Qui est le Groc (5) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec David Chaunu et Julie Marquet.

David doit être remercié car il est l’un des très rares modernistes du GROC et il faut célébrer ses trop rares créatures (les spécialistes des Caraïbes sont tous aussi rares et tout autant appréciables) [ses propos reflètent uniquement les opinions de l’éditeur de ces portraits].

Puisse ces portraits aider nos collègues de s’évader des drôles de semaines qui s’annoncent pour chacun.e.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines. Il s’agira d’Adélaïde Marine-Gougeon et Antonin Plarier.

Jeune pousse deviendra grande… Métaphore de la thèse et du temps nécessaire [expression soulignée par l’auteur et l’éditeur] à la recherche (DC, 2020).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Chaunu David

Twitter : https://twitter.com/DChaunu

Website : https://sorbonne-fr.academia.edu/DavidChaunu

Courriel : david.chaunu@hotmail.fr

Parcours dans l’enseignement supérieurAprès une classe préparatoire, je suis entré en Master d’histoire à la faculté des Lettres de Sorbonne Université (anciennement Paris-Sorbonne, anciennement Paris IV). Une fois passé l’agrégation et une année de stage en lycée, j’ai commencé un doctorat, toujours à Sorbonne Université.

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université ; Centre Roland Mousnier (UMR 8596).

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Nouvelle histoire impériale ; histoire atlantique ; histoire des sociétés esclavagistes ; histoire de la formation de l’État dans ses territoires ultramarins ; histoire de la Caraïbe.

Titre de ta recherche doctorale : Empires en archipel. Une géopolitique de la Mer Caraïbe, des années 1650 aux années 1700

Année du début de ta recherche doctorale : 2014

Date de soutenance de la thèse : Coming very very soon !

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Comme beaucoup de jeunes chercheur.e.s : c’est par des programmes de concours que j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire du fait colonial et des formations impériales à l’époque moderne. Au concours de l’École normale supérieure tout d’abord, avec un programme intitulé « L’Europe et le monde au temps des Grandes Découvertes ». Puis à l’agrégation d’histoire, nous planchions, en contemporaine, sur l’histoire des sociétés coloniales (Afrique, Antilles, Asie). Entre les deux, j’ai commencé à travailler en master sur les Antilles françaises au xviie siècle. Mais mon questionnement s’est élargi en thèse à l’ensemble de la région Caraïbe.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma thèse étudie la diplomatie des gouverneurs français, anglais et espagnols de la Mer Caraïbe, entre les années 1650 et les années 1700. Ma recherche s’articule autour de deux questionnements. Le premier s’interroge sur les conditions de possibilité, l’extension et le fonctionnement d’un espace politique caribéen au xviie siècle. La Mer Caraïbe y est conceptualisée comme un espace politique d’Ancien Régime, terrain d’interactions, certes singulières entre Européens, Amérindiens et Africains, mais similaires à celles observées dans d’autres espaces de contacts entre différentes souverainetés en Europe. Espace façonné par des acteurs, des lieux de pouvoir et des institutions caractéristiques des monarchies de la période moderne, situé à l’intersection de dynamiques impériales et transimpériales, la Mer Caraïbe formait également un espace politique orienté vers la perpétuation des systèmes esclavagistes, dans une période où le développement de la traite transatlantique, la formation des sociétés esclavagistes de plantation et l’aggravation des rivalités impériales ont contribué à faire de l’esclavage un objet de tensions impériales d’un genre nouveau. C’est la singularité de cet espace de frontière, à la fois caractéristique de l’Ancien Régime et informé par l’institution servile et la situation coloniale, qu’il s’agit en premier lieu d’étudier.

Mon second questionnement, qui sert de fil narratif à ma thèse, porte sur les causes de la fragmentation politique de la Mer Caraïbe, qui devint au cours du xviie siècle un véritable carrefour des empires européens et le théâtre par excellence de l’enchevêtrement des empires à la période. À rebours d’interprétations traditionnelles, qui expliquaient cette fragmentation politique par le déclin de l’hégémonie espagnole dans la Caraïbe ou le désintérêt des monarchies française ou anglaise pour cette région, cette thèse propose une nouvelle interprétation des origines de la fragmentation politique de la Mer Caraïbe, en situant ce phénomène dans les cadres d’analyse d’une nouvelle histoire comparative et connectée des formations impériales à la période moderne. Articulant les concepts d’empire, de territoire, d’esclavage et de peuplement, ma thèse met en lumière les débats impériaux et/ou transimpériaux qui ont agité ces trois empires au cours de la seconde moitié du xviie siècle, dans une période où la fragmentation politique de la Mer Caraïbe a conduit les monarchies et leurs territoires ultramarins à débattre des fonctions de l’expansion impériale, de la nature des relations que ces périphéries ultramarines devaient entretenir à la fois entre elles et avec leurs Couronnes respectives, enfin de la place que l’esclavage et la traite devaient occuper dans ces relations. Ni déclin espagnol, ni incapacité ou désintérêt anglais ou français, c’est à la lumière de la place différenciée qu’occupèrent l’esclavage et la traite dans l’ordre de chacun de ces empires qu’il devient possible d’expliquer la formation du carrefour des empires caribéens.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais même qu’ils ont radicalement changé ! En Master, je m’intéressais essentiellement aux pratiques diplomatiques et aux enjeux de la politique étrangère des gouverneurs français des Antilles françaises, sur une vingtaine d’années. En thèse, j’ai souhaité ouvrir mon sujet à une séquence chronologique plus large et à un espace géographique plus vaste, de manière à embrasser des phénomènes transimpériaux. Ce qui a le plus changé est aussi l’importance que j’accorde à une articulation entre histoire politique de la formation de l’État et une histoire sociale des élites ultramarines et impériales, en analysant les interactions entre les agents des monarques et ces élites. Enfin, c’est surtout la place de l’esclavage dans mon sujet qui a évolué : d’objet de négociation relativement périphérique entre les gouverneurs (en master), l’esclavage et la traite sont devenus les principes organisateurs de l’espace politique que j’étudie.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Il serait difficile de ne citer qu’un seul ouvrage ou qu’un seul historien… En premier lieu, le séminaire d’histoire impériale de la France d’Ancien Régime de François-Joseph Ruggiu, à Sorbonne Université : au-delà du programme de recherche (appliquer les principes de l’histoire impériale à l’État français d’Ancien Régime), c’est aussi une certaine manière de faire de la recherche (collective et collaborative, associant chercheur.e.s confirmé.e.s, doctorant.e.s et masterant.e.s) qui m’a séduit dans ce séminaire. En second lieu, le séminaire de recherche de Cécile Vidal, à l’EHESS, pour son approche des sociétés coloniales et esclavagistes aux Amériques.

Pour le reste, j’ai le sentiment d’avoir « bricolé » ma recherche avec des lectures variées… Pour la conceptualisation des espaces maritimes comme espace politique et espace de normes juridiques à l’époque moderne, les ouvrages de Renaud Morieux (Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise, xviiexviiie siècles) et de Guillaume Calafat (Une mer jalousée. Contribution à l’histoire de la souveraineté : Méditerranée, xviie siècle) m’ont énormément marqué. Mais la liste pourrait encore être très longue… En vrac : Michael Braddick, State formation in early modern England, c. 1550-1700 ; Abigail Swingen, Competing Visions of Empire. Labor, Slavery, and the Origins of the British Atlantic Empire ; Trevor Burnard, Planters, Merchants, and Slaves. Plantations Societies in British America, 1650-1820 ; Cécile Vidal, Caribbean New Orleans. Empire, Race, and the Making of a Slave Society ; Gilles Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’en Haut, 1660-1715, etc. etc. etc.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je l’ai très peu enseigné en réalité. C’est seulement depuis cette année que j’ai eu l’occasion d’enseigner un programme de L2 intitulé « Les Européens et le monde à l’époque moderne ». Le second semestre porte sur le monde atlantique et j’ai pu orienter le programme avec plusieurs séances sur les sociétés esclavagistes… Mais avec l’épidémie de COVID 19, pas sûr que je puisse vous faire un retour d’expérience !

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

 

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

 

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

 

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par la camarade Julie Marquet !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Même si je ne participe pas beaucoup, la liste du GROC me permet de suivre votre actualité. J’aime aussi l’idée de pouvoir échanger avec des chercheurs du fait colonial en histoire contemporaine (car je dois être le premier – et le seul – dix-septiémiste du groupe !). Il me tarde de vous rencontrer prochainement !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je rejoins aussi la team « Maitron de l’empire français », mais élargi à l’Ancien Régime. En s’appuyant sur la série E « Personnel colonial ancien » des ANOM, on pourrait faire une base de données, faisant ressortir les carrières, les réseaux, des stratégies familiales, etc. Ensuite, s’attaquer au fonds Marine, série C, pour faire un sort à la distinction entre Marine et Colonies sous l’Ancien Régime. Si tu élargis ton projet aux xviie et xviiie siècle, cher GROC, on te promet (avec la camarade dix-huitiémiste Fanny Malègue) une bête de BDD.

Derviche posé sur les temps de la recherche (EA, 2020).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Julie Marquet

Twitter :

Website

Courrieljulie.marquet@ehess.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Je suis d’abord passée par un Master 1 d’ethnologie à l’Université de Nanterre, dans le cadre duquel j’ai travaillé sur les programmes d’histoire mis en place par le gouvernement nationaliste hindou au pouvoir entre 1998 et 2004. Les manuels scolaires que j’ai étudiés transmettaient une conception « hindutva » de la nation indienne, c’est-à-dire une conception politique de l’hindouité de l’Inde. J’ai travaillé sur la généalogie et la formation de l’idéologie hindutva, ce qui a donné une dimension historique importante au mémoire.

J’ai ensuite passé les concours de l’enseignement en histoire, et demandé un report de stage, année pendant laquelle j’ai commencé un Master 2 d’histoire et suis allée vivre à Pondichéry. J’ai été frappée, dans cette ville, par l’héritage colonial, et j’ai décidé de travailler sur le rôle des agents indiens dans le processus de colonisation. J’ai ainsi réalisé un mémoire sur les courtiers de la Compagnie française des Indes au XVIIIe siècle. J’ai poursuivi ce travail de recherche sur les intermédiaires culturels pour la thèse de doctorat. Les nombreux aléas des recherches dans les archives m’ont finalement amenée à travailler sur des sources judiciaires, qui permettent d’ouvrir une petite fenêtre sur les populations colonisées. La manière dont les Indiens se présentaient à ou étaient présentés par l’administration coloniale m’a beaucoup intéressée, et j’ai décidé de creuser cette question dans un projet postdoctoral sur la formation des catégories juridiques dans l’océan indien au XIXe siècle, qui aborde la question de la citoyenneté.

Université et unité de recherche de rattachement : École des hautes études en sciences sociales, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Elles sont nombreuses ! En ce moment je m’intéresse tout particulièrement à l’histoire sociale et culturelle de la justice et du droit, et à celle de la circulation des hommes et des savoirs. Mais les thématiques qui suscitent mon intérêt incluent l’immigration, les formes de contrôle et d’encadrement des populations, le genre et l’agencement des rapports familiaux, la société de caste et les mécanismes de stratification sociale, l’environnement et l’organisation coloniale du milieu, l’histoire urbaine en particulier celle des ports coloniaux, le rôle des missions et des missionnaires dans les sociétés coloniales etc.

Titre de ta recherche doctorale : Droit, coutumes et justice coloniale. Les affaires de caste dans les Établissements français de l’Inde, 1816-1870

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 28 novembre 2018

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

En étudiant les manuels scolaires, je me suis penchée sur la manière dont les nationalistes hindous avaient repris certains motifs développés par les colonisateurs britanniques. Cela a développé mon intérêt pour la période coloniale, et les enjeux de pouvoir sous-tendant la production des savoirs, qui ont bien été éclairés par les indianistes depuis les années 1990.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Pour la thèse, j’ai étudié des conflits coutumiers, appelés des « affaires de caste » par l’administration française. Je me suis demandé ce qui était en jeu dans ces conflits pour leurs différents acteurs, et je les ai appréhendés comme un site de production des normes sociales, juridiques et politiques.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais que mes intérêts ont évolué au fur et à mesure des lectures et de la confrontation aux archives, mais qu’ils n’ont pas changé : ils restent centrés sur les processus impériaux d’intégration/ différenciation des populations.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Les sources d’inspiration sont nombreuses parmi les historiennes de l’Inde, mais je dirais que les travaux qui ont le plus influencés ma recherche sont ceux de l’historienne Simona Cerutti : la manière dont elle a développé une approche située des sources comme des phénomènes sociaux et des modes d’adresse à l’autorité a nourri ma réflexion.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

La trilogie de l’Ibis d’Amitav Gosh. Je la conseille à tout le monde (et nous la lisons actuellement avec les étudiant.e.s) ! Je trouve que c’est un roman remarquablement informé, documenté et d’une richesse infinie sur les types sociaux et les destins impériaux, qui nous sort du point de vue européocentré de nombreux romans coloniaux.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai du mal à répondre à cette question !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Pas particulièrement, je pense bien sûr aux archives du fait colonial, mais je pense que tou.t.e.s les historien.ne.s répondraient également les archives.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Peut être multiplier les contacts interpersonnels avec les collègues du secondaire pour proposer des ateliers ou des interventions ? Je pense aussi que les projets de journées d’études co-organisées avec les centres d’archives pourraient être une bonne piste pour organiser une demi-journée de travail avec ses étudiant.e.s.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce au camarade Vincent Bollenot, au sein du CHAC (le Centre d’histoire de l’Asie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

D’échanger, de faire circuler les informations, de pouvoir partager nos pratiques, nos interrogations, et mettre en place des projets collectifs de manière horizontale.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Un projet sur la circulation des travailleurs et travailleuses indien.ne.s dans les caraïbes, l’océan indien et l’Asie du sud-est, et la manière dont ils ont été catégorisé.e.s et se sont présenté.e.s, de la fin du XVIIIe siècle à la décolonisation. Un bien vaste programme !

Qui est le Groc (4) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Margo Stemmelin et Etienne Arnould.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines.

Authentique trace d’un bureaucrate qui s’ennuie (ANOM, ANOM, FM-GEN-118, d1023, mars 1858).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Stemmelin Margo

Twitter :

Website

Courriel : margo.stemmelin@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurAprès une CPGE AL spécialité Anglais, j’ai intégré le département d’Anglais de l’ENS de Cachan (aujourd’hui Paris-Saclay), où j’ai effectué ma L3 de LLCE Anglais, ainsi qu’un Master recherche en Civilisations anglophones, en partenariat avec l’Université Paris VII Diderot. A la suite de mon M2 d’Anglais, je me suis réorientée en Histoire m’inscrivant au Master d’Histoire transnationale de l’ENS de Paris et de l’École des Chartes, avant de poursuivre en doctorat à l’Université Paris VIII.

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris VIII Vincennes St-Denis ; Laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société (IDHE.S)

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire des intellectuel-le-s et de l’université ; histoire du livre et des bibliothèques ; histoire de l’orientalisme ; histoire sociale ; histoire urbaine

Titre de ta recherche doctorale : Alger, capitale orientaliste ? Construction d’une capitale savante en situation coloniale (1880-1930)

Année du début de ta recherche doctorale : 2018

Date de soutenance de la thèse : Vers 2022-2023… ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Étrangement, ça s’est fait par le biais des États-Unis, lors de mon M1 d’Anglais en échange à l’Université de Chicago. Beaucoup de cours, dans les départements d’histoire, de sociologie, d’anthropologie, s’intéressaient au fait colonial, et j’ai été assez frustrée, à mon retour en France, de ne pas retrouver la même offre dans le cadre de mes études en Civilisations Anglophones. Puis, une fois en M1 d’Histoire, je me suis retrouvée à suivre un atelier d’archives à l’EHESS et à l’INALCO qui portait (et porte toujours, d’ailleurs) sur les archives du doyen de l’Université d’Alger au tournant du XXe siècle. J’ai construit mon sujet de mémoire à partir de ce fonds extrêmement riche pour l’étude de la vie savante de l’Algérie coloniale, et j’ai poursuivi en thèse.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse à la construction d’Alger comme un « lieu de savoir », et plus spécifiquement des savoirs orientalistes, en me concentrant sur un moment clé, entre la fondation en 1880 des Écoles supérieures d’Alger – constituées en Université en 1910 – par les autorités françaises, et les célébrations du Centenaire de l’Algérie française en 1930. J’étudie particulièrement la Faculté des Lettres d’Alger où sont réunies les savants orientalistes, et interroge leurs rapports avec la ville comprise dans sa dimension spatiale (comment la création de lieux savants correspondant aux standards européens modifie-t-elle l’espace algérois ?), institutionnelle (quel rôle de la Municipalité dans la vie intellectuelle algéroise ?) et sociale (quelles sont les relations entre les populations algéroises et l’élite intellectuelle principalement européenne de de la ville ?). Il s’agit ainsi d’étudier l’émergence à Alger d’une vie scientifique ancrée dans une ville qui s’organise peu à peu autour d’elle, et d’analyser en retour les effets d’« Alger, capitale orientaliste » à l’échelle impériale.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Je dirais surtout qu’ils se sont élargis et approfondis. En Master, je travaillais sur un congrès orientaliste, donc un objet très limité chronologiquement (cinq jours, en 1905) et géographiquement (Alger), ce qui m’a permis d’étudier minutieusement différents aspects de mon sujet. En thèse, j’ai élargi mon cadre chronologique, et j’essaye de faire une histoire sociale de la ville d’Alger, et non plus uniquement spatiale. J’essaye aussi de sortir un peu plus de l’histoire des sciences et des savoirs, en m’interrogeant notamment sur les défis matériels, liés à la situation coloniale, auxquels sont confrontés les universitaires : cela m’a amené par exemple à étudier la circulation impériale des livres ou des caractères d’imprimerie… Difficile en effet de mettre en place un pôle savant correspondant aux standards académiques métropolitains, alors en pleine définition, sans bibliothèque ou système de publication– ce qui impose, du même coup, des normes académiques, bibliothéconomiques et éditoriales européennes dans les colonies.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Plus que des ouvrages, c’est l’atelier/séminaire « L’orientalisme en train de se faire » organisé par l’EHESS (Emmanuel Szurek), l’INALCO (Augustin Jomier) et l’Ecole française de Rome (Marie Bossaert) qui est à l’origine de mes recherches. Depuis 2016, les organisateur-trice-s et les participant-e-s du séminaire exploitent les archives personnelles du doyen de la Faculté des Lettres d’Alger (l’arabisant et berbérisant René Basset), et c’est à partir de ce fonds privé que j’ai construit mon sujet de master puis de thèse. Au-delà des contenus scientifiques du séminaire et du fonds qui ont inspiré mon sujet de recherche, c’est surtout le travail collectif associant historien-ne-s confirmé-e-s, archivistes et étudiant-e-s – et donc finalement une certaine vision de ce que peut être la recherche en histoire – qui m’a poussée à m’inscrire en doctorat.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Difficile de choisir ! Je viens de finir de lire Nos richesses de Kaouther Adimi qui retrace l’histoire de la librairie algéroise Les Vraies Richesses et des éditions Charlot (éditeur algérois d’Albert Camus, mais aussi de Jean Amrouche, Mouloud Ferraoun, Edmond Roblès…), et dont la lecture m’a enthousiasmée. Ce roman, même s’il se déroule à une époque plus tardive que celle que j’étudie, fait écho à de nombreux aspects de ma recherche. Les librairies et les bibliothèques y sont par exemple décrits comme des lieux centraux de la sociabilité intellectuelle algéroise (en dehors des réseaux universitaires presque exclusivement européens), et l’ouvrage, en soulignant à quel point les livres, le papier, l’encre sont à Alger des ressources précieuses mais limitées, permet de réfléchir au déséquilibre qui existe entre les marchés du livre algérois et parisien, à l’échelle impériale.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

En fait, je n’ai même enseigné que l’histoire du fait colonial (« Colonisations XIXe-XXe »), dans le cadre de cours de méthodologie pour des L1 à Paris VIII (initiation au commentaire historique la première année, initiation à la dissertation la seconde). Comme je n’ai jamais enseigné d’autres sujets, j’aurais du mal à dire ce qui en fait la spécificité… surtout, je suis certaine que chaque enseignant-e est prêt-e à défendre la spécificité de son sujet de recherche ou d’enseignement ! Ceci étant dit, j’ai l’impression, comme d’autres, que le fait colonial est assez mal connu des élèves (parce que vu en vitesse dans le secondaire faute de temps face à des programmes toujours plus larges ; parce que traité comme un phénomène à part, une « parenthèse » de l’histoire européenne ne méritant pas d’être pleinement intégré à un cours qui ne porterait pas explicitement l’adjectif « colonial » ou « impérial » dans son intitulé…). En même temps, il fait l’objet d’une médiatisation régulière mais finalement très peu portée sur l’analyse. Il faut donc déconstruire méthodiquement un certain nombre d’idées toutes faites tout en amenant les élèves à réfléchir en profondeur au fait colonial, à ses conséquences dans notre société, à sa place dans le débat public et dans les programmes d’enseignement, etc… Enfin, il faut aussi veiller aux sensibilités des élèves, dont certain-e-s ont des familles issues d’anciens territoires sous domination coloniale – ce qui peut parfois provoquer des discussions très stimulantes au sein d’un cours, lorsqu’un-e élève s’emploie à mettre en rapport l’histoire intime et familiale avec le cadrage plus général du cours.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les archives ! Dans mon master d’histoire, j’ai eu l’occasion de participer à deux ateliers d’archives (un sur l’orientalisme savant donc, et l’autre sur la police politique d’Hissène Habré au Tchad, avec Jean-Pierre Bat), qui ont été extrêmement formateurs : j’aimerais reproduire cette démarche avec mes étudiants. Par ailleurs, il y a une quantité de supports audiovisuels, qui mériteraient d’être plus utilisé.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je pense que la force du GROC est son ouverture, sa souplesse, et sa capacité à avoir un pied dans le monde académique, et un autre dans les milieux extra-universitaires qui s’intéressent toutefois au fait colonial et postcolonial (milieux militants, enseignement secondaire, expositions en tout genre, etc.). Il peut donc se constituer en un espace d’échanges et de recherches collectives en dehors du cadre strictement universitaire, sans pour autant renoncer aux méthodes scientifiques, à la mise en perspective historique d’un sujet, à l’analyse de sources.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai connu le GROC par l’intermédiaire d’Élise Abassade, dont les recherches sont également dirigées par Emmanuelle Sibeud.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Avant tout, un groupe de parole et d’entre-aide bienveillant, où on peut discuter tant de nos interrogations scientifiques que des difficultés liées au doctorat. Même si évidemment, le GROC n’a pas vocation à être un bureau des plaintes, au contraire ! Il y a aussi plein de projets stimulants (JE, séminaire, colloque, etc.) et comme le groupe est très ouvert, il permet de faire plein de rencontres qui débordent le cadre institutionnel, ce qui est toujours chouette !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Oulala, je ne sais pas ! Finalement, ça ne fait qu’un an et demi que j’ai commencé la thèse, réfléchir à d’autres projets me semble impossible… ! Sans doute quelque chose sur les trajectoires des éditeurs, imprimeurs et libraires aux colonies (et notamment dans les colonies de peuplement), avec une comparaison inter-impériale (autant rêver !). Ce sont des personnages difficiles à saisir dans les archives publiques, et leur rôle dans les colonies est relativement peu étudié, alors même qu’ils sont acteurs et actrices centraux de la circulation de l’information sur le terrain colonial.

Panneau signalant les National Archives de Maurice, au cœur d’un ensemble d’entrepôts (2018.07, DL).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : ARNOULD Étienne

Twitter :

Website

Courrielarnouldcamara@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : 1980 et 1981, Maîtrise et D.E.A. d’Histoire contemporaine, sous la direction de M. René Rémond, Université Paris X – Nanterre, séminaire Identités infranationales et supranationales. Maîtrise : Les organisations sionistes en France ; D.E.A. : Gaston Bergery, Marcel Déat, Jacques Doriot, de la gauche à la droite, 1930-1940

Mon questionnement portait sur les identités collectives (ce que je formule par la question « comment « Je » peux dire « Nous »?) et, particulièrement les nationalismes.

Effet oublié du 10 mai 1981, le nombre de postes aux concours de recrutement de l’EN, qui déclinait depuis des années, fut doublé. J’ai donc, difficilement, passé lesdits concours (CAPES en 1984) et donc retrouvé professeur (collège Louise-Michel de Clichy-sous-bois). Durant cette interruption mon projet de recherche s’est trouvé soutenu « en suisse » (Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Le Seuil 1986, thèse soutenue en 1985). J’ai donc décidé de réorienter mon questionnement en l’appliquant aux questions identitaires en Afrique . La lecture du recueil, sous la direction de Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie, ethnies, tribalisme et état en Afrique, La découverte 1985, fut sans doute déterminante, mais pas seulement…

Cependant, les charges d’une carrière dans l’enseignement secondaire, interrompue par des missions de directeur d’Alliances françaises (Tamatave à Madagascar, Bangui en République centrafricaine), et de diverses activités associatives, sans oublier les obligations familiales, m’amenèrent à décider de ne reprendre la recherche qu’à l’heure heureuse de la retraite.

En 2016, affecté au lycée Louise-Michel (fidélité dont je me flatte…) de Bobigny, sans perspectives de pouvoir repartir en Afrique, j’ai décidé de mon retour à l’alma mater en m’inscrivant en Master 2 à Paris 8, séminaire Les populations noires en France, animé par Emmanuelle Sibeud.

En 2019 j’ai soutenu, sous la direction d’Emmanuelle Sibeud, un M2 sur L’étrange destin de Tiemoko Garan Kouyaté.

Université et unité de recherche de rattachement : Paris 8 Vincennes – Saint-Denis – École doctorale Pratiques et théories du sens – ED 031 ; UMR8533 – Institutions et dynamiques historiques de l’économie.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Toujours la question des identités collectives, (cf. Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Gallimard 1992 ; Jean-François Bayard, L’illusion identitaire, Fayard 1996 ; Benedict Anderson, L’imaginaire national, La Découverte 1996 ; etc.).

Titre de ta recherche doctorale : Tiemoko Garan Kouyaté (1902 – 1942 ou 1944), essai de biographie globale du début du XXe siècle au début du XXIe siècle

Année du début de ta recherche doctorale : 2019

Date de soutenance de la thèse : Comme disait Pierre Dac, « la prévision est un art difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir »… J’avance prudemment, donc lentement.

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Outre mon intérêt déjà signalé pour les questions identitaires, il me faut reconnaître un tropisme ancien, que je m’explique mal, puisque dès l’enfance j’étais fasciné par l’Afrique. Rien à voir, dans mes souvenirs, avec la lecture de Tintin au Congo ou de 5 semaines en ballon de Jules Verne… Dans l’industrie philatélique familiale c’est, très naturellement, que je collectionnais les timbres des pays africains. Plus tard, alors que j’étais interne, je regardais avec passion les bobines super 8 que mon correspondant, pasteur protestant, avait tournées au Gabon… Je me retrouve comme Marlow expliquant, au début de son récit que, gamin, il disait « quand je serais grand, j’irai là » (Joseph Conrad, Heart of Darkness, 1899)

A cela s’ajoute le jeu des circonstances et du hasard.

Les circonstances sont que je me suis trouvé privé de sujet de recherche au moment où, devenu professeur, je projetais de partir enseigner en Afrique. Le hasard est que c’est alors que je fis connaissance de l’acteur Sotigui Kouyaté (qui jouait alors le rôle de Bishma dans le Mahabaratha mis en scène par Peter Brook, 1985). Or, en étudiant Gaston Bergery, j’avais pour la première fois trouvé mention de Tiemoko Garan Kouyaté (le « radical bolchevik » sponsorisa le périodique Africa, du militant nègre).

Le temps, les lectures, une nouvelle rencontre, avec Solofo Randrianja, à Tamatave (Toamasina), ont achevé de me convaincre qu’il y a « quelque chose à faire » à partir de l’aventure ambiguë de Tiemoko Garan Kouyaté et, ce « quelque chose » a à voir autant avec le fait colonial qu’avec le postcolonial : redécouverte par des étudiants sénégalais (Olivier Sagna Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anticolonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939), Thèse de doctorat Paris VII, 1986) ; invocation par des groupes d’étudiants maliens en lutte contre le régime du général Moussa Traore au Mali (Groupes de Lutte Tiemoko Garan Kouyaté) dont les ex militants se retrouvent dans les différentes composantes de la classe politique malienne actuelle (du Dr Mariko, l’opposant à l’actuel ministre des Affaires étrangères, Tiebilé Dramé, sans oublier le cinéaste et ex ministre de la Culture Cheick Oumar Sissoko).

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Il m’est encore un peu tôt pour déterminer mon « principal questionnement » plus précisément… Je pars de l’idée que l’on peut considérer Tiemoko Garan Kouyaté comme un intellectuel organique du groupe social émergent des « évolués », lequel groupe social se trouve propulsé au pouvoir, politique, sous les soleils des Indépendances. Ce faisant j’entends reprendre le personnage en le resituant comme Africain, comme jeli (griot), autant que comme militant, comme intellectuel…

Autre piste, celle de la construction d’une histoire africaine de l’Afrique.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

 

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

 

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y a tant à lire, à voir…

Tout d’abord, quelques œuvres littéraires : Amadou Hampâté Ba, L’étrange destin de Wangrin, ou les roueries d’un interprète africain, 10X18, 1973 ; Cheikh Hamidou Kane, L’aventure ambiguë, Julliard 1961; Ahmadou Kourouma, Monnè, outrages et défi, Le Seuil 1990 ; Ousmane Sembene, Les bouts de bois de Dieu, Presses de la Cité, 1960 et aussi (et surtout) Chinua Achebe, Things Fall Appart, 1958 (Un monde s’effondre, Présence Africaine 1966 rééd Tout s’effondre Actes Sud 2013) et, enfin, l’autre nouvelle africaine de Joseph Conrad, An Outpost of Progress 1897 (Un avant-poste du progrès, Rivages 2009), mais j’ajoute « etc. » tant il y a à lire !

Pour les films je suggère, tout d’abord, ceux de Dâni Kouyaté (fils aîné de Sotigui) et, particulièrement, Keïta ! L’héritage du griot (1995) et Sia, le rêve du Python (2001). De Sembene Ousmane, je conseille très spécialement l’indispensable La Noire de… (1966). Bien sur Cheick Oumar Sissoko, Guimba, un tyran, une époque (1995) et aussi tous les films de Djibril Diop Mambety, sans exception, et, transition facile, de Mati Diop (nièce de Djibril…) Atlantique (2019) et, enfin, Camille de Boris Lojkine (2019). Etc. !!!

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné , bien entendu, l’histoire du fait colonial et interrogé la post colonialité de notre monde avec mes élèves. Pour développer les « spécificités » de cet enseignement (contraintes contournables des programmes et plus contraignantes des horaires, attentes des élèves, etc.) il me faudrait bien des pages. Je renonce, je passe mon tour…

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Je regrette de n’avoir jamais eu le temps de faire travailler mes potaches sur une comparaison entre une vision (discours) occidental et une vision (discours) africain sur l’Afrique à partir des films Blood Diamond, d’Edward Zwick (2006) et Ezra de Newton Aduaka (2007)… Le cinéma est un excellent support mais nécessite des salles équipées, du temps, etc.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le simple fait, par son existence, de permettre des contacts, de faire circuler les informations est déjà très utile. La solitude du chercheur-se de fond est un piège… Échange donc, entraide chaque fois que possible.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par l’excellent Vincent Bollenot croisé au séminaire de Paris 8.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Ma carrière étant faite, il ne me reste plus qu’à attendre la gloire ! …

Plus immédiatement, j’attends de vous rencontrer, de faire vraiment votre connaissance, et je sais que cette occasion est proche…

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?