Compte-rendu de la première séance – juin 2017 « Que faire ? »

L’objet de ce rendez-vous était surtout de définir nos attentes et la forme que le groupe de travail pourrait prendre. Nous avons d’abord passé en revu les thèmes que l’expression « ordre colonial » nous évoquent.

La discussion a ensuite porté sur les façons dont nous pourrions nous réunir. Nous avons opté pour une forme hybride :

1) Des séances en groupe restreint qui se retrouverait à raison d’une fois par mois à peu près. Les thématiques discutées seront choisies en amont et les échanges se feront sur la base d’une présentation d’une ou deux personnes, ou de réflexions à mettre en commun à partir d’archives / d’articles etc. Ces séances pourront aussi prendre la forme d’un travail collectif (écriture, analyse d’un texte, bilan historiographique, fiche de lecture, etc.). Ces séances pourront également être l’occasion d’entendre quelqu’un-e nous parler d’un futur papier, ou d’un chapitre de thèse. Elles prendraient, alors, plutôt la forme d’ateliers.

2) Des séances ouvertes, à raison de quatre ou cinq fois par an, qui ressembleraient plutôt à des séminaires expérimentaux (c’est-à-dire peu formels), ou des journées d’études. Nous pensions notamment y inviter des chercheur-se-s confirmé-e-s pour discuter ensemble de problématiques communes.

Nous avons ensuite interrogé l’intérêt et la portée de l’expression « ordre colonial ». Nous hésitions avec une proposition plus simple en apparence, celle du « colonial ». Nous avons décidé de garder la première idée, qui nous semble plus problématisée, en lui conférant une définition assez large. Il s’agira donc de travailler ce qui fonde l’ordre colonial et les façons dont il s’exprime. Quelques axes ont émergé :
– le maintien de cet ordre, de l’appareil d’Etat colonial (« Etat colonial » étant déjà à questionner)
– Etat / Empire (de quoi parle-t-on ?)
– les modes de hiérarchisation, les représentations…
– les mouvements sociaux, etc.
– la pertinence de concepts comme l’agency, etc. Qu’est-ce qui fait résistance ?

Nous mettrons en question ce que sont « l’agencement colonial », « l’ordonnancement colonial », « la mise en ordre coloniale des choses » (cf. Ann Stoler). Nous avons opté pour une mise en question des travaux déjà existants (tels ceux de E. Blanchard). Nous avons décidé de travailler à propos des « ordres coloniaux » : le pluriel nous a semblé plus pertinent, plus souple. Nous tenons tous-tes à ce que ces séances de travail soient l’occasion de mettre en questionnement nos perspectives méthodologiques : faisons-nous de l’histoire sociale (et comment ?) ? Quel est l’intérêt de parler d’Empire colonial ? Nos rendez-vous seront ainsi l’occasion de faire le point, de mettre en perspective et en question nos outils et les grands axes de la recherche actuelle.

Nous avons opté pour l’époque contemporaine (depuis 1789), et pour une définition large de l’Empire et du colonial (par exemple, des travaux sur l’Empire ottoman sont les bienvenus). Nous tenons à ce que notre démarche soit souple et évolutive.

Un groupe de recherches sur les ordres coloniaux

Un lieu d’échanges et de formation

Jeunes chercheurs et chercheuses sur la thématique du colonial travaillant en ordre dispersé, nous avons souhaité nous réunir pour créer un nouvel espace de discussion scientifique ouvert au format souple, correspondant à nos besoins et nos attentes. Notre démarche part également du constat d’une disparition récente d’espaces d’échanges réguliers sur les questions relatives aux dynamiques coloniales que nous avions l’habitude de fréquenter. Cette potentielle raréfaction des lieux de dialogue sur le colonial est d’autant plus paradoxale que rarement la thématique du « colonial » ne fut aussi présente dans les débats de société que ces dernières années. « Colonial » et toutes ses déclinaisons (« police coloniale », État néocolonial », « repentance coloniale ») sont devenus un (dis)qualifiquatif dont l’emploi hyperbolique doivent nous questionner. Encore en cours de formation, nous ressentons le besoin impératif d’alimenter par l’échange et la confrontation d’idées et de méthodes notre boîte à outils épistémologique et historiographique. Notre groupe se réunira donc mensuellement en atelier et ponctuellement en séminaire des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur les dynamiques coloniales et impériales à l’époque contemporaine dans une perspective historique ouverte aux autres disciplines des sciences humaines et sociales. Plus spécifiquement, fortement interpellés et intéressés par le concept d’« ordre colonial », nous avons souhaité prolonger les réflexions déjà menées à ce sujet en élargissant la notion. Considérant la très grande diversité des sociétés et des situations coloniales, nous avons notamment choisi de parler d’ « ordres coloniaux », tout en se proposant d’interroger la validité de cette notion. D’un point de vue théorique, nous qui travaillons sur la colonisation, les États qui la portent et les populations qui la subissent, souhaitons démontrer en quoi cette catégorie d’analyse scientifique est pertinente pour comprendre le fait colonial. Nous nous interrogerons également sur ses limites. Ces questions théoriques découlent bien sûr de problématiques empiriques et d’études nourries par des enquêtes archivistiques et orales sur des sujets précis qu’il sera également question de discuter dans ce groupe de travail.

 

Le maintien de l’ « ordre colonial » ou des « ordres coloniaux » ?

Les premiers travaux sur l’ordre colonial se sont essentiellement focalisés sur la question de son maintien, avec un accent mis sur l’étude des organisations et des pratiques policières. Dans leur prolongement, le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux entendent s’interroger sur les répertoires d’action des acteurs du maintien de l’ordre colonial face aux populations colonisées. En retour, il faudra également questionner les réactions de ces populations face aux techniques de maintien de l’ordre et le répertoire d’actions des critiques de l’ordre colonial ? Il s’agit aussi de s’interroger sur les institutions policières du maintien de l’ordre colonial en elles-mêmes ainsi que sur les acteurs qui les animent au quotidien. Ces démarches nous amèneront à questionner plus théoriquement les spécificités des « ordres coloniaux » ainsi construits. Qu’est ce que ce « colonial » en commun ? A t-il une réalité empirique ? Peut-on en faire une catégorie d’analyse théorique pertinente ?

Étudier le maintien de l’ordre colonial comme action publique. Dans la perspective d’élargir la notion et de comprendre comment les Etats colonisateurs ont cherché à créer un ordre colonial, à l’agencer et à le transformer à leur guise, puis à le maintenir et l’entretenir de manière à assurer leur domination, nous avons choisi d’envisager l’ordre colonial comme un enjeu de politique publique dont les chercheurs peuvent faire l’histoire institutionnelle, politique et sociale. Nous partons du postulat selon lequel ces politiques publiques de maintien de l’ordre colonial ne se résument pas à la seule dimension policière, mais qu’elles recouvrent bien un large ensemble de secteurs dans lequel les États colonisateurs interviennent sur la société et la transforme. Ainsi, les politiques de main-d’œuvre, de travail, de la famille, de santé, etc. menées dans les colonies et dans les métropoles en direction des populations colonisées peuvent être lues comme une action publique de maintien des ordres coloniaux. Dès lors, maintenir un ordre colonial est à la fois produire un ordre politique mais aussi un ordre économique et social. Nous considérerons les « ordres coloniaux » comme façonnant et cristallisant des rapports hiérarchiques, de genre, de classe et de race, en prenant en compte les apports historiographiques récents sur la question[1].

La dimension métropolitaine des ordres coloniaux. Considérer l’ordre colonial comme tel encourage à réinterroger la « question impériale » à l’aune de la place de la métropole dans la production et le maintien d’ordres locaux divers. Tyler Stovall avançait ainsi dans le cas de la France qu’Empire et métropole doivent être analysées comme une « unité interactive, la France impériale »[2]. Cela revient notamment, dans le cadre de nos problématiques, à nous interroger sur les rapports entre ordres coloniaux et ordres métropolitains. Dans quelle mesure les « tensions » d’Empires[3] sont-elles métropolitaines ? Dans quelle mesure en métropole elle-même peut-il se construire un ordre colonial[4] ? De quelles façons les métropoles sont affectées par les contestations des ordres coloniaux ?

Les contestations des ordres coloniaux comme mobilisations collectives. De même que l’on s’attachera à étudier le maintien des ordres coloniaux avec les outils de l’analyse de l’action publique, nous nous efforcerons de nous pencher sur les contestations de ces ordres avec les outils de l’analyse des mouvements sociaux[5]. Il s’agira notamment de voir comment quelles catégories mobilisent les acteurs critiques des ordres coloniaux. Quels intérêts de quels groupes sociaux sont en jeu dans les contestations des ordres coloniaux établis ? Au-delà de l’aura mythologique entourant souvent les opposants aux empires, quels registres d’actions et de mobilisations sont employés et déployés pour combattre les ordres coloniaux ?

 

Bibliographie indicative

« Rebelles contre l’ordre colonial : expériences et trajectoires historiques de résistances anticoloniales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 126, janvier 2015.

« Ordre colonial », Genèses, no 86, juin 2012.

Bat Jean-Pierre et Courtin Nicolas, Maintenir l’ordre colonial : Afrique et Madagascar, Rennes, PUR, 2012.

Blanchard Emmanuel, La police parisienne et les Algériens : 1944-1962, Paris, Nouveau monde, 2011.

Blanchard Emmanuel, Deluermoz Quentin et Glasman Joël, « La professionnalisation policière en situation coloniale : détour conceptuel et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, n° 15, vol 2, décembre 2011, p. 33‑53.

Cooper Frederick et Stoler Ann Laura, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

Denis Vincent, Denys Catherine et Collectif, Polices d’Empires : XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, PU Rennes, 2012.

Stoler Ann Laura, Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2002.

Stovall Tyler, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 96‑97, octobre 2005, p. 63‑90.

Wilder Gary, The French imperial nation-state : negritude and colonial humanism between the two world wars, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

 

 

 

[1] Ann Laura Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2002.

[2] Tyler Stovall, « Universalisme, différence et invisibilité. Essai sur la notion de race dans l’histoire de la France contemporaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 96‑97, octobre 2005, p. 3.

[3] Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

[4] « La colonie rapatriée », Politix, no 76, 1 juin 2009.

[5] Hélène Combes, Choukri Hmed, Lilian Mathieu, Johanna Siméant et Isabelle Sommier, « Observer les mobilisations », Politix, no 93, 2011, p. 7‑27.

GROC

Le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) est un collectif de jeunes chercheurs-euses en histoire contemporaine se penchant sur la question du gouvernement colonial. Le groupe comporte des membres travaillant sur les Empires français, britanniques, ottomans, au XVIIIe, XIXe et XXe siècles. L’objectif du collectif est d’interroger la notion d’ordre colonial, dans une acception volontairement très large (ordre comme répression, judiciarisation, mais aussi plus largement comme gouvernement des corps – encadrement de la reproduction, de la santé, etc. – et des âmes – encadrements des religions, des opinions politiques, des affects). Cette ambition impose de décliner la réflexion en sous-thèmes. En particulier : quelle est la place des colonisé-e-s dans le maintien de l’ordre colonial ? Qu’est ce qu’un-e « intermédiaire » de la colonisation ? Qu’est ce que l’ « État colonial », comment est-il construit, quelle(s) domination(s) imposent ses structures ? Nous publierons sur ce carnet des notes de lecture, sur des articles et des livres récents ou non, avec une volonté de synthèse et de critique. Nous diffuserons également l’actualité du groupe de recherches (journées d’études, séminaires, ateliers de travail). Le cas échéant, de brefs articles mettant en valeur une source et l’exploitant pourront être publiés. Des points de vocabulaire seront également proposés, avec un désir de rigueur et de pédagogie sur des notions telles que « colonial », « impérialisme », « race », etc. Ce carnet se destine en général au champ de la recherche sur les Empires et la colonisation à l’époque contemporaine. Plus particulièrement, on essaiera de s’adresser aux jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales, pour faire connaitre le vocabulaire et les outils des historiens de la colonisation