Qui est le Groc ? (10)

Après une longue pause, voici le retour des portraits du Groc (bis).

C’est Mylène Mauricrace et Quentin Gasteuil qui ont bien voulu participer à cet exercice des portraits et à (un peu) vous expliquer qui iels sont.

L’auteur de ces mots ne trouvent rien à dire d’intéressant ou amusant sur la nouvelle année qui s’annonce. Les soutenances de thèse ne cessent pas (bravo notamment à Aliénor Cadiot qui a aussi fait l’objet d’un portrait), le travail se poursuit malgré les complications, mais le moral n’est pas toujours là.

Dans deux semaines, nos collègues Vincent Bollenot et Eléonore Chantal-Bernard seront à l’honneur.

« Sur mes pauses, je m’essaye parfois à des expériences botaniques … » (MM, Décembre 2020)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : MAURICRACE Mylène

Twitter :

Website : https://esclavages.cnrs.fr/

Courrielmylene.mauricrace@ehess.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence et Master d’Histoire à Paris IV, puis préparation d’un doctorat à l’EHESS

Université et unité de recherche de rattachement : EHESS (Mondes Américains, CERMA / CIRESC)

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Principalement le phénomène migratoire des populations caribéennes et les résurgences que cela implique (histoire coloniale, le post-esclavage…). Mais, également l’étude du phénomène migratoire féminin.

Titre de ta recherche doctorale : « Les étudiantes antillo-guyanaises au XXe siècle : savoir, politique, genre et circulation »

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : Bonne question … pour bientôt ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Chose étrange, c’est par le biais de la musique, notamment du reggae puis la culture rasta (car le reggae n’est pas égal à rasta et vice versa). J’étais intéressée par ces deux entités qui avaient parfois en commun (selon les artistes) un discours anticolonialiste. C’est donc par ce biais que j’ai été amené à me poser de nombreuses questions (et en essayant de traduire les paroles) sur l’histoire coloniale de la Jamaïque puis, post-coloniale.

Ça c’est pour l’introduction vers la recherche académique. Mais, les prémices sont sans doute dans mes lectures au lycée des ouvrages d’Aimé Césaire sur le fait colonial antillais.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Dans ma recherche, j’étudie principalement le phénomène migratoire des femmes antillo-guyanaises. Il s’agit pour moi d’analyser comment l’espace antillo-guyanais qui se meut au XXe siècle entre plusieurs états/phases (le post esclavagisme, le colonial et le post-colonial) influe sur les déplacements de ses populations.

Je m’intéresse plus particulièrement à la catégorie des étudiantes. Certaines d’entre elles se politisent ou sont politisées quand elles arrivent dans la « métropole » (terme que j’utilise pour avant la départementalisation de 1946) et « l’Hexagone » (terme pour après 1946). L’analyse est d’autant plus intéressante car elle coïncide avec des grandes périodes de troubles sociaux et politiques questionnant la situation post-coloniale des Antilles-Guyane. Ce qui entraine alors des démarches de surveillance de la part de l’État français.

Mon principal questionnement réside ainsi dans la compréhension de ce que cette circulation d’une catégorie de femmes et cette surveillance disent du rapport entre les deux espaces.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

En master, je m’intéressais davantage à la Jamaïque et l’aspect contestation de l’esclavage qui existait par le biais des marrons. J’étais intéressée par le fait que des esclaves marrons non seulement fuient les plantations, s’installent dans les mornes mais aussi, établissent une communauté avec des stratégies militaires et politiques obligeant l’ordre colonial à faire avec eux (non sans concessions…).

Mes intérêts ont commencé à évoluer en deuxième année de Master sur le questionnement du lien que pouvait avoir une ancienne colonie avec le pays qui l’a colonisé. Dans cette continuité, le lien entre le Royaume Uni et la Jamaïque n’a cessé d’évoluer et davantage en termes politique et juridique (indépendance, intégration au Commonwealth, corpus de lois régulant le flux migratoire des jamaïcains vers l’Angleterre au XXe).

C’est ce lien qui a, ensuite, retenu toute mon attention en l’analysant sous le prisme des mouvements migratoires et étudier ce que cela disait du lien entre ces espaces en restant sue l’espace géographique de la Caraïbe.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je dirais Nancy L. Green avec son ouvrage Repenser les migrations, qui accompagne beaucoup mes réflexions sur les différentes échelles à accorder aux champs des études migratoires et, encore plus, dans l’approche comparative.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je dirais deux ! Lettres à une Noire de Françoise Ega et Xavier ou le drame d’un émigré antillais par Tony Delsham.

Je dirais même trois finalement : l’ouvrage + film « La Rue Cases-Nègres » de Joseph Zobel (film de Euzhan Palcy avec le grand musicien martiniquais Eugène Mona) qui a pour décor la Martinique des années 1930.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

En enseignant l’Histoire-Géographie dans le secondaire, j’ai pu aborder la question du fait colonial et légèrement du fait post-colonial auprès des élèves de 4e qui l’ont au programme d’Histoire. C’est une démarche intéressante mais qui s’avère complexe car récente. La spécificité est certainement dans le fait de faire comprendre sur différents temps de l’Histoire, la complexité du processus de colonisation puis de décolonisation sans tomber dans des travers et raccourcis…

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

La vidéothèque de l’INA est un bon support car dans le cadre d’un enseignement aux secondaires, cela peut servir de point d’accroche. Mais, il y a bien sûr la question du point de vue de l’image source qui est souvent celui de l’ordre colonial.

Autrement, les récents documentaires d’Arte « Décolonisations » qui renversent le point de vue.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le GROC a déjà mis en place de belles démarches dans ce sens ! Donc, poursuivre les journées d’études mises en place en parallèle d’autres rencontres permettant ainsi de partager à un public non averti et pas forcément universitaire des données et avancées de nos recherches sur ces questions.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à la préparation d’un panel avec David Leconte et Adélaïde Marine-Gougeon pour les premières rencontres de l’AFDEC (Association francophone d’études caribéennes) organisées à Bordeaux en 2018 !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

(Même si c’est déjà le cas je le redis !) Des échanges solidaires, des discussions passionnées, un partage sur nos différents sujets de recherche et, pourquoi pas aussi un moyen de réfléchir à la manière de nous décentrer de notre posture/piédestal d’universitaires ? 😊

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Pouvoir travailler sur une comparaison des phénomènes migratoires de plusieurs espaces caribéens (francophone, anglophone, francophone) sur le XXe siècle !

Encouragement à la recherche dans le métro londonien (QG, Mars 2015)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Gasteuil Quentin

Twitter : 

Website :

Courriel :  quentingasteuil@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence d’histoire (Université de Cergy-Pontoise) et Master d’histoire contemporaine (Paris 1), agrégation (Paris 1), doctorat en cours

Université et unité de recherche de rattachement : École normale supérieure Paris-Saclay – Institut des sciences sociales du politique / Sorbonne Université – Centre d’histoire du XIXe siècle

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire du socialisme et, plus largement, histoire des gauches ; histoire des empires coloniaux ; histoire des cultures politiques et impériales

Titre de ta recherche doctorale : Socialistes français et travaillistes britanniques face aux questions coloniales durant l’entre-deux-guerres (1919-1939) : une étude comparée

Année du début de ta recherche doctorale : 2014

Date de soutenance de la thèse : 2021, avant ou après l’été

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

C’est une thématique qui a commencé à susciter mon intérêt en Master. Le séminaire principal que je suivais traitait à la fois d’histoire politique et d’histoire coloniale, particulièrement de l’Algérie. J’ai ensuite fait partie de la génération « Les sociétés coloniales » au programme des concours de l’enseignement et j’ai pris du plaisir – autant qu’une année de concours le permettait – à traiter cette question. Une fois décidé à commencer une thèse, j’ai fait le choix de croiser ces problématiques avec mon intérêt antérieur pour l’histoire du mouvement ouvrier.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je cherche à distinguer la manière dont les socialistes français et les travaillistes britanniques en métropole appréhendent, durant l’entre-deux-guerres, la question coloniale. Il s’agit de définir la politique officielle de leurs deux formations, mais également de voir comment celle-ci se construit à la confluence d’influences tant intellectuelles qu’individuelles, pratiques, structurelles et conjoncturelles. A une autre échelle, je m’attache à suivre les spécialistes des questions coloniales au sein de la SFIO et du Labour Party en étudiant leurs parcours personnels, leurs réseaux, les grammaires militantes qu’ils mobilisent, leurs idées particulières. L’objectif de mon travail est de dépasser la seule exégèse des idées professées pour proposer une histoire résolument incarnée : ce sont des individus, dans des contextes particuliers, avec des manières de faire et des contraintes spécifiques, qui s’emparent intellectuellement et pratiquement de ces questions. Plus généralement, mon travail doit permettre d’éclairer le mouvement ouvrier et le fait impérial en métropole chacun à la lumière de l’autre afin d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Tout ça dans une perspective comparative franco-britannique, qui permet de rendre saillantes certaines caractéristiques en mettant en avant points communs et différences.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

J’ai intégré dans mes thématiques de recherche la question coloniale, ce qui n’est pas rien !

En ce qui concerne la cuisine historienne, je suis désormais beaucoup plus sensible aux divers mécanismes qui sous-tendent ce qui est dit et fait au nom de structures telles que les partis, les ministères, les administrations, etc. La fréquentation assidue des archives n’y est sans doute pas étrangère, car elle permet de saisir les chaines de décision, les rapports de force, les rôles de chacune et chacun, le poids des structures et des moments, etc.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Concernant les auteurs, les réflexions de Sylvain Laurens m’ont incité à déconstruire de manière approfondie mon objet et à accorder un réel intérêt à des éléments auxquels je n’aurais pas donné, sans ça, l’importance qu’ils méritent. En termes d’ouvrages, il y en a trois qui ont été importants au début de ma recherche. Ils m’ont familiarisé avec le côté britannique que je maitrisais initialement moins bien et ont encouragé mes réflexions quant aux angles pertinents à aborder : Imperialism and the British Labour Movement de Partha S. Gupta, Imperialism and the British Labour Movement. The Left and the end of Empire, 1918-1964 de Stephen Howe et The British Left and India : Metropolitan Anti-Imperialism, 1885-1947 de Nicholas Owen.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y en a beaucoup ! Peut-être Burmese Days de George Orwell, pour ses qualités littéraires et sa pertinence historique, ou Des hommes de Laurent Mauvignier, pour ce qu’il dit des traumatismes de la guerre d’Algérie.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je ne l’ai pas enseigné spécifiquement, et ne l’ai abordé qu’au détour d’enseignements plus généraux donnés au lycée et en licence. Comme d’autres thématiques dont l’historiographie a beaucoup évolué, j’ai le sentiment que le coût d’entrée est peut-être plus élevé pour qui souhaite bien l’enseigner, mais que c’est véritablement un passage obligé.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Comme on ne se refait pas, j’ai le sentiment que les documents qui touchent de près ou de loin à la dimension politique de la relation coloniale sont d’une grande valeur, quelle que soit leur matérialité. Dans la mesure où le politique m’apparait comme étant à la croisée d’influences, de motivations et de procédés d’énonciations multiples – ce n’est bien sûr pas le seul – les documents qui le traitent recèlent à mon sens de grandes potentialités pédagogiques.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

En tant qu’espace de discussion, le GROC permet de mettre en relation des idées, des lectures, des travaux, des expériences. Ce sont autant d’éléments à glaner pour les convertir ensuite dans ses pratiques d’enseignement. Si l’on se tourne vers l’extérieur, l’ambition du GROC de mettre sur pied des événements scientifiques ou de diriger des publications participe de la diffusion de la recherche en train de se faire, avec l’idée toujours présente dans le GROC d’une nécessaire (et prochaine ?) diversification des publics visés.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Je fais partie des happy few qui étaient présents le jour (béni) de sa fondation.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Le GROC a pour moi trois intérêts, et c’est dans ceux-ci que je me retrouve :

– proposer un espace de discussion à de jeunes chercheuses et chercheurs

– susciter l’organisation d’événements scientifiques en proposant des camarades, des ressources (sauf financières), de la motivation et de la confiance

– offrir une soupape de décompression en suscitant des moments de convivialité et des échanges plus personnels

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je pense que j’aimerais élargir le champ de mon objet de recherche : d’autres métropoles impériales, d’autres forces de gauche, des sources disponibles outre-mer pour écrire une histoire davantage à parts égales, une focale chronologique élargie.

Il y a quelques semaines, la communauté historienne francophone a été secouée par un ensemble d’événements révélateurs de profonds dysfonctionnements. Certain.e.s membres du Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) ont, dans ce cadre, décidé de renoncer à leur collaboration avec la revue Outre-Mers pour laquelle ils et elles devaient coordonner un numéro. Ils et elles ont alors décidé de proposer aux autres membres du collectif la présente prise de position publique, celle-ci dépassant les limites de l’affaire en question.

Le 28 octobre 2020, Le Canard enchaîné mettait au jour une notice consacrée à l’opération Turquoise (avril-août 1994) rédigée par Julie d’Andurain, professeure des universités, dans le Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française[i]. Ce texte pose problème à bien des égards : pauvreté et partialité des sources, absence de mention du génocide des Tutsis tout en relayant la thèse du « double génocide », parti-pris évident en faveur de l’armée française. À la suite, une dizaine de tweets étaient publiés, interrogeant la légitimité de la présence de Julie d’Andurain au sein de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis (1990-1994) mise en place en avril 2019 par Emmanuel Macron et présidée par l’historien et inspecteur général de l’Éducation nationale Vincent Duclert. Son rapport final est attendu « dans les premiers jours d’avril 2021[ii] ».

Le 3 novembre 2020, la Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM) diffusait par l’intermédiaire de son site un communiqué de soutien à Julie d’Andurain « condamn[ant] avec force la campagne lancée sur les « réseaux sociaux » » et soulignant « l’exigence et la rigueur dont elle fait preuve dans ses travaux, qui ne laissent aucune place au révisionnisme et au négationnisme dont elle est injustement accusée ». Le 6 novembre, la SFHOM cosignait avec d’autres associations d’historien.ne.s[iii] un second communiqué de soutien allant dans le même sens[iv]. À la suite d’un certain nombre de réactions indignées de chercheurs et chercheuses face à ces messages, des membres du bureau de la SFHOM ainsi que les trois rédactrices en chef de sa revue Outre-Mers démissionnaient les 7 et 8 novembre, suivi.e.s des membres du bureau de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) le 12 novembre. La veille, les coordinatrices et coordinateurs du prochain numéro d’Outre-Mers informaient la SFHOM du retrait de leur dossier. Entre le 12 et le 23 novembre[v], les associations publiaient alors chacune une nouvelle annonce revenant sur leurs prises de position initiales.

Au-delà des enjeux propres au génocide des Tutsis du Rwanda, cet ensemble de réactions est révélateur de certains travers du monde de la recherche. Il met en avant la prépondérance de réponses épidermiques et corporatistes qui priment sur les fondements de nos pratiques, c’est-à-dire des positions critiques s’appuyant sur une stricte vérification des documents incriminés, de leurs propos, de leurs sources. Cet état de fait interroge le fonctionnement interne de certains regroupements scientifiques. Par ailleurs, il illustre le décalage qui existe entre une partie de la communauté historienne et certains lieux de discussion, dont les réseaux sociaux font partie, en particulier lorsque les historien.ne.s prennent part à des débats publics ou à des activités qui dépassent les frontières du milieu académique. Enfin, il révèle la légèreté avec laquelle peut être abordée l’histoire du continent africain, même quand sont en jeu ses aspects les plus tragiques.

Plus largement, c’est la question du rapport entre histoire et politique qui est ici soulevée. Nommée par la présidence de la République et hébergée par le ministère des Armées, la commission Duclert ne comporte pas de spécialistes de l’histoire du Rwanda, et les archives sur lesquelles elle appuie son travail ne sont, pour l’instant, pas ouvertes à la consultation[vi]. Certes, les enjeux politiques autour de cette commission ne remettent pas en cause la rigueur scientifique de ses membres, mais ils ne doivent néanmoins pas être ignorés. Ce doit d’ailleurs être le cas de toute entreprise dans laquelle nos savoirs et savoir-faire sont mis au service d’intérêts extra-universitaires.

Ce constat s’inscrit dans un contexte général où le pouvoir politique cherche de plus en plus à s’immiscer dans la vie académique et dans la recherche scientifique. Ainsi, depuis plusieurs mois, l’accès à différents fonds d’archives a été considérablement restreint[vii], alors que dans le même temps les offensives contre de fantasmatiques dérives idéologiques se multiplient. Ces attaques ont pour objectifs de délégitimer, de diviser et in fine de susciter une auto-censure dont la compréhension des phénomènes passés et présents ne peut que pâtir. Leur versant administratif se traduit dans la récente Loi de programmation de la recherche : celle-ci précarise encore un peu plus les chercheurs et les chercheuses, et musèle toute contestation de leur part[viii].

Nous, signataires du présent texte, pour la plupart jeunes chercheurs et chercheuses, estimons qu’il nous est nécessaire d’exposer la manière dont nous entendons faire vivre la recherche. Au-delà des règles élémentaires du métier d’historien.ne (administration de la preuve, distance critique, validation par les pairs) auxquelles chacun.e doit s’astreindre, il s’agit de repenser l’ensemble des rapports de pouvoir au sein de notre milieu. Nous appelons ainsi au dépassement de relations trop souvent marquées par la hiérarchie et les rapports interpersonnels, et prônons au contraire un travail plus systématiquement horizontal et collectif. Dans la même veine, nous défendons une approche ouverte – archives, publics, acteurs et actrices, lieux – de la construction et de la diffusion de la connaissance historique, à rebours des tentations d’un monde du savoir fermé sur lui-même. Ce repli contribue à délégitimer les sciences humaines et sociales dans la société d’aujourd’hui, alors que nous estimons avoir une place à occuper dans la cité, sans prépondérance mais sans timidité, ce qui nécessite une réflexion assumée sur nos rapports avec les espaces politiques et militants.

Dans le contexte rappelé plus haut de tensions et de crispations, de précarisation massive et donc d’exacerbation de la concurrence, nous estimons qu’une partie essentielle de la solution réside dans la création de postes, la dotation plus massive des universités, l’accompagnement plus soutenu de tous les personnels.

Enfin, nous défendons notre droit à élaborer ensemble nos projets futurs dans un environnement intégrateur et propice, ainsi qu’à réfléchir, échanger, travailler collectivement et sereinement, au sein du cadre académique ou en dehors de celui-ci.

Un collectif de membres du GROC :

Élise Abassade, Étienne Arnould, Vincent Bollenot, Marie Bossaert, Aliénor Cadiot, Armel Campagne, Quentin Gasteuil, Thierry Guillopé, David Leconte, Sara Legrandjacques, Adélaïde Marine-Gougeon, Julie Marquet, Nassima Mekaoui-Chebout, Sonia Mhedhbi-Soret, Gabriele Montalbano, Hugo Mulonnière, Silvère Okala, Antonin Plarier, Chloé Rosner, Margo Stemmelin.


[i] Julie d’Andurain, « Turquoise (Rwanda) », in Philippe Chapleau et Jean-Marc Marill (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française. De 1963 à nos jours, Nouveau monde éditions, coédité par leministère des Armées et l’ECPAD, 2018, p. 270-275

[ii] https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/20_04_07_rapport_duclert_intermediaire_cle831de6.pdf

[iii] Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR), Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD).

[iv] Dans le premier paragraphe du communiqué, les sociétés signataires : « […] tiennent à exprimer avec force leur indignation face à la campagne calomnieuse dont est victime sur les réseaux sociaux [leur] collègue Julie d’Andurain, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et membre de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994). C’est à ce dernier titre qu’elle est scandaleusement accusée d’avoir “publié des écrits s’appuyant sur des thèses négationnistes”.

[v] AHCESR le 12 novembre 2020, AHMUF le 13 novembre 2020, CSRHD le 20 novembre 2020, SFHOM le 23 novembre 2020

[vi] https://afhmt.hypotheses.org/3789

[vii] Voir par exemple, concernant l’Instruction générale interministérielle 1300 (dite « IGI1300 ») : https:// ahcesr.hypotheses.org/2124 et le fil Twitter « Archives ça dé-bloque ! » (https://twitter.com/archicadebloque? lang=fr)

[viii] http://academia.hypotheses.org/tag/loi-de-programmation-de-la-recherche-2021-30

Qui est le Groc (9) ?

Après une longue pause, voici le retour des portraits du Groc.

Deux autres collègues ont bien voulu répondre à quelques questions afin de décrire leur trajectoire, leur recherche et leurs centres d’intérêt scientifique. Il s’agit d’Armel Campagne et d’Anne Morel.

Le rythme de publication bi-mensuel devrait se poursuivre et je vais tenter de convaincre mes collègues d’accompagner leur portrait d’une illustration en lien avec leur quotidien de la recherche. Deux autres portraits seront donc publiés à la fin du mois (si tout se passe bien).

« Je me détends quelques fois en faisant gagner à Ngo Van, militant anti-colonialiste vietnamien, une étape (virtuelle) du Tour de France 2018… Allez comprendre ! » (AC, 2020)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Campagne Armel

Twitter : twitter.com/histoire_rad

Website : histoire-radicale.fr

Courrielarmelcampagne@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Sciences Po / Paris 4 (L1), Bordeaux III (L1), Paris 8 (L2-L3), EHESS (Master), IEU / EHESSE (Doctorat)

Université et unité de recherche de rattachement : Institut Européen Universitaire, département d’Histoire et Civilisation

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Il y en a trop… Tout ce qui peut contribuer à une analyse critique du monde contemporain

Titre de ta recherche doctorale : Colonialisme français et mines de charbon : Vietnam, 1873-1954

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : 2021 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je m’intéresse depuis la Première à l’histoire coloniale, notamment à la guerre d’Algérie. J’ai ensuite rencontré par hasard Christophe Bonneuil, qui a fait sa thèse en histoire des sciences coloniales, et qui m’a proposé de faire un mémoire sur le Capitalocène. Comme l’inventeur du concept de Capitalocène, Andreas Malm, préparait un ouvrage intitulé Fossil Empire, sur l’empire colonial britanniques et ses mines de charbon, je me suis dit que je pourrais faire de même au sujet de l’empire colonial français. J’ai donc notamment participé en M1 au séminaire d’Histoire du fait colonial et impérial à l’EHESS dans cette optique.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie l’impérialisme colonial français et son intérêt pour le charbon au Vietnam, le développement du capitalisme houiller au Vietnam, les résistances au travail dans les mines de charbon au Vietnam du point de vue des administrateurs coloniaux et des compagnies minières au Vietnam et en Algérie, et enfin l’impact de la crise des années 1930, de la Seconde Guerre Mondiale et des guerres de décolonisation sur l’exploitation du charbon au Vietnam et en Algérie.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais que je me suis éloigné de l’histoire environnementale et des STS pour me rapprocher de l’histoire coloniale et du travail.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je dirais que ça a été surtout Andreas Malm et son projet de livre Fossil Empire, en ce qu’il tente de faire un lien entre colonisation et dérèglement climatique.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Bonne question… Je dirais peut-être L’Indochine, la colonisation ambigüe de Brocheux et Hémery.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non, pas vraiment… J’en ai simplement parlé dans un cours d’histoire environnementale.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Le PowerPoint ?!!!

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Sortir de l’isolement et du cloisonnement sub-disciplinaire !

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par Antonin Plarier.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

De rencontrer ses membres lorsque je serais de retour en France, ça serait bien sympa.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

L’histoire globale de l’émergence du capitalisme dans une perspective marxiste politique rénovée (intersectionnelle et moins eurocentrique, et donc notamment attentive au monde colonial).

Des poules et des archives. Pause champêtre à Pierrefitte-sur-Seine entre deux cartons (AM, 2020.10)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Morel Anne

Twitter : 

Website :

Courriel :  morel.anne2@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : 

J’ai fait un master de recherche en histoire, au cours duquel j’ai passé le concours de conservateur des bibliothèques. Je suis conservatrice depuis 2016 : j’ai travaillé au ministère de la Culture pendant plus de trois ans. En même temps, toujours un peu travaillée par l’envie de reprendre la recherche, je me suis inscrite en thèse l’année dernière. Et je viens d’obtenir un congé de formation de quelques mois, opportunité de me plonger dans les sources (malheureusement le timing n’était pas tout à fait idéal pour aller aux archives) !

Université et unité de recherche de rattachement : Université de Picardie Jules Verne. Direction de Marie Houllemare. Co-direction de François Joseph Ruggiu à Sorbonne université.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Nouvelle histoire impériale, histoire de l’État moderne, histoire des sociétés coloniales, histoire sociale du politique.

Titre de ta recherche doctorale : La gouvernance impériale française dans l’Océan indien du milieu du XVIIIe siècle à la Restauration (titre très provisoire)

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Inconnue à ce stade

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je l’ai abordée lors d’un mémoire de master portant sur les élites coloniales en Inde française. La question de la colonisation m’intéressait de manière générale, mais c’est vraiment au cours de cette recherche et en me plongeant dans l’historiographie, notamment anglo-saxonne, que j’ai eu envie de poursuivre mes questionnements sur le fait impérial et colonial. Cet intérêt ne s’est pas démenti depuis, d’autant plus que, tout en travaillant sur la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, j’ai pris conscience de l’importance de cette période pour éclairer des expériences de colonisation ultérieures et des enjeux très contemporains.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse aux élites coloniales, dans leur versant politique et administratif (les gouverneurs, intendants, mais également conseillers ou élus des assemblées révolutionnaires). Mon analyse est centrée sur les comptoirs indiens et sur les Mascareignes (Ile Maurice et Réunion).

En analysant les trajectoires d’individus, leurs réseaux, leurs familles, leur implication dans la vie économique (notamment l’économie de plantation aux Mascareignes ou le commerce asiatique) et leur rapport à la métropole, je cherche à répondre à plusieurs interrogations :Il me semble d’abord qu’en identifiant ses acteurs, en les replaçant au sein de la société coloniale et en analysant leurs relations avec les différents groupes qui constituent celle-ci (élites commerçantes, populations locales, libres de couleur, esclaves, Blancs pauvres…) on peut aboutir à une vision plus fine de l’État outre-mer. Alors que beaucoup de travaux concernent l’espace Atlantique, ces aspects sont assez méconnus dans les colonies françaises de l’Océan Indien à l’époque moderne, ce qui conduit souvent à opposer de manière binaire administration métropolitaine et élites locales. Plus largement, cela doit permettre d’éclairer ce que Frederick Cooper et Ann-Laura Stoler ont appelé les « visions et pratiques conflictuelles » au sein de la communauté coloniale européenne.

Par le biais du personnel impérial et de ses circulations, je souhaite aussi réfléchir à la place des colonies de l’Océan Indien dans l’empire français dans son ensemble, ainsi qu’éclairer les liens de ces espaces entre eux. En élargissant le périmètre géographique à un ensemble d’établissements coloniaux qui ont généralement été étudiés séparément, je cherche à mettre en avant des liens qui ne sont pas que ceux du centre métropolitain avec une périphérie : l’une de mes hypothèses est que les circulations de personnel, de pratiques de gouvernement, les liens familiaux ou commerciaux entre les différents espaces que j’étudie permettent à celui-ci de fonctionner comme un « sous-ensemble » dans l’empire.

Encore au début de mes recherches, mes questionnements méthodologiques sont nombreux, mais je souhaiterais articuler plusieurs échelles d’analyse, en interrogeant l’évolution globale de la place de ces territoires dans l’empire colonial français avec des analyses à un niveau plus micro, notamment à travers l’analyse de trajectoires individuelles et de moments de conflit.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Ma manière d’aborder l’État colonial a beaucoup évolué. Comprendre comment, à cette période, ses agents négocient, agissent, leurs marges de manœuvre, leurs relations avec différents groupes est devenue une question qui a pris une importance croissante au cours de mon travail. Les lectures de Michael Braddick et de James C. Scott et leurs réflexions sur le pouvoir ont été éclairantes dans ce cadre.

La circulation des pratiques de gouvernance impériales est une thématique qui m’intéresse également, notamment en ce qui concerne la question du travail – libre et forcé.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Oui, bien sûr, il y en beaucoup.Je pense notamment à Megan Vaughan pour son livre Creating the Creole Island qui replace l’histoire de l’île Maurice à l’époque moderne dans celle des sociétés de plantation. Elle explique notamment comment la société de l’île est le produit des interactions entre différents groupes, et le caractère central de l’esclavage. Elle montre très bien que l’histoire des élites blanches ne peut pas être pensée en faisant l’impasse sur leurs relations avec l’esclavage.

Rendre la Justice à Quito, de Tamar Herzog.  En termes de travail historique, de jeux d’échelles, c’est un livre très inspirant. L’autrice articule une étude à la fois globale et très fine du monde de la justice et des pratiques judiciaires, dont elle tire des analyses passionnantes sur le fonctionnement d’un système impérial et sur la société locale.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Le beau film Tabou, de Miguel Gomez. La première partie du film se passe dans la Lisbonne contemporaine et met en scène le rapport d’une vieille femme avec sa femme de ménage Capverdienne, tandis que la deuxième revient sur l’expérience coloniale de cette femme portugaise. Au-delà de ses qualités esthétiques, c’est un film sur la mémoire et le souvenir qui évoque de manière assez subtile la question du rapport entre passé colonial et présent post-colonial.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non – comme j’ai une activité professionnelle en parallèle ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Cf question ci-dessus.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Rassembler des chercheurs qui travaillent sur des domaines et des périodes distincts autour de certaines thématiques, relayer des recherches en cours, diffuser des synthèses des discussions au sein du groupe ? Il me semble que c’est ce que le GROC fait déjà dans une large mesure … mais ça me parait très précieux, en particulier en ce moment.

Et puis j’adhère totalement à l’idée d’un Maitron du personnel colonial qui a été évoquée dans plusieurs questionnaires !

9. Comment as-tu connu le GROC ?

On m’en avait parlé dès le début de mes recherches, mais c’est Adélaïde Marine-Gougeon qui m’a introduite lors d’une pause aux ANOM. Merci à elle ! 

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Rencontrer, échanger, élargir mes horizons !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Hum. Ma thèse ?

Qui est le Groc (8) ?

Le mois de mai 2020 finissant, il est temps de présenter deux autres membres du GROC. Cette fois-ci, il s’agit d’Élisabeth Mortier et de Vincent Houle.

Pendant ce temps, l’été s’installe, les chercheurs.ses ne parcourent pas les allées de la BNF, les centres d’archives n’ont pas encore annoncé leur réouverture, les bubble teas (goût mangue ou maracudja) font rêver, certain.e.s ne savent plus comment faire, la rédaction pâtine, et pourtant il faut que cela avance.

Le moins prochain, avec de la chance : deux nouveaux portraits, la ré-ouverture des bibliothèques et des Archives (et un peu de repos ?).

Le lac Hula et ses environs (nord d’Israël) : Une zone marécageuse transformée et appropriée par les sionistes dès la  période mandataire (EM, 2019.04)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Mortier Élisabeth

Twitter : @MortierElisabe1

Website : https://paris-sorbonne.academia.edu/ElisabethMORTIER

Courrielelisabethmortier@yahoo.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Classes préparatoires aux grandes écoles (hypokhâgne/khâgne), master d’histoire à Sorbonne université, diplôme d’hébreu à l’INALCO, agrégation d’histoire, diplôme d’arabe littéral et doctorat à à Sorbonne-Université.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne-Université, Centre d’histoire du XIXe siècle

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire environnementale, histoire de l’Empire britannique, histoire rurale, histoire du sionisme, histoire des techniques

Titre de ta recherche doctorale : Les territoires de l’eau en Palestine rurale pendant la domination britannique (1917-1948)

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : Début 2021 si tout va bien

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Nourrie de littérature hébraïque dès l’adolescence, j’ai décidé en master de m’intéresser à la présence juive en Palestine avant la naissance de l’État d’Israël. J’ai donc fait un master sur la première école agricole juive de Palestine, fondée par l’Alliance israélite universelle en 1870. Mes intérêts ayant peu à peu évolué, j’ai souhaité m’attarder davantage sur l’histoire environnementale de cette région sous domination mandataire.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie la place agricole et politique de l’eau pendant la domination britannique. De nombreuses études en géopolitique de l’eau existent pour la période post-1948. Cependant, peu de travaux ont été menés sur le rôle de l’eau dans les stratégies territoriales et politiques sionistes pendant le Mandat. Je m’intéresse également à la manière dont l’eau devient un problème public dans les années 1930 en Palestine et quelles ont été les politiques mises en place par la puissance mandataire pour y répondre.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Lorsque j’ai réalisé ma recherche de master, je connaissais très mal l’ensemble des réflexions portées par l’histoire environnementale anglo-saxonne et française. Mes réflexions de doctorat sont davantage nourries par cette riche historiographie.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Le livre de William Cronon, Changes in the Land : Indians, Colonists and the Ecology of New England (1983) lu au cours de ma thèse m’a beaucoup apporté. Ce travail porte sur les transformations environnementales apportées par les colons britanniques en Nouvelle-Angleterre et l’incompréhension par ces derniers de la gestion de la terre des Indiens d’Amérique.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Les romans d’Amos Oz m’ont amené à m’intéresser à la Palestine mandataire et je recommande la lecture de son magnifique roman autobiographique, Une Histoire d’Amour et de ténèbres. Au fil de son histoire personnelle, on peut voit se dessiner la complexité de la fin de la période mandataire en Palestine.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné l’histoire du fait colonial à travers l’histoire du Moyen-Orient et du Maghreb (XIX-XXesiècle) à Sorbonne-Université pendant mon contrat doctoral ainsi qu’à l’Université d’Oxford pendant un an. Dans le cadre de l’histoire du Moyen-Orient et du Maghreb, l’important selon moi est d’essayer de ne pas réduire l’histoire de ces sociétés à l’histoire du fait colonial et post-colonial tout en évitant d’enfermer les moments coloniaux et impériaux dans des logiques purement régionales en les pensant à une échelle plus large.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

J’essaie d’équilibrer l’utilisation de sources émanant tant des puissances coloniales et impériales que des acteurs locaux.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je pense que la force du GROC réside dans sa capacité à partager le maximum d’informations sur les actualités de l’histoire du fait colonial et post-colonial.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à mes ami.e.s doctorant.e.s

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

J’attends de mon appartenance au GROC un espace de partage d’informations, de réflexions communes et de solidarité.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je rêve secrètement de pouvoir faire une histoire globale des ressources (eau, forêts, minerais, …) pendant la domination coloniale britannique et française au Moyen-Orient.

Mer de cailloux aixoise qui manque à certain.e.s (DL, 2019.07)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Houle Vincent

Twitter : @vincenth_21

Website :

Courriel : vincent.houle@umontreal.ca

Parcours dans l’enseignement supérieur : J’ai complété une maîtrise (Master 1&2) en histoire à l’Université de Montréal en 2016 et je suis présentement en quatrième année de doctorat en cotutelle entre Montréal et Paris.

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Sirice) et Université de Montréal

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Outre l’histoire impériale, l’histoire conceptuelle se trouve au cœur de chacun de mes travaux de recherche. Je me penche principalement (ou me suis penché) sur des concepts comme l’universalisme et le particularisme, le national et l’international, la frontière.

Titre de ta recherche doctorale : Peuple de l’ombre, peuple universel : les résistant.e.s et les ancien.ne.s résistant.e.s français.es face à l’Empire et la décolonisation (1940-1962)

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : 2021

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Mon mémoire de maîtrise portait sur les liens entre la Résistance française et le reste du monde, choix motivé simplement parce que l’espèce d’aura entourant la Résistance et de Gaulle m’interpellait énormément à l’issue de mon premier diplôme universitaire.

Comme pour plusieurs, cet intérêt initial a eu l’occasion d’évoluer en des questionnements beaucoup plus complexes pendant les années de maîtrise. Au contact d’autrices et d’auteurs (et de ma copine, également doctorante en histoire) s’intéressant au fait colonial, à la vocation universelle des principes républicains, ainsi qu’à des réflexions méthodologiques sur les échelles d’analyse, j’ai eu envie de réinvestir l’histoire de la Résistance française à la lumière de nouveaux questionnements, notamment tout ce qui a trait à son rapport à l’Empire et à l’impérialisme.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Dans ma thèse, je m’intéresse principalement à un peu plus d’une dizaine de résistant.e.s (puis d’ancien.ne.s résistant.e.s) qui se sont prononcé.e.s sur les enjeux impériaux entre 1940 et 1962. Je cherche à mettre en lumière 1) la manière dont leur expérience au sein de la Résistance a (ou n’a pas) influencé leur vision de l’Empire et de l’impérialisme, 2) les différentes conceptions de l’entité impériale, bien plus diversifiées que « ce qui est advenu », et 3) les différentes interprétations de la République, de l’impérialisme et des principes qui les guident. Mon analyse se base sur des témoignages, des ouvrages rédigés par ces individus, des journaux clandestins, des projets non advenus, des documents internes de mouvements, des conférences impériales, des débats à l’Assemblée, des associations d’anciens résistants, tout ce qui peut me permettre de comprendre les différentes conceptions de l’entité impériale et leur évolution sur la période.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Ma réponse est intégrée à celle de la question 1 !

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Bien sûr ! En voici une courte liste :

– Gary Wilder, pour le regard anthropologique et l’approche conceptuelle de son étude de l’Empire français ;

– Naomi Schor et Tyler Stovall, pour leurs réflexions sur l’universalisme ;

– Alya Aglan, pour l’ouverture dont elle fait preuve dans son étude de la Résistance ;

– Charlotte Delbo et Emmanuel d’Astier, pour leur plume et l’émotion que leurs textes transmettent.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y a d’abord le Graphic History Collective. Ce projet absolument génial met de l’avant des artistes, des activistes et des universitaires qui collaborent pour valoriser grâce à l’art, des perspectives trop souvent tues ou ignorées sur des événements historiques, souvent liés aux enjeux coloniaux et post-coloniaux. Il s’agit principalement d’un projet d’histoire canadienne qui aborde le fait impérial et colonial au Canada sans toutefois y être exclusif. Le GHC a créé une exposition (« Remember – Resist – Redraw ») qui était à Montréal toute l’année et on peut voir les affiches présentées sur leur site internet (https://graphichistorycollective.com/projects/remember-resist-redraw).

L’autre mention va à la plateforme histoireengagée.ca qui n’est pas une « œuvre sur le fait colonial et/ou post-colonial » à proprement parler, mais dont la mission est d’offrir un espace de discussion et de création de savoirs en libre-accès qui s’efforce de ne pas reproduire une « hiérarchisation des discours et des êtres humains ». Leur travail reconnaît les biais racistes et sexistes de la discipline historique et cherche à les questionner et les déconstruire. La plate-forme laisse place à plusieurs types de textes (chroniques d’archives, réflexions sur l’actualité depuis une perspective historienne, etc.) et à des textes scientifiques révisés par les pairs publiés considérablement plus rapidement que dans une revue papier ou en ligne traditionnelle. Je vous encourage à vous abonner à leur Facebook/Twitter et à consulter leur énoncé de mission (http://histoireengagee.ca/a-propos-dhistoire-engagee/).

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai pas enseigné l’histoire du fait colonial en particulier, mais j’ai enseigné un cours sur la recherche et la rédaction en histoire à l’Université de Montréal à des étudiant.e.s de première année cet hiver. J’ai tout de même souhaité y intégrer un fil conducteur, l’histoire impériale et ses ramifications contemporaines. Les affiches du Graphic History Collective m’ont été fort utiles.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

J’essaie de valoriser d’autres formes de création et de diffusion du savoir que celles généralement prescrites par le canon occidental. Pour moi, de manière concrète, cela s’est manifesté par la présentation récurrente d’expressions artistiques dans mes cours, qu’elles soient plastiques ou musicales, pour montrer à mes étudiant.e.s la valeur de ces moyens d’expression dans la construction du savoir.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Nous pourrions peut-être déplacer une partie de nos discussions par courriel au carnet Hypothèses pour les rendre plus pérennes. Je sais que cela rajoute un peu de boulot à chacun.e en comparaison à des annonces ou à des présentations plus informelles par courriel, mais quelqu’un.e qui voudrait présenter une ressource au GROC pourrait soumettre un court texte (genre billet de blog) sur le carnet Hypothèse dans une section dédiée, qui demeurerait auprès d’autres ressources dans un seul et même endroit.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à Sara Legrandjacques, qui m’y a introduit entre un colloque à Paris où nous avons fait connaissance et quelques pauses-café à la BnF. Merci Sara !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

J’ai bien profité de ma dernière année à Paris pour prendre part à nos séminaires périodiques où nous avons pu discuter et enrichir nos réflexions. De retour à Montréal depuis un an, j’ai été plus passif au sein du GROC en me limitant à quelques interventions (un mélange de décalage horaire et de défis professionnels), mais je me réjouis toujours de lire les interventions de mes collègues. Donc je dirais, pour l’immédiat, d’occuper un rôle plus passif tout en restant bien connecté en esprit, et surtout que le GROC demeure toujours aussi alerte, vif et axé sur l’entraide.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Excellente question ! Encore intangible pour le moment, j’aurais envie que ce projet tourne autour de l’art (vous aurez compris rendu ici que c’est un intérêt fort chez moi). Le projet serait principalement basé sur des sources artistiques, qu’elles soient plastiques, musicales, textuelles, et pourquoi pas, inclurait un volet artistique pour sa diffusion également !

 

Qui est le Groc (7) ?

Nous continuons notre introduction des membres du Groc avec Silvere Ulrie Okala et Camille Cordier.

Ces deux collègues ont accepté de se prêter à ce questionnaire afin de mieux faire comprendre qui sont les jeunes chercheur.e.s étudiant les sociétés coloniales du passé.

D’autres suivront à un rythme plus régulier, il faut l’espérer.

Deux manguiers couvrant majestueusement un terrain à Kourou (DL, 2016.07)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Okala Silvere Ulrie

Twitter :

Website :

Courriel : okala_silvere@yahoo.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après un master 2 en histoire économique et sociale obtenue à l’université de Yaoundé 1 (Cameroun) en 2015, je me suis inscrit en thèse à l’université Paris 8.

Université et unité de recherche de rattachement : Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHE.S) de l’université Paris 8 Vincennes St-Denis

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire de la ruralité, de l’agriculture, mais aussi l’histoire des sciences et techniques dans les anciennes colonies françaises.

Titre de ta recherche doctorale : La politique camerounaise de recherche et de vulgarisation agricole au Cameroun (1945-1973)

Année du début de ta recherche doctorale : Octobre 2016

Date de soutenance de la thèse : Équation à plusieurs inconnues…

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’avoue que l’histoire coloniale est un accident de parcours dans mon cursus. Je fus plus attiré par l’histoire post-coloniale. Surtout la manière dont les dirigeants des États indépendants s’attellent à améliorer les politiques de vie des populations. J’utilisais de ce fait l’agriculture et le milieu rural comme laboratoire des rapports entre gouvernants et gouvernés. Toutefois, par un commun accord avec ma directrice, j’ai décidé d’élargir les bornes chronologiques et de reformuler mon sujet. C’est dans ce sillage que le fait colonial  »s’incruste » dans ma recherche. Au début, mes connaissances étaient avariées sur des débats liés au fait colonial. Depuis quelques temps, je suis moins effaré par la question.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je travaille sur la circulation du vivant et de son inscription dans les communautés et territoires. Il est question de voir comment les ingénieurs, agronomes et institutions scientifiques ont mis en place des pratiques multiformes de production du matériel végétal et comment ce matériel a été diffusé, adopté et ré-imaginé par les paysans. Il s’agit aussi de voir les interférences, les brassages et métissages entre la rationalité technique prônée par la science moderne et les logiques paysannes.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

La formulation du sujet a certes changé, les bornes chronologiques et la problématique aussi, mais je suis resté attaché au monde rural, aux paysans. J’ai un rapport particulier avec cet espace comme fabrique de vie en Afrique.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Deux historiennes m’ont particulièrement marqué. Il s’agit de Kleiche-Dray Mina , et Liliane Hilaire-Perez. Leurs travaux m’ont permis de faire un grand pas théorique et méthodologique en histoire des sciences et techniques. Je pense aussi à la thèse de Guillaume Lachenal : « Biomédecine et décolonisation au Cameroun, 1944-1994 » (2006).

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je pense particulièrement à l’œuvre de l’écrivain camerounais Mongo Beti, Ville cruelle (1954). J’ai aussi à l’esprit le documentaire, Les statues meurent aussi (1953) de Alain Resnais et Chris Marker. Documentaire passionnant sur le colonialisme. Il est en libre accès sur YouTube.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

La littérature africaine des années cinquante et soixante. Je crois qu’en ce qui concerne l’Afrique, lire les auteurs de cette époque, peut éclairer sur le fait colonial. On peut citer par exemple Amadou Hampateba avec son œuvre Oui Mon commandant, Mongo Beti que j’ai déjà cité, Ferdinand Oyono avec Le vieux nègre et la médaille. Sans oublier l’écrivain Cheick Hamidou Kane avec L’aventure ambiguë et plusieurs autres auteurs.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Hummm, je ne sais pas trop. Peut-être organiser une journée d’étude en Afrique ou en Amérique latine ?

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Élise, Élise, Élise Abassade.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Élargir ma culture sur le fait colonial.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Pour mon projet idéal, je pense à un séminaire sur le fait colonial en Afrique centrale. Je trouve que cette partie du continent est peu étudiée en France par exemple.

Rav Mulcair (Nikki Amuka-Bird) mêlant joie et désespoir. Un peu comme les doctorant.e.s en rédaction (Avenue 5, 2019)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Cordier Camille

Twitter : https://twitter.com/CordierCamille4

Website : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/membre/747

Courriel : camille.cordier@hotmail.fr

Parcours dans l’enseignement supérieurLicence d’histoire à Strasbourg ; Année Erasmus à Leicester ; master recherche en histoire à Lyon 2 ; master en démographie à Strasbourg ; stage de recherche en démographique historique à Montréal ; CAPES ; contrat doctoral

Université et unité de recherche de rattachement : Université Lyon Lumière / LARHRA

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire urbaine, histoire économique, histoire du genre, histoire de la consommation et de l’alimentation

Titre de ta recherche doctorale : Consommations, marchés et politiques dans les villes de Saint-Domingue au XVIIIe siècle

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Aucune idée

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Pour être honnête, rien dans ma formation ou mon parcours universitaire ne me poussait à travailler sur cette question. Je n’ai suivi aucun cours sur le sujet, et mes mémoires de recherche ne portaient pas sur ce thème. Pour autant, la question coloniale m’a toujours taraudée. J’ai été, par exemple, très influencé par la question, aux concours de l’enseignement, sur les marges de la France en géographie (croisée à celle sur les mers et océans).

Mes deux mémoires étaient centrés sur l’histoire de la consommation au XIXe et XXe siècles. Pour la thèse, je voulais continuer à travailler sur ce sujet et me rapprocher de l’époque moderne pour garder la même directrice de recherche, Natacha Coquery. N’ayant aucune idée de sujet portant sur le territoire métropolitain, j’ai cherché ailleurs et mon regard s’est tourné vers la Caraïbe. Ma rencontre avec Manuel Covo (mon 2e directeur de recherche) m’a ensuite guidé vers Saint-Domingue.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche porte sur les consommations et les marchés urbains dans les villes de St Domingue, en particulier celle du Cap Français. Pour faire très vite, au lieu de traiter la colonie comme un espace productif au sein de l’empire français (comme cela a déjà pu être le cas), je l’étudie comme un espace de consommation.

De nombreux travaux ont montré l’importance des produits coloniaux dans la dynamique du capitalisme européen aux XVIIe et XVIIIe siècles, il reste à savoir comment l’importation massive de produits européens et le développement de marchés urbains façonnent le monde antillais. En effet, aucune étude globale retraçant le cycle de la consommation n’a encore été menée dans le contexte colonial.

L’objectif de la recherche est donc d’étudier comment s’organisent les marchés urbains pour répondre à la demande des consommateurs et consommatrices dans un contexte de pénuries chroniques et de dépendance au marché mondial et quelles politiques publiques sont mises en place pour encourager et réguler ces marchés.

Je m’intéresse en particulier aux interactions entre les choix menés par l’administration coloniale et l’agency des actrices et acteurs économiques dans la configuration de la ville coloniale et de son économie.

Pour reconstruire les marchés urbains, je m’appuie sur des sources comme la correspondance administrative, des cartes, des livres de dépenses privés, les petites annonces dans le journal local, des mémoires et des textes législatifs publiés.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes intérêts de recherche se sont beaucoup élargis (presque trop). En master, j’étudiais la consommation vraiment du point de vue des individus et du ménage : la nomenclature des foyers de dépense, la répartition genrée des tâches au sein du couple, la représentation de sa classe sociale, etc.

Ma recherche Saint-Domingue prend un tour plus globalisant sur la question de la consommation. J’étudie à la fois les politiques mise en œuvre par l’administration coloniale pour répondre aux besoins des populations locales, l’ancrage urbain des activités économiques, l’impact du genre et de la race sur le fonctionnement du secteur marchand, les réseaux d’approvisionnement provenant de la métropole et de la campagne, etc.

Je me retrouve donc à faire de l’histoire économique, sociale, politique, administrative, urbaine, de l’alimentation, du genre, de l’environnement, de l’agriculture. J’aime pouvoir aborder toutes les dimensions de l’histoire de la consommation, cela m’oblige à naviguer entre de nombreux courants historiographiques et à exploiter des sources de nature différente. C’est à la fois fatiguant et galvanisant. Je tenterai de me recentrer à la fin de la première année, mais je ne promets rien.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

C’est difficile d’en choisir seulement un. En première année de thèse, je lis beaucoup et suis encore très influençable, ma réponse varie donc chaque mois. Sur l’histoire des villes coloniales de la Caraïbe française, les deux ouvrages majeurs sont ceux de Cécile Vidal sur la Nouvelle-Orléans et celui de Anne Pérotin-Dumon sur les villes de Guadeloupe. Les deux approches, même si très différentes, se complètent très bien.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y en a beaucoup ! Je suis de celles qui ont besoin de pouvoir se représenter visuellement une période ou un espace pour le comprendre. Du coup pour entrer dans l’univers de la société esclavagiste de plantation, je conseille trois séries :

  • Roots. Deux adaptations du roman d’Alex Haley existent en série. C’est très enrichissant de comparer les deux versions (1977 et 2016), pour saisir les avancées historiographiques sur le sujet, en particulier sur les sociétés de la côte de l’Afrique de l’ouest.

  • The Long Song. Je viens tout juste de découvrir cette série, merci à David Chaunu et Fanny Malègue. La série montre de manière très subtile la complexité des relations sociales au sein de la plantation. Elle réussit même le tour de force d’être parfois drôle, ce qui est difficile à imaginer pour un sujet aussi grave.

  • Tropiques Amers. Adolescente, j’ai regardé en boucle ce téléfilm français de 2007 sur la Martinique de la fin du XVIIIe siècle. Je me suis souvenue de cette obsession il y a peu, et me suis aussi rendu compte que le scénario était de Myriam Cottias. Je présume que cette série a dû, d’une manière ou d’une autre, influencé mon choix de recherche.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai donné cette année un cours de TD en L1 sur « l’Europe et le Monde, Moyen Age et Epoque moderne » (oui c’est large). On m’a donné complètement carte blanche pour le TD que j’ai recentré sur l’histoire atlantique à l’époque moderne.

Je ne sais pas s’il y a une démarche particulière à avoir pour enseigner le fait colonial. J’ai essayé de trouver des sources produites par d’autres acteurs que ceux à l’origine de la colonisation (pas facile). La question de l’esclavage et de la traite a été difficile à traiter (pour moi en tout cas). Ce n’est qu’un cours de L1, les étudiant.e.s ont peu de culture générale sur le sujet, il faut faire vite, et ils n’abordent que très peu le sujet en CM. Pour bien faire les choses, et pouvoir aborder tous les aspects du phénomène, il faudrait un cours dédié à la question. Je suis admirative des cursus étasuniens où des cours sont spécifiquement dédiés à la révolution haïtienne (ils l’étudient en large, en long et en travers, c’est fou).

Je vais demander à refaire ce cours à la prochaine rentrée universitaire, car j’ai vraiment envie de l’améliorer. Je suis ouverte à tous conseils sur le sujet.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Le documentaire Les Routes de l’esclavage est très complet sur la question de la traite. Cela peut être un bon outil pour introduire le sujet en L1.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Connaissant encore assez mal les activités du GROC, je ne saurais dire.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai tout d’abord connu le GROC par plusieurs listes de diffusion, lors de sa création. Le GROC se présentait alors comme un groupe de recherche travaillant spécifiquement sur le second empire colonial et la période contemporaine. Je me suis « Oh flûte ! Trop loin pour moi … ». C’est quand j’ai vu que David Chaunu faisait partie de la bande que j’ai demandé à rejoindre le groupe, voyant que les modernistes étaient la bienvenue. J’ai d’ailleurs été très bien accueillie, merci !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Au laboratoire où je travaille (le LARHRA à Lyon), j’ai peu l’opportunité de rencontrer des doctorant.e.s travaillant sur le fait colonial, en particulier pour le 1er empire. Dans le cadre du GROC, j’espère créer de nouveaux contacts, échanger sur des questions qui me sont chères, et en savoir plus sur le second empire, puisque que vous êtes surtout des contemporanistes.

Une suggestion : nous pourrions avoir un agenda commun ou quelque chose de ce genre pour informer les autres membres du groupe de notre séjour ANOM (j’imagine que tout le monde y va régulièrement). Cela permettrait de s’y rencontrer et d’égayer notre vie sociale sur place.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Sincèrement, je crois que je suis entrain de travailler sur mon projet de recherche idéal. J’en suis encore au tout début, j’ai donc du mal à imaginer ce que je pourrais faire d’autre. Les sources sont nombreuses et le sujet passionnant. J’encourage par contre toutes les personnes à la recherche d’un sujet de thèse innovant de travailler sur les colonies. Il y a tellement à faire ! Tellement de sources à exploiter et de problématiques à développer, c’est une réelle mine d’or.

Qui est le Groc (6) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Adélaïde Marine-Gougeon et Antonin Plarier.

Le pays est toujours confiné, les pâtes au menu, les postes rares, la déprime grande, les injonctions contradictoires, le thé sucré et il y a des hamsters dans Animal Crossing: New Horizons.

Je suis toujours à la recherche de nouveaux volontaires pour les portraits du mois d’avril.

Bureau d’une doctorante confinée

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Marine-Gougeon Adélaïde

Twitter :

Website :

Courriel : adelaide.marine.gougeon@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurClasses préparatoires (hypokhâgne et khâgne), puis licence d’histoire à Paris-IV ; Master recherche en histoire ; agrégation d’histoire ; préparation d’un doctorat (contrat doctoral)

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle, et CIRESC (Centre international de recherche sur les (post)esclavages), sous la co-direction de Jacques-Olivier Boudon et Myriam Cottias

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Je m’intéresse à l’histoire des propriétaires d’esclaves en Martinique au XIXe, que je désigne par le terme de Blancs créoles (aujourd’hui plus connus sous le vocable de Békés). Mais je m’inscris plus généralement dans une histoire plus vaste de l’esclavage et de l’empire colonial français.

Titre de ta recherche doctorale : Circulations, réseaux et identité des Blancs créoles de la Martinique au XIXe siècle, entre transnationalisme et affirmation nationaliste

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : Ha, grande question. 2022 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je dois avouer que mes origines antillaises y sont pour beaucoup dans le choix d’étudier le fait colonial et l’histoire de l’esclavage en particulier. La thématique de la race est particulièrement présente dans la société antillaise tout comme dans mon histoire personnelle, et m’a poussée aussi vers l’étude de ces thématiques. L’autre facteur déclencheur fut le grand mouvement de grève générale en Guadeloupe et en Martinique en 2009, qui a remis au-devant de la scène les inégalités nées de la colonisation et de l’esclavage. On peut également évoquer le fameux reportage de Canal + en 2008 sur les Békés en Martinique, qui montre bien le poids de cette catégorie de la population dans la société martiniquaise actuelle. Tous ces questionnements étaient déjà au cœur de mon sujet de master sur les colons martiniquais face à l’abolition de l’esclavage, sous la Deuxième République.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse à des familles blanches créoles de la Martinique au XIXe siècle sous l’angle de leurs circulations dans les espaces atlantiques, caribéens et américains, voire au-delà. Le questionnement principal est de s’interroger sur le devenir de ces familles au moment où les îles à sucre perdent de leur centralité dans l’empire colonial français, et où elles sont confrontées à d’importants bouleversements (abolition de l’esclavage, crise sucrière…). L’idée est de s’interroger surtout sur leurs relations et leurs mobilités en-dehors de la Martinique et leur capacité à utiliser des réseaux les reliant soit à la métropole, soit à d’autres territoires caribéens ou américains, ou d’autres territoires de l’empire colonial français dans lesquels elles se déploient, que ce soit pour faire face à ces diverses crises ou non.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Le cœur de mon travail demeure l’étude de la société blanche créole de la Martinique, car il n’existe quasiment aucune étude historique sur cette catégorie de la population coloniale. Mes recherches pour le mémoire étaient essentiellement consacrées à l’histoire politique de cette population pendant la Deuxième République (1848-1851) via l’action politique et le réseau d’Auguste Pécoul, représentant de la Martinique de 1849 à 1851.

Pour mes recherches doctorales, je maintiens le groupe des Blancs créoles comme sujet d’étude tout en élargissant la focale en mettant l’accent sur leurs mobilités et circulations dans des espaces bien plus vastes que la Martinique. L’enjeu est véritablement de les saisir à une autre échelle que celle de la colonie qu’est la Martinique, c’est-à-dire celle de l’empire colonial français tout comme l’espace caribéen-américain. A mon sens, la pertinence de mon sujet réside dans l’étude de ce groupe en tant qu’acteurs parmi les plus anciens du colonialisme français, à un moment de mutations profondes de ces territoires colonisés. Il me semble également nécessaire de les replacer en tant qu’acteurs du colonialisme français dans le cadre d’un espace proprement américain et caribéen. L’idée est donc d’écrire une histoire impériale à partir d’acteurs coloniaux assez originaux.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Si je me suis intéressée dès le master à l’histoire coloniale, le programme d’agrégation sur les Sociétés coloniales (en plus du thème précédent sur le Monde britannique) a constitué pour moi une opportunité formidable de me familiariser avec d’autres terrains coloniaux et surtout à l’historiographie. C’est à ce moment que j’ai vraiment appris à réfléchir sur les grandes notions que nous sommes amené.e.s à manipuler dans nos travaux sur les terrains coloniaux.

Si je devais citer une lecture éclairante pour ce sujet, ce serait le remarquable ouvrage d’Emmanuelle Saada sur les Métis de la colonie, où par une approche par le droit, elle fait émerger la situation coloniale de l’Indochine et le « problème » du métissage, à la fois proche et très différent de ce qu’on peut étudier dans les Antilles françaises.

Il y a bien un ouvrage dans lequel j’ai puisé l’essentiel de ma réflexion pour élaborer mon projet de thèse : il s’agit de l’introduction traduite en français de Tensions of empire, éditée par les éditions Payot sous le titre « Repenser le colonialisme », d’Ann Laura Stoler et Frederick Cooper, que l’on ne présente plus. J’y ai trouvé un véritable recueil de problématiques, et un encouragement à entreprendre une thèse sur la thématique que j’avais choisie avec mes directeur et directrice.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je constate assez souvent une profonde méconnaissance de l’histoire des Antilles françaises parmi de nombreux collègues historiens et professeurs d’histoire. L’adoration générale d’Aimé Césaire masque véritablement, selon moi, une ignorance de l’histoire de l’esclavage dans les territoires français. Je recommande donc chaudement deux ouvrages littéraires qui en disent beaucoup sur la société antillaise : d’abord, la Rue Cases-nègres, de Joseph Zobel, mais aussi le chef d’œuvre Texaco de Patrick Chamoiseau (les géographes adorent ce livre, il n’y a pas de raisons que les historiens ne s’y mettent pas aussi). Je recommande aussi l’adaptation par la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy (quasi inconnue en France) de Rue Cases-nègres, très bonne entrée en matière sur la société martiniquaise.

En arts plastiques, j’ai eu un vrai coup de cœur dernièrement pour les œuvres de Yinka Shonibare Rahman, qui utilise des tissus en wax, que tout le monde associe au continent africain, pour confectionner des vêtements à la mode européenne du XVIIIe siècle. C’est une belle façon de rendre visible la place du continent africain dans l’histoire de l’Europe, ou en tout cas une belle façon d’interroger les rapports entre les deux continents et leur histoire partagée. On peut voir beaucoup de ses œuvres dans le numéro d’août-septembre 2019 de Manière de voir du Monde diplomatique sur le roman national en débat.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné quatre ans en lycée, mais je n’ai eu l’occasion de n’enseigner qu’une fois cette question en classe de première. Mes souvenirs de la question de concours étant encore frais, je me suis attachée à déconstruire la dichotomie traditionnelle entre colonisateur/colonisé, mais aussi à tenter de faire comprendre le fait colonial dans sa globalité comme processus de domination.

Je pense qu’il y a tout de même une spécificité de l’enseignement de la colonisation en France : à mon sens, cela entre dans le cadre des « questions sensibles » dans la mesure où cela touche l’histoire personnelle de nombre de nos élèves. Cela mobilise aussi la question de la race, que l’on est souvent frileux à aborder frontalement en France.

Ce thème pousse aussi à questionner l’idéologie républicaine de la fin du XIXe-début XXe, qui demeure au cœur de notre système politique actuel. Bref, c’est un enseignement éminemment politique et politiquement délicat. Tout l’enjeu est de faire en sorte que l’ensemble de nos collègues soient armés pour affronter les questions des élèves, mais aussi de déconstruire les préjugés de tout type de nos élèves sur cette question complexe.

J’ai aussi particulièrement apprécié enseigner les mémoires de la guerre d’Algérie en terminale. Je dois avouer que remettre en cause certains présupposés de jeunes gens d’origine algérienne sur leur propre histoire était assez savoureux (du style :  « Quoi ? Vous ne connaissez pas Messali Hadj ? Et le massacre de Melouza, 1957 ? Non plus ? Et la guerre civile algérienne pendant la guerre d’indépendance algérienne, ça ne vous dit rien ? Heureusement que je suis là alors… »)

Avec une collègue, nous avons fait venir deux années de suite une association d’anciens appelés pour venir témoigner de la réalité de la guerre et de leur rejet des atrocités commises par l’armée française. C’était passionnant de confronter des témoins de l’histoire à nos élèves qui sont presque tous concernés par cette histoire de par leur histoire familiale.

Je n’ai en revanche jamais eu l’occasion d’enseigner ces questions dans le supérieur. J’espère que cela viendra un jour !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Outre la mobilisation des témoins quand cela est possible, j’ai utilisé surtout des textes, en particulier des sources d’acteurs de la colonisation (j’adore le texte de Gallieni sur l’impôt comme carburant du travail indigène ; ça marche plutôt bien). J’utilise aussi Amadou Hampâté Ba, parfait pour l’étude en détail de la société coloniale, et aussi parce qu’il est important de mettre en avant des auteurs non-européens dans nos sources. Et puis, chauvinisme oblige, quelques extraits de Césaire et Fanon, on ne se refait pas !

Comme j’ai à cœur d’amener mes élèves au musée, j’ai conçu une visite du Palais de la Porte Dorée afin de leur faire étudier la propagande coloniale directement « sur le motif ». On peut intégrer tous les espaces de l’empire français, la propagande comme la contre-propagande, l’imprégnation mutuelle du colonialisme sur la métropole et ses colonies, c’est extrêmement riche !

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

J’apprécie l’action du GROC en tant qu’espace de discussions et d’échanges entre doctorants et jeunes chercheurs, en tant que tel c’est déjà très précieux. Ça permet aussi de se tenir au courant de se qui se passe en-dehors de son terrain de recherche, car je suis assez sensible au problème de l’hyper-spécialisation de la recherche aujourd’hui. Il me semble important de toujours garder une vision suffisamment large de sa propre spécialité.

D’autres membres ont évoqué avant moi l’importance des dossiers pédagogiques, de l’organisation de conférences en direction du grand public, je souscris complètement à ces propositions.

Je trouve également que l’idée d’organiser des journées d’étude est excellente et qu’il faut continuer en ce sens.

David Leconte parlait d’une base de données sur les administrateurs coloniaux : je souscris totalement à cette initiative salutaire et absolument indispensable. Je pense que ce serait un outil de travail absolument merveilleux pour nous-mêmes, pour de nombreux chercheurs, et aussi un excellent outil pédagogique.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai connu le GROC par deux membres différents : David Leconte d’une part, que je ne remercierai jamais assez pour avoir organisé ma découverte courte et intense de la Guyane (enfin d’une toute petite partie), et Quentin Gasteuil d’autre part, qui m’a invitée à rejoindre le groupe.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

La poursuite des rencontres et ateliers. Je regrette cependant que les sujets des journées d’étude choisis laissent souvent peu de place aux thématiques que j’étudie.

Le regret que je pourrais formuler est que les spécialistes du XXe siècle sont très largement majoritaires parmi les membres actifs, alors que les thèmes abordés par l’ensemble des membres sont bien plus divers. De ce fait, il est parfois difficile de s’y retrouver dans les initiatives proposées quand on n’est pas vingtiémiste.

Je n’ai pas trop d’idées sur la façon de procéder, mais je pense qu’il faudrait entamer un dialogue plus grand entre nous sur nos terrains et thématiques, nos périodes aussi, et aider à une plus grande cohésion entre l’ensemble des membres, afin que personne ne se sente exclu. Finalement, le GROC pourrait être un laboratoire idéal pour construire une réflexion globale sur le phénomène colonial du XVIIe (voire avant) au XXe siècle, ce qu’il n’est pas suffisamment aujourd’hui.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Il faudrait finir la thèse, déjà. Ensuite, j’entreprendrais bien un projet de recherche sur les Blancs créoles de la Martinique et la concentration du pouvoir dans la colonie depuis le XVIIe siècle. Et puis une étude comparée avec d’autres territoires de la Caraïbe, notamment britannique et hispanique, ce serait tellement bien. Ah et puis il faudrait étudier la population des Libres de couleur aussi. Bon, j’ai du pain sur la planche !

Bureau d’un doctorant avant le Confinement

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Plarier Antonin

Twitter :

Website : https://univ-amu.academia.edu/AntoninPLARIER

Courriel : antonin.plarier@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurLicence Sciences-Po. Master d’histoire moderne et contemporaine à l’ENS Lyon. Puis doctorat à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Université et unité de recherche de rattachement : IREMAM, Aix-Marseille Université

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire sociale, environnementale et histoire des mondes coloniaux

Titre de ta recherche doctorale : Le Banditisme rural en Algérie à la période coloniale (1871 – années 1920)

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 6 juin 2019

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Un peu par hasard… Au cours de mon année à l’UQAM, plusieurs rencontres marquantes m’ont amené à m’intéresser à l’Algérie, la guerre d’indépendance et la décennie noire. J’ai décidé d’approfondir cette thématique en choisissant un cours sur l’histoire de l’Afrique contemporaine. Comme beaucoup d’enseignements sur cette aire géographique, l’Afrique ne comprend pas vraiment le Maghreb mais pour l’évaluation, on pouvait choisir la recension du bouquin qu’on souhaitait. J’avais proposé Les Crimes de l’Armée française recueil de textes publiés par Pierre Vidal-Naquet au cœur de la guerre d’Algérie. Ouvrage très marquant. J’avais été frappé par l’existence des camps de regroupement via la lecture du rapport Rocard qui figurait dans le recueil. Au moment de formuler une candidature à l’ENS Lyon, j’avais proposé de travailler sur ce sujet et je suis entré dans l’histoire du fait colonial comme ça.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Le banditisme rural. L’idée est venue de la lecture combinée d’Eric Hobsbawm, Les Bandits, et d’une pièce d’archive issue du fond Lenoir, préfet de police à Batna en 1954. Il y justifie les regroupements de populations par la présence de bandits d’honneur dans l’ALN. Je voulais savoir comment ces bandits exprimaient une contestation politique.

Par la suite, la plongée dans les archives m’a amené à m’intéresser de plus près à des conflits de plus basse intensité, « des résistances à bas bruit » et tout particulièrement celles liées aux usages, à la restriction des communs sous la pression de l’administration forestière et celle de la colonisation foncière… En quoi le banditisme révèle-t-il ces tensions à l’œuvre dans la société rurale ?

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Oui, un peu. D’une part, je n’étudie plus la même période. Je suis passé de la guerre d’indépendance (1954 – 1962) au cœur de la période coloniale (1871 – années 1920). D’autre part, mon angle d’approche s’est modifié. En Master, j’étudiais l’administration des camps de regroupement et je proposais une histoire des premières sections administratives spécialisés (SAS) qui ont été les piliers de l’armée française dans la gestion de ces camps. Mes sources, comme le temps dont je disposais dans le cadre d’un Master, ne m’ont pas permis de proposer autre chose qu’une histoire des pratiques administratives. Les Algériens et Algériennes regroupé.es n’étaient pas au cœur de ma démarche. Aujourd’hui, je suis plus fondamentalement dans une histoire par en bas qui a tentée, autant que faire se peut, de s’intéresser aux bandits eux-mêmes ou du moins à la relation existante entre les bandits, leur environnement et l’Etat. La démarche, notamment le rapport aux sources, n’est plus la même.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

J’ai déjà évoqué Hobsbawm plus haut… Je dirai qu’après Hobsbawm, c’est Thompson qui m’a aidé à élargir la focale en m’amenant à considérer de plus près les conflits forestiers. Whigs and Hunters traduit et publié en partie en français sous le titre La Guerre des forêts, a été un ouvrage important pour moi, notamment la présentation qu’en fait Philippe Minard. Ce qui se joue dans les forêts en termes d’usages, d’interdictions, de conflits y est décrit avec beaucoup d’attention et une capacité d’empathie avec les acteurs qui m’a beaucoup servi pour interroger mes archives. Toute la partie de ma thèse portant sur la genèse forestière du banditisme rural lui est redevable.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Oula ! Beaucoup ! Et en ces temps de coronavirus, c’est d’ailleurs une excellente question ! De nos frères blessés de Joseph Andras m’a beaucoup ému. L’histoire de Fernand et Hélène Iveton de leur rencontre à l’exécution de Fernand accusé pour le plastiquage raté d’une usine de l’Oranais. Je l’ai beaucoup prêté. La Grande Maison de Mohammed Dib peut être un très bon roman pour appréhender avec sensibilité ce que peut être une situation coloniale. Enfin, même si d’autres l’ont cité avant moi, je citerai L’art de perdre d’Alice Zeniter. Le titre est déjà tout un programme. Plus généralement, ça m’amène à interroger sur les liens entre histoire et littérature. Il existe une force dans ces ouvrages littéraires qu’on ne retrouve pas dans les nôtres. C’est normal et il n’y a pas lieu de s’en lamenter mais dans notre façon de transmettre des connaissances, ou dans notre façon d’enseigner, la littérature peut être un bon allié. On ne le fait pas beaucoup et je trouve ça un peu dommage. Bien sûr, ça pose le problème du rapport à la source, ce qui pour nous est central et ne l’est pas de la même façon chez des écrivain.e.s. Mais bon, sauf à ne former que des historien.nes, ce problème ne m’en paraît pas vraiment un.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Oui, jamais au cours d’un semestre complet mais au cours de certaines séances qui abordaient par exemple la dimension coloniale de la France sous la IIIe République. Un peu au lycée également où cela fait partie des programmes de Seconde (via la mise en place des empires espagnol et portugais), Première (IIIe République coloniale) et Terminale (décolonisation).

Je ne vois pas de différences fondamentales avec d’autres sujets si ce n’est que sur celui-ci, les élèves ou les étudiants peuvent avoir un avis, des témoignages et une histoire à raconter. A mon sens, ça rend le cours plus vivant et plus agréable à assurer. Tous les sujets ne suscitent pas le même intérêt et nous avons de la chance que notre thématique amène parfois plus de débats que d’autres. Je ne dirai pas qu’il s’agit d’une spécificité en revanche car l’histoire du fait colonial n’est pas la seule histoire à susciter des réactions ou des avis. Et heureusement !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Vaste question… Tout dépend des sujets et des publics. Pour les lycées, j’ai trouvé le documentaire Décolonisations (Arte) bien fait, même s’il a pu soulever quelques débats. Idem, sur la même chaîne, Les traces de l’esclavage m’a servi lors de mes cours de Seconde cette année.

Par ailleurs, comme je le disais plus haut, je réfléchis à comment intégrer des œuvres issues de la littérature. Pas évident au lycée, ou alors en lien avec les collègues de français, peut-être plus facile à l’université mais ça demande sans doute de la méthode. Julie Marquet voulait partir d’Un Océan de Pavot d’Amitav Ghosh pour préparer un cours sur les sociétés coloniales. Ça me paraît très stimulant comme démarche.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je crois qu’en proposant une première journée d’étude (Dé)construire les « archives coloniales » et en ayant une voire deux autres journées dans le viseur en ce moment, on contribue modestement mais réellement à dynamiser notre champ d’étude. Je n’assiste pas aux réunions régulières à Paris faute de temps mais je suis convaincu qu’elles ont été et qu’elles sont utiles pour leurs participants.

Le fait que cette initiative soit partie de doctorant.es y est sans doute pour beaucoup, ça a amené d’autres références, d’autres façons de se poser des problèmes.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

D’abord par mails, puis mon acolyte Thierry Guillopé m’a dit combien ce groupe, en plus de révolutionner l’historiographie du fait colonial, était fort sympathique ! J’ai vraiment connu le GROC en rejoignant la colloque du GROC au congrès de la FCHS à Montréal en juin 2019. Et je confirme ces deux jugements !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Comme d’autres l’ont dit, le fait que le GROC n’ait pas véritablement d’existence institutionnelle le préserve des rapports de concurrence et de compétition qui sont omniprésents dans la recherche et que la future (et conditionnelle) LPPR ne prévoit pas d’arranger… Du coup, le GROC est un peu un safe space où l’on peut présenter ses recherches, ses questionnements de méthode, ses interrogations historiographiques sans craindre des relations de pouvoir inhibantes voire excluantes.
Pour moi, c’est ce qui fait la force et l’intérêt du GROC et qu’il faut veiller à maintenir pour l’avenir car ce type de
safe spaces sont aussi nécessairement précaires.

Par ailleurs, je ne sais pas si je devrais le dire mais le GROC contribue en partie à pallier les carences de certaines directions de thèse. Ça n’a pas été mon cas car Sylvie Thénault a toujours été très présente toute au long de ma thèse et je ne crois pas avoir déjà envoyé un mail qui soit resté sans réponse en moins de 24h. Réponses toujours développées et pertinentes d’ailleurs, qu’il s’agisse de questions d’histoire ou des aspects administratifs de la thèse. Mais j’ai constaté que nous n’étions pas tous logés à la même enseigne sur ce terrain et qu’en cas de déficit d’encadrement, de fait, le GROC pouvait proposer une entraide intéressante. Évidemment, je ne dis pas ça pour que les directions défaillantes continuent à ignorer ou du moins sous-encadrer leurs doctorant.es !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Sincèrement, le projet que nous avons présenté avec Thierry Guillopé lors des dernières journées d’étude du GROC/ANOM me motive beaucoup. Il s’agirait de faire l’histoire d’une mine de l’est algérien qui connut un boom exceptionnel au début des années 1860 et joua un rôle central dans le développement de l’empire économique du magnat Paulin Talabot. On a la conviction que ce lieu constitue un formidable observatoire du XIXe siècle (transformations environnementales, existence de différentes formes de travail contraints, situation coloniale voire impériale, migrations de travail ou encore mise en œuvre de nouveaux outils du capitalisme financier). Bref, c’est un bon spot pour écrire une histoire du XIXe siècle. On ne manque pas d’inspiration pour trouver des sources et envisager des scénarios d’écriture mais on manque de temps et de financement pour pouvoir défricher toutes ces pistes. Thierry a sa thèse à écrire et de mon côté, la découverte du secondaire cette année m’a laissé peu de répit…

Travaux à poursuivre !

Qui est le Groc (5) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec David Chaunu et Julie Marquet.

David doit être remercié car il est l’un des très rares modernistes du GROC et il faut célébrer ses trop rares créatures (les spécialistes des Caraïbes sont tous aussi rares et tout autant appréciables) [ses propos reflètent uniquement les opinions de l’éditeur de ces portraits].

Puisse ces portraits aider nos collègues de s’évader des drôles de semaines qui s’annoncent pour chacun.e.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines. Il s’agira d’Adélaïde Marine-Gougeon et Antonin Plarier.

Jeune pousse deviendra grande… Métaphore de la thèse et du temps nécessaire [expression soulignée par l’auteur et l’éditeur] à la recherche (DC, 2020).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Chaunu David

Twitter : https://twitter.com/DChaunu

Website : https://sorbonne-fr.academia.edu/DavidChaunu

Courriel : david.chaunu@hotmail.fr

Parcours dans l’enseignement supérieurAprès une classe préparatoire, je suis entré en Master d’histoire à la faculté des Lettres de Sorbonne Université (anciennement Paris-Sorbonne, anciennement Paris IV). Une fois passé l’agrégation et une année de stage en lycée, j’ai commencé un doctorat, toujours à Sorbonne Université.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université ; Centre Roland Mousnier (UMR 8596).

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Nouvelle histoire impériale ; histoire atlantique ; histoire des sociétés esclavagistes ; histoire de la formation de l’État dans ses territoires ultramarins ; histoire de la Caraïbe.

Titre de ta recherche doctorale : Empires en archipel. Une géopolitique de la Mer Caraïbe, des années 1650 aux années 1700

Année du début de ta recherche doctorale : 2014

Date de soutenance de la thèse : Coming very very soon !

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Comme beaucoup de jeunes chercheur.e.s : c’est par des programmes de concours que j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire du fait colonial et des formations impériales à l’époque moderne. Au concours de l’École normale supérieure tout d’abord, avec un programme intitulé « L’Europe et le monde au temps des Grandes Découvertes ». Puis à l’agrégation d’histoire, nous planchions, en contemporaine, sur l’histoire des sociétés coloniales (Afrique, Antilles, Asie). Entre les deux, j’ai commencé à travailler en master sur les Antilles françaises au xviie siècle. Mais mon questionnement s’est élargi en thèse à l’ensemble de la région Caraïbe.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma thèse étudie la diplomatie des gouverneurs français, anglais et espagnols de la Mer Caraïbe, entre les années 1650 et les années 1700. Ma recherche s’articule autour de deux questionnements. Le premier s’interroge sur les conditions de possibilité, l’extension et le fonctionnement d’un espace politique caribéen au xviie siècle. La Mer Caraïbe y est conceptualisée comme un espace politique d’Ancien Régime, terrain d’interactions, certes singulières entre Européens, Amérindiens et Africains, mais similaires à celles observées dans d’autres espaces de contacts entre différentes souverainetés en Europe. Espace façonné par des acteurs, des lieux de pouvoir et des institutions caractéristiques des monarchies de la période moderne, situé à l’intersection de dynamiques impériales et transimpériales, la Mer Caraïbe formait également un espace politique orienté vers la perpétuation des systèmes esclavagistes, dans une période où le développement de la traite transatlantique, la formation des sociétés esclavagistes de plantation et l’aggravation des rivalités impériales ont contribué à faire de l’esclavage un objet de tensions impériales d’un genre nouveau. C’est la singularité de cet espace de frontière, à la fois caractéristique de l’Ancien Régime et informé par l’institution servile et la situation coloniale, qu’il s’agit en premier lieu d’étudier.

Mon second questionnement, qui sert de fil narratif à ma thèse, porte sur les causes de la fragmentation politique de la Mer Caraïbe, qui devint au cours du xviie siècle un véritable carrefour des empires européens et le théâtre par excellence de l’enchevêtrement des empires à la période. À rebours d’interprétations traditionnelles, qui expliquaient cette fragmentation politique par le déclin de l’hégémonie espagnole dans la Caraïbe ou le désintérêt des monarchies française ou anglaise pour cette région, cette thèse propose une nouvelle interprétation des origines de la fragmentation politique de la Mer Caraïbe, en situant ce phénomène dans les cadres d’analyse d’une nouvelle histoire comparative et connectée des formations impériales à la période moderne. Articulant les concepts d’empire, de territoire, d’esclavage et de peuplement, ma thèse met en lumière les débats impériaux et/ou transimpériaux qui ont agité ces trois empires au cours de la seconde moitié du xviie siècle, dans une période où la fragmentation politique de la Mer Caraïbe a conduit les monarchies et leurs territoires ultramarins à débattre des fonctions de l’expansion impériale, de la nature des relations que ces périphéries ultramarines devaient entretenir à la fois entre elles et avec leurs Couronnes respectives, enfin de la place que l’esclavage et la traite devaient occuper dans ces relations. Ni déclin espagnol, ni incapacité ou désintérêt anglais ou français, c’est à la lumière de la place différenciée qu’occupèrent l’esclavage et la traite dans l’ordre de chacun de ces empires qu’il devient possible d’expliquer la formation du carrefour des empires caribéens.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais même qu’ils ont radicalement changé ! En Master, je m’intéressais essentiellement aux pratiques diplomatiques et aux enjeux de la politique étrangère des gouverneurs français des Antilles françaises, sur une vingtaine d’années. En thèse, j’ai souhaité ouvrir mon sujet à une séquence chronologique plus large et à un espace géographique plus vaste, de manière à embrasser des phénomènes transimpériaux. Ce qui a le plus changé est aussi l’importance que j’accorde à une articulation entre histoire politique de la formation de l’État et une histoire sociale des élites ultramarines et impériales, en analysant les interactions entre les agents des monarques et ces élites. Enfin, c’est surtout la place de l’esclavage dans mon sujet qui a évolué : d’objet de négociation relativement périphérique entre les gouverneurs (en master), l’esclavage et la traite sont devenus les principes organisateurs de l’espace politique que j’étudie.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Il serait difficile de ne citer qu’un seul ouvrage ou qu’un seul historien… En premier lieu, le séminaire d’histoire impériale de la France d’Ancien Régime de François-Joseph Ruggiu, à Sorbonne Université : au-delà du programme de recherche (appliquer les principes de l’histoire impériale à l’État français d’Ancien Régime), c’est aussi une certaine manière de faire de la recherche (collective et collaborative, associant chercheur.e.s confirmé.e.s, doctorant.e.s et masterant.e.s) qui m’a séduit dans ce séminaire. En second lieu, le séminaire de recherche de Cécile Vidal, à l’EHESS, pour son approche des sociétés coloniales et esclavagistes aux Amériques.

Pour le reste, j’ai le sentiment d’avoir « bricolé » ma recherche avec des lectures variées… Pour la conceptualisation des espaces maritimes comme espace politique et espace de normes juridiques à l’époque moderne, les ouvrages de Renaud Morieux (Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise, xviiexviiie siècles) et de Guillaume Calafat (Une mer jalousée. Contribution à l’histoire de la souveraineté : Méditerranée, xviie siècle) m’ont énormément marqué. Mais la liste pourrait encore être très longue… En vrac : Michael Braddick, State formation in early modern England, c. 1550-1700 ; Abigail Swingen, Competing Visions of Empire. Labor, Slavery, and the Origins of the British Atlantic Empire ; Trevor Burnard, Planters, Merchants, and Slaves. Plantations Societies in British America, 1650-1820 ; Cécile Vidal, Caribbean New Orleans. Empire, Race, and the Making of a Slave Society ; Gilles Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’en Haut, 1660-1715, etc. etc. etc.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je l’ai très peu enseigné en réalité. C’est seulement depuis cette année que j’ai eu l’occasion d’enseigner un programme de L2 intitulé « Les Européens et le monde à l’époque moderne ». Le second semestre porte sur le monde atlantique et j’ai pu orienter le programme avec plusieurs séances sur les sociétés esclavagistes… Mais avec l’épidémie de COVID 19, pas sûr que je puisse vous faire un retour d’expérience !

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

 

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

 

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

 

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par la camarade Julie Marquet !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Même si je ne participe pas beaucoup, la liste du GROC me permet de suivre votre actualité. J’aime aussi l’idée de pouvoir échanger avec des chercheurs du fait colonial en histoire contemporaine (car je dois être le premier – et le seul – dix-septiémiste du groupe !). Il me tarde de vous rencontrer prochainement !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je rejoins aussi la team « Maitron de l’empire français », mais élargi à l’Ancien Régime. En s’appuyant sur la série E « Personnel colonial ancien » des ANOM, on pourrait faire une base de données, faisant ressortir les carrières, les réseaux, des stratégies familiales, etc. Ensuite, s’attaquer au fonds Marine, série C, pour faire un sort à la distinction entre Marine et Colonies sous l’Ancien Régime. Si tu élargis ton projet aux xviie et xviiie siècle, cher GROC, on te promet (avec la camarade dix-huitiémiste Fanny Malègue) une bête de BDD.

Derviche posé sur les temps de la recherche (EA, 2020).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Julie Marquet

Twitter :

Website

Courrieljulie.marquet@ehess.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Je suis d’abord passée par un Master 1 d’ethnologie à l’Université de Nanterre, dans le cadre duquel j’ai travaillé sur les programmes d’histoire mis en place par le gouvernement nationaliste hindou au pouvoir entre 1998 et 2004. Les manuels scolaires que j’ai étudiés transmettaient une conception « hindutva » de la nation indienne, c’est-à-dire une conception politique de l’hindouité de l’Inde. J’ai travaillé sur la généalogie et la formation de l’idéologie hindutva, ce qui a donné une dimension historique importante au mémoire.

J’ai ensuite passé les concours de l’enseignement en histoire, et demandé un report de stage, année pendant laquelle j’ai commencé un Master 2 d’histoire et suis allée vivre à Pondichéry. J’ai été frappée, dans cette ville, par l’héritage colonial, et j’ai décidé de travailler sur le rôle des agents indiens dans le processus de colonisation. J’ai ainsi réalisé un mémoire sur les courtiers de la Compagnie française des Indes au XVIIIe siècle. J’ai poursuivi ce travail de recherche sur les intermédiaires culturels pour la thèse de doctorat. Les nombreux aléas des recherches dans les archives m’ont finalement amenée à travailler sur des sources judiciaires, qui permettent d’ouvrir une petite fenêtre sur les populations colonisées. La manière dont les Indiens se présentaient à ou étaient présentés par l’administration coloniale m’a beaucoup intéressée, et j’ai décidé de creuser cette question dans un projet postdoctoral sur la formation des catégories juridiques dans l’océan indien au XIXe siècle, qui aborde la question de la citoyenneté.

Université et unité de recherche de rattachement : École des hautes études en sciences sociales, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Elles sont nombreuses ! En ce moment je m’intéresse tout particulièrement à l’histoire sociale et culturelle de la justice et du droit, et à celle de la circulation des hommes et des savoirs. Mais les thématiques qui suscitent mon intérêt incluent l’immigration, les formes de contrôle et d’encadrement des populations, le genre et l’agencement des rapports familiaux, la société de caste et les mécanismes de stratification sociale, l’environnement et l’organisation coloniale du milieu, l’histoire urbaine en particulier celle des ports coloniaux, le rôle des missions et des missionnaires dans les sociétés coloniales etc.

Titre de ta recherche doctorale : Droit, coutumes et justice coloniale. Les affaires de caste dans les Établissements français de l’Inde, 1816-1870

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 28 novembre 2018

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

En étudiant les manuels scolaires, je me suis penchée sur la manière dont les nationalistes hindous avaient repris certains motifs développés par les colonisateurs britanniques. Cela a développé mon intérêt pour la période coloniale, et les enjeux de pouvoir sous-tendant la production des savoirs, qui ont bien été éclairés par les indianistes depuis les années 1990.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Pour la thèse, j’ai étudié des conflits coutumiers, appelés des « affaires de caste » par l’administration française. Je me suis demandé ce qui était en jeu dans ces conflits pour leurs différents acteurs, et je les ai appréhendés comme un site de production des normes sociales, juridiques et politiques.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais que mes intérêts ont évolué au fur et à mesure des lectures et de la confrontation aux archives, mais qu’ils n’ont pas changé : ils restent centrés sur les processus impériaux d’intégration/ différenciation des populations.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Les sources d’inspiration sont nombreuses parmi les historiennes de l’Inde, mais je dirais que les travaux qui ont le plus influencés ma recherche sont ceux de l’historienne Simona Cerutti : la manière dont elle a développé une approche située des sources comme des phénomènes sociaux et des modes d’adresse à l’autorité a nourri ma réflexion.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

La trilogie de l’Ibis d’Amitav Gosh. Je la conseille à tout le monde (et nous la lisons actuellement avec les étudiant.e.s) ! Je trouve que c’est un roman remarquablement informé, documenté et d’une richesse infinie sur les types sociaux et les destins impériaux, qui nous sort du point de vue européocentré de nombreux romans coloniaux.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai du mal à répondre à cette question !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Pas particulièrement, je pense bien sûr aux archives du fait colonial, mais je pense que tou.t.e.s les historien.ne.s répondraient également les archives.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Peut être multiplier les contacts interpersonnels avec les collègues du secondaire pour proposer des ateliers ou des interventions ? Je pense aussi que les projets de journées d’études co-organisées avec les centres d’archives pourraient être une bonne piste pour organiser une demi-journée de travail avec ses étudiant.e.s.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce au camarade Vincent Bollenot, au sein du CHAC (le Centre d’histoire de l’Asie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

D’échanger, de faire circuler les informations, de pouvoir partager nos pratiques, nos interrogations, et mettre en place des projets collectifs de manière horizontale.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Un projet sur la circulation des travailleurs et travailleuses indien.ne.s dans les caraïbes, l’océan indien et l’Asie du sud-est, et la manière dont ils ont été catégorisé.e.s et se sont présenté.e.s, de la fin du XVIIIe siècle à la décolonisation. Un bien vaste programme !

Qui est le Groc (4) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Margo Stemmelin et Etienne Arnould.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines.

Authentique trace d’un bureaucrate qui s’ennuie (ANOM, ANOM, FM-GEN-118, d1023, mars 1858).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Stemmelin Margo

Twitter :

Website

Courriel : margo.stemmelin@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurAprès une CPGE AL spécialité Anglais, j’ai intégré le département d’Anglais de l’ENS de Cachan (aujourd’hui Paris-Saclay), où j’ai effectué ma L3 de LLCE Anglais, ainsi qu’un Master recherche en Civilisations anglophones, en partenariat avec l’Université Paris VII Diderot. A la suite de mon M2 d’Anglais, je me suis réorientée en Histoire m’inscrivant au Master d’Histoire transnationale de l’ENS de Paris et de l’École des Chartes, avant de poursuivre en doctorat à l’Université Paris VIII.

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris VIII Vincennes St-Denis ; Laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHE.S)

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire des intellectuel-le-s et de l’université ; histoire du livre et des bibliothèques ; histoire de l’orientalisme ; histoire sociale ; histoire urbaine

Titre de ta recherche doctorale : Alger, capitale orientaliste ? Construction d’une capitale savante en situation coloniale (1880-1930)

Année du début de ta recherche doctorale : 2018

Date de soutenance de la thèse : Vers 2022-2023… ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Étrangement, ça s’est fait par le biais des États-Unis, lors de mon M1 d’Anglais en échange à l’Université de Chicago. Beaucoup de cours, dans les départements d’histoire, de sociologie, d’anthropologie, s’intéressaient au fait colonial, et j’ai été assez frustrée, à mon retour en France, de ne pas retrouver la même offre dans le cadre de mes études en Civilisations Anglophones. Puis, une fois en M1 d’Histoire, je me suis retrouvée à suivre un atelier d’archives à l’EHESS et à l’INALCO qui portait (et porte toujours, d’ailleurs) sur les archives du doyen de l’Université d’Alger au tournant du XXe siècle. J’ai construit mon sujet de mémoire à partir de ce fonds extrêmement riche pour l’étude de la vie savante de l’Algérie coloniale, et j’ai poursuivi en thèse.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse à la construction d’Alger comme un « lieu de savoir », et plus spécifiquement des savoirs orientalistes, en me concentrant sur un moment clé, entre la fondation en 1880 des Écoles supérieures d’Alger – constituées en Université en 1910 – par les autorités françaises, et les célébrations du Centenaire de l’Algérie française en 1930. J’étudie particulièrement la Faculté des Lettres d’Alger où sont réunies les savants orientalistes, et interroge leurs rapports avec la ville comprise dans sa dimension spatiale (comment la création de lieux savants correspondant aux standards européens modifie-t-elle l’espace algérois ?), institutionnelle (quel rôle de la Municipalité dans la vie intellectuelle algéroise ?) et sociale (quelles sont les relations entre les populations algéroises et l’élite intellectuelle principalement européenne de de la ville ?). Il s’agit ainsi d’étudier l’émergence à Alger d’une vie scientifique ancrée dans une ville qui s’organise peu à peu autour d’elle, et d’analyser en retour les effets d’« Alger, capitale orientaliste » à l’échelle impériale.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais surtout qu’ils se sont élargis et approfondis. En Master, je travaillais sur un congrès orientaliste, donc un objet très limité chronologiquement (cinq jours, en 1905) et géographiquement (Alger), ce qui m’a permis d’étudier minutieusement différents aspects de mon sujet. En thèse, j’ai élargi mon cadre chronologique, et j’essaye de faire une histoire sociale de la ville d’Alger, et non plus uniquement spatiale. J’essaye aussi de sortir un peu plus de l’histoire des sciences et des savoirs, en m’interrogeant notamment sur les défis matériels, liés à la situation coloniale, auxquels sont confrontés les universitaires : cela m’a amené par exemple à étudier la circulation impériale des livres ou des caractères d’imprimerie… Difficile en effet de mettre en place un pôle savant correspondant aux standards académiques métropolitains, alors en pleine définition, sans bibliothèque ou système de publication– ce qui impose, du même coup, des normes académiques, bibliothéconomiques et éditoriales européennes dans les colonies.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Plus que des ouvrages, c’est l’atelier/séminaire « L’orientalisme en train de se faire » organisé par l’EHESS (Emmanuel Szurek), l’INALCO (Augustin Jomier) et l’Ecole française de Rome (Marie Bossaert) qui est à l’origine de mes recherches. Depuis 2016, les organisateur-trice-s et les participant-e-s du séminaire exploitent les archives personnelles du doyen de la Faculté des Lettres d’Alger (l’arabisant et berbérisant René Basset), et c’est à partir de ce fonds privé que j’ai construit mon sujet de master puis de thèse. Au-delà des contenus scientifiques du séminaire et du fonds qui ont inspiré mon sujet de recherche, c’est surtout le travail collectif associant historien-ne-s confirmé-e-s, archivistes et étudiant-e-s – et donc finalement une certaine vision de ce que peut être la recherche en histoire – qui m’a poussée à m’inscrire en doctorat.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Difficile de choisir ! Je viens de finir de lire Nos richesses de Kaouther Adimi qui retrace l’histoire de la librairie algéroise Les Vraies Richesses et des éditions Charlot (éditeur algérois d’Albert Camus, mais aussi de Jean Amrouche, Mouloud Ferraoun, Edmond Roblès…), et dont la lecture m’a enthousiasmée. Ce roman, même s’il se déroule à une époque plus tardive que celle que j’étudie, fait écho à de nombreux aspects de ma recherche. Les librairies et les bibliothèques y sont par exemple décrits comme des lieux centraux de la sociabilité intellectuelle algéroise (en dehors des réseaux universitaires presque exclusivement européens), et l’ouvrage, en soulignant à quel point les livres, le papier, l’encre sont à Alger des ressources précieuses mais limitées, permet de réfléchir au déséquilibre qui existe entre les marchés du livre algérois et parisien, à l’échelle impériale.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

En fait, je n’ai même enseigné que l’histoire du fait colonial (« Colonisations XIXe-XXe »), dans le cadre de cours de méthodologie pour des L1 à Paris VIII (initiation au commentaire historique la première année, initiation à la dissertation la seconde). Comme je n’ai jamais enseigné d’autres sujets, j’aurais du mal à dire ce qui en fait la spécificité… surtout, je suis certaine que chaque enseignant-e est prêt-e à défendre la spécificité de son sujet de recherche ou d’enseignement ! Ceci étant dit, j’ai l’impression, comme d’autres, que le fait colonial est assez mal connu des élèves (parce que vu en vitesse dans le secondaire faute de temps face à des programmes toujours plus larges ; parce que traité comme un phénomène à part, une « parenthèse » de l’histoire européenne ne méritant pas d’être pleinement intégré à un cours qui ne porterait pas explicitement l’adjectif « colonial » ou « impérial » dans son intitulé…). En même temps, il fait l’objet d’une médiatisation régulière mais finalement très peu portée sur l’analyse. Il faut donc déconstruire méthodiquement un certain nombre d’idées toutes faites tout en amenant les élèves à réfléchir en profondeur au fait colonial, à ses conséquences dans notre société, à sa place dans le débat public et dans les programmes d’enseignement, etc… Enfin, il faut aussi veiller aux sensibilités des élèves, dont certain-e-s ont des familles issues d’anciens territoires sous domination coloniale – ce qui peut parfois provoquer des discussions très stimulantes au sein d’un cours, lorsqu’un-e élève s’emploie à mettre en rapport l’histoire intime et familiale avec le cadrage plus général du cours.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les archives ! Dans mon master d’histoire, j’ai eu l’occasion de participer à deux ateliers d’archives (un sur l’orientalisme savant donc, et l’autre sur la police politique d’Hissène Habré au Tchad, avec Jean-Pierre Bat), qui ont été extrêmement formateurs : j’aimerais reproduire cette démarche avec mes étudiants. Par ailleurs, il y a une quantité de supports audiovisuels, qui mériteraient d’être plus utilisé.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je pense que la force du GROC est son ouverture, sa souplesse, et sa capacité à avoir un pied dans le monde académique, et un autre dans les milieux extra-universitaires qui s’intéressent toutefois au fait colonial et postcolonial (milieux militants, enseignement secondaire, expositions en tout genre, etc.). Il peut donc se constituer en un espace d’échanges et de recherches collectives en dehors du cadre strictement universitaire, sans pour autant renoncer aux méthodes scientifiques, à la mise en perspective historique d’un sujet, à l’analyse de sources.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai connu le GROC par l’intermédiaire d’Élise Abassade, dont les recherches sont également dirigées par Emmanuelle Sibeud.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Avant tout, un groupe de parole et d’entre-aide bienveillant, où on peut discuter tant de nos interrogations scientifiques que des difficultés liées au doctorat. Même si évidemment, le GROC n’a pas vocation à être un bureau des plaintes, au contraire ! Il y a aussi plein de projets stimulants (JE, séminaire, colloque, etc.) et comme le groupe est très ouvert, il permet de faire plein de rencontres qui débordent le cadre institutionnel, ce qui est toujours chouette !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Oulala, je ne sais pas ! Finalement, ça ne fait qu’un an et demi que j’ai commencé la thèse, réfléchir à d’autres projets me semble impossible… ! Sans doute quelque chose sur les trajectoires des éditeurs, imprimeurs et libraires aux colonies (et notamment dans les colonies de peuplement), avec une comparaison inter-impériale (autant rêver !). Ce sont des personnages difficiles à saisir dans les archives publiques, et leur rôle dans les colonies est relativement peu étudié, alors même qu’ils sont acteurs et actrices centraux de la circulation de l’information sur le terrain colonial.

Panneau signalant les National Archives de Maurice, au cœur d’un ensemble d’entrepôts (2018.07, DL).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : ARNOULD Étienne

Twitter :

Website

Courrielarnouldcamara@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : 1980 et 1981, Maîtrise et D.E.A. d’Histoire contemporaine, sous la direction de M. René Rémond, Université Paris X – Nanterre, séminaire Identités infranationales et supranationales. Maîtrise : Les organisations sionistes en France ; D.E.A. : Gaston Bergery, Marcel Déat, Jacques Doriot, de la gauche à la droite, 1930-1940

Mon questionnement portait sur les identités collectives (ce que je formule par la question « comment « Je » peux dire « Nous »?) et, particulièrement les nationalismes.

Effet oublié du 10 mai 1981, le nombre de postes aux concours de recrutement de l’EN, qui déclinait depuis des années, fut doublé. J’ai donc, difficilement, passé lesdits concours (CAPES en 1984) et donc retrouvé professeur (collège Louise-Michel de Clichy-sous-bois). Durant cette interruption mon projet de recherche s’est trouvé soutenu « en suisse » (Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Le Seuil 1986, thèse soutenue en 1985). J’ai donc décidé de réorienter mon questionnement en l’appliquant aux questions identitaires en Afrique . La lecture du recueil, sous la direction de Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie, ethnies, tribalisme et état en Afrique, La découverte 1985, fut sans doute déterminante, mais pas seulement…

Cependant, les charges d’une carrière dans l’enseignement secondaire, interrompue par des missions de directeur d’Alliances françaises (Tamatave à Madagascar, Bangui en République centrafricaine), et de diverses activités associatives, sans oublier les obligations familiales, m’amenèrent à décider de ne reprendre la recherche qu’à l’heure heureuse de la retraite.

En 2016, affecté au lycée Louise-Michel (fidélité dont je me flatte…) de Bobigny, sans perspectives de pouvoir repartir en Afrique, j’ai décidé de mon retour à l’alma mater en m’inscrivant en Master 2 à Paris 8, séminaire Les populations noires en France, animé par Emmanuelle Sibeud.

En 2019 j’ai soutenu, sous la direction d’Emmanuelle Sibeud, un M2 sur L’étrange destin de Tiemoko Garan Kouyaté.

Université et unité de recherche de rattachement : Paris 8 Vincennes – Saint-Denis – École doctorale Pratiques et théories du sens – ED 031 ; UMR8533 – Institutions et dynamiques historiques de l’économie.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Toujours la question des identités collectives, (cf. Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Gallimard 1992 ; Jean-François Bayard, L’illusion identitaire, Fayard 1996 ; Benedict Anderson, L’imaginaire national, La Découverte 1996 ; etc.).

Titre de ta recherche doctorale : Tiemoko Garan Kouyaté (1902 – 1942 ou 1944), essai de biographie globale du début du XXe siècle au début du XXIe siècle

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Comme disait Pierre Dac, « la prévision est un art difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir »… J’avance prudemment, donc lentement.

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Outre mon intérêt déjà signalé pour les questions identitaires, il me faut reconnaître un tropisme ancien, que je m’explique mal, puisque dès l’enfance j’étais fasciné par l’Afrique. Rien à voir, dans mes souvenirs, avec la lecture de Tintin au Congo ou de 5 semaines en ballon de Jules Verne… Dans l’industrie philatélique familiale c’est, très naturellement, que je collectionnais les timbres des pays africains. Plus tard, alors que j’étais interne, je regardais avec passion les bobines super 8 que mon correspondant, pasteur protestant, avait tournées au Gabon… Je me retrouve comme Marlow expliquant, au début de son récit que, gamin, il disait « quand je serais grand, j’irai là » (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1899)

A cela s’ajoute le jeu des circonstances et du hasard.

Les circonstances sont que je me suis trouvé privé de sujet de recherche au moment où, devenu professeur, je projetais de partir enseigner en Afrique. Le hasard est que c’est alors que je fis connaissance de l’acteur Sotigui Kouyaté (qui jouait alors le rôle de Bishma dans le Mahabaratha mis en scène par Peter Brook, 1985). Or, en étudiant Gaston Bergery, j’avais pour la première fois trouvé mention de Tiemoko Garan Kouyaté (le « radical bolchevik » sponsorisa le périodique Africa, du militant nègre).

Le temps, les lectures, une nouvelle rencontre, avec Solofo Randrianja, à Tamatave (Toamasina), ont achevé de me convaincre qu’il y a « quelque chose à faire » à partir de l’aventure ambiguë de Tiemoko Garan Kouyaté et, ce « quelque chose » a à voir autant avec le fait colonial qu’avec le postcolonial : redécouverte par des étudiants sénégalais (Olivier Sagna Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anticolonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939), Thèse de doctorat Paris VII, 1986) ; invocation par des groupes d’étudiants maliens en lutte contre le régime du général Moussa Traore au Mali (Groupes de Lutte Tiemoko Garan Kouyaté) dont les ex militants se retrouvent dans les différentes composantes de la classe politique malienne actuelle (du Dr Mariko, l’opposant à l’actuel ministre des Affaires étrangères, Tiebilé Dramé, sans oublier le cinéaste et ex ministre de la Culture Cheick Oumar Sissoko).

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Il m’est encore un peu tôt pour déterminer mon « principal questionnement » plus précisément… Je pars de l’idée que l’on peut considérer Tiemoko Garan Kouyaté comme un intellectuel organique du groupe social émergent des « évolués », lequel groupe social se trouve propulsé au pouvoir, politique, sous les soleils des Indépendances. Ce faisant j’entends reprendre le personnage en le resituant comme Africain, comme jeli (griot), autant que comme militant, comme intellectuel…

Autre piste, celle de la construction d’une histoire africaine de l’Afrique.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

 

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

 

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y a tant à lire, à voir…

Tout d’abord, quelques œuvres littéraires : Amadou Hampâté Ba, L’étrange destin de Wangrin, ou les roueries d’un interprète africain, 10X18, 1973 ; Cheikh Hamidou Kane, L’aventure ambiguë, Julliard 1961; Ahmadou Kourouma, Monnè, outrages et défi, Le Seuil 1990 ; Ousmane Sembene, Les bouts de bois de Dieu, Presses de la Cité, 1960 et aussi (et surtout) Chinua Achebe, Things Fall Appart, 1958 (Un monde s’effondre, Présence Africaine 1966 rééd Tout s’effondre Actes Sud 2013) et, enfin, l’autre nouvelle africaine de Joseph Conrad, An Outpost of Progress 1897 (Un avant-poste du progrès, Rivages 2009), mais j’ajoute « etc. » tant il y a à lire !

Pour les films je suggère, tout d’abord, ceux de Dâni Kouyaté (fils aîné de Sotigui) et, particulièrement, Keïta ! L’héritage du griot (1995) et Sia, le rêve du Python (2001). De Sembene Ousmane, je conseille très spécialement l’indispensable La Noire de… (1966). Bien sur Cheick Oumar Sissoko, Guimba, un tyran, une époque (1995) et aussi tous les films de Djibril Diop Mambety, sans exception, et, transition facile, de Mati Diop (nièce de Djibril…) Atlantique (2019) et, enfin, Camille de Boris Lojkine (2019). Etc. !!!

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné , bien entendu, l’histoire du fait colonial et interrogé la post colonialité de notre monde avec mes élèves. Pour développer les « spécificités » de cet enseignement (contraintes contournables des programmes et plus contraignantes des horaires, attentes des élèves, etc.) il me faudrait bien des pages. Je renonce, je passe mon tour…

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Je regrette de n’avoir jamais eu le temps de faire travailler mes potaches sur une comparaison entre une vision (discours) occidental et une vision (discours) africain sur l’Afrique à partir des films Blood Diamond, d’Edward Zwick (2006) et Ezra de Newton Aduaka (2007)… Le cinéma est un excellent support mais nécessite des salles équipées, du temps, etc.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le simple fait, par son existence, de permettre des contacts, de faire circuler les informations est déjà très utile. La solitude du chercheur-se de fond est un piège… Échange donc, entraide chaque fois que possible.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par l’excellent Vincent Bollenot croisé au séminaire de Paris 8.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Ma carrière étant faite, il ne me reste plus qu’à attendre la gloire ! …

Plus immédiatement, j’attends de vous rencontrer, de faire vraiment votre connaissance, et je sais que cette occasion est proche…

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?