Qui est le Groc (8) ?

Le mois de mai 2020 finissant, il est temps de présenter deux autres membres du GROC. Cette fois-ci, il s’agit d’Élisabeth Mortier et de Vincent Houle.

Pendant ce temps, l’été s’installe, les chercheurs.ses ne parcourent pas les allées de la BNF, les centres d’archives n’ont pas encore annoncé leur réouverture, les bubble teas (goût mangue ou maracudja) font rêver, certain.e.s ne savent plus comment faire, la rédaction pâtine, et pourtant il faut que cela avance.

Le moins prochain, avec de la chance : deux nouveaux portraits, la ré-ouverture des bibliothèques et des Archives (et un peu de repos ?).

Le lac Hula et ses environs (nord d’Israël) : Une zone marécageuse transformée et appropriée par les sionistes dès la  période mandataire (EM, 2019.04)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Mortier Élisabeth

Twitter : @MortierElisabe1

Website : https://paris-sorbonne.academia.edu/ElisabethMORTIER

Courrielelisabethmortier@yahoo.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Classes préparatoires aux grandes écoles (hypokhâgne/khâgne), master d’histoire à Sorbonne université, diplôme d’hébreu à l’INALCO, agrégation d’histoire, diplôme d’arabe littéral et doctorat à à Sorbonne-Université.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne-Université, Centre d’histoire du XIXe siècle

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire environnementale, histoire de l’Empire britannique, histoire rurale, histoire du sionisme, histoire des techniques

Titre de ta recherche doctorale : Les territoires de l’eau en Palestine rurale pendant la domination britannique (1917-1948)

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : Début 2021 si tout va bien

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Nourrie de littérature hébraïque dès l’adolescence, j’ai décidé en master de m’intéresser à la présence juive en Palestine avant la naissance de l’État d’Israël. J’ai donc fait un master sur la première école agricole juive de Palestine, fondée par l’Alliance israélite universelle en 1870. Mes intérêts ayant peu à peu évolué, j’ai souhaité m’attarder davantage sur l’histoire environnementale de cette région sous domination mandataire.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie la place agricole et politique de l’eau pendant la domination britannique. De nombreuses études en géopolitique de l’eau existent pour la période post-1948. Cependant, peu de travaux ont été menés sur le rôle de l’eau dans les stratégies territoriales et politiques sionistes pendant le Mandat. Je m’intéresse également à la manière dont l’eau devient un problème public dans les années 1930 en Palestine et quelles ont été les politiques mises en place par la puissance mandataire pour y répondre.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Lorsque j’ai réalisé ma recherche de master, je connaissais très mal l’ensemble des réflexions portées par l’histoire environnementale anglo-saxonne et française. Mes réflexions de doctorat sont davantage nourries par cette riche historiographie.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Le livre de William Cronon, Changes in the Land : Indians, Colonists and the Ecology of New England (1983) lu au cours de ma thèse m’a beaucoup apporté. Ce travail porte sur les transformations environnementales apportées par les colons britanniques en Nouvelle-Angleterre et l’incompréhension par ces derniers de la gestion de la terre des Indiens d’Amérique.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Les romans d’Amos Oz m’ont amené à m’intéresser à la Palestine mandataire et je recommande la lecture de son magnifique roman autobiographique, Une Histoire d’Amour et de ténèbres. Au fil de son histoire personnelle, on peut voit se dessiner la complexité de la fin de la période mandataire en Palestine.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné l’histoire du fait colonial à travers l’histoire du Moyen-Orient et du Maghreb (XIX-XXesiècle) à Sorbonne-Université pendant mon contrat doctoral ainsi qu’à l’Université d’Oxford pendant un an. Dans le cadre de l’histoire du Moyen-Orient et du Maghreb, l’important selon moi est d’essayer de ne pas réduire l’histoire de ces sociétés à l’histoire du fait colonial et post-colonial tout en évitant d’enfermer les moments coloniaux et impériaux dans des logiques purement régionales en les pensant à une échelle plus large.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

J’essaie d’équilibrer l’utilisation de sources émanant tant des puissances coloniales et impériales que des acteurs locaux.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je pense que la force du GROC réside dans sa capacité à partager le maximum d’informations sur les actualités de l’histoire du fait colonial et post-colonial.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à mes ami.e.s doctorant.e.s

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

J’attends de mon appartenance au GROC un espace de partage d’informations, de réflexions communes et de solidarité.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je rêve secrètement de pouvoir faire une histoire globale des ressources (eau, forêts, minerais, …) pendant la domination coloniale britannique et française au Moyen-Orient.

Mer de cailloux aixoise qui manque à certain.e.s (DL, 2019.07)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Houle Vincent

Twitter : @vincenth_21

Website :

Courriel : vincent.houle@umontreal.ca

Parcours dans l’enseignement supérieur : J’ai complété une maîtrise (Master 1&2) en histoire à l’Université de Montréal en 2016 et je suis présentement en quatrième année de doctorat en cotutelle entre Montréal et Paris.

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Sirice) et Université de Montréal

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Outre l’histoire impériale, l’histoire conceptuelle se trouve au cœur de chacun de mes travaux de recherche. Je me penche principalement (ou me suis penché) sur des concepts comme l’universalisme et le particularisme, le national et l’international, la frontière.

Titre de ta recherche doctorale : Peuple de l’ombre, peuple universel : les résistant.e.s et les ancien.ne.s résistant.e.s français.es face à l’Empire et la décolonisation (1940-1962)

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : 2021

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Mon mémoire de maîtrise portait sur les liens entre la Résistance française et le reste du monde, choix motivé simplement parce que l’espèce d’aura entourant la Résistance et de Gaulle m’interpellait énormément à l’issue de mon premier diplôme universitaire.

Comme pour plusieurs, cet intérêt initial a eu l’occasion d’évoluer en des questionnements beaucoup plus complexes pendant les années de maîtrise. Au contact d’autrices et d’auteurs (et de ma copine, également doctorante en histoire) s’intéressant au fait colonial, à la vocation universelle des principes républicains, ainsi qu’à des réflexions méthodologiques sur les échelles d’analyse, j’ai eu envie de réinvestir l’histoire de la Résistance française à la lumière de nouveaux questionnements, notamment tout ce qui a trait à son rapport à l’Empire et à l’impérialisme.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Dans ma thèse, je m’intéresse principalement à un peu plus d’une dizaine de résistant.e.s (puis d’ancien.ne.s résistant.e.s) qui se sont prononcé.e.s sur les enjeux impériaux entre 1940 et 1962. Je cherche à mettre en lumière 1) la manière dont leur expérience au sein de la Résistance a (ou n’a pas) influencé leur vision de l’Empire et de l’impérialisme, 2) les différentes conceptions de l’entité impériale, bien plus diversifiées que « ce qui est advenu », et 3) les différentes interprétations de la République, de l’impérialisme et des principes qui les guident. Mon analyse se base sur des témoignages, des ouvrages rédigés par ces individus, des journaux clandestins, des projets non advenus, des documents internes de mouvements, des conférences impériales, des débats à l’Assemblée, des associations d’anciens résistants, tout ce qui peut me permettre de comprendre les différentes conceptions de l’entité impériale et leur évolution sur la période.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Ma réponse est intégrée à celle de la question 1 !

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Bien sûr ! En voici une courte liste :

– Gary Wilder, pour le regard anthropologique et l’approche conceptuelle de son étude de l’Empire français ;

– Naomi Schor et Tyler Stovall, pour leurs réflexions sur l’universalisme ;

– Alya Aglan, pour l’ouverture dont elle fait preuve dans son étude de la Résistance ;

– Charlotte Delbo et Emmanuel d’Astier, pour leur plume et l’émotion que leurs textes transmettent.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y a d’abord le Graphic History Collective. Ce projet absolument génial met de l’avant des artistes, des activistes et des universitaires qui collaborent pour valoriser grâce à l’art, des perspectives trop souvent tues ou ignorées sur des événements historiques, souvent liés aux enjeux coloniaux et post-coloniaux. Il s’agit principalement d’un projet d’histoire canadienne qui aborde le fait impérial et colonial au Canada sans toutefois y être exclusif. Le GHC a créé une exposition (« Remember – Resist – Redraw ») qui était à Montréal toute l’année et on peut voir les affiches présentées sur leur site internet (https://graphichistorycollective.com/projects/remember-resist-redraw).

L’autre mention va à la plateforme histoireengagée.ca qui n’est pas une « œuvre sur le fait colonial et/ou post-colonial » à proprement parler, mais dont la mission est d’offrir un espace de discussion et de création de savoirs en libre-accès qui s’efforce de ne pas reproduire une « hiérarchisation des discours et des êtres humains ». Leur travail reconnaît les biais racistes et sexistes de la discipline historique et cherche à les questionner et les déconstruire. La plate-forme laisse place à plusieurs types de textes (chroniques d’archives, réflexions sur l’actualité depuis une perspective historienne, etc.) et à des textes scientifiques révisés par les pairs publiés considérablement plus rapidement que dans une revue papier ou en ligne traditionnelle. Je vous encourage à vous abonner à leur Facebook/Twitter et à consulter leur énoncé de mission (http://histoireengagee.ca/a-propos-dhistoire-engagee/).

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai pas enseigné l’histoire du fait colonial en particulier, mais j’ai enseigné un cours sur la recherche et la rédaction en histoire à l’Université de Montréal à des étudiant.e.s de première année cet hiver. J’ai tout de même souhaité y intégrer un fil conducteur, l’histoire impériale et ses ramifications contemporaines. Les affiches du Graphic History Collective m’ont été fort utiles.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

J’essaie de valoriser d’autres formes de création et de diffusion du savoir que celles généralement prescrites par le canon occidental. Pour moi, de manière concrète, cela s’est manifesté par la présentation récurrente d’expressions artistiques dans mes cours, qu’elles soient plastiques ou musicales, pour montrer à mes étudiant.e.s la valeur de ces moyens d’expression dans la construction du savoir.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Nous pourrions peut-être déplacer une partie de nos discussions par courriel au carnet Hypothèses pour les rendre plus pérennes. Je sais que cela rajoute un peu de boulot à chacun.e en comparaison à des annonces ou à des présentations plus informelles par courriel, mais quelqu’un.e qui voudrait présenter une ressource au GROC pourrait soumettre un court texte (genre billet de blog) sur le carnet Hypothèse dans une section dédiée, qui demeurerait auprès d’autres ressources dans un seul et même endroit.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à Sara Legrandjacques, qui m’y a introduit entre un colloque à Paris où nous avons fait connaissance et quelques pauses-café à la BnF. Merci Sara !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

J’ai bien profité de ma dernière année à Paris pour prendre part à nos séminaires périodiques où nous avons pu discuter et enrichir nos réflexions. De retour à Montréal depuis un an, j’ai été plus passif au sein du GROC en me limitant à quelques interventions (un mélange de décalage horaire et de défis professionnels), mais je me réjouis toujours de lire les interventions de mes collègues. Donc je dirais, pour l’immédiat, d’occuper un rôle plus passif tout en restant bien connecté en esprit, et surtout que le GROC demeure toujours aussi alerte, vif et axé sur l’entraide.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Excellente question ! Encore intangible pour le moment, j’aurais envie que ce projet tourne autour de l’art (vous aurez compris rendu ici que c’est un intérêt fort chez moi). Le projet serait principalement basé sur des sources artistiques, qu’elles soient plastiques, musicales, textuelles, et pourquoi pas, inclurait un volet artistique pour sa diffusion également !

 

Qui est le Groc (7) ?

Nous continuons notre introduction des membres du Groc avec Silvere Ulrie Okala et Camille Cordier.

Ces deux collègues ont accepté de se prêter à ce questionnaire afin de mieux faire comprendre qui sont les jeunes chercheur.e.s étudiant les sociétés coloniales du passé.

D’autres suivront à un rythme plus régulier, il faut l’espérer.

Deux manguiers couvrant majestueusement un terrain à Kourou (DL, 2016.07)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Okala Silvere Ulrie

Twitter :

Website :

Courriel : okala_silvere@yahoo.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après un master 2 en histoire économique et sociale obtenue à l’université de Yaoundé 1 (Cameroun) en 2015, je me suis inscrit en thèse à l’université Paris 8.

Université et unité de recherche de rattachement : Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHE.S) de l’université Paris 8 Vincennes St-Denis

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire de la ruralité, de l’agriculture, mais aussi l’histoire des sciences et techniques dans les anciennes colonies françaises.

Titre de ta recherche doctorale : La politique camerounaise de recherche et de vulgarisation agricole au Cameroun (1945-1973)

Année du début de ta recherche doctorale : Octobre 2016

Date de soutenance de la thèse : Équation à plusieurs inconnues…

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’avoue que l’histoire coloniale est un accident de parcours dans mon cursus. Je fus plus attiré par l’histoire post-coloniale. Surtout la manière dont les dirigeants des États indépendants s’attellent à améliorer les politiques de vie des populations. J’utilisais de ce fait l’agriculture et le milieu rural comme laboratoire des rapports entre gouvernants et gouvernés. Toutefois, par un commun accord avec ma directrice, j’ai décidé d’élargir les bornes chronologiques et de reformuler mon sujet. C’est dans ce sillage que le fait colonial ”s’incruste” dans ma recherche. Au début, mes connaissances étaient avariées sur des débats liés au fait colonial. Depuis quelques temps, je suis moins effaré par la question.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je travaille sur la circulation du vivant et de son inscription dans les communautés et territoires. Il est question de voir comment les ingénieurs, agronomes et institutions scientifiques ont mis en place des pratiques multiformes de production du matériel végétal et comment ce matériel a été diffusé, adopté et ré-imaginé par les paysans. Il s’agit aussi de voir les interférences, les brassages et métissages entre la rationalité technique prônée par la science moderne et les logiques paysannes.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

La formulation du sujet a certes changé, les bornes chronologiques et la problématique aussi, mais je suis resté attaché au monde rural, aux paysans. J’ai un rapport particulier avec cet espace comme fabrique de vie en Afrique.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Deux historiennes m’ont particulièrement marqué. Il s’agit de Kleiche-Dray Mina , et Liliane Hilaire-Perez. Leurs travaux m’ont permis de faire un grand pas théorique et méthodologique en histoire des sciences et techniques. Je pense aussi à la thèse de Guillaume Lachenal : « Biomédecine et décolonisation au Cameroun, 1944-1994 » (2006).

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je pense particulièrement à l’œuvre de l’écrivain camerounais Mongo Beti, Ville cruelle (1954). J’ai aussi à l’esprit le documentaire, Les statues meurent aussi (1953) de Alain Resnais et Chris Marker. Documentaire passionnant sur le colonialisme. Il est en libre accès sur YouTube.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

La littérature africaine des années cinquante et soixante. Je crois qu’en ce qui concerne l’Afrique, lire les auteurs de cette époque, peut éclairer sur le fait colonial. On peut citer par exemple Amadou Hampateba avec son œuvre Oui Mon commandant, Mongo Beti que j’ai déjà cité, Ferdinand Oyono avec Le vieux nègre et la médaille. Sans oublier l’écrivain Cheick Hamidou Kane avec L’aventure ambiguë et plusieurs autres auteurs.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Hummm, je ne sais pas trop. Peut-être organiser une journée d’étude en Afrique ou en Amérique latine ?

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Élise, Élise, Élise Abassade.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Élargir ma culture sur le fait colonial.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Pour mon projet idéal, je pense à un séminaire sur le fait colonial en Afrique centrale. Je trouve que cette partie du continent est peu étudiée en France par exemple.

Rav Mulcair (Nikki Amuka-Bird) mêlant joie et désespoir. Un peu comme les doctorant.e.s en rédaction (Avenue 5, 2019)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Cordier Camille

Twitter : https://twitter.com/CordierCamille4

Website : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/membre/747

Courriel : camille.cordier@hotmail.fr

Parcours dans l’enseignement supérieurLicence d’histoire à Strasbourg ; Année Erasmus à Leicester ; master recherche en histoire à Lyon 2 ; master en démographie à Strasbourg ; stage de recherche en démographique historique à Montréal ; CAPES ; contrat doctoral

Université et unité de recherche de rattachement : Université Lyon Lumière / LARHRA

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire urbaine, histoire économique, histoire du genre, histoire de la consommation et de l’alimentation

Titre de ta recherche doctorale : Consommations, marchés et politiques dans les villes de Saint-Domingue au XVIIIe siècle

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Aucune idée

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Pour être honnête, rien dans ma formation ou mon parcours universitaire ne me poussait à travailler sur cette question. Je n’ai suivi aucun cours sur le sujet, et mes mémoires de recherche ne portaient pas sur ce thème. Pour autant, la question coloniale m’a toujours taraudée. J’ai été, par exemple, très influencé par la question, aux concours de l’enseignement, sur les marges de la France en géographie (croisée à celle sur les mers et océans).

Mes deux mémoires étaient centrés sur l’histoire de la consommation au XIXe et XXe siècles. Pour la thèse, je voulais continuer à travailler sur ce sujet et me rapprocher de l’époque moderne pour garder la même directrice de recherche, Natacha Coquery. N’ayant aucune idée de sujet portant sur le territoire métropolitain, j’ai cherché ailleurs et mon regard s’est tourné vers la Caraïbe. Ma rencontre avec Manuel Covo (mon 2e directeur de recherche) m’a ensuite guidé vers Saint-Domingue.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche porte sur les consommations et les marchés urbains dans les villes de St Domingue, en particulier celle du Cap Français. Pour faire très vite, au lieu de traiter la colonie comme un espace productif au sein de l’empire français (comme cela a déjà pu être le cas), je l’étudie comme un espace de consommation.

De nombreux travaux ont montré l’importance des produits coloniaux dans la dynamique du capitalisme européen aux XVIIe et XVIIIe siècles, il reste à savoir comment l’importation massive de produits européens et le développement de marchés urbains façonnent le monde antillais. En effet, aucune étude globale retraçant le cycle de la consommation n’a encore été menée dans le contexte colonial.

L’objectif de la recherche est donc d’étudier comment s’organisent les marchés urbains pour répondre à la demande des consommateurs et consommatrices dans un contexte de pénuries chroniques et de dépendance au marché mondial et quelles politiques publiques sont mises en place pour encourager et réguler ces marchés.

Je m’intéresse en particulier aux interactions entre les choix menés par l’administration coloniale et l’agency des actrices et acteurs économiques dans la configuration de la ville coloniale et de son économie.

Pour reconstruire les marchés urbains, je m’appuie sur des sources comme la correspondance administrative, des cartes, des livres de dépenses privés, les petites annonces dans le journal local, des mémoires et des textes législatifs publiés.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes intérêts de recherche se sont beaucoup élargis (presque trop). En master, j’étudiais la consommation vraiment du point de vue des individus et du ménage : la nomenclature des foyers de dépense, la répartition genrée des tâches au sein du couple, la représentation de sa classe sociale, etc.

Ma recherche Saint-Domingue prend un tour plus globalisant sur la question de la consommation. J’étudie à la fois les politiques mise en œuvre par l’administration coloniale pour répondre aux besoins des populations locales, l’ancrage urbain des activités économiques, l’impact du genre et de la race sur le fonctionnement du secteur marchand, les réseaux d’approvisionnement provenant de la métropole et de la campagne, etc.

Je me retrouve donc à faire de l’histoire économique, sociale, politique, administrative, urbaine, de l’alimentation, du genre, de l’environnement, de l’agriculture. J’aime pouvoir aborder toutes les dimensions de l’histoire de la consommation, cela m’oblige à naviguer entre de nombreux courants historiographiques et à exploiter des sources de nature différente. C’est à la fois fatiguant et galvanisant. Je tenterai de me recentrer à la fin de la première année, mais je ne promets rien.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

C’est difficile d’en choisir seulement un. En première année de thèse, je lis beaucoup et suis encore très influençable, ma réponse varie donc chaque mois. Sur l’histoire des villes coloniales de la Caraïbe française, les deux ouvrages majeurs sont ceux de Cécile Vidal sur la Nouvelle-Orléans et celui de Anne Pérotin-Dumon sur les villes de Guadeloupe. Les deux approches, même si très différentes, se complètent très bien.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y en a beaucoup ! Je suis de celles qui ont besoin de pouvoir se représenter visuellement une période ou un espace pour le comprendre. Du coup pour entrer dans l’univers de la société esclavagiste de plantation, je conseille trois séries :

  • Roots. Deux adaptations du roman d’Alex Haley existent en série. C’est très enrichissant de comparer les deux versions (1977 et 2016), pour saisir les avancées historiographiques sur le sujet, en particulier sur les sociétés de la côte de l’Afrique de l’ouest.

  • The Long Song. Je viens tout juste de découvrir cette série, merci à David Chaunu et Fanny Malègue. La série montre de manière très subtile la complexité des relations sociales au sein de la plantation. Elle réussit même le tour de force d’être parfois drôle, ce qui est difficile à imaginer pour un sujet aussi grave.

  • Tropiques Amers. Adolescente, j’ai regardé en boucle ce téléfilm français de 2007 sur la Martinique de la fin du XVIIIe siècle. Je me suis souvenue de cette obsession il y a peu, et me suis aussi rendu compte que le scénario était de Myriam Cottias. Je présume que cette série a dû, d’une manière ou d’une autre, influencé mon choix de recherche.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai donné cette année un cours de TD en L1 sur « l’Europe et le Monde, Moyen Age et Epoque moderne » (oui c’est large). On m’a donné complètement carte blanche pour le TD que j’ai recentré sur l’histoire atlantique à l’époque moderne.

Je ne sais pas s’il y a une démarche particulière à avoir pour enseigner le fait colonial. J’ai essayé de trouver des sources produites par d’autres acteurs que ceux à l’origine de la colonisation (pas facile). La question de l’esclavage et de la traite a été difficile à traiter (pour moi en tout cas). Ce n’est qu’un cours de L1, les étudiant.e.s ont peu de culture générale sur le sujet, il faut faire vite, et ils n’abordent que très peu le sujet en CM. Pour bien faire les choses, et pouvoir aborder tous les aspects du phénomène, il faudrait un cours dédié à la question. Je suis admirative des cursus étasuniens où des cours sont spécifiquement dédiés à la révolution haïtienne (ils l’étudient en large, en long et en travers, c’est fou).

Je vais demander à refaire ce cours à la prochaine rentrée universitaire, car j’ai vraiment envie de l’améliorer. Je suis ouverte à tous conseils sur le sujet.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Le documentaire Les Routes de l’esclavage est très complet sur la question de la traite. Cela peut être un bon outil pour introduire le sujet en L1.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Connaissant encore assez mal les activités du GROC, je ne saurais dire.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai tout d’abord connu le GROC par plusieurs listes de diffusion, lors de sa création. Le GROC se présentait alors comme un groupe de recherche travaillant spécifiquement sur le second empire colonial et la période contemporaine. Je me suis « Oh flûte ! Trop loin pour moi … ». C’est quand j’ai vu que David Chaunu faisait partie de la bande que j’ai demandé à rejoindre le groupe, voyant que les modernistes étaient la bienvenue. J’ai d’ailleurs été très bien accueillie, merci !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Au laboratoire où je travaille (le LARHRA à Lyon), j’ai peu l’opportunité de rencontrer des doctorant.e.s travaillant sur le fait colonial, en particulier pour le 1er empire. Dans le cadre du GROC, j’espère créer de nouveaux contacts, échanger sur des questions qui me sont chères, et en savoir plus sur le second empire, puisque que vous êtes surtout des contemporanistes.

Une suggestion : nous pourrions avoir un agenda commun ou quelque chose de ce genre pour informer les autres membres du groupe de notre séjour ANOM (j’imagine que tout le monde y va régulièrement). Cela permettrait de s’y rencontrer et d’égayer notre vie sociale sur place.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Sincèrement, je crois que je suis entrain de travailler sur mon projet de recherche idéal. J’en suis encore au tout début, j’ai donc du mal à imaginer ce que je pourrais faire d’autre. Les sources sont nombreuses et le sujet passionnant. J’encourage par contre toutes les personnes à la recherche d’un sujet de thèse innovant de travailler sur les colonies. Il y a tellement à faire ! Tellement de sources à exploiter et de problématiques à développer, c’est une réelle mine d’or.