Empires, États, migrations (XVIe – XXe siècles)

Le Havre – 15 Mai 2020

Présentation générale du projet

Lors du colloque international, Historiographies sans frontières. Les migrations internationales saisies par les histoires nationales (XIXe-XXe siècles), organisé à Paris le 4 octobre 2011, Philippe Rygiel, spécialiste de l’histoire des migrations, dressait le bilan de l’historiographie française de l’immigration depuis ses débuts dans les années 1980. Au sujet de la prise en compte de l’Empire par les historien.ne.s français, il déplorait que : « Nous avions un petit peu oublié que la France avait été un empire dans les années
[1980] et [1990]. » Ce constat ne signifiait pas que les travaux français antérieurs aux années 2000 ne voyaient pas les migrant.e.s originaires des territoires sous domination française présent.e.s sur le territoire hexagonal, particulièrement dans la première moitié du XXe siècle. Il signifiait plutôt que l’Empire n’était pas au coeur du questionnement et de la réflexion de ces chercheur.e.s. La situation changea à partir des années 2000. Les migrations coloniales étaient alors étudiées par le prisme du territoire métropolitain : celui-ci faisait office de point d’arrivée tandis que les possessions ultramarines de la France constituaient des terres d’émigration. Peu de travaux prirent le parti inverse d’étudier les colonies comme des territoires d’immigration. En 2013, à l’occasion d’un ouvrage collectif faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherche sur les empires coloniaux des XIXe et XXe siècles, Pierre Singaravélou, spécialiste de l’empire colonial français, présenta un bilan des travaux étudiant les migrations au sein de ces empires. La tendance s’inverse alors : les métropoles ne sont, ici, pas incluses comme territoires d’immigration et leurs rôles dans l’organisation des flux ne sont pas abordés. Par conséquent, ces deux approches montrent bien l’insuffisance de discussions entre les deux historiographies. Et pourtant, le croisement entre ces deux historiographies permettrait d’ouvrir de nouvelles pistes afin de les renouveler mutuellement. À travers trois journées d’études entre 2020 et 2021, nous souhaitons explorer l’une de ces pistes au moyen d’une thématique commune à ces deux traditions de recherche, celle de l’État. En effet, les États se sont imposés, dès les premières colonisations, comme des acteurs centraux, bien que non-exclusifs, des migrations impériales, à travers la mise en place de cadres législatifs, incitatifs ou répressifs, notamment.

Ces journées ont donc pour ambition de nourrir une réflexion ne se limitant ni à l’État et à l’empire français ni aux flux migratoires reliant les colonies à leur métropole. Il s’agit plutôt de considérer ces circulations de personnes dans toutes leurs configurations : les colonies furent aussi des terres d’immigration, les migrant.e.s n’étaient pas originaires uniquement de la métropole, et la colonisation ne commença pas au XIXe siècle. Cette approche globale est à long terme, puisqu’elle s’étend du XVIe au XXe siècle, doit permettre d’évaluer et de mesurer la pertinence d’une spécificité impériale quant aux migrations et à leurs régulations en faisant appel à des comparaisons inter- et intra-impériales.

Présentation de la première journée d’études : Le Havre, printemps 2020

Cette première journée d’étude est consacrée à l’encadrement par l’État des migrations. Par encadrement, il faut comprendre les pratiques et discours développés en vue de contrôler, surveiller, protéger, compter, suivre, identifier, empêcher, soutenir, réprimer les migrant.e.s. Ainsi, les réflexions pourront s’articuler autour de différentes formes d’intervention étatique sur les phénomènes migratoires dans un temps long.

En effet, de nombreux phénomènes migratoires impériaux ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des serviteurs de l’État en métropole et/ou aux colonies. Comment expliquer ces interventions de l’État ? Par quels cheminements certaines de ces migrations sont devenues des problèmes publics, des sujets pour lesquels l’intervention de l’État devint évidente et nécessaire ? Ces questionnements conduisent alors à se pencher à la fois sur les acteur.rice.s qui favorisèrent ces transformations et sur les arguments mobilisés, au sein des bureaucraties et des sociétés, en faveur de tels encadrements, sans écarter les dynamiques inverses, c’est-à-dire les refus de voir les migrations contrôlées.

Comment, ensuite, décrire et analyser les formes d’encadrement étatique élaborées à la suite de la problématisation de ces migrations impériales ? Quelles formes juridiques et administratives prit l’intervention de l’État sur les migrations impériales dans des contextes géographiques et chronologiques précis ? Quelles furent les tensions éventuelles au sein des bureaucraties coloniales et impériales quant à l’élaboration de ces cadres et leur mise en pratique effective ?

Ces différents questionnements nous amènent également à insister sur l’importance d’une perspective diachronique dans l’analyse de ces phénomènes. Comment évoluent les modalités et facteurs d’encadrement sur le temps court, moyen et long ? Les transformations sont-elles davantage dues ? à des bureaucrates réflexifs, à des critiques à l’encontre de leur action ou à des changements d’objectifs ? Inversement, comment expliquer la continuité de certaines formes d’encadrement.

Pour participer

Cette première journée d’études est organisée à l’Université Le Havre-Normandie par des jeunes chercheur·e·s membres du Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) le 15 Mai 2020. Elle est ouverte à tou-te-s, sur inscription. Les propositions de communication doivent être transmises par courriel avant le 15 janvier 2020 à je.groc.eem@gmail.com. Elles se composeront d’un titre (provisoire) et d’un résumé de la communication d’environ 2 500 signes. Les propositions doivent être accompagnées d’une courte biographie.

Les communications sélectionnées (environ 30 000 signes) devront être transmises trois semaines avant la journée.

Les auditeur.e.s peuvent d’ores et déjà s’inscrire en envoyant un courriel à je.groc.eem@gmail.com.

Comité d’organisation

Vincent Bollenot (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Aliénor Cadiot (doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales)
David Leconte (doctorant, Université Le Havre-Normandie et École normale supérieure de Lyon)
Sara Legrandjacques (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Baptiste Mollard (doctorant, Université Versailles-St Quentin en Yvelines)
Hugo Mulonnière (doctorant, Université Paris 10 Nanterre)

Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (2)

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Vendredi 29 juin 2019

Panel 2 – Production documentaire et construction du pouvoir colonial

La journée du 29 juin est inaugurée par un premier panel présidé par Emmanuelle Sibeud (Paris 8, IDHED). Romain Tiquet (Université de Genève) commence avec une présentation intitulée « Rendre compte pour ne pas avoir à rendre des comptes : le rapport politique colonial comme objet ethnographique ». Il étudie les rapports administratifs produits par des commandants de cercle au Sénégal, à destination du gouvernement général, en s’interrogeant sur les enjeux et relations de pouvoir qui les traversent. Cette focale permet de révéler des mises en scène, à travers les choix des commandants quant à ce qu’ils décident de rapporter ou non dans leurs écrits. La comparaison de ces rapports avec les journaux de poste des commandants de cercle permet de rendre compte de la disparition d’éléments gênants pour l’évolution de carrière des commandants, soumise à l’appréciation de la hiérarchie. L’important turnover des administrateurs n’induit pas de réels changements dans le contenu des rapports : on copie son prédécesseur et les mentions « néant » et « rien ne mérite d’être signaler » demeurent convenues.

Mathieu Marly enchaîne avec sa communication « Archiver l’autre. Maintien de l’ordre et ethnographie militaire dans les montagnes de l’Atlas marocain (1912-1956) » : il analyse les questionnaires, cartes ethnographiques et fiches de tribus produits par des officiers de renseignement qui tendent à participer à la « politique indigène » de la résidence générale. Menées par les militaires, ces enquêtes s’inscrivent dans la continuité de travaux du XIXe siècle à l’initiative d’acteurs civils. La question de la domination des tribus, primordiale, s’appuie sur la recherche d’un contrôle ethnographique. Pour Lyautey, il est indispensable de connaître les populations afin de les soumettre, ce qui aboutit à la mise en place d’une politique de renseignement. En 1915, la création d’un centre de document ethnographique, à vocation universitaire, institutionnalise l’ethnographie au Maroc. L’accent est mis sur le terrain mais conduit surtout à redéfinir les identités locales, en y projetant des préjugés : ainsi, les travaux antérieurs sur la Kabylie conduisent à la fabrication d’une identité berbère, imbibée d’idéologie agrarienne.

Antoine Perrier conclut ce panel avec une étude des archives de l’administration coloniale parmi lesquelles se trouvent des documents des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français. Il s’interroge sur la manière de faire dialoguer les archives « coloniales » et « locales » afin d’écrire une histoire des monarchies protégées. Il faudrait ainsi restituer les décalages et concordances entre ces corpus documentaires et les inscrire dans une histoire plus longue permettant d’interroger l’idée d’une « rupture coloniale ». Il met d’abord l’accent sur la présence d’une documentation proche dans différents types d’archives malgré quelques nuances et des modes de conservation différents. Il revient également sur les spécificités des formes avec la conservation d’un protocole religieux dans les sources, un langage administratif incluant l’éloge des maîtres, une grande place réservée aux sentiments, etc. S’il est difficile de retracer le parcours des documents, des traces coloniales restent présentes.

La discussion est l’occasion de revenir sur la production du savoir ethnographique et la place des administrés, qui ne transparaissait pas dans les communications. En parallèle, les enjeux linguistiques sont mis en avant, à travers les traductions mais également la relation entre écrit et oral.

Panel 3 – Le colonial en filigrane : comment faire parler l’archive ?

Emmanuel Blanchard (Université Versailles Saint Quentin, CESDIP) introduit le dernier panel qui s’ouvre sur la communication d’Antonin Plarier (Paris 1, CHS) et Thierry Guillopé (Paris Est Marne-la-Vallée, ACP), « De l’articulation des archives à la micro-histoire d’une ville-mine d’Algérie (Aïn Mokra, mi-19e– début 20e siècle) ». Après l’analyse d’une pétition rédigée par un parent de « bandit » interné à Aïn Mokra, les deux chercheurs présentent l’importance des activités extractives de ce site dans l’industrialisation de la France. Cette mine concentre un nombre peu habituel de travailleurs pour l’Algérie, comparable aux grands sites miniers de la métropole. Les archives permettant d’appréhender ce territoire sont variées – incluant des photographies – et dispersées : on en trouve aux ANOM, dans les archives départementales et des chambres de commerce, aux archives nationales algériennes ou encore au sein des archives d’entreprises, potentiellement celles d’Areva enfouies à Bure, dans la Meuse. Une partie du personnel d’Aïn Mokra est composée de travailleurs contraints, qu’ils soient des soldats ou des Algériens internés. Si ce travail contraint n’est pas majoritaire, il pèse sur le système d’exploitation. La communication se conclut sur l’emboîtement des catégories, entre situation coloniale et situation industrielle, et sur la nécessité d’une histoire du travail en situation coloniale au prisme de la micro-histoire.

Dominique Taurisson (Université de Montpellier, Dynamiques du Droit) prend la parole afin de présenter sa communication « Les archives coloniales au secours de la diversité génétique des petits ruminants du Maghreb ». L’objectif est de mettre l’accent sur les bienfaits de l’interdisciplinarité puisqu’elle travaille avec une généticienne, collaborant elle-même avec des agronomes. Les archives émanant des autorités coloniales sont à la fois administratives et techniques, en ce qu’elles comprennent de longs rapports rédigés par des spécialistes, vétérinaires et agronomes. Des mesures sont prises, présentées dans le but d’améliorer les activités d’élevage. Cela conduit à l’hypothèse d’une diversité génétique riche ayant disparu au cours de la période coloniale. En effet, les travaux menés jusqu’ici permettent de dégager une grande tendance à l’homogénéisation. Or, les archives ne permettent pas de réellement saisir la réalité et les destinataires des mesures envisagées : l’accent est mis sur les objectifs.

 Amandine Dabat (EHESS, CASE) présente ensuite son analyse de l’histoire coloniale du Laos « dans les archives de la Résidence supérieure ». Elle s’appuie sur une histoire croisée des intellectuels vietnamiens et laotiens qu’elle mène depuis la fin de sa thèse. Après quelques mots sur la situation particulière du Laos au sein de l’Union indochinoise, elle dresse le bilan des archives disponibles à Vientiane. Leur contenu varie énormément et l’historienne le croise avec des recherches généalogiques et des entretiens. Ainsi, elle parvient à retracer les trajectoires de certains fonctionnaires en poste au Laos, comme Marcel Poulet à Luang Prabang en 1918. Son dossier personnel permet de mettre en relief des tensions entre l’administrateur et la monarchie laotienne à la suite d’une affaire de dégradation d’une fontaine publique. Deux individus sont condamnés à trois mois de prison sans que l’intervention d’un prince, envoyé par le roi, ne permette de changer le jugement. Le monarque laotien s’adresse ensuite au résident supérieur du Laos. Cet enchevêtrement d’acteurs est, dans certain cas, renforcé par l’intervention d’intermédiaires vietnamiens de la royauté laotienne.

 Enfin, l’intervention de Raphaël Gallien (Paris 7) a pour objectif de « (re)penser l’ordre colonial à partir de ses marges » à travers les « itinéraires pour une histoire de la folie à Madagascar (1900-1960) ». Il revient d’abord sur les réticences auxquelles il a dû faire face au début de sa recherche, jugée impossible. Or, il est tout de même parvenu à retracer l’histoire d’un asile construit sur les hauts plateaux malgaches. Le choix du lieu n’est pas innocent et les colons ont conscience de bâtir l’établissement sur un lieu sacré, la colline portant le nom de « colline de l’origine ». Or, l’asile apparaît peu dans les archives. Lieu fermé en apparence inaccessible, dont la direction se perpétue de père en fils sur trois générations, l’asile est esquissé en espace de contrôle sanitaire et politique qu’il s’agit de contourner pour en faire l’histoire. Cela permet de mettre l’accent sur la dimension politique du projet et des archives qui y sont associées.      

Table ronde 2 – Conjuguer les archives coloniales au présent : place et rôle dans les sociétés contemporaines

La seconde table ronde, modérée par Élise Abassade et Vincent Bollenot, tend à faire émerger les enjeux ultra-contemporains associés aux archives coloniales. Flora Losch (EHESS, centre Alexandre-Koyré) travaille en effet sur les sources audiovisuelles de l’Afrique coloniale, plus particulièrement en AOF, ainsi que sur les archives post-coloniales. Elle met dès lors l’accent sur la question de la sémantique et du lexique avant de souligner les enjeux économiques et politiques autour des images en mouvement des anciens territoires coloniaux. Les recherches de Badroudine Abdou Nouhou (Université de la Réunion, OSOI) se concentrent, quant à elles, sur les chansons populaires des Comores à l’importante dimension politique, anticolonialiste et mémorielle. La discussion permet d’engager une réflexion sur les usages éducatifs et publics des archives audiovisuelles des mondes coloniaux, qui exige un important travail critique. Dans ce cadre, la collaboration entre historiens et archivistes est mise en avant tout en prenant compte de problématiques techniques.

Cette double-journée d’études se termine par la conclusion générale d’Isabelle Grangaud (LaDéHiS, CNRS). Ses travaux sur l’empire ottoman à la période moderne l’ont amenée à réfléchir à la documentation archivistique, qui était a priori pauvre en informations. D’où une question : comment lire les sources ? Et que faire de ces sources ? La première journée a permis de souligner que le contenu informatif de l’archive n’allait pas de soi. Sa production et sa mise à disposition des usagers sont liées à la mise en œuvre d’un intérêt scientifique. Ainsi, les fonds d’archives dépassent la simple idée d’un dépôt et mobilisent des catégories. En France, l’archive coloniale prend également sens au moment des décolonisations et de la réception de fonds en France. Elle participe à définir ce qu’est – et ce qu’a été – la souveraineté française. Il paraît dès lors nécessaire d’historiciser la constitution des archives : quels classements ? Et peut-on s’arrête au moment d’archivage ?

La deuxième journée a davantage mis l’accent sur les documents : les archives sont ce à quoi les historiens – et tout autre usager – ont à faire. Les communications ont ainsi élargi la perspective en plaçant les archives dans des configurations documentaires ou des conditions de production plus larges. C’est un environnement complexe qui en ressort. Il ne faut alors pas oublier l’histoire sociale de ces documents. Enfin, la question de la sélection des sources mais aussi de leurs silences et de leurs manques a été posée. La question de la lecture des sources est présentée comme primordiale. Certes, les archives ne sont plus traitées comme le reflet de la réalité, mais elles ne le sont toujours pas comme une action, comme le résultat d’une sollicitation.

Isabelle Grangaud conclut donc sur la nécessité de s’interroger sur ce que fabriquent les archives.

Le GROC travaille actuellement à la publication des Actes du colloque : à suivre…

Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (1)

 

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Jeudi 27 juin 2019

Lancement de la double journée d’études le jeudi 27 juin.

Panel 1 – Quelles pratiques archivistiques en contexte colonial ?

Le premier panel, présidé par Isabelle Merle (CNRS, CREDO), s’ouvre sur la communication de Charly Jollivet (CNRS, TEMOS), intitulée « Construire l’histoire des archives pour mieux contextualiser les archives coloniales de Madagascar et des Comores ». Charly Jollivet présente le service des archives de Madagascar, créé par les autorités coloniales françaises en 1914 à Tananarive. Aucun archiviste de métier n’est alors rattaché à cette structure : les responsables cumulent plusieurs charges tout en étant assistés de collaborateurs malgaches. Les archives sont versées de l’échelon local à l’échelon régional, voire national, à échéances régulières. Il faut attendre 1931 pour qu’une réflexion sur la consultation et la publication des documents ainsi conservés voit le jour. Malgré son caractère centralisateur, le service des archives demeure fragile jusqu’à l’indépendance. Or, à la fin des années 1950, la France décide un transfert massif de toute archive représentant « un intérêt historique, militaire, politique ou patrimonial pour la République ». Dans un premier temps, ces déplacements sont organisés avec méthode puis effectués en catastrophe devant l’imminence politique des indépendances. La localisation des documents afférents en est rendue d’autant plus difficile aujourd’hui. Charly Jollivet précise alors que le contenu de ces derniers transferts serait arrivé aux ANOM et qu’aucun accord entre la France et Madagascar n’existe en termes de collaboration archivistique.

La communication de Fabienne Chamelot (University of Portsmouth) permet ensuite d’élargir ces réflexions sur la constitution des fonds d’archives à deux autres territoires coloniaux, l’Indochine et l’Afrique Occidentale Française (AOF). Elle met l’accent sur le contexte politique et culturel de constitution des fonds archivistiques, à travers des services d’archives qui sont intégrés à l’administration coloniale. En effet, la Direction des archives et bibliothèques d’Indochine (DABI) est créée en 1917, ayant à sa tête le chartiste Paul Boudet. Ce service travaille à l’échelle du territoire de l’Union indochinoise en son entier, participant notamment à la diffusion de la production littéraire, comme le souligne la mise en place de bibliobus. En AOF, le service des archives est créé en 1911 mais jusqu’en 1951, le classement des archives reste chaotique. Jacques Charpy, de formation chartiste, s’attache alors à classer les documents regroupés. Fabienne Chamelot compare alors les deux situations, en insistant sur un caractère plus centralisateur en Indochine.

Enfin, Marie Bossaert (ÉFR, CETOBAC) conclut ce premier panel avec sa communication « Les Archives à la mer ! La réorganisation de l’ « Archivio turco » de Tripoli par les autorités coloniales italiennes (1911-1913) ». La conservation des papiers et documents n’allant pas de soi et les archives conservées se caractérisant par leur éparpillement, dans la foulée de la conquête, les militaires italiens commencent à jeter à la mer les archives ottomanes. Ce n’est qu’une fois la destruction arrêtée par suite des protestations de militaires orientalistes que les archives sont finalement stockées et classées et une institution mise en place pour les gérer : le bureau des traductions, rattaché à un bureau militaire. La question de la continuité archivistique entre les périodes coloniales ottomanes et italiennes se pose ici dans une situation singulière. La gestion des archives mobilise des acteurs italiens et ottomans, généralement enracinés localement à Tripoli ou dans sa région. Cela leur permet de naviguer plus facilement entre les deux systèmes.

Table ronde 1 – Conservation et accessibilité des archives coloniales : quels enjeux institutionnels ?

Modérée par Quentin Gasteuil (ENS Paris Saclay, ISP et Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université) et Julie Marquet (CIEAS, EHESS et CHAC, Paris 1), la première table ronde avait pour objectif de prolonger les réflexions sur les spécificités éventuelles des archives coloniales, au prisme des logiques institutionnelles et politiques dans lesquelles elles sont prises, à travers l’expérience de Margo Stemmelin (Paris 8, IDHED) et Éric Lechevallier (CADN). Margo Stemmelin présente d’abord le travail qu’elle mène, avec d’autres chercheuses et chercheurs, sur le fonds privé René Basset, savant qui a développé un réseau d’orientalistes en Afrique du Nord et à l’international. Son imposante correspondance – jusqu’à 200 lettres reçues par mois – est conservée à l’EHESS. Elle mêle courriers professionnels et personnels et est profondément liée à l’histoire familiale des Basset, véritable dynastie d’orientalistes. Éric Lechevallier est, quant à lui, archiviste et travaille sur la période postérieure aux décolonisations, notamment en Algérie. Il souligne la dispersion des fonds qui conduit à une question nécessaire : à qui servent les documents ? S’ensuivent des interrogations sur le passage des documents aux fonds et sur la constitution de ces derniers. Éric Lechevallier souligne l’idéal d’obtenir les archives telles qu’elles ont été produites et organisées mais insiste sur la nécessité de conserver une trace des évolutions qui ont touché les fonds et les documents qui les composent. Margo Stemmelin précise, en outre, que René Basset avait classé ses courriers et documents, chronologiquement et typologiquement, afin de pouvoir les utiliser facilement et avec la conscience et la volonté de les constituer en archives.

Cette première table ronde se clôt sur des réflexions sur le caractère « colonial » de l’archive et sur la cohérence de cette catégorisation. Éric Lechevallier indique notamment que dans un souci de classement, les archivistes utilisent cette caractérisation lorsque le producteur de fond est un acteur, personnel ou institutionnel, de la colonisation et précise que ce critère, simple en apparence, pose de nombreuses difficultés dans la pratique. Mais quid de cette catégorie dans une acception historienne ? Une archive ne peut se réduire à sa seule dimension coloniale et dépend alors, comme toute archive, des utilisations faites et des questions posées par l’historien ou l’historienne qui la manipule.

 

À suivre…

(Dé)construire les « archives coloniales » : enjeux, pratiques et débats contemporains

[Télécharger le programme et l’affiche en cliquant ici.]

 

Les « archives coloniales » : un sujet d’actualité

Qu’il s’agisse de la restitution d’archives aux pays anciennement colonisés ou de la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables, ces vingt dernières années ont été marquées par des controverses vives dont les « archives coloniales » ont été le centre. L’expression « archives coloniales » a désormais fait son entrée dans le débat public, corollaire de la prolifération du terme « colonial ». Ces dernières semaines, les médias se sont ainsi emparés d’une polémique scientifique, autour de la publication de Sexe, Race, et Colonies, reproduisant et diffusant des archives coloniales bien particulières : celles issues de la domination sexuelle en situation coloniale. Certain-e-s chercheurs-euses ou/et militant-e-s ont avancé que cette démarche, insuffisamment appuyée sur un appareil critique spécifique, tendait au voyeurisme et, ce faisant, reproduisait en partie le geste colonial.

La parution de ce livre prend place dans un contexte marqué par l’actualité d’une réflexion épistémologique sur les archives coloniales. Il y a près de dix ans, Ann Laura Soler publiait Along the Archival Grain (qui attend toujours sa traduction) au retentissement encore important de nos jours. Dans cet essai, l’anthropologue s’oppose à l’approche, devenue dominante, de prendre « à contre-pied » des archives coloniales, ou de les contourner par « l’invention » d’autres sources (entendues comme « non-coloniales »), à la recherche des voix des colonisé-e-s. L’auteure propose en effet de plonger frontalement dans les archives coloniales et, au moyen d’un appareil critique ajusté, de les prendre au sérieux dans ce qu’elles nous apprennent sur leur contexte de production, les catégories sociales et administratives mais aussi les affects qui les traversent, ainsi que la manière dont les institutions archivistiques coloniales se construisent et se structurent au sein des sociétés coloniales.

Axes de réflexion

À l’image du passé colonial qu’elles interrogent, les archives coloniales sont des matériaux historiques qui font constamment l’objet de controverses. Cette journée a donc pour objectif d’alimenter une réflexion, à la fois épistémologique, théorique et pratique sur les usages des archives coloniales. Elle aura lieu au cœur d’une institution centrale pour les recherches portant sur le passé colonial français et le passé de nombreux autres pays ; elle permettra également de faire dialoguer les approches archivistes et historiennes.

Qu’est-ce qu’une « archive coloniale » ?

Cette dénomination cache, en effet, une multiplicité de documents souvent (mais pas exclusivement) écrits. Qui les produit ? Si les archives sont constituées par les autorités coloniales elles-mêmes, les matériaux qu’elles regroupent peuvent être de simples saisies, originellement produits par d’autres groupes et donc, parfois, par les populations colonisées (courriers, brochures, pamphlets, etc.). Dès lors, comment user des catégories « coloniales » qui les structurent ? Sont-elles toutes marquées par un rapport de domination coloniale comparable ? Quelles méthodes, pratiques, voire précautions les historien-ne-s doivent-ils adopter face, et avec, ces dites « archives coloniales » ?

Comment articuler l’ « archive coloniale » à d’autres archives ?

Si le premier axe vise à identifier les catégories coloniales de même que les précautions à prendre à leur égard, il s’agira, dans un second temps, de souligner l’articulation avec, d’une part, des documentations « non-coloniales » (en interrogeant la pertinence de cette catégorisation). Ainsi, le recueil de témoignages oraux par les historien-ne-s, de même que la recherche des écrits de l’intime sont souvent mobilisé-e-s pour obtenir des alternatives aux récits des archives coloniales. D’autre part, dans le cadre de l’étude des archives coloniales, les fonds abrités aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) peuvent être mis en regard avec ceux d’autres lieux de conservation (archives d’autres puissances coloniales, archives coloniales conservées localement ou fonds « diplomatiques » comportant un nombre important de volumes produits durant la colonisation). C’est notamment ainsi que peuvent s’observer les tensions, divergences ou cohérences entre différentes branches des administrations coloniales. Il s’agira donc ici d’interroger l’articulation de corpus archivistiques distincts, de décloisonner les approches, d’interroger l’unilatéralité des « archives coloniales », de saisir le « colonial » à travers des archives résultant de divers contextes de productions. L’établissement de tableaux synoptiques de répartition des archives, encore souvent difficile à saisir, voire de premiers « inventaires bilatéraux » pourra être abordée.

Les « archives coloniales » comme lieux d’histoire et de mémoire.

En témoignent les événements scientifiques (congrès de la French Colonial Historical Society), et grand-publics (journées du patrimoine) organisés aux ANOM : l’institution abritant les documents issus de la colonisation française a une place centrale dans la production de discours sur le passé colonial exclusivement. Quelle est l’histoire de ces archives ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans l’histoire de l’institution ? Plus largement, comment ont cheminé les documents aujourd’hui consultables aux ANOM depuis leur production et leur organisation dans les armoires des institutions coloniales ? Quels gestes, quelles intentions et quels hasards ont conduit à la constitution des fonds ? Au-delà du moment de production et de classification des documents, quels usages en ont été faits et en sont faits à l’heure actuelle ? Qui les consulte et pourquoi ? En plus de ces interrogations d’ordre scientifique, quels sont les enjeux politiques et mémoriels entourant une institution rarement évoquée dans le débat public alors même qu’elle abrite des documents sensibles ? Comment mobiliser ces archives dans le cadre de la transmission et de l’enseignement de l’histoire de la colonisation française ?

En plus des panels de discussion, cette journée d’étude prévoit une présentation des ANOM et de certains de ses fonds par les archivistes de l’institution.

 

Télécharger le programme et l’affiche en cliquant ici.

Administrer, éduquer, enseigner

Julie Marquet (Paris 1 et Paris 7) était ce matin invitée d’Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard dans La fabrique de l’Histoire, sur France culture. Elle y a présenté sa thèse, intitulée « Droit, coutumes et justice coloniale. Les affaire de caste dans les Etablissements français de l’Inde, 1816-1870. »

À réécouter sur le site de France culture.


(Dé)construire les « archives coloniales ». Appel à communications.

(Dé)construire les « archives coloniales » : enjeux, pratiques et débats contemporains.

Journée d’étude aux Archives nationales d’Outre-mer (Aix-en-Provence) – 28 juin 2019

1. Argumentaire

Les « archives coloniales » : un sujet d’actualité

Qu’il s’agisse de la restitution d’archives aux pays anciennement colonisés ou de la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables, ces vingt dernières années ont été marquées par des controverses vives dont les « archives coloniales » ont été le centre. L’expression « archives coloniales » a désormais fait son entrée dans le débat public, corollaire de la prolifération du terme « colonial ». Ces dernières semaines, les médias se sont ainsi emparés d’une polémique scientifique, autour de la publication de Sexe, Race, et Colonies[i], reproduisant et diffusant des archives coloniales bien particulières : celles issues de la domination sexuelle en situation coloniale. Certain-e-s chercheurs-euses[ii] ou/et militant-e-s[iii] ont avancé que cette démarche, insuffisamment appuyée sur un appareil critique spécifique, tendait au voyeurisme et, ce faisant, reproduisait en partie le geste colonial.

La parution de ce livre prend place dans un contexte marqué par l’actualité d’une réflexion épistémologique sur les archives coloniales. Il y a près de dix ans, Ann Laura Soler publiait Along the Archival Grain[iv](qui attend toujours sa traduction) au retentissement encore important de nos jours. Dans cet essai, l’anthropologue s’oppose à l’approche, devenue dominante, de prendre « à contre-pied » des archives coloniales, ou de les contourner par « l’invention » d’autres sources (entendues comme « non-coloniales »), à la recherche des voix des colonisé-e-s[v]. L’auteure propose en effet de plonger frontalement dans les archives coloniales et, au moyen d’un appareil critique ajusté, de les prendre au sérieux dans ce qu’elles nous apprennent sur leur contexte de production, les catégories sociales et administratives mais aussi les affects qui les traversent, ainsi que la manière dont les institutions archivistiques coloniales se construisent et se structurent au sein des sociétés coloniales.

Axes de réflexion

À l’image du passé colonial qu’elles interrogent, les archives coloniales sont des matériaux historiques qui font constamment l’objet de controverses. Cette journée a donc pour objectif d’alimenter une réflexion, à la fois épistémologique, théorique et pratique sur les usages des archives coloniales. Elle aura lieu au cœur d’une institution centrale pour les recherches portant sur le passé colonial français et le passé de nombreux autres pays ; elle permettra également de faire dialoguer les approches archivistes et historiennes.

Qu’est-ce qu’une « archive coloniale » ? Cette dénomination cache, en effet, une multiplicité de documents souvent (mais pas exclusivement) écrits. Qui les produit ? Si les archives sont constituées par les autorités coloniales elles-mêmes, les matériaux qu’elles regroupent peuvent être de simples saisies, originellement produits par d’autres groupes et donc, parfois, par les populations colonisées (courriers, brochures, pamphlets, etc.). Dès lors, comment user des catégories « coloniales » qui les structurent ? Sont-elles toutes marquées par un rapport de domination coloniale comparable ? Quelles méthodes, pratiques, voire précautions les historien-ne-s doivent-ils adopter face, et avec, ces dites « archives coloniales » ?

Comment articuler l’ « archive coloniale » à d’autres archives ? Si le premier axe vise à identifier les catégories coloniales de même que les précautions à prendre à leur égard, il s’agira, dans un second temps, de souligner l’articulation avec, d’une part, des documentations « non-coloniales » (en interrogeant la pertinence de cette catégorisation). Ainsi, le recueil de témoignages oraux par les historien-ne-s, de même que la recherche des écrits de l’intime sont souvent mobilisé-e-s pour obtenir des alternatives aux récits des archives coloniales. D’autre part, dans le cadre de l’étude des archives coloniales, les fonds abrités aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) peuvent être mis en regard avec ceux d’autres lieux de conservation (archives d’autres puissances coloniales, archives coloniales conservées localement ou fonds « diplomatiques » comportant un nombre important de volumes produits durant la colonisation). C’est notamment ainsi que peuvent s’observer les tensions, divergences ou cohérences entre différentes branches des administrations coloniales. Il s’agira donc ici d’interroger l’articulation de corpus archivistiques distincts, de décloisonner les approches, d’interroger l’unilatéralité des « archives coloniales », de saisir le « colonial » à travers des archives résultant de divers contextes de productions. L’établissement de tableaux synoptiques de répartition des archives, encore souvent difficile à saisir, voire de premiers « inventaires bilatéraux[vi] » pourra être abordée.

Les « archives coloniales » comme lieux d’histoire et de mémoire. En témoignent les événements scientifiques (congrès de la French Colonial Historical Society), et grand-publics (journées du patrimoine) organisés aux ANOM : l’institution abritant les documents issus de la colonisation française a une place centrale dans la production de discours sur le passé colonial exclusivement. Quelle est l’histoire de ces archives[vii] ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans l’histoire de l’institution ? Plus largement, comment ont cheminé les documents aujourd’hui consultables aux ANOM depuis leur production et leur organisation dans les armoires des institutions coloniales ? Quels gestes, quelles intentions et quels hasards ont conduit à la constitution des fonds ? Au-delà du moment de production et de classification des documents, quels usages en ont été faits et en sont faits à l’heure actuelle ? Qui les consulte et pourquoi ? En plus de ces interrogations d’ordre scientifique, quels sont les enjeux politiques et mémoriels entourant une institution rarement évoquée dans le débat public alors même qu’elle abrite des documents sensibles ? Comment mobiliser ces archives dans le cadre de la transmission et de l’enseignement de l’histoire de la colonisation française ?

En plus des panels de discussion, cette journée d’étude prévoit une présentation des ANOM et de certains de ses fonds par les archivistes de l’institution.

2. Participation à la journée d’étude

Qui sommes nous ?

Le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) est un collectif d’une quarantaine de jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales, fondé au printemps 2017. Nous avons tou-te-s en commun de travailler sur les « ordres coloniaux », c’est-à-dire sur la façon dont sont élaborés les Empires coloniaux (sans exclusive chronologie ni géographique), et dont l’ « ordre public » y est maintenu et contesté. Présent-e-s dans plusieurs universités, nous organisons à Paris des rencontres mensuelles de lectures, de dialogue et de travail.

Pour participer

Cette journée d’études est organisée aux ANOM à Aix-en-Provence le vendredi 28 juin 2019 est ouverte à tou-te-s, sur inscription. Les propositions de communication doivent être transmises au Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) par courriel au plus tard le 21 janvier 2019 à journeegrocanom@gmail.com. Elles se composeront d’un titre (provisoire), d’un résumé d’environ 500 mots présentant brièvement les questions proposées à la discussion, les archives mobilisées et la façon de les envisager. Les propositions doivent être accompagnées d’une courte biographie.

Les auditeurs peuvent d’ores et déjà s’inscrire en envoyant un courriel à journeegrocanom@gmail.com.

Comité d’organisation et conseil scientifique

Cette journée est organisée de manière collective par un groupe de jeunes chercheurs-euses (GROC).

Élise Abassade (IDHES, Paris 8 – LAH, La Manouba, Tunis), Vincent Bollenot (CHAC, Paris 1), Quentin Gasteuil (Centre d’histoire du XIXe siècle – ISP, Sorbonne Université – ENS Paris-Saclay), Thierry Guillopé (ACP – CHS, Paris Est Marne-la-Vallée – Paris 1), David Leconte (IDEES – LARHRA, Le Havre – ENS Lyon), Sara Legrandjacques (CHAC, Paris 1), Julie Marquet (ICT – CHAC, Paris 7 – Paris 1), Baptiste Mollard (CESDIP, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines).


[i] Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Pascal Blanchard, Jacques Martial, Achille Mbembe, Leïla Slimani, Christelle Taraud et Dominic Thomas (dir.), Sexe, race et colonies, Paris, La Découverte, 2018.

[ii] Philippe Artières, « Sexe, Race et Colonies : livre d’histoire ou beau livre ? », Libération, 30 septembre 2018 ; Kaoutar Harchi, « Quand l’art est l’autre nom de la violence », Le nouveau magazine littéraire, 12 octobre 2018.

[iii] Collectif Cases Rebelles, « Les corps épuisés du spectacle colonial », 27 septembre 2018 ; Mélusine, « Un ouvrage sans ambition scientifique », Libération, 30 septembre 2018.

[iv] Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain: Epistemic Anxieties and Colonial Commonsense, Princeton, Princeton University Press, 2009.

[v] Voir Gayatri Chakravorty Spivak, « Can the subaltern speak ? », Social theory: the multicultural and classic readings Colonial discourse and post-colonial theory: a reader, in Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Londres, Macmillan Education, 1988, p. 271 – 313.

[vi] Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012, p. 15.

[vii] Dans le prolongement des réflexions initiées par plusieurs auteurs dans Isabelle Dion et Benoît Van Reeth (dir.), Histoires d’Outre-mer : les Archives nationales d’outre-mer ont 50 ans, Aix-en-Provence et Paris, ANOM et Somogy, 2017.

Compte-rendu de la première séance – juin 2017 “Que faire ?”

L’objet de ce rendez-vous était surtout de définir nos attentes et la forme que le groupe de travail pourrait prendre. Nous avons d’abord passé en revu les thèmes que l’expression “ordre colonial” nous évoquent.

La discussion a ensuite porté sur les façons dont nous pourrions nous réunir. Nous avons opté pour une forme hybride :

1) Des séances en groupe restreint qui se retrouverait à raison d’une fois par mois à peu près. Les thématiques discutées seront choisies en amont et les échanges se feront sur la base d’une présentation d’une ou deux personnes, ou de réflexions à mettre en commun à partir d’archives / d’articles etc. Ces séances pourront aussi prendre la forme d’un travail collectif (écriture, analyse d’un texte, bilan historiographique, fiche de lecture, etc.). Ces séances pourront également être l’occasion d’entendre quelqu’un-e nous parler d’un futur papier, ou d’un chapitre de thèse. Elles prendraient, alors, plutôt la forme d’ateliers.

2) Des séances ouvertes, à raison de quatre ou cinq fois par an, qui ressembleraient plutôt à des séminaires expérimentaux (c’est-à-dire peu formels), ou des journées d’études. Nous pensions notamment y inviter des chercheur-se-s confirmé-e-s pour discuter ensemble de problématiques communes.

Nous avons ensuite interrogé l’intérêt et la portée de l’expression “ordre colonial”. Nous hésitions avec une proposition plus simple en apparence, celle du “colonial”. Nous avons décidé de garder la première idée, qui nous semble plus problématisée, en lui conférant une définition assez large. Il s’agira donc de travailler ce qui fonde l’ordre colonial et les façons dont il s’exprime. Quelques axes ont émergé :
– le maintien de cet ordre, de l’appareil d’Etat colonial (“Etat colonial” étant déjà à questionner)
– Etat / Empire (de quoi parle-t-on ?)
– les modes de hiérarchisation, les représentations…
– les mouvements sociaux, etc.
– la pertinence de concepts comme l’agency, etc. Qu’est-ce qui fait résistance ?

Nous mettrons en question ce que sont “l’agencement colonial”, “l’ordonnancement colonial”, “la mise en ordre coloniale des choses” (cf. Ann Stoler). Nous avons opté pour une mise en question des travaux déjà existants (tels ceux de E. Blanchard). Nous avons décidé de travailler à propos des “ordres coloniaux” : le pluriel nous a semblé plus pertinent, plus souple. Nous tenons tous-tes à ce que ces séances de travail soient l’occasion de mettre en questionnement nos perspectives méthodologiques : faisons-nous de l’histoire sociale (et comment ?) ? Quel est l’intérêt de parler d’Empire colonial ? Nos rendez-vous seront ainsi l’occasion de faire le point, de mettre en perspective et en question nos outils et les grands axes de la recherche actuelle.

Nous avons opté pour l’époque contemporaine (depuis 1789), et pour une définition large de l’Empire et du colonial (par exemple, des travaux sur l’Empire ottoman sont les bienvenus). Nous tenons à ce que notre démarche soit souple et évolutive.