifique ouvert au format souple, correspondant à nos besoins et nos attentes. Notre démarche part également du constat d’une disparition récente d’espaces d’échanges réguliers sur les questions relatives aux dynamiques coloniales que nous avions l’habitude de fréquenter. Cette potentielle raréfaction des lieux de dialogue sur le colonial est d’autant plus paradoxale que rarement la thématique du « colonial » ne fut aussi présente dans les débats de société que ces dernières années. « Colonial » et toutes ses déclinaisons (« police coloniale », État néocolonial », « repentance coloniale ») sont devenus un (dis)qualifiquatif dont l’emploi hyperbolique doivent nous questionner. Encore en cours de formation, nous ressentons le besoin impératif d’alimenter par l’échange et la confrontation d’idées et de méthodes notre boîte à outils épistémologique et historiographique. Notre groupe se réunira donc mensuellement en atelier et ponctuellement en séminaire des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur les dynamiques coloniales et impériales à l’époque contemporaine dans une perspective historique ouverte aux autres disciplines des sciences humaines et sociales. Plus spécifiquement, fortement interpellés et intéressés par le concept d’« ordre colonial », nous avons souhaité prolonger les réflexions déjà menées à ce sujet en élargissant la notion. Considérant la très grande diversité des sociétés et des situations coloniales, nous avons notamment choisi de parler d’ « ordres coloniaux », tout en se proposant d’interroger la validité de cette notion. D’un point de vue théorique, nous qui travaillons sur la colonisation, les États qui la portent et les populations qui la subissent, souhaitons démontrer en quoi cette catégorie d’analyse scientifique est pertinente pour comprendre le fait colonial. Nous nous interrogerons également sur ses limites. Ces questions théoriques découlent bien sûr de problématiques empiriques et d’études nourries par des enquêtes archivistiques et orales sur des sujets précis qu’il sera également question de discuter dans ce groupe de travail.

 

Le maintien de l’ « ordre colonial » ou des « ordres coloniaux » ?

Les premiers travaux sur l’ordre colonial se sont essentiellement focalisés sur la question de son maintien, avec un accent mis sur l’étude des organisations et des pratiques policières. Dans leur prolongement, le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux entendent s’interroger sur les répertoires d’action des acteurs du maintien de l’ordre colonial face aux populations colonisées. En retour, il faudra également questionner les réactions de ces populations face aux techniques de maintien de l’ordre et le répertoire d’actions des critiques de l’ordre colonial ? Il s’agit aussi de s’interroger sur les institutions policières du maintien de l’ordre colonial en elles-mêmes ainsi que sur les acteurs qui les animent au quotidien. Ces démarches nous amèneront à questionner plus théoriquement les spécificités des « ordres coloniaux » ainsi construits. Qu’est ce que ce « colonial » en commun ? A t-il une réalité empirique ? Peut-on en faire une catégorie d’analyse théorique pertinente ?

Étudier le maintien de l’ordre colonial comme action publique. Dans la perspective d’élargir la notion et de comprendre comment les Etats colonisateurs ont cherché à créer un ordre colonial, à l’agencer et à le transformer à leur guise, puis à le maintenir et l’entretenir de manière à assurer leur domination, nous avons choisi d’envisager l’ordre colonial comme un enjeu de politique publique dont les chercheurs peuvent faire l’histoire institutionnelle, politique et sociale. Nous partons du postulat selon lequel ces politiques publiques de maintien de l’ordre colonial ne se résument pas à la seule dimension policière, mais qu’elles recouvrent bien un large ensemble de secteurs dans lequel les États colonisateurs interviennent sur la société et la transforme. Ainsi, les politiques de main-d’œuvre, de travail, de la famille, de santé, etc. menées dans les colonies et dans les métropoles en direction des populations colonisées peuvent être lues comme une action publique de maintien des ordres coloniaux. Dès lors, maintenir un ordre colonial est à la fois produire un ordre politique mais aussi un ordre économique et social. Nous considérerons les « ordres coloniaux » comme façonnant et cristallisant des rapports hiérarchiques, de genre, de classe et de race, en prenant en compte les apports historiographiques récents sur la question[1].

La dimension métropolitaine des ordres coloniaux. Considérer l’ordre colonial comme tel encourage à réinterroger la « question impériale » à l’aune de la place de la métropole dans la production et le maintien d’ordres locaux divers. Tyler Stovall avançait ainsi dans le cas de la France qu’Empire et métropole doivent être analysées comme une « unité interactive, la France impériale »[2]. Cela revient notamment, dans le cadre de nos problématiques, à nous interroger sur les rapports entre ordres coloniaux et ordres métropolitains. Dans quelle mesure les « tensions » d’Empires[3] sont-elles métropolitaines ? Dans quelle mesure en métropole elle-même peut-il se construire un ordre colonial[4] ? De quelles façons les métropoles sont affectées par les contestations des ordres coloniaux ?

Les contestations des ordres coloniaux comme mobilisations collectives. De même que l’on s’attachera à étudier le maintien des ordres coloniaux avec les outils de l’analyse de l’action publique, nous nous efforcerons de nous pencher sur les contestations de ces ordres avec les outils de l’analyse des mouvements sociaux[5]. Il s’agira notamment de voir comment quelles catégories mobilisent les acteurs critiques des ordres coloniaux. Quels intérêts de quels groupes sociaux sont en jeu dans les contestations des ordres coloniaux établis ? Au-delà de l’aura mythologique entourant souvent les opposants aux empires, quels registres d’actions et de mobilisations sont employés et déployés pour combattre les ordres coloniaux ?

 

Bibliographie indicative

« Rebelles contre l’ordre colonial : expériences et trajectoires historiques de résistances anticoloniales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 126, janvier 2015.

« Ordre colonial », Genèses, no 86, juin 2012.

Bat Jean-Pierre et Courtin Nicolas, Maintenir l’ordre colonial : Afrique et Madagascar, Rennes, PUR, 2012.

Blanchard Emmanuel, La police parisienne et les Algériens : 1944-1962, Paris, Nouveau monde, 2011.

Blanchard Emmanuel, Deluermoz Quentin et Glasman Joël, « La professionnalisation policière en situation coloniale : détour conceptuel et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, n° 15, vol 2, décembre 2011, p. 33‑53.

Cooper Frederick et Stoler Ann Laura, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

Denis Vincent, Denys Catherine et Collectif, Polices d’Empires : XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, PU Rennes, 2012.

Stoler Ann Laura, Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2002.

Stovall Tyler, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 96‑97, octobre 2005, p. 63‑90.

Wilder Gary, The French imperial nation-state : negritude and colonial humanism between the two world wars, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

 

 

 

[1] Ann Laura Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2002.

[2] Tyler Stovall, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 96‑97, octobre 2005, p. 3.

[3] Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

[4] « La colonie rapatriée », Politix, no 76, 1 juin 2009.

[5] Hélène Combes, Choukri Hmed, Lilian Mathieu, Johanna Siméant et Isabelle Sommier, « Observer les mobilisations », Politix, no 93, 2011, p. 7‑27.

GROC

Le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) est un collectif de jeunes chercheurs-euses en histoire contemporaine se penchant sur la question du gouvernement colonial. Le groupe comporte des membres travaillant sur les Empires français, britanniques, ottomans, au XVIIIe, XIXe et XXe siècles. L’objectif du collectif est d’interroger la notion d’ordre colonial, dans une acception volontairement très large (ordre comme répression, judiciarisation, mais aussi plus largement comme gouvernement des corps – encadrement de la reproduction, de la santé, etc. – et des âmes – encadrements des religions, des opinions politiques, des affects). Cette ambition impose de décliner la réflexion en sous-thèmes. En particulier : quelle est la place des colonisé-e-s dans le maintien de l’ordre colonial ? Qu’est ce qu’un-e « intermédiaire » de la colonisation ? Qu’est ce que l’ « État colonial », comment est-il construit, quelle(s) domination(s) imposent ses structures ? Nous publierons sur ce carnet des notes de lecture, sur des articles et des livres récents ou non, avec une volonté de synthèse et de critique. Nous diffuserons également l’actualité du groupe de recherches (journées d’études, séminaires, ateliers de travail). Le cas échéant, de brefs articles mettant en valeur une source et l’exploitant pourront être publiés. Des points de vocabulaire seront également proposés, avec un désir de rigueur et de pédagogie sur des notions telles que « colonial », « impérialisme », « race », etc. Ce carnet se destine en général au champ de la recherche sur les Empires et la colonisation à l’époque contemporaine. Plus particulièrement, on essaiera de s’adresser aux jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales, pour faire connaitre le vocabulaire et les outils des historiens de la colonisation