Qui est le Groc (9) ?

Après une longue pause, voici le retour des portraits du Groc.

Deux autres collègues ont bien voulu répondre à quelques questions afin de décrire leur trajectoire, leur recherche et leurs centres d’intérêt scientifique. Il s’agit d’Armel Campagne et d’Anne Morel.

Le rythme de publication bi-mensuel devrait se poursuivre et je vais tenter de convaincre mes collègues d’accompagner leur portrait d’une illustration en lien avec leur quotidien de la recherche. Deux autres portraits seront donc publiés à la fin du mois (si tout se passe bien).

“Je me détends quelques fois en faisant gagner à Ngo Van, militant anti-colonialiste vietnamien, une étape (virtuelle) du Tour de France 2018… Allez comprendre !” (AC, 2020)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Campagne Armel

Twitter : twitter.com/histoire_rad

Website : histoire-radicale.fr

Courrielarmelcampagne@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Sciences Po / Paris 4 (L1), Bordeaux III (L1), Paris 8 (L2-L3), EHESS (Master), IEU / EHESSE (Doctorat)

Université et unité de recherche de rattachement : Institut Européen Universitaire, département d’Histoire et Civilisation

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Il y en a trop… Tout ce qui peut contribuer à une analyse critique du monde contemporain

Titre de ta recherche doctorale : Colonialisme français et mines de charbon : Vietnam, 1873-1954

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : 2021 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je m’intéresse depuis la Première à l’histoire coloniale, notamment à la guerre d’Algérie. J’ai ensuite rencontré par hasard Christophe Bonneuil, qui a fait sa thèse en histoire des sciences coloniales, et qui m’a proposé de faire un mémoire sur le Capitalocène. Comme l’inventeur du concept de Capitalocène, Andreas Malm, préparait un ouvrage intitulé Fossil Empire, sur l’empire colonial britanniques et ses mines de charbon, je me suis dit que je pourrais faire de même au sujet de l’empire colonial français. J’ai donc notamment participé en M1 au séminaire d’Histoire du fait colonial et impérial à l’EHESS dans cette optique.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie l’impérialisme colonial français et son intérêt pour le charbon au Vietnam, le développement du capitalisme houiller au Vietnam, les résistances au travail dans les mines de charbon au Vietnam du point de vue des administrateurs coloniaux et des compagnies minières au Vietnam et en Algérie, et enfin l’impact de la crise des années 1930, de la Seconde Guerre Mondiale et des guerres de décolonisation sur l’exploitation du charbon au Vietnam et en Algérie.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais que je me suis éloigné de l’histoire environnementale et des STS pour me rapprocher de l’histoire coloniale et du travail.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je dirais que ça a été surtout Andreas Malm et son projet de livre Fossil Empire, en ce qu’il tente de faire un lien entre colonisation et dérèglement climatique.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Bonne question… Je dirais peut-être L’Indochine, la colonisation ambigüe de Brocheux et Hémery.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non, pas vraiment… J’en ai simplement parlé dans un cours d’histoire environnementale.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Le PowerPoint ?!!!

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Sortir de l’isolement et du cloisonnement sub-disciplinaire !

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par Antonin Plarier.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

De rencontrer ses membres lorsque je serais de retour en France, ça serait bien sympa.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

L’histoire globale de l’émergence du capitalisme dans une perspective marxiste politique rénovée (intersectionnelle et moins eurocentrique, et donc notamment attentive au monde colonial).

Des poules et des archives. Pause champêtre à Pierrefitte-sur-Seine entre deux cartons (AM, 2020.10)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Morel Anne

Twitter : 

Website :

Courriel :  morel.anne2@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : 

J’ai fait un master de recherche en histoire, au cours duquel j’ai passé le concours de conservateur des bibliothèques. Je suis conservatrice depuis 2016 : j’ai travaillé au ministère de la Culture pendant plus de trois ans. En même temps, toujours un peu travaillée par l’envie de reprendre la recherche, je me suis inscrite en thèse l’année dernière. Et je viens d’obtenir un congé de formation de quelques mois, opportunité de me plonger dans les sources (malheureusement le timing n’était pas tout à fait idéal pour aller aux archives) !

Université et unité de recherche de rattachement : Université de Picardie Jules Verne. Direction de Marie Houllemare. Co-direction de François Joseph Ruggiu à Sorbonne université.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Nouvelle histoire impériale, histoire de l’État moderne, histoire des sociétés coloniales, histoire sociale du politique.

Titre de ta recherche doctorale : La gouvernance impériale française dans l’Océan indien du milieu du XVIIIe siècle à la Restauration (titre très provisoire)

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Inconnue à ce stade

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je l’ai abordée lors d’un mémoire de master portant sur les élites coloniales en Inde française. La question de la colonisation m’intéressait de manière générale, mais c’est vraiment au cours de cette recherche et en me plongeant dans l’historiographie, notamment anglo-saxonne, que j’ai eu envie de poursuivre mes questionnements sur le fait impérial et colonial. Cet intérêt ne s’est pas démenti depuis, d’autant plus que, tout en travaillant sur la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, j’ai pris conscience de l’importance de cette période pour éclairer des expériences de colonisation ultérieures et des enjeux très contemporains.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse aux élites coloniales, dans leur versant politique et administratif (les gouverneurs, intendants, mais également conseillers ou élus des assemblées révolutionnaires). Mon analyse est centrée sur les comptoirs indiens et sur les Mascareignes (Ile Maurice et Réunion).

En analysant les trajectoires d’individus, leurs réseaux, leurs familles, leur implication dans la vie économique (notamment l’économie de plantation aux Mascareignes ou le commerce asiatique) et leur rapport à la métropole, je cherche à répondre à plusieurs interrogations :Il me semble d’abord qu’en identifiant ses acteurs, en les replaçant au sein de la société coloniale et en analysant leurs relations avec les différents groupes qui constituent celle-ci (élites commerçantes, populations locales, libres de couleur, esclaves, Blancs pauvres…) on peut aboutir à une vision plus fine de l’État outre-mer. Alors que beaucoup de travaux concernent l’espace Atlantique, ces aspects sont assez méconnus dans les colonies françaises de l’Océan Indien à l’époque moderne, ce qui conduit souvent à opposer de manière binaire administration métropolitaine et élites locales. Plus largement, cela doit permettre d’éclairer ce que Frederick Cooper et Ann-Laura Stoler ont appelé les « visions et pratiques conflictuelles » au sein de la communauté coloniale européenne.

Par le biais du personnel impérial et de ses circulations, je souhaite aussi réfléchir à la place des colonies de l’Océan Indien dans l’empire français dans son ensemble, ainsi qu’éclairer les liens de ces espaces entre eux. En élargissant le périmètre géographique à un ensemble d’établissements coloniaux qui ont généralement été étudiés séparément, je cherche à mettre en avant des liens qui ne sont pas que ceux du centre métropolitain avec une périphérie : l’une de mes hypothèses est que les circulations de personnel, de pratiques de gouvernement, les liens familiaux ou commerciaux entre les différents espaces que j’étudie permettent à celui-ci de fonctionner comme un « sous-ensemble » dans l’empire.

Encore au début de mes recherches, mes questionnements méthodologiques sont nombreux, mais je souhaiterais articuler plusieurs échelles d’analyse, en interrogeant l’évolution globale de la place de ces territoires dans l’empire colonial français avec des analyses à un niveau plus micro, notamment à travers l’analyse de trajectoires individuelles et de moments de conflit.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Ma manière d’aborder l’État colonial a beaucoup évolué. Comprendre comment, à cette période, ses agents négocient, agissent, leurs marges de manœuvre, leurs relations avec différents groupes est devenue une question qui a pris une importance croissante au cours de mon travail. Les lectures de Michael Braddick et de James C. Scott et leurs réflexions sur le pouvoir ont été éclairantes dans ce cadre.

La circulation des pratiques de gouvernance impériales est une thématique qui m’intéresse également, notamment en ce qui concerne la question du travail – libre et forcé.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Oui, bien sûr, il y en beaucoup.Je pense notamment à Megan Vaughan pour son livre Creating the Creole Island qui replace l’histoire de l’île Maurice à l’époque moderne dans celle des sociétés de plantation. Elle explique notamment comment la société de l’île est le produit des interactions entre différents groupes, et le caractère central de l’esclavage. Elle montre très bien que l’histoire des élites blanches ne peut pas être pensée en faisant l’impasse sur leurs relations avec l’esclavage.

Rendre la Justice à Quito, de Tamar Herzog.  En termes de travail historique, de jeux d’échelles, c’est un livre très inspirant. L’autrice articule une étude à la fois globale et très fine du monde de la justice et des pratiques judiciaires, dont elle tire des analyses passionnantes sur le fonctionnement d’un système impérial et sur la société locale.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Le beau film Tabou, de Miguel Gomez. La première partie du film se passe dans la Lisbonne contemporaine et met en scène le rapport d’une vieille femme avec sa femme de ménage Capverdienne, tandis que la deuxième revient sur l’expérience coloniale de cette femme portugaise. Au-delà de ses qualités esthétiques, c’est un film sur la mémoire et le souvenir qui évoque de manière assez subtile la question du rapport entre passé colonial et présent post-colonial.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non – comme j’ai une activité professionnelle en parallèle ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Cf question ci-dessus.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Rassembler des chercheurs qui travaillent sur des domaines et des périodes distincts autour de certaines thématiques, relayer des recherches en cours, diffuser des synthèses des discussions au sein du groupe ? Il me semble que c’est ce que le GROC fait déjà dans une large mesure … mais ça me parait très précieux, en particulier en ce moment.

Et puis j’adhère totalement à l’idée d’un Maitron du personnel colonial qui a été évoquée dans plusieurs questionnaires !

9. Comment as-tu connu le GROC ?

On m’en avait parlé dès le début de mes recherches, mais c’est Adélaïde Marine-Gougeon qui m’a introduite lors d’une pause aux ANOM. Merci à elle ! 

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Rencontrer, échanger, élargir mes horizons !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Hum. Ma thèse ?