Qui est le GROC (3) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Thierry Guillopé et Élise Abassade.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines.

Authentique délégation grocienne participant au 45e Congrès de la FCHS à Montréal (2019.06, GROC)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Guillopé Thierry

Twitter : Comme pour presque tout, les dynamiques collectives ont plus de saveur, ainsi trouverez-vous des gazouillis séduisants sur @UpemD

Website :

Courriel : thierry.guillope@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur :Licence Histoire – L1 Philosophie dans l’inintéressante Paris-Sorbonne – DU Arabe – Master Histoire

Université et unité de recherche de rattachement : Paris-Est-Marne-la-Vallée / Paris I Panthéon-Sorbonne

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire sociale ; histoire des pouvoirs ; anthropologie historique

Titre de ta recherche doctorale : Une histoire des politiques du logement social en Algérie (années 1920 – années 1950)

Année du début de ta recherche doctorale : Septembre 2016

Date de soutenance de la thèse : Coming soon

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

De mauvaise mémoire, par curiosité pour l’histoire de l’Algérie. Après un M1 sur l’histoire d’un quartier attaqué par les autorités (la « rénovation » urbaine du quartier de Plaisance, près de Montparnasse, dans les années 1960-1970), je me suis dit que Paris était un objet d’étude fort séduisant, mais que je ne voulais pas y consacrer davantage de temps et d’énergie. Ignorant à peu près tout de l’histoire coloniale de la France et curieux de celle de l’Algérie, je me suis tourné, en M2, vers l’histoire d’une de ses villes (Constantine, au début du XXe siècle). Cette entrée par l’histoire urbaine est avant tout un « prétexte » pour étudier les formes de pouvoirs, les relations sociales, etc. Mon intérêt pour l’histoire urbaine elle-même vient en premier lieu des luttes contemporaine pour le logement.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je me penche sur la fabrique des villes et notamment des ségrégations, souhaitées par les décideurs ou non. Les relations Etat/société sont un autre angle de mon travail. L’anthropologie historique (façons d’habiter chez soi et en ville et leurs évolution) des populations d’Algérie m’intéresse aussi beaucoup. C’est quelque chose de rude à mener mais il y a de roboratifs travaux d’histoire antique, médiévale et moderne dans cette veine : il serait étranger qu’on ne puisse en mener de tels en histoire contemporaine !

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Plus que « changé » je dirai que mes intérêts de recherche se sont multipliées. Comme beaucoup d’historiennes et historiens, tout ou presque m’intéresse, de l’histoire antique à l’histoire contemporaine. Peut-être pourrai-je être plus clair là-dessus après une lecture serrée de mes propres archives…

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Pas de façon déterminante. J’ai construit mon projet de recherche à partir de la potentialité de fonds repérés en M2 et du beau livre de Vanessa Caru sur le logement ouvrier à Bombay ; ce dernier livre vient tout de même après le repérage des fonds.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Aucun ne m’est venu immédiatement à l’esprit, mes modestes lectures et connaissances cinématographiques m’orientant vers d’autres domaines que « le colonial ». Il y a bien le très beau A fendre le cœur le plus dur (Jérôme Ferrari, Olivier Rohe). Sinon, Autres Rivages (Nabokov) et le bien plus confidentiels Fixer le ciel au mur (Thiery Briet) sont étincelants. Ne saisit-on pas mieux x sujet en faisant mille détours ? C’est un peu ma ligne…qui de toute évidence allonge le temps de recherche mais en décuple, à mon sens, la valeur.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné la mémoire de la guerre d’Algérie à des terminales et l’histoire des empires coloniaux à des L2 (à l’université et en maison d’arrêt). La singularité principale est selon moi que c’est un sujet plus facile pour capter l’attention des élèves ou étudiants. Après, comme tous les autres cours, le choix des termes, le bon choix des activités de travail, etc. est essentiel – mais pas davantage, ni franchement autrement.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Là encore et comme pour d’autres études, le travail en archives avec les étudiantes et étudiants. En fait, l’idéal, serait de détruire l’université (matériellement parlant peut-être même) et de faire en sorte que toute activité historienne se passe intégralement en archives, bibliothèque ou dans le monde (pour x activité). En fait, il faudrait par exemple faire des ANOM un repère d’élèves et étudiants ! Avec une salle de repos au rez-de-chaussée cafétéria-Babyfoot, des gens dédiés à leur accueil, des projets au long cours, etc. Délit de fargisme peut-être… Mais il y a un monde entre les activités en salle de classe, sur d’arides polycopiés ou manuels, et le travail d’archives. Faire intervenir des « témoins » est aussi quelque chose de bienvenu, ça crée de belles discussions.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Se mettre au service de l’intelligence collective par divers biais : associations, lutes sociales, mise en ligne de données et textes gratuits. Continuer à être un collectif accueillant les recherches et discussions diverses – et s’améliorer en ce sens. Saboter consciencieusement et dans la joie les corporatismes et le ronron universitaire autant que les logiques de recherche purement individuelles.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par le mot soufflé par NM une après-midi d’été à Tunis et par des rencontres au parfum conspiratif dans les couloirs d’une université.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Une prise de pouvoir de tous les palais, d’hiver comme d’été, de Moscou à Alger. Plus modestement, continuer les échanges divers, informels et formels. Tous sans exception ont été jusqu’à maintenant supers. Echanger des inventaires d’archives, des documents d’outre-tombe, des lectures, des idées aide beaucoup. Quand on voit comment tant de chercheurs et chercheuses tentent de construire, de cachette archivistique en niche historiographique, leur propre et parfois narcissique publication, on ne peut qu’aimer échanger si aisément avec tous les grociens et toutes les grociennes. Il manque une sensibilité communisante au « monde de la recherche » que le GROC diffuse avec allégresse : une ligne à tenir !

Par ailleurs, que le GROC intervienne davantage – sans que je ne sache avec quelle ton ou façon de faire – auprès des étudiants et publiquement me semble être un objectif à moyen et long terme à se donner.

Sinon, ce qu’ont fait les collègues d’Actuel Moyen Âge est séduisant : blog animé, publications solide, fil Twitter intéressant… ! Echanger plus en avant avec des groupes de recherche non-institutionnels est aussi à mener, toujours en bricolant, toujours avec ténacité.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Cette question pourrait-elle s’intituler « Imaginons que tu aies tout ce que tu n’auras jamais » 😀 ?

Je rejoins la team « Maitron des colonies » ! Sans volonté d’enfermer les divers gouvernants, administrateurs, travailleurs, etc. dans l’unique case « colonial », il reste qu’il y a tant à faire en ce domaine que ça serait une belle entreprise. La mosaïque du Maitron (de même que les dictionnaires de Rachid Khettab) a cette qualité d’être un merveilleux outil de travail et en même temps, de notice en notice, de vagabondage dans l’histoire des travailleurs.

Inauthentique tortue luth s’interrogeant sur le sens s’engager dans une thèse de doctorat alors que les postes sont de moins en moins nombreux (2018.02, DL)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Abassade Élise

Twitter :

Website :

Courriel : elise.abassade@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après une licence d’histoire, j’ai suivi le Master trans/pluridisciplinaire « Mondes arabes et musulmans » (le tout à Paris 4). Au bout d’un an de pause (enfin, de petit boulot !), je me suis inscrite en doctorat en co-tutelle entre Paris 8 et La Manouba (Tunis) en suivant les encouragements de celui qui est devenu mon directeur de thèse tunisien.

Université et unité de recherche de rattachement : Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES) de Paris 8 (Saint-Denis), et Laboratoire des Arts et des Humanités de La Manouba (Tunis).

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire des femmes et du genre ; histoire sociale des opprimé-e-s ; histoire et sociologie des rapports sociaux ; histoire et sociologie des mobilisations collectives, des mouvements féministes et féminins, des militant-e-s ; récits de vie, et surtout récits de vie au féminin ; histoire des empires coloniaux ; histoire de la Tunisie, du Maghreb, du « monde arabe » et du Moyen-Orient.

Titre de ta recherche doctorale : Le communisme au féminin en Tunisie (1921-1963)

Année du début de ta recherche doctorale : 2015

Date de soutenance de la thèse : Décembre 2020 (on croise les doigts !)

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Par un recul progressif pris à partir d’une approche « aréale ». La licence de Paris 4 propose aux étudiant-e-s un large choix, et je me suis doucement orientée vers un emploi du temps presque exclusivement composé de cours sur le « monde arabe » et le Moyen-Orient, en raison de mon histoire personnelle (famille, quartier de naissance etc.), et des actualités (révolutions syriennes, tunisiennes, etc.). La colonisation apparaissait comme une donnée des relations internationales, et n’était pas définie en tant que telle.

Puis, en Master, je me suis réellement spécialisée sur les « Mondes arabes et musulmans » dans le cadre de cours dédiés, au sein desquels une approche en termes d’aire culturelle était privilégiée. En M1, déjà persuadée de la nécessité de travailler sur les femmes, et curieuse d’étudier d’autres phénomènes politiques que les nationalismes, je travaille sur les femmes du PC au Liban. La révolution tunisienne me reste en tête ; en même temps, je réalise que le Maghreb est assez peu étudié dans ce champ et donc, en M2, j’adapte mon sujet à la Tunisie. Si je travaille sur un parti anti-impérialiste, je ne vois encore la colonisation que comme un phénomène géopolitique parmi d’autres phénomènes, mais je commence à tâcher de m’en saisir — les outils me manquent néanmoins.

Il m’a fallu attendre la thèse pour percevoir la colonisation en tant que « situation », c’est-à-dire comme une structuration de pouvoir à comprendre dans sa perspective impériale, ayant pour résultante un paysage social fait de positions différentielles. C’est d’ailleurs pareil pour le genre, que j’utilisais auparavant comme un gadget permettant de parler des femmes ; désormais, je le vois comme un véritable outil — qui modifie alors complètement mon paradigme.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie les parcours de militantes communistes en Tunisie, de la naissance du Parti communiste (1921) jusqu’à son interdiction (1963). L’idée est de constituer une prosopographie, c’est-à-dire de mêler individualités et biographie collective (qu’est-ce qui fait groupe, comment, quelles sont les différences et les similarités entre ces 320 femmes, etc.). Ma question principale : le communisme en Tunisie se conjugue-t-il au féminin ?

Je tâche d’exhumer les gestes de ces femmes, et de restituer ces dernières à la place qu’elles occupent au sein du mouvement communiste, lui-même inséré dans un monde social clivé (entre races, classes, sexes), et les façons dont elles occupent ces places militantes mais aussi sociales. J’analyse donc les modalités de leur engagement et de leur investissement en faveur d’un parti révolutionnaire et égalitariste, dont l’activité se déploie dans une situation coloniale, et contre cette dernière. Ce faisant, il s’agit de voir en quoi le genre est partie prenante de la division du travail militant, mais aussi en quoi les « femmes » constituent une catégorie politique, et j’interroge la mesure dans laquelle la féminité est une ressource de mobilisation — au sens rhétorique certes, mais aussi à l’échelle des individus : que produit la mobilisation en tant que femmes sur la conscience de soi, sur la fabrique de nouvelles revendications.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Pas vraiment, si ce n’est, comme je le suggérais plus haut, par le renforcement de ce qui prenait d’abord les traits d’orientations balbutiantes : désormais je travaille la situation coloniale comme une réalité sociale ayant des effets concrets, et je défends un point de vue féministe. Du coup, je suis beaucoup plus attentive aux phénomènes d’assignation et d’identification (dans leur contenu, mais aussi leurs déploiement, leur recomposition, leur maintien, leur reconduction, etc.).

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Si je dois en choisir un, c’est le livre issu de la thèse d’une sociologue féministe tunisienne, Ilhem Marzouki, Le mouvement des femmes en Tunisie au XXe siècle (1993). Elle est la seule, à ma connaissance, a avoir travaillé aussi profondément les organisations féminines dont je parle dans mon mémoire de M2 et dans ma thèse, et à les intégrer à une problématique plus large sur l’engagement féminin. Elle a en outre une manière d’écrire très fluide et bienveillante, et un point de vue résolument féministe (afin d’écrire l’histoire de femmes pour leur donner la parole et restituer leurs gestes, et créer une généalogie féministe inspirante). Aussi, Dominique Loiseau, qui a travaillé sur les engagements féminins à Saint-Nazaire et a ensuite publié plusieurs articles avec Geneviève Dermenjian par lesquels elles interrogent très finement l’intérêt de recueillir les paroles de femmes, et de militantes communistes en particulier ; Pierre-Jean Le Foll-Luciani, qui travaille sur les engagements des juifs et des juives au PC algérien, qui dispose de sources privées géniales ! et parvient à les mettre en valeur tout en les articulant à d’autres types d’archives.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Ohlala pareil, je pense à plein de choses ! Allez, une en particulier : le roman Les Prépondérants de l’auteur français Hédi Kaddour. L’action se passe dans un lieu indéfini, au Maghreb sans nul doute, dans les années 1910-1920. Ce roman est celui d’un « monde du contact » en quelque sorte ! il réussit à montrer la complexité des relations et des positions sociales, mais sans angélisme ou sentiment « d’occasions perdues » : il dépeint la vie de personnages qui galèrent, s’aiment, se heurtent, dans un contexte politique et social qui cloisonne, empêche, instrumentalise. C’est un ouvrage qui se déploie à l’encontre de la linéarité de par sa forme (points de vue multiples) et les procédés d’écriture variés qui compose cette forme. En plus, il propose un personnage féminin d’une grande présence, tenant la parole et le récit.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’en ai pas une grande expérience, mais elle a été instructive. Durant deux semestres, j’ai donné un cours de méthodologie de L1 d’histoire appliquée à l’histoire des empires coloniaux à Paris 8. Et, durant un semestre, toujours à Paris 8, un cours qu’on m’a laissée complètement libre de créer, sur le Maghreb contemporain (du XIXe aux indépendances), pour des L1 également. Bien que ce cours ait proposé une lecture plus large, la colonisation en était un élément fondamentalement structurant. Je reste persuadée que la colonisation doit être nommée, définie et analysée.

La façon qu’avait Emmanuelle Sibeud d’organiser son cours de méthodologie (qu’on donnait en commun) à été inspirante ; il s’agissait de se saisir de la colonisation comme étant à la fois un objet d’histoire légitime donc décorticable, et un objet mal connu, gommé, rendu invisible malgré (ou en partie par ?) sa régulière médiatisation peu subtile. Ce faisant, j’utilisais des supports très différents pour montrer en quoi le fait colonial (surtout à partir de l’empire français certes) a été quotidienne et s’est déployée selon des formes variées. De façon corollaire, je crois qu’il est bon de tendre vers l’analyse de ce en quoi elle a fait partie intégrante de formes de pouvoir républicain (colonies et métropole) et de ce en quoi elle a participé de l’imposition et du maintien d’ordres politiques (et, donc, les différenciations, hiérarchisations etc. qui en résultent). Des discussions très riches se sont déroulées durant les cours : les étudiant-e-s font démonstration d’un esprit critique affuté, d’une grande curiosité.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les récits de vie. Qu’il s’agisse de formes romancées ou de mémoires, mais aussi de forme orale, type interviews. Pourquoi pas proposer aux étudiant-e-s d’interroger les personnes âgées ou moins âgées d’ailleurs autour d’eux et elles à propos du fait colonial, pour créer leurs propres supports ?

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Nous permettre de discuter, comme on le fait déjà, sur nos pratiques d’enseignement. Faire des passerelles entre les doctorant-e-s et les profs du secondaire. Organiser des séances publiques de discussion sur lenseignement du fait colonial, des ateliers. Et puis proposer une sorte de « boîte à outils » avec des ressources (définitions, résumés d’un bouquin, synthèses sur un sujet, analyse d’une archive), des conseils, des orientations bibliographiques et autres. Produire des brochures pour les services d’accueil du public (scolaire en priorité !) des centres d’archives, pour les cours en général, pour le secteur militant, pour tout le monde, à partir de l’étude de sources.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Comme Hugo et trois autres comparses, j’étais dans un café parisien le jour où l’idée lancée par Vincent est devenue collective (et où on a trouvé ce doux nom !).

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Ce qui s’y déroule déjà : des discussions riches, la constitution d’un espace bienveillant, une compréhension mutuelle, politique et scientifique de nos sujets de recherche et de ce qui nous traverse, et des projets collectifs en pagaille (journées d’études, ateliers, communications communes à des colloques, etc., choses qui, à mon sens, constituent l’un des intérêts principaux de la recherche). Et de faire la fête !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Participer à un projet collectif d’écriture d’une histoire sociale des engagements féminins au Maghreb colonisé dans une perspective impériale, à l’aune notamment d’archives privées et d’entretiens. Aussi, réunir des récits de vie pour proposer une histoire du quotidien de la colonisation à l’aune des militantes. J’aimerais bien également ouvrir l’analyse vers les migrations, une de mes marottes jamais encore exprimée ! Et puis, en ce qui concerne la forme, proposer un objet d’une forme différente que le seul écrit (une fresque peinte géante ? Un documentaire radio participatif ?).

Qui est le GROC (2) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Aliénor Cadiot et Hugo Mulonnière.

Deux autres membres seront présenté.e.s d’ici deux semaines.

Authentique planning de la rédaction d’une communication (en anglais) qui n’a jamais été mis en oeuvre (2017.09, DL)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : CADIOT Aliénor

Twitter :

Website :

Courriel : alienor.cadiot@ehess.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après une licence d’histoire et sciences sociales à l’université Humboldt de Berlin, j’ai fait un master en Sciences sociales à l’EHESS, mention histoire. Je suis en doctorat à l’EHESS, en histoire, depuis 2013.

Université et unité de recherche de rattachement : Centre de Recherches historiques, EHESS

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire du fait colonial, histoire des migrations, histoire transnationale, socio-histoire de l’administration, histoire de la Seconde Guerre mondiale

Titre de ta recherche doctorale : Les civils nord-africains en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale

Année du début de ta recherche doctorale : 2013

Date de soutenance de la thèse : Au printemps 2020 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Pendant ma licence, en Allemagne, j’ai participé à un séminaire sur l’histoire de la guerre d’Algérie. J’ai pris conscience qu’une part très importante de notre histoire commune ne m’avait pas été enseignée. Ça a été un choc. Venant de l’est de Paris, cette révélation a rencontré quelque chose d’ancien : je me rendais bien compte qu’il me manquait beaucoup de choses pour comprendre la société dans laquelle j’avais grandi. J’ai donc fait mon mémoire de licence (il y en a en Allemagne) sur la mémoire et l’historiographie de la manifestation du 17 octobre 1961. Puis j’ai étudié à Genève, où j’ai suivi le cours d’introduction à l’histoire impériale de Bouda Etemad. J’ai alors mieux pris conscience qu’il s’agissait là d’une histoire commune au monde entier, pas seulement de quelque chose dont j’avais besoin pour comprendre l’endroit où je vivais. Et finalement, les cours d’histoire du fait colonial, d’anthropologie du monde arabe, et d’histoire comparée des migrations, pendant mon master à l’EHESS, m’ont ouverte à la recherche sur les questionnements coloniales et post-coloniales, et sur l’histoire des migrations. C’est aussi à ce moment-là que j’ai pris conscience de ce qu’était un fait historique : certes on met des bornes, chronologiques ou géographiques, mais elles sont variables, malléables, même. Il me devenait possible de penser à la fois l’ampleur du travail de connaissance (et oui, de reconnaissance, aussi) à fournir, mais également du fait qu’il ne s’agissait pas là d’une donnée éternelle non plus.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Les migrations en provenance des pays d’Afrique du Nord colonisés par la France ont fait l’objet d’une historiographie de plus en plus importante depuis les années 1980. Cela dit, la Seconde Guerre mondiale a longtemps été considérée comme une période d’arrêt de ces migrations. Le questionnement qui a initié ma recherche était donc, à l’origine, très factuel. Je voulais savoir ce qu’il en était. Par ailleurs, c’était un élargissement de mon sujet de mémoire, qui était les liens entre des groupements collaborationnistes et certains nationalistes algériens sous l’occupation allemande en France métropolitaine.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

La recherche se développant, des questionnements plus précis ont surgi : quels types de politiques migratoires et de travail ont été mises en place ? Ces politiques sont-elles plutôt à interpréter dans le cadre de la Révolution nationale ou de la présence des autorités d’occupation allemandes ? Est-il possible de savoir comment la période de guerre et d’occupation a été vécue en métropole par les civils maghrébins qui vivaient en métropole à l’époque ? Quel est le traitement spécifique des questions religieuses musulmanes par l’administration de Vichy ? La guerre et l’occupation modifient-elles le traitement politique, sociale, économique, culturelle de l’administration en métropole des populations originaires des pays d’Afrique du Nord colonisés par la France ? Y a-t-il des continuités entre les années 1930 et les années 1940, jusqu’à après la guerre ?

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Ann Laura Stoler et Fred Cooper, évidemment. En France, Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard. En socio-histoire de l’administration/ des migrations, Sylvain Laurens, Alexis Spire, Claire Zalc. En histoire de l’administration, Marc-Olivier Baruch, qui n’est pas historien du colonial, mais c’est lors d’un de ses séminaires sur les mémoires de de Gaulle que j’ai pris conscience de l’importance de l’empire pendant la Seconde Guerre mondiale. Et du coup dans la même veine, Eric Jennings, bien sûr.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Deux livres : Naguib Mahfouz, Le cortèges des vivants. L’histoire se déroule au Caire pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est principalement une histoire chorale d’amour et de désillusion, mais les discussions politiques et les événements y jouent également un rôle important. Et Doris Lessing, L’écho lointain de l’orage, dont l’action se déroule en Afrique australe. Militantisme communisme, place des femmes en politiques, relations de genre, racisme… et Seconde Guerre mondiale. Toutes mes obsessions, dans un ouvrage incroyablement fin et complexe.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’enseigne l’histoire contemporaine à l’université, et dans ce cadre, certaines séances sont consacrées à l’histoire de l’empire colonial français. J’essaie autant que je peux, en TD, de donner des exposés qui abordent ces questions. Et de faire en sorte que mes étudiants prennent conscience de l’étendue de ces phénomènes. Par exemple, pour le XIXè siècle, en suivant les débats et les luttes autour de la fin de la traite atlantique et de l’esclavage, ou pour le XXème siècle en Europe en donnant des exposés sur les les contingents coloniaux, ou encore les migrations impériales dans les années 1920 et 1930…

Je suis également intervenante extérieure dans une école privée d’enseignement supérieur. Dans ce cadre-là, je décide de mon enseignement. Je donne donc des cours d’histoire de l’empire colonial britannique dans mes CM de culture générale en anglais.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les archives filmiques ! Et les documentaires, dans lesquels s’expriment à la fois des témoins et des historien.nes ; cela permet également d’aborder la question de la production de la connaissance historique et de ses aspects politiques.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Pour l’enseignement, mettre des supports et des cours en commun. Pour la recherche : comme on fait déjà, organiser séance de discussion, journées d’études, colloques… Peut-être écrire des articles à plusieurs? Tout ce qu’on peut pour que la recherche ne soit pas (trop) solitaire !

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par David Leconte, un ancien camarade de master, me semble-t-il !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Le GROC a été et est un soutien intellectuel et moral rare dans le cadre d’une recherche doctorale. J’en attends ce que j’en retire : des discussions ouvertes et bienveillantes sur les sujets complexes, souvent douloureux, qui nous réunissent. Et peut-être, si certain.es le veulent, une parole publique collective sur ces enjeux ?

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Idéal ?! Idéal, ce serait une recherche de temps long sur les traumas, passés et présents, dans le cadre de la violence coloniale et post-coloniale, croisée à une approche en termes de genre, et de classe. A la croisée de plusieurs sciences humaines (histoire, sociologie, anthropologie, mais aussi psychiatrie et psychologie clinique, pourquoi pas), dans plusieurs pays, anciennement colonisés et anciennes métropoles. Avec un effort épistémologique important, et une réflexion sur le développement d’outils politiques, mais aussi de prises en charge individuelles. Tu as dit idéal, [Groc] !

 

Authentique foutoir d’un doctorant en histoire, reflétant sa lutte avec ses sources (2018.09.04, DL)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Mulonnière Hugo

Twitter : @Hugo__Mlnnr

Website :

Courriel : hugo.mulonniere@gmail.com

 

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence à l’Université de Cergy-Pontoise, Master à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, Doctorat à l’Université de Rouen, puis nouvelle inscription à l’Université Paris-Nanterre

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris-Nanterre, ISP (Institut des sciences sociales du politique), UMR 7220

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Socio-histoire de l’Etat et de l’administration, histoire du travail et des travailleur.ses, histoire des migrations, histoire des sociétés coloniales et des empires coloniaux, histoire de la protection sociale, histoire de la Seconde Guerre mondiale

Titre de ta recherche doctorale : « Administrer le Travail des « Nord-Africains » en métropole : contribution à la socio-histoire de l’Etat en contexte impériale (1939-1956)

Année du début de ta recherche doctorale : 2015

Date de soutenance de la thèse : 2021

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je me suis intéressé pour la première fois à l’histoire du fait colonial en préparant un exposé sur la guerre d’Algérie pendant ma licence d’histoire. De fil en aiguille, j’ai découvert les aspects métropolitains du conflit. De là est né un intérêt plus large pour l’histoire de l’immigration nord-africaine au XXe siècle, des travailleurs originaires d’Afrique du nord dans l’industrie métropolitaine et des sociétés coloniales du Maghreb.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche porte sur les services administratifs rattachés au ministère du Travail qui étaient spécialisés dans l’encadrement des travailleurs originaires des territoires nord-africains sous domination française, entre la fin des années 1930 et le milieu des années 1950. Cette thèse vise à contribuer à la socio-histoire de l’État et de l’administration en contexte impérial en examinant en quoi la dite « politique de la main-d’œuvre nord-africaine » est une politique d’exception destinée à une partie de la population dont le statut, produit du système colonial, évolue dans un espace intermédiaire entre l’étranger et le national. En retour, il s’agit d’analyser en quoi cette politique renforçant les logiques de séparation avec le droit commun a contribué à faire de ces travailleurs une catégorie d’exception. Il s’agit d’étudier la genèse et les évolutions de ces services spécialisés, leurs personnels, la construction de leur expertise ainsi que les politiques publiques qu’ils façonnent et mettent en œuvre sur la période considérée.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Dans mon mémoire de Master, j’ai étudié les travailleurs algériens, marocains et tunisiens d’une usine de métallurgie du Pas-de-Calais entre 1947 et 1962. Je m’intéressais alors essentiellement à la manière dont ils étaient encadrés par l’entreprise et surveillés par les services policiers, ainsi que les différentes manifestations de la guerre d’indépendance algérienne au niveau local. C’est au sein des archives que je consultais pour mon travail de Master que j’ai découvert l’existence d’agents du ministère du Travail spécialisés dans « travailleurs Nord-Africains », qui venaient dans les entreprises effectuer des tournées. Il m’est apparu qu’il serait intéressant de faire une histoire de ces services, jusqu’alors mal connus. C’est donc le point de départ de ma recherche doctorale, qui est désormais orientée vers l’étude d’une administration particulière, celle du Travail, et donc davantage tournée vers l’histoire de l’État. Par ailleurs, le cadre chronologique de mon travail s’est décalé, puisqu’une grande partie de ma thèse porte désormais sur la Seconde Guerre mondiale, période qui a vu naître les services qui existent jusque dans les années soixante.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Mon sujet de master a été fortement inspiré par les travaux de Laure Pitti, dont la thèse sur les ouvriers algériens de Renault Billancourt a été une lecture fondamentale. J’ai également été marqué par la démarche socio-historique d’Emmanuel Blanchard dans La police parisienne et les Algériens, 1947-1962. Les travaux de Sylvain Laurens, sur les hauts-fonctionnaires de l’immigration ont également été une lecture fondamentale et inspirante, dans les méthodes et la démarche (Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, 1962-1981).

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y a eu une abondante production littéraire sur la guerre d’indépendance algérienne, sa mémoire et ses séquelles sur la société et les individus ces dix dernières années. Une partie évoque l’expérience des soldats français en Algérie, acteurs souvent malgré eux d’une guerre atroce qui les marque pour toujours (L’art français de la guerre de Alexis Jenni, Des hommes de Laurent Mauvignier, Où j’ai laissé mon âme de Jérome Ferrari). Plus récemment, dans L’art de perdre, Alice Zeniter raconte la trajectoire d’une famille kabyle sur trois générations, des montagnes de l’Algérie jusqu’à la vie en France aujourd’hui, en passant par les camps de harkis. C’est le livre dont je conseillerais le plus la lecture car il croise avec grande force et beaucoup de subtilité les thématiques de la société coloniale, de la guerre d’indépendance, de la migration, de l’exil, des identités multiples, etc.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je l’ai enseigné au lycée l’an dernier en classe de première dans le cadre de l’ancien programme (les conquêtes coloniales dans le cadre de la « course aux colonies » des Européens et l’empire colonial au moment de l’exposition de 1931), et je vais l’enseigner également cette année pour le même niveau dans le cadre des nouveaux programmes (la politique coloniale de la IIIe République). Dans les deux cas, il s’agit d’une approche évidemment partielle –par sa dimension scolaire et parce que l’on s’intéresse surtout à l’empire français – et, à vrai dire, je l’ai trop peu enseigné pour avoir un avis bien fondé. Je vais donc modestement me cantonner à un début de réflexion.

Oui, je pense qu’il y a une spécificité dans l’enseignement de cette question dans la mesure où elle occupe assez fréquemment, et en des termes souvent polémiques, la scène médiatique. La question du fait colonial a également une dimension intime et parfois traumatique pour un ensemble d’élèves. Certain.e.s ont en effet de la famille originaire, ou sont eux-mêmes originaires d’ex-territoires coloniaux. Certain.e.s peuvent avoir des membres de leur famille qui ont été témoins et acteurs des guerres de décolonisation.

Une autre spécificité réside dans le fait qu’il s’agit d’un chapitre au cours duquel les élèves réalisent pleinement le caractère raciste du projet colonial républicain et de l’aspect inégalitaire des sociétés coloniales sous domination française. Leur regard et leur discours sur le pays qui est le leur, ses valeurs et son discours universaliste en ressort forcément modifié. C’est l’occasion pour eux d’exercer leur esprit critique et pour le prof de déconstruire certains mythes et caricatures.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le GROC devrait continuer d’être le GROC : un groupe qui permet aux chercheur.e.s de se connaître, se transmettre des informations, partager et échanger sur les thématiques du fait colonial au sens large, dans un cadre informel ou parfois plus formel (journée d’études, etc.), en dehors des concurrences propres à l’institution universitaire.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’étais présent lors du congrès universel de fondation du GROC, dans un café du quartier latin, un beau jour de 2017.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

De la solidarité et, à ce stade de mon travail (c’est-à-dire l’écriture de ma thèse tout en étant enseignant dans le secondaire), une insertion dans ce que je décris dans la question 8.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Une socio-histoire croisée des fonctionnaires, toutes administrations confondues, en charge des migrants originaires des territoires coloniaux, tous territoires confondus, en métropole, et de leurs trajectoires post-indépendances.