Il y a quelques semaines, la communauté historienne francophone a été secouée par un ensemble d’événements révélateurs de profonds dysfonctionnements. Certain.e.s membres du Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) ont, dans ce cadre, décidé de renoncer à leur collaboration avec la revue Outre-Mers pour laquelle ils et elles devaient coordonner un numéro. Ils et elles ont alors décidé de proposer aux autres membres du collectif la présente prise de position publique, celle-ci dépassant les limites de l’affaire en question.

Le 28 octobre 2020, Le Canard enchaîné mettait au jour une notice consacrée à l’opération Turquoise (avril-août 1994) rédigée par Julie d’Andurain, professeure des universités, dans le Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française[i]. Ce texte pose problème à bien des égards : pauvreté et partialité des sources, absence de mention du génocide des Tutsis tout en relayant la thèse du « double génocide », parti-pris évident en faveur de l’armée française. À la suite, une dizaine de tweets étaient publiés, interrogeant la légitimité de la présence de Julie d’Andurain au sein de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis (1990-1994) mise en place en avril 2019 par Emmanuel Macron et présidée par l’historien et inspecteur général de l’Éducation nationale Vincent Duclert. Son rapport final est attendu « dans les premiers jours d’avril 2021[ii] ».

Le 3 novembre 2020, la Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM) diffusait par l’intermédiaire de son site un communiqué de soutien à Julie d’Andurain « condamn[ant] avec force la campagne lancée sur les “réseaux sociaux” » et soulignant « l’exigence et la rigueur dont elle fait preuve dans ses travaux, qui ne laissent aucune place au révisionnisme et au négationnisme dont elle est injustement accusée ». Le 6 novembre, la SFHOM cosignait avec d’autres associations d’historien.ne.s[iii] un second communiqué de soutien allant dans le même sens[iv]. À la suite d’un certain nombre de réactions indignées de chercheurs et chercheuses face à ces messages, des membres du bureau de la SFHOM ainsi que les trois rédactrices en chef de sa revue Outre-Mers démissionnaient les 7 et 8 novembre, suivi.e.s des membres du bureau de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) le 12 novembre. La veille, les coordinatrices et coordinateurs du prochain numéro d’Outre-Mers informaient la SFHOM du retrait de leur dossier. Entre le 12 et le 23 novembre[v], les associations publiaient alors chacune une nouvelle annonce revenant sur leurs prises de position initiales.

Au-delà des enjeux propres au génocide des Tutsis du Rwanda, cet ensemble de réactions est révélateur de certains travers du monde de la recherche. Il met en avant la prépondérance de réponses épidermiques et corporatistes qui priment sur les fondements de nos pratiques, c’est-à-dire des positions critiques s’appuyant sur une stricte vérification des documents incriminés, de leurs propos, de leurs sources. Cet état de fait interroge le fonctionnement interne de certains regroupements scientifiques. Par ailleurs, il illustre le décalage qui existe entre une partie de la communauté historienne et certains lieux de discussion, dont les réseaux sociaux font partie, en particulier lorsque les historien.ne.s prennent part à des débats publics ou à des activités qui dépassent les frontières du milieu académique. Enfin, il révèle la légèreté avec laquelle peut être abordée l’histoire du continent africain, même quand sont en jeu ses aspects les plus tragiques.

Plus largement, c’est la question du rapport entre histoire et politique qui est ici soulevée. Nommée par la présidence de la République et hébergée par le ministère des Armées, la commission Duclert ne comporte pas de spécialistes de l’histoire du Rwanda, et les archives sur lesquelles elle appuie son travail ne sont, pour l’instant, pas ouvertes à la consultation[vi]. Certes, les enjeux politiques autour de cette commission ne remettent pas en cause la rigueur scientifique de ses membres, mais ils ne doivent néanmoins pas être ignorés. Ce doit d’ailleurs être le cas de toute entreprise dans laquelle nos savoirs et savoir-faire sont mis au service d’intérêts extra-universitaires.

Ce constat s’inscrit dans un contexte général où le pouvoir politique cherche de plus en plus à s’immiscer dans la vie académique et dans la recherche scientifique. Ainsi, depuis plusieurs mois, l’accès à différents fonds d’archives a été considérablement restreint[vii], alors que dans le même temps les offensives contre de fantasmatiques dérives idéologiques se multiplient. Ces attaques ont pour objectifs de délégitimer, de diviser et in fine de susciter une auto-censure dont la compréhension des phénomènes passés et présents ne peut que pâtir. Leur versant administratif se traduit dans la récente Loi de programmation de la recherche : celle-ci précarise encore un peu plus les chercheurs et les chercheuses, et musèle toute contestation de leur part[viii].

Nous, signataires du présent texte, pour la plupart jeunes chercheurs et chercheuses, estimons qu’il nous est nécessaire d’exposer la manière dont nous entendons faire vivre la recherche. Au-delà des règles élémentaires du métier d’historien.ne (administration de la preuve, distance critique, validation par les pairs) auxquelles chacun.e doit s’astreindre, il s’agit de repenser l’ensemble des rapports de pouvoir au sein de notre milieu. Nous appelons ainsi au dépassement de relations trop souvent marquées par la hiérarchie et les rapports interpersonnels, et prônons au contraire un travail plus systématiquement horizontal et collectif. Dans la même veine, nous défendons une approche ouverte – archives, publics, acteurs et actrices, lieux – de la construction et de la diffusion de la connaissance historique, à rebours des tentations d’un monde du savoir fermé sur lui-même. Ce repli contribue à délégitimer les sciences humaines et sociales dans la société d’aujourd’hui, alors que nous estimons avoir une place à occuper dans la cité, sans prépondérance mais sans timidité, ce qui nécessite une réflexion assumée sur nos rapports avec les espaces politiques et militants.

Dans le contexte rappelé plus haut de tensions et de crispations, de précarisation massive et donc d’exacerbation de la concurrence, nous estimons qu’une partie essentielle de la solution réside dans la création de postes, la dotation plus massive des universités, l’accompagnement plus soutenu de tous les personnels.

Enfin, nous défendons notre droit à élaborer ensemble nos projets futurs dans un environnement intégrateur et propice, ainsi qu’à réfléchir, échanger, travailler collectivement et sereinement, au sein du cadre académique ou en dehors de celui-ci.

Un collectif de membres du GROC :

Élise Abassade, Étienne Arnould, Vincent Bollenot, Marie Bossaert, Aliénor Cadiot, Armel Campagne, Quentin Gasteuil, Thierry Guillopé, David Leconte, Sara Legrandjacques, Adélaïde Marine-Gougeon, Julie Marquet, Nassima Mekaoui-Chebout, Sonia Mhedhbi-Soret, Gabriele Montalbano, Hugo Mulonnière, Silvère Okala, Antonin Plarier, Chloé Rosner, Margo Stemmelin.


[i] Julie d’Andurain, « Turquoise (Rwanda) », in Philippe Chapleau et Jean-Marc Marill (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française. De 1963 à nos jours, Nouveau monde éditions, coédité par leministère des Armées et l’ECPAD, 2018, p. 270-275

[ii] https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/20_04_07_rapport_duclert_intermediaire_cle831de6.pdf

[iii] Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR), Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD).

[iv] Dans le premier paragraphe du communiqué, les sociétés signataires : « […] tiennent à exprimer avec force leur indignation face à la campagne calomnieuse dont est victime sur les réseaux sociaux [leur] collègue Julie d’Andurain, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et membre de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994). C’est à ce dernier titre qu’elle est scandaleusement accusée d’avoir “publié des écrits s’appuyant sur des thèses négationnistes”.

[v] AHCESR le 12 novembre 2020, AHMUF le 13 novembre 2020, CSRHD le 20 novembre 2020, SFHOM le 23 novembre 2020

[vi] https://afhmt.hypotheses.org/3789

[vii] Voir par exemple, concernant l’Instruction générale interministérielle 1300 (dite « IGI1300 ») : https:// ahcesr.hypotheses.org/2124 et le fil Twitter « Archives ça dé-bloque ! » (https://twitter.com/archicadebloque? lang=fr)

[viii] http://academia.hypotheses.org/tag/loi-de-programmation-de-la-recherche-2021-30