Call for papers:  Being a colonizer, being a colonized  

The Groupe de recherches sur les ordres coloniaux (GROC) is organising a meeting on colonial history on July the 7th-8th 2022, at the Archives nationales d’Outre-mer. The first of these two days will be devoted to scientific papers and research workshops. The second day will focus on sharing knowledge with a wider audience, with screenings and urban visits.

Call for papers

« Being a colonizer, being a colonized »

Archives nationales d’Outre-mer, 29, Chemin du Moulin de Testas, 13090 Aix-en-Provence, 7 et 8 juillet 2022.

Imperial and colonial history over the last three decades has shown a growing interest in the ‘in-between figures’ of colonisation, the ‘intermediaries’ as well as the ‘capacity to act’ of the colonised, leading to ‘métissages’ and ‘hybridisations’ in colonial contexts1. Half a century after the 1960s’s wave of independence, it was important not to reduce the national histories of territories formerly under colonial domination to this exclusive characteristic. These perspectives have certainly contributed a great deal to the understanding of forms of daily resistance, sometimes described as ‘infra-political’2, of the dominated populations in a colonial situation, as well as to the complex articulation of competing powers, or even to the unequal perception and reception of the colonial presence in different contexts.

However, by focusing mainly on biographical trajectories, individual paths and highly localised interactions, they have also implied a retreat in terms of the conception of power relations and the distribution of different actors’ range of possibilities or general agency. The interest in the forms of autonomy of the colonised has thus led to a form of relativism of domination, leading, for example, to the description of colonisation as a ‘parenthesis’3. In short, the boundaries of colonial domination should be relativised because they were not absolute.

The objective of this meeting will therefore be to reinvestigate the question of domination, linking the study of micro-interactions to their global dispositions. It will thus question the production and renewal of colonial dominations within the interactions between actors. For instance, the notions of hybridization and agency should be reinterpreted in the light of the question of domination, considering them as practices with constrained frameworks. Studies on interactions (embodied by Colonial Studies) and critical perspectives on domination (whether Postcolonial or Critical Race Studies, for example4) tend to remain blind to each other. Yet it is at their crossing that lays the heart of imperial relations of domination, and that are constituted the positions of coloniser and colonised.

Call for papers, less than two pages in length, should be sent before 14 February 2022 to journeegrocanom@gmail.com. They should briefly summarise the proposed paper, indicating in particular the sources used and the actors mentioned. The event is open to all fields of study, without chronological or geographical exclusions. Proposals should also include a brief biography of the author of the paper. Transport and accommodation will be at the expense of the participants.

1 For example, these notions are at the core of Neil Lazarus, Penser le postcolonial : une introduction critique, Paris, Amsterdam, 2006.
2 Following James C. Scott, La domination et les arts de la resistance : fragments du discours subatlerne, Paris, France, Amsterdam, 2019.
3 Mamadou Diouf, « Sortir de la parenthèse coloniale », Le Débat, 2002, vol. 118, nᵒ 1, p. 59-65.  
4 Emmanuelle Sibeud, « Du postcolonialisme au questionnement postcolonial : pour un transfert critique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier 2007, vol. 4, nᵒ 54-4, p. 142-155.  

1er Rendez-vous d’histoire coloniale, 7-8 juillet 2022

Mis en avant

Le GROC organise les 7 et 8 juillet 2022, aux Archives nationales d’Outre-mer, un rendez-vous d’histoire coloniale. La première de ces deux journées, universitaire, sera consacrée à des communications scientifiques et des ateliers de recherche. La seconde sera quant à elle dédiée à la diffusion des savoirs, à travers notamment des projections et des visites urbaines.

Appel à communications

« Être colonisateur.trice, être colonisé.e »

Archives nationales d’Outre-mer, 29, Chemin du Moulin de Testas, 13090 Aix-en-Provence

7 et 8 juillet 2022

L’histoire impériale et coloniale de ces trois dernières décennies a montré un intérêt croissant pour les « figures de l’entre-deux » de la colonisation, la « capacité d’agir » des colonisé.e.s, les « intermédiaires » de la colonisation, les « métissages » et les « hybridations »[1] en situation coloniale. Un demi-siècle après la vague des indépendances des années 1960, il s’agissait, notamment, de ne pas résumer les histoires nationales des territoires jadis sous domination coloniale à cette exclusive caractéristique. Ces perspectives ont certes beaucoup apporté à la compréhension de formes de résistances quotidiennes, parfois qualifiées d’ « infra politiques »[2], des populations dominées en situation coloniale, ainsi qu’à la complexité de l’articulation de pouvoirs concurrents, ou encore à l’inégale perception et l’inégale réception selon les contextes de la présence coloniale.

Pour autant, elles ont aussi pu impliquer, par une focale principalement portée sur des trajectoires biographiques, des parcours individuels, des interactions très localisées, un recul en termes de conception des rapports de force et de répartition des champs des possibles des acteurs. L’intérêt pour les formes d’autonomie des colonisé.e.s a ainsi pu conduire à une forme de relativisme de la domination, conduisant par exemple à qualifier la colonisation de « parenthèse »[3]. En somme, les frontières de la domination coloniale seraient à relativiser car elles n’étaient pas absolues.

L’objectif de cette journée d’étude sera donc de réinvestir la question de la domination, liant l’étude des interactions micro à leurs dispositions globales. Il s’agira ainsi de questionner la production et la reconduction des dominations coloniales dans les interactions entre acteurs.trices. Il conviendra ainsi de réinterroger, à l’aune de la question de la domination, les notions d’hybridation et de capacités d’agir, en les considérant comme des pratiques aux cadres contraints. Les études sur les interactions (incarnées par les Colonial Studies) et les perspectives critiques de la domination (qu’il s’agisse des Postcolonial ou des Critical Race Studies par exemple)[4] ont en effet tendance à rester sourdes les unes aux autres. Or, ces interactions, au cœur des rapports de domination impériaux, sont constitutives des positions de colonisateur.trice(s) et de colonisé.e(s).

Les propositions de communications, de moins de deux pages, seront envoyées avant le 14 février 2022 à journeegrocanom@gmail.com. Elles devront brièvement résumer la communication proposée, indiquant notamment les sources exploitées et les acteurs et actrices mentionnées. Le rendez-vous est ouvert à toutes études, sans exclusive chronologique ou géographique. Les propositions comporteront également une brève biographie de l’auteur.trice de la communication. Le transport et l’hébergement seront à la charge des participant.e.s.


[1] Ces notions sont, par exemple, au cœur de Neil Lazarus, Penser le postcolonial : une introduction critique, Paris, Amsterdam, 2006.

[2] Dans le sillage de James C. Scott, La domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne, Paris, France, Amsterdam, 2019.

[3] Mamadou Diouf, « Sortir de la parenthèse coloniale », Le Débat, 2002, vol. 118, nᵒ 1, p. 59‑65.

[4] Emmanuelle Sibeud, « Du postcolonialisme au questionnement postcolonial : pour un transfert critique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier 2007, vol. 4, nᵒ 54‑4, p. 142‑155.

Il y a quelques semaines, la communauté historienne francophone a été secouée par un ensemble d’événements révélateurs de profonds dysfonctionnements. Certain.e.s membres du Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) ont, dans ce cadre, décidé de renoncer à leur collaboration avec la revue Outre-Mers pour laquelle ils et elles devaient coordonner un numéro. Ils et elles ont alors décidé de proposer aux autres membres du collectif la présente prise de position publique, celle-ci dépassant les limites de l’affaire en question.

Le 28 octobre 2020, Le Canard enchaîné mettait au jour une notice consacrée à l’opération Turquoise (avril-août 1994) rédigée par Julie d’Andurain, professeure des universités, dans le Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française[i]. Ce texte pose problème à bien des égards : pauvreté et partialité des sources, absence de mention du génocide des Tutsis tout en relayant la thèse du « double génocide », parti-pris évident en faveur de l’armée française. À la suite, une dizaine de tweets étaient publiés, interrogeant la légitimité de la présence de Julie d’Andurain au sein de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis (1990-1994) mise en place en avril 2019 par Emmanuel Macron et présidée par l’historien et inspecteur général de l’Éducation nationale Vincent Duclert. Son rapport final est attendu « dans les premiers jours d’avril 2021[ii] ».

Le 3 novembre 2020, la Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM) diffusait par l’intermédiaire de son site un communiqué de soutien à Julie d’Andurain « condamn[ant] avec force la campagne lancée sur les “réseaux sociaux” » et soulignant « l’exigence et la rigueur dont elle fait preuve dans ses travaux, qui ne laissent aucune place au révisionnisme et au négationnisme dont elle est injustement accusée ». Le 6 novembre, la SFHOM cosignait avec d’autres associations d’historien.ne.s[iii] un second communiqué de soutien allant dans le même sens[iv]. À la suite d’un certain nombre de réactions indignées de chercheurs et chercheuses face à ces messages, des membres du bureau de la SFHOM ainsi que les trois rédactrices en chef de sa revue Outre-Mers démissionnaient les 7 et 8 novembre, suivi.e.s des membres du bureau de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) le 12 novembre. La veille, les coordinatrices et coordinateurs du prochain numéro d’Outre-Mers informaient la SFHOM du retrait de leur dossier. Entre le 12 et le 23 novembre[v], les associations publiaient alors chacune une nouvelle annonce revenant sur leurs prises de position initiales.

Au-delà des enjeux propres au génocide des Tutsis du Rwanda, cet ensemble de réactions est révélateur de certains travers du monde de la recherche. Il met en avant la prépondérance de réponses épidermiques et corporatistes qui priment sur les fondements de nos pratiques, c’est-à-dire des positions critiques s’appuyant sur une stricte vérification des documents incriminés, de leurs propos, de leurs sources. Cet état de fait interroge le fonctionnement interne de certains regroupements scientifiques. Par ailleurs, il illustre le décalage qui existe entre une partie de la communauté historienne et certains lieux de discussion, dont les réseaux sociaux font partie, en particulier lorsque les historien.ne.s prennent part à des débats publics ou à des activités qui dépassent les frontières du milieu académique. Enfin, il révèle la légèreté avec laquelle peut être abordée l’histoire du continent africain, même quand sont en jeu ses aspects les plus tragiques.

Plus largement, c’est la question du rapport entre histoire et politique qui est ici soulevée. Nommée par la présidence de la République et hébergée par le ministère des Armées, la commission Duclert ne comporte pas de spécialistes de l’histoire du Rwanda, et les archives sur lesquelles elle appuie son travail ne sont, pour l’instant, pas ouvertes à la consultation[vi]. Certes, les enjeux politiques autour de cette commission ne remettent pas en cause la rigueur scientifique de ses membres, mais ils ne doivent néanmoins pas être ignorés. Ce doit d’ailleurs être le cas de toute entreprise dans laquelle nos savoirs et savoir-faire sont mis au service d’intérêts extra-universitaires.

Ce constat s’inscrit dans un contexte général où le pouvoir politique cherche de plus en plus à s’immiscer dans la vie académique et dans la recherche scientifique. Ainsi, depuis plusieurs mois, l’accès à différents fonds d’archives a été considérablement restreint[vii], alors que dans le même temps les offensives contre de fantasmatiques dérives idéologiques se multiplient. Ces attaques ont pour objectifs de délégitimer, de diviser et in fine de susciter une auto-censure dont la compréhension des phénomènes passés et présents ne peut que pâtir. Leur versant administratif se traduit dans la récente Loi de programmation de la recherche : celle-ci précarise encore un peu plus les chercheurs et les chercheuses, et musèle toute contestation de leur part[viii].

Nous, signataires du présent texte, pour la plupart jeunes chercheurs et chercheuses, estimons qu’il nous est nécessaire d’exposer la manière dont nous entendons faire vivre la recherche. Au-delà des règles élémentaires du métier d’historien.ne (administration de la preuve, distance critique, validation par les pairs) auxquelles chacun.e doit s’astreindre, il s’agit de repenser l’ensemble des rapports de pouvoir au sein de notre milieu. Nous appelons ainsi au dépassement de relations trop souvent marquées par la hiérarchie et les rapports interpersonnels, et prônons au contraire un travail plus systématiquement horizontal et collectif. Dans la même veine, nous défendons une approche ouverte – archives, publics, acteurs et actrices, lieux – de la construction et de la diffusion de la connaissance historique, à rebours des tentations d’un monde du savoir fermé sur lui-même. Ce repli contribue à délégitimer les sciences humaines et sociales dans la société d’aujourd’hui, alors que nous estimons avoir une place à occuper dans la cité, sans prépondérance mais sans timidité, ce qui nécessite une réflexion assumée sur nos rapports avec les espaces politiques et militants.

Dans le contexte rappelé plus haut de tensions et de crispations, de précarisation massive et donc d’exacerbation de la concurrence, nous estimons qu’une partie essentielle de la solution réside dans la création de postes, la dotation plus massive des universités, l’accompagnement plus soutenu de tous les personnels.

Enfin, nous défendons notre droit à élaborer ensemble nos projets futurs dans un environnement intégrateur et propice, ainsi qu’à réfléchir, échanger, travailler collectivement et sereinement, au sein du cadre académique ou en dehors de celui-ci.

Un collectif de membres du GROC :

Élise Abassade, Étienne Arnould, Vincent Bollenot, Marie Bossaert, Aliénor Cadiot, Armel Campagne, Quentin Gasteuil, Thierry Guillopé, David Leconte, Sara Legrandjacques, Adélaïde Marine-Gougeon, Julie Marquet, Nassima Mekaoui-Chebout, Sonia Mhedhbi-Soret, Gabriele Montalbano, Hugo Mulonnière, Silvère Okala, Antonin Plarier, Chloé Rosner, Margo Stemmelin.


[i] Julie d’Andurain, « Turquoise (Rwanda) », in Philippe Chapleau et Jean-Marc Marill (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l’armée française. De 1963 à nos jours, Nouveau monde éditions, coédité par leministère des Armées et l’ECPAD, 2018, p. 270-275

[ii] https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/20_04_07_rapport_duclert_intermediaire_cle831de6.pdf

[iii] Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR), Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD).

[iv] Dans le premier paragraphe du communiqué, les sociétés signataires : « […] tiennent à exprimer avec force leur indignation face à la campagne calomnieuse dont est victime sur les réseaux sociaux [leur] collègue Julie d’Andurain, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et membre de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994). C’est à ce dernier titre qu’elle est scandaleusement accusée d’avoir “publié des écrits s’appuyant sur des thèses négationnistes”.

[v] AHCESR le 12 novembre 2020, AHMUF le 13 novembre 2020, CSRHD le 20 novembre 2020, SFHOM le 23 novembre 2020

[vi] https://afhmt.hypotheses.org/3789

[vii] Voir par exemple, concernant l’Instruction générale interministérielle 1300 (dite « IGI1300 ») : https:// ahcesr.hypotheses.org/2124 et le fil Twitter « Archives ça dé-bloque ! » (https://twitter.com/archicadebloque? lang=fr)

[viii] http://academia.hypotheses.org/tag/loi-de-programmation-de-la-recherche-2021-30

« Chantier d’archives, archives en chantier » – Surveiller les populations colonisées en métropole

Archives nationales (Pierrefitte) – 28 mai 2020

Dans le prolongement des dialogues noués entre archivistes et historien-ne-s autour de la notion d’ « archives coloniales » lors de la double journée d’étude tenue aux Archives nationales d’outre-mer (Aix-en-Provence) les 27 et 28 juin 2019 (1), le GROC organise, le 28 mai 2020, une journée de « chantier » consacrée aux archives de la surveillance des populations colonisées en métropole.

ARGUMENTAIRE

Police, ordre et surveillance dans une métropole impériale

L’histoire de la colonisation connaît, depuis maintenant plusieurs années, un renouvellement scientifique conséquent (2). Sources, terrains et problématiques ont été élargi-e-s, permettant entre autres d’investir à nouveaux frais la notion de situation coloniale chère à Georges Balandier (3). À cette fin, les perspectives d’histoire sociale ont été particulièrement sollicitées. Si les recherches récentes ont privilégié le terrain colonial, l’angle métropolitain connait lui aussi, à la suite d’une tendance perceptible outre-manche, un retour en grâce, enrichi notamment des apports d’autres champs d’étude (4). L’histoire des polices, en outre, se déploie depuis les années 1990 dans le sens d’une analyse de la fabrique des institutions, des modes de gouvernance qu’elles produisent et des pratiques policières (5). Le croisement entre cette historiographie et celle du fait impérial a pris pour cadre non seulement le terrain colonial (6), mais également l’espace métropolitain (7), et le second empire colonial français comme les périodes qui lui sont antérieures (8). Face à la très importante masse de documents produite par les institutions chargées de la surveillance des colonisé-e-s en métropole, de nouvelles pistes restent à investir. Pour cette journée, nous considérerons cette documentation dans sa dimension matérielle autant que comme support d’une manière de rendre compte du réel – qui, parfois spécifiquement politique et sociale, genrée, raciale, résulte souvent de l’articulation entre ces aspects (9). Dans le cas présent, il s’agira d’envisager l’archive comme point de départ pour appréhender la surveillance des ressortissant-e-s de l’empire présent-e-s en métropole, en la considérant non pas uniquement comme une trace, mais également comme un instrument véritable du contrôle. Ainsi, cette journée invite notamment à travailler les processus de production au travers desquels se modèlent et évoluent les catégories socio-administratives qui façonnent les secteurs de populations à surveiller.

Axes d’étude

Les intervenant-e-s seront invité-e-s à proposer des réflexions sur le rapport entre archives de surveillance et populations colonisées à partir des deux axes suivants qui, loin d’être exclusifs, peuvent être envisagés conjointement :

La production documentaire suscitée par la surveillance des populations colonisées enmétropole. Il conviendra d’interroger la forme de la surveillance exercée et les archives au sein desquelles il est possible de la saisir. Quelles sont les spécificités des documents de surveillance des colonisé-e-s produits en métropole ? Que disent les procédés de production documentaire de l’instance qui en est à l’origine ? Ces archives témoignent-elles d’une dimension impériale des missions policières en métropole, voire de la fabrique d’une institution policière impériale ? Ces interrogations invitent à travailler la constitution, la matérialité, la circulation, la diffusion ou au contraire la restriction des archives de surveillance consacrées aux colonisé-e-s, dans une perspective synchronique et diachronique.

Le contenu textuel de la production documentaire issue de la surveillance. La sémantique et les faits de langage employés par ceux qui surveillent sont au coeur de ce deuxième axe. Que dit-on des colonisé-e-s surveillé-e-s ? Comment le dit-on ? Quelles en sont les conséquences ? Les termes employés, leur formation, leur déploiement ou non en catégories, leurs évolutions au fil du temps seront étudiés. L’analyse du discours en tant que support ou instrument d’usages et de pratiques — qu’il s’agira de mettre en lumière — sera, en particulier, d’un riche intérêt. L’objectif recherché est donc celui d’une approche large de la sémantique policière au prisme du fait colonial.

– Ces axes sont à considérer dans une chronologie large et sans restriction de l’histoire de la surveillance et de l’histoire des populations colonisées en métropole.

PARTICIPATION À LA JOURNÉE D’ÉTUDES

Format

En organisant ce premier « chantier d’archives, archives en chantier » en collaboration avec les Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine et son département de la Justice et de l’Intérieur, nous souhaitons proposer aux participant-e-s une journée ouverte et au format souple, remettant le travail d’archives au cœur d’une réflexion collective entre archivistes, historien-ne-s et toute personne intéressée par ces questions, à des fins scientifiques, mais aussi méthodologiques, pédagogiques et civiques.

Le format des communications, pensé selon ces objectifs, se veut expérimental par rapport aux habitudes académiques. Les intervenant-e-s sont ainsi invité-e-s à sélectionner un document d’archive conservé aux Archives nationales et à en proposer une étude. À partir du document et des axes de réflexions indiqués ci-dessus, des champs variés pourront être investis : format, producteurs, histoire, contenus, implications, circulation, mise en perspective, etc. Les communications poseront des jalons de compréhension et de réflexion durant 15 minutes, dans le but d’un large échange avec le public. Celui-ci aura eu, au préalable, la possibilité de se familiariser avec le document étudié pour pouvoir enrichir et discuter les pistes suggérées par les intervenant-e-s.

Pour participer

Cette journée d’études est organisée aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) le 28 mai 2020. Elle est ouverte à toutes et tous, sur inscription. Les propositions de communication doivent être transmises au GROC au plus tard le 15 mars 2020 à l’adresse journeegrocan2020@gmail.com.

Les propositions de communication se composeront :

– d’un titre (provisoire)

– d’une présentation du document envisagé à l’étude

– d’un résumé de la communication d’environ 2500 signes

Elles devront être accompagnées d’une courte biographie.

Pour assister à la journée, il est d’ores et déjà possible de s’inscrire par courriel à journeegrocan2020@gmail.com

Qui sommes-nous ?

Le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux a été créé en septembre 2017 par des jeunes chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales travaillant sur les colonisations et les empires, notamment sous l’angle politique et social. Toutes et tous sont animé-e-s d’une même envie de partager leurs recherches en cours, leurs expériences de terrain, d’échanger et de coopérer, en transcendant les appartenances académiques et scientifiques. Le groupe rassemble actuellement 73 inscrit-e-s. Des rencontres mensuelles regroupent entre 5 et 20 personnes. En parallèle, le GROC organise des événements ponctuels plus larges et anime un carnet Hypothèses (http://groc.hypotheses.org) ainsi qu’un fil Twitter (@groc_n_roll)

Comité d’organisation

Élise Abassade (IDHES, Paris 8 – LAH, La Manouba, Tunis)

Quentin Gasteuil (ISP, ENS Paris-Saclay – Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université)

Martino Sacchi (ESNA, MA Paris Nanterre)

Margo Stemmelin (IDHES, Paris 8)


(1) « (Dé)construire les “archives coloniales” : enjeux, pratiques et débats contemporains » (Compte rendu disponible sur groc.hypotheses.org)

(2) SINGARAVELOU Pierre, « Situations coloniales et formations impériales : approches historiographiques », in SINGARAVELOU Pierre (dir.), Les empires coloniaux. XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2013, p. 9-35.

(3) BALANDIER Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, Vol. 11, 1951, p. 44-79.

(4) BOITTIN Jennifer, Colonial Metropolis: the Urban Grounds of Anti-Imperialism and Feminism in Interwar Paris, Lindon & London, University of Nebraska Press, 2010, 320 p. ; GOEBEL Michael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017, 447 p.

(5) BERLIÈRE Jean-Marc, DENYS Catherine, KALIFA Dominique, MILLIOT Vincent (dir.), Métiers de Police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 560 p. ; MILLIOT Vincent, BLANCHARD Emmanuel, DENIS Vincent, HOUTE Arnaud, Histoire des polices en France, des guerres de religion à nos jours, Paris, Belin, à paraitre.

(6) THOMAS Martin, Violence and Colonial Order. Police, Workers and Protest in the European Colonial Empires, 1918-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, 540 p. ; BAT Jean-Pierre, COURTIN Nicolas (dir.), Maintenir l’ordre colonial. Afrique et Madagascar, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 205 p.

(7) ROSENBERG Clifford, Policing Paris: the Origins of Modern Immigreation Control Between the Wars, Ithaca, Cornell University Press, 2006, 241 p. ; BLANCHARD Emmanuel, La police parisienne et les Algériens, 1944-1962, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, 448 p.

(8) PEABODY Sue et BOULLE Pierre, Les Droits des Noirs en France au temps de l’esclavage, Paris, L’Harmattan, 2014, 291 p.

(9) DUCOULOMBIER Romain, « La surveillance politique : comment lire les archives de police sur le Parti communiste français ? », ANR PAPRIK@2F, 16 octobre 2014 [en ligne] ; CHEVALIER Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958, 562 p. ; LAGORGETTE Dominique, « La violence des femmes saisie par les mots », in CARDI Coline et PRUVOST Geneviève (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La découverte, 2017, p. 472-487 ; BESSONE Magali et SABBAGH Daniel « Introduction. Les discriminations raciales : un objet philosophique », in BESSONE Magali et SABBAGH Daniel (dir.), Race, racisme, discriminations. Anthologie de textes fondamentaux, Paris, Hermann Éditeurs, 2015, p. 5-44 ; STOLER Ann Laura, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton & Oxford, Princeton University Press 2009, 314 p.

Empires, États, migrations (XVIe – XXe siècles)

Le Havre – 15 Mai 2020

Présentation générale du projet

Lors du colloque international, Historiographies sans frontières. Les migrations internationales saisies par les histoires nationales (XIXe-XXe siècles), organisé à Paris le 4 octobre 2011, Philippe Rygiel, spécialiste de l’histoire des migrations, dressait le bilan de l’historiographie française de l’immigration depuis ses débuts dans les années 1980. Au sujet de la prise en compte de l’Empire par les historien.ne.s français, il déplorait que : « Nous avions un petit peu oublié que la France avait été un empire dans les années
[1980] et [1990]. » Ce constat ne signifiait pas que les travaux français antérieurs aux années 2000 ne voyaient pas les migrant.e.s originaires des territoires sous domination française présent.e.s sur le territoire hexagonal, particulièrement dans la première moitié du XXe siècle. Il signifiait plutôt que l’Empire n’était pas au coeur du questionnement et de la réflexion de ces chercheur.e.s. La situation changea à partir des années 2000. Les migrations coloniales étaient alors étudiées par le prisme du territoire métropolitain : celui-ci faisait office de point d’arrivée tandis que les possessions ultramarines de la France constituaient des terres d’émigration. Peu de travaux prirent le parti inverse d’étudier les colonies comme des territoires d’immigration. En 2013, à l’occasion d’un ouvrage collectif faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherche sur les empires coloniaux des XIXe et XXe siècles, Pierre Singaravélou, spécialiste de l’empire colonial français, présenta un bilan des travaux étudiant les migrations au sein de ces empires. La tendance s’inverse alors : les métropoles ne sont, ici, pas incluses comme territoires d’immigration et leurs rôles dans l’organisation des flux ne sont pas abordés. Par conséquent, ces deux approches montrent bien l’insuffisance de discussions entre les deux historiographies. Et pourtant, le croisement entre ces deux historiographies permettrait d’ouvrir de nouvelles pistes afin de les renouveler mutuellement. À travers trois journées d’études entre 2020 et 2021, nous souhaitons explorer l’une de ces pistes au moyen d’une thématique commune à ces deux traditions de recherche, celle de l’État. En effet, les États se sont imposés, dès les premières colonisations, comme des acteurs centraux, bien que non-exclusifs, des migrations impériales, à travers la mise en place de cadres législatifs, incitatifs ou répressifs, notamment.

Ces journées ont donc pour ambition de nourrir une réflexion ne se limitant ni à l’État et à l’empire français ni aux flux migratoires reliant les colonies à leur métropole. Il s’agit plutôt de considérer ces circulations de personnes dans toutes leurs configurations : les colonies furent aussi des terres d’immigration, les migrant.e.s n’étaient pas originaires uniquement de la métropole, et la colonisation ne commença pas au XIXe siècle. Cette approche globale est à long terme, puisqu’elle s’étend du XVIe au XXe siècle, doit permettre d’évaluer et de mesurer la pertinence d’une spécificité impériale quant aux migrations et à leurs régulations en faisant appel à des comparaisons inter- et intra-impériales.

Présentation de la première journée d’études : Le Havre, printemps 2020

Cette première journée d’étude est consacrée à l’encadrement par l’État des migrations. Par encadrement, il faut comprendre les pratiques et discours développés en vue de contrôler, surveiller, protéger, compter, suivre, identifier, empêcher, soutenir, réprimer les migrant.e.s. Ainsi, les réflexions pourront s’articuler autour de différentes formes d’intervention étatique sur les phénomènes migratoires dans un temps long.

En effet, de nombreux phénomènes migratoires impériaux ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des serviteurs de l’État en métropole et/ou aux colonies. Comment expliquer ces interventions de l’État ? Par quels cheminements certaines de ces migrations sont devenues des problèmes publics, des sujets pour lesquels l’intervention de l’État devint évidente et nécessaire ? Ces questionnements conduisent alors à se pencher à la fois sur les acteur.rice.s qui favorisèrent ces transformations et sur les arguments mobilisés, au sein des bureaucraties et des sociétés, en faveur de tels encadrements, sans écarter les dynamiques inverses, c’est-à-dire les refus de voir les migrations contrôlées.

Comment, ensuite, décrire et analyser les formes d’encadrement étatique élaborées à la suite de la problématisation de ces migrations impériales ? Quelles formes juridiques et administratives prit l’intervention de l’État sur les migrations impériales dans des contextes géographiques et chronologiques précis ? Quelles furent les tensions éventuelles au sein des bureaucraties coloniales et impériales quant à l’élaboration de ces cadres et leur mise en pratique effective ?

Ces différents questionnements nous amènent également à insister sur l’importance d’une perspective diachronique dans l’analyse de ces phénomènes. Comment évoluent les modalités et facteurs d’encadrement sur le temps court, moyen et long ? Les transformations sont-elles davantage dues ? à des bureaucrates réflexifs, à des critiques à l’encontre de leur action ou à des changements d’objectifs ? Inversement, comment expliquer la continuité de certaines formes d’encadrement.

Pour participer

Cette première journée d’études est organisée à l’Université Le Havre-Normandie par des jeunes chercheur·e·s membres du Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC) le 15 Mai 2020. Elle est ouverte à tou-te-s, sur inscription. Les propositions de communication doivent être transmises par courriel avant le 15 janvier 2020 à je.groc.eem@gmail.com. Elles se composeront d’un titre (provisoire) et d’un résumé de la communication d’environ 2 500 signes. Les propositions doivent être accompagnées d’une courte biographie.

Les communications sélectionnées (environ 30 000 signes) devront être transmises trois semaines avant la journée.

Les auditeur.e.s peuvent d’ores et déjà s’inscrire en envoyant un courriel à je.groc.eem@gmail.com.

Comité d’organisation

Vincent Bollenot (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Aliénor Cadiot (doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales)
David Leconte (doctorant, Université Le Havre-Normandie et École normale supérieure de Lyon)
Sara Legrandjacques (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Baptiste Mollard (doctorant, Université Versailles-St Quentin en Yvelines)
Hugo Mulonnière (doctorant, Université Paris 10 Nanterre)

Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (2)

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Vendredi 29 juin 2019

Panel 2 – Production documentaire et construction du pouvoir colonial

La journée du 29 juin est inaugurée par un premier panel présidé par Emmanuelle Sibeud (Paris 8, IDHED). Romain Tiquet (Université de Genève) commence avec une présentation intitulée « Rendre compte pour ne pas avoir à rendre des comptes : le rapport politique colonial comme objet ethnographique ». Il étudie les rapports administratifs produits par des commandants de cercle au Sénégal, à destination du gouvernement général, en s’interrogeant sur les enjeux et relations de pouvoir qui les traversent. Cette focale permet de révéler des mises en scène, à travers les choix des commandants quant à ce qu’ils décident de rapporter ou non dans leurs écrits. La comparaison de ces rapports avec les journaux de poste des commandants de cercle permet de rendre compte de la disparition d’éléments gênants pour l’évolution de carrière des commandants, soumise à l’appréciation de la hiérarchie. L’important turnover des administrateurs n’induit pas de réels changements dans le contenu des rapports : on copie son prédécesseur et les mentions « néant » et « rien ne mérite d’être signaler » demeurent convenues.

Mathieu Marly enchaîne avec sa communication « Archiver l’autre. Maintien de l’ordre et ethnographie militaire dans les montagnes de l’Atlas marocain (1912-1956) » : il analyse les questionnaires, cartes ethnographiques et fiches de tribus produits par des officiers de renseignement qui tendent à participer à la « politique indigène » de la résidence générale. Menées par les militaires, ces enquêtes s’inscrivent dans la continuité de travaux du XIXe siècle à l’initiative d’acteurs civils. La question de la domination des tribus, primordiale, s’appuie sur la recherche d’un contrôle ethnographique. Pour Lyautey, il est indispensable de connaître les populations afin de les soumettre, ce qui aboutit à la mise en place d’une politique de renseignement. En 1915, la création d’un centre de document ethnographique, à vocation universitaire, institutionnalise l’ethnographie au Maroc. L’accent est mis sur le terrain mais conduit surtout à redéfinir les identités locales, en y projetant des préjugés : ainsi, les travaux antérieurs sur la Kabylie conduisent à la fabrication d’une identité berbère, imbibée d’idéologie agrarienne.

Antoine Perrier conclut ce panel avec une étude des archives de l’administration coloniale parmi lesquelles se trouvent des documents des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français. Il s’interroge sur la manière de faire dialoguer les archives « coloniales » et « locales » afin d’écrire une histoire des monarchies protégées. Il faudrait ainsi restituer les décalages et concordances entre ces corpus documentaires et les inscrire dans une histoire plus longue permettant d’interroger l’idée d’une « rupture coloniale ». Il met d’abord l’accent sur la présence d’une documentation proche dans différents types d’archives malgré quelques nuances et des modes de conservation différents. Il revient également sur les spécificités des formes avec la conservation d’un protocole religieux dans les sources, un langage administratif incluant l’éloge des maîtres, une grande place réservée aux sentiments, etc. S’il est difficile de retracer le parcours des documents, des traces coloniales restent présentes.

La discussion est l’occasion de revenir sur la production du savoir ethnographique et la place des administrés, qui ne transparaissait pas dans les communications. En parallèle, les enjeux linguistiques sont mis en avant, à travers les traductions mais également la relation entre écrit et oral.

Panel 3 – Le colonial en filigrane : comment faire parler l’archive ?

Emmanuel Blanchard (Université Versailles Saint Quentin, CESDIP) introduit le dernier panel qui s’ouvre sur la communication d’Antonin Plarier (Paris 1, CHS) et Thierry Guillopé (Paris Est Marne-la-Vallée, ACP), « De l’articulation des archives à la micro-histoire d’une ville-mine d’Algérie (Aïn Mokra, mi-19e– début 20e siècle) ». Après l’analyse d’une pétition rédigée par un parent de « bandit » interné à Aïn Mokra, les deux chercheurs présentent l’importance des activités extractives de ce site dans l’industrialisation de la France. Cette mine concentre un nombre peu habituel de travailleurs pour l’Algérie, comparable aux grands sites miniers de la métropole. Les archives permettant d’appréhender ce territoire sont variées – incluant des photographies – et dispersées : on en trouve aux ANOM, dans les archives départementales et des chambres de commerce, aux archives nationales algériennes ou encore au sein des archives d’entreprises, potentiellement celles d’Areva enfouies à Bure, dans la Meuse. Une partie du personnel d’Aïn Mokra est composée de travailleurs contraints, qu’ils soient des soldats ou des Algériens internés. Si ce travail contraint n’est pas majoritaire, il pèse sur le système d’exploitation. La communication se conclut sur l’emboîtement des catégories, entre situation coloniale et situation industrielle, et sur la nécessité d’une histoire du travail en situation coloniale au prisme de la micro-histoire.

Dominique Taurisson (Université de Montpellier, Dynamiques du Droit) prend la parole afin de présenter sa communication « Les archives coloniales au secours de la diversité génétique des petits ruminants du Maghreb ». L’objectif est de mettre l’accent sur les bienfaits de l’interdisciplinarité puisqu’elle travaille avec une généticienne, collaborant elle-même avec des agronomes. Les archives émanant des autorités coloniales sont à la fois administratives et techniques, en ce qu’elles comprennent de longs rapports rédigés par des spécialistes, vétérinaires et agronomes. Des mesures sont prises, présentées dans le but d’améliorer les activités d’élevage. Cela conduit à l’hypothèse d’une diversité génétique riche ayant disparu au cours de la période coloniale. En effet, les travaux menés jusqu’ici permettent de dégager une grande tendance à l’homogénéisation. Or, les archives ne permettent pas de réellement saisir la réalité et les destinataires des mesures envisagées : l’accent est mis sur les objectifs.

 Amandine Dabat (EHESS, CASE) présente ensuite son analyse de l’histoire coloniale du Laos « dans les archives de la Résidence supérieure ». Elle s’appuie sur une histoire croisée des intellectuels vietnamiens et laotiens qu’elle mène depuis la fin de sa thèse. Après quelques mots sur la situation particulière du Laos au sein de l’Union indochinoise, elle dresse le bilan des archives disponibles à Vientiane. Leur contenu varie énormément et l’historienne le croise avec des recherches généalogiques et des entretiens. Ainsi, elle parvient à retracer les trajectoires de certains fonctionnaires en poste au Laos, comme Marcel Poulet à Luang Prabang en 1918. Son dossier personnel permet de mettre en relief des tensions entre l’administrateur et la monarchie laotienne à la suite d’une affaire de dégradation d’une fontaine publique. Deux individus sont condamnés à trois mois de prison sans que l’intervention d’un prince, envoyé par le roi, ne permette de changer le jugement. Le monarque laotien s’adresse ensuite au résident supérieur du Laos. Cet enchevêtrement d’acteurs est, dans certain cas, renforcé par l’intervention d’intermédiaires vietnamiens de la royauté laotienne.

 Enfin, l’intervention de Raphaël Gallien (Paris 7) a pour objectif de « (re)penser l’ordre colonial à partir de ses marges » à travers les « itinéraires pour une histoire de la folie à Madagascar (1900-1960) ». Il revient d’abord sur les réticences auxquelles il a dû faire face au début de sa recherche, jugée impossible. Or, il est tout de même parvenu à retracer l’histoire d’un asile construit sur les hauts plateaux malgaches. Le choix du lieu n’est pas innocent et les colons ont conscience de bâtir l’établissement sur un lieu sacré, la colline portant le nom de « colline de l’origine ». Or, l’asile apparaît peu dans les archives. Lieu fermé en apparence inaccessible, dont la direction se perpétue de père en fils sur trois générations, l’asile est esquissé en espace de contrôle sanitaire et politique qu’il s’agit de contourner pour en faire l’histoire. Cela permet de mettre l’accent sur la dimension politique du projet et des archives qui y sont associées.      

Table ronde 2 – Conjuguer les archives coloniales au présent : place et rôle dans les sociétés contemporaines

La seconde table ronde, modérée par Élise Abassade et Vincent Bollenot, tend à faire émerger les enjeux ultra-contemporains associés aux archives coloniales. Flora Losch (EHESS, centre Alexandre-Koyré) travaille en effet sur les sources audiovisuelles de l’Afrique coloniale, plus particulièrement en AOF, ainsi que sur les archives post-coloniales. Elle met dès lors l’accent sur la question de la sémantique et du lexique avant de souligner les enjeux économiques et politiques autour des images en mouvement des anciens territoires coloniaux. Les recherches de Badroudine Abdou Nouhou (Université de la Réunion, OSOI) se concentrent, quant à elles, sur les chansons populaires des Comores à l’importante dimension politique, anticolonialiste et mémorielle. La discussion permet d’engager une réflexion sur les usages éducatifs et publics des archives audiovisuelles des mondes coloniaux, qui exige un important travail critique. Dans ce cadre, la collaboration entre historiens et archivistes est mise en avant tout en prenant compte de problématiques techniques.

Cette double-journée d’études se termine par la conclusion générale d’Isabelle Grangaud (LaDéHiS, CNRS). Ses travaux sur l’empire ottoman à la période moderne l’ont amenée à réfléchir à la documentation archivistique, qui était a priori pauvre en informations. D’où une question : comment lire les sources ? Et que faire de ces sources ? La première journée a permis de souligner que le contenu informatif de l’archive n’allait pas de soi. Sa production et sa mise à disposition des usagers sont liées à la mise en œuvre d’un intérêt scientifique. Ainsi, les fonds d’archives dépassent la simple idée d’un dépôt et mobilisent des catégories. En France, l’archive coloniale prend également sens au moment des décolonisations et de la réception de fonds en France. Elle participe à définir ce qu’est – et ce qu’a été – la souveraineté française. Il paraît dès lors nécessaire d’historiciser la constitution des archives : quels classements ? Et peut-on s’arrête au moment d’archivage ?

La deuxième journée a davantage mis l’accent sur les documents : les archives sont ce à quoi les historiens – et tout autre usager – ont à faire. Les communications ont ainsi élargi la perspective en plaçant les archives dans des configurations documentaires ou des conditions de production plus larges. C’est un environnement complexe qui en ressort. Il ne faut alors pas oublier l’histoire sociale de ces documents. Enfin, la question de la sélection des sources mais aussi de leurs silences et de leurs manques a été posée. La question de la lecture des sources est présentée comme primordiale. Certes, les archives ne sont plus traitées comme le reflet de la réalité, mais elles ne le sont toujours pas comme une action, comme le résultat d’une sollicitation.

Isabelle Grangaud conclut donc sur la nécessité de s’interroger sur ce que fabriquent les archives.

Le GROC travaille actuellement à la publication des Actes du colloque : à suivre…

Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (1)

 

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Jeudi 27 juin 2019

Lancement de la double journée d’études le jeudi 27 juin.

Panel 1 – Quelles pratiques archivistiques en contexte colonial ?

Le premier panel, présidé par Isabelle Merle (CNRS, CREDO), s’ouvre sur la communication de Charly Jollivet (CNRS, TEMOS), intitulée « Construire l’histoire des archives pour mieux contextualiser les archives coloniales de Madagascar et des Comores ». Charly Jollivet présente le service des archives de Madagascar, créé par les autorités coloniales françaises en 1914 à Tananarive. Aucun archiviste de métier n’est alors rattaché à cette structure : les responsables cumulent plusieurs charges tout en étant assistés de collaborateurs malgaches. Les archives sont versées de l’échelon local à l’échelon régional, voire national, à échéances régulières. Il faut attendre 1931 pour qu’une réflexion sur la consultation et la publication des documents ainsi conservés voit le jour. Malgré son caractère centralisateur, le service des archives demeure fragile jusqu’à l’indépendance. Or, à la fin des années 1950, la France décide un transfert massif de toute archive représentant « un intérêt historique, militaire, politique ou patrimonial pour la République ». Dans un premier temps, ces déplacements sont organisés avec méthode puis effectués en catastrophe devant l’imminence politique des indépendances. La localisation des documents afférents en est rendue d’autant plus difficile aujourd’hui. Charly Jollivet précise alors que le contenu de ces derniers transferts serait arrivé aux ANOM et qu’aucun accord entre la France et Madagascar n’existe en termes de collaboration archivistique.

La communication de Fabienne Chamelot (University of Portsmouth) permet ensuite d’élargir ces réflexions sur la constitution des fonds d’archives à deux autres territoires coloniaux, l’Indochine et l’Afrique Occidentale Française (AOF). Elle met l’accent sur le contexte politique et culturel de constitution des fonds archivistiques, à travers des services d’archives qui sont intégrés à l’administration coloniale. En effet, la Direction des archives et bibliothèques d’Indochine (DABI) est créée en 1917, ayant à sa tête le chartiste Paul Boudet. Ce service travaille à l’échelle du territoire de l’Union indochinoise en son entier, participant notamment à la diffusion de la production littéraire, comme le souligne la mise en place de bibliobus. En AOF, le service des archives est créé en 1911 mais jusqu’en 1951, le classement des archives reste chaotique. Jacques Charpy, de formation chartiste, s’attache alors à classer les documents regroupés. Fabienne Chamelot compare alors les deux situations, en insistant sur un caractère plus centralisateur en Indochine.

Enfin, Marie Bossaert (ÉFR, CETOBAC) conclut ce premier panel avec sa communication « Les Archives à la mer ! La réorganisation de l’ « Archivio turco » de Tripoli par les autorités coloniales italiennes (1911-1913) ». La conservation des papiers et documents n’allant pas de soi et les archives conservées se caractérisant par leur éparpillement, dans la foulée de la conquête, les militaires italiens commencent à jeter à la mer les archives ottomanes. Ce n’est qu’une fois la destruction arrêtée par suite des protestations de militaires orientalistes que les archives sont finalement stockées et classées et une institution mise en place pour les gérer : le bureau des traductions, rattaché à un bureau militaire. La question de la continuité archivistique entre les périodes coloniales ottomanes et italiennes se pose ici dans une situation singulière. La gestion des archives mobilise des acteurs italiens et ottomans, généralement enracinés localement à Tripoli ou dans sa région. Cela leur permet de naviguer plus facilement entre les deux systèmes.

Table ronde 1 – Conservation et accessibilité des archives coloniales : quels enjeux institutionnels ?

Modérée par Quentin Gasteuil (ENS Paris Saclay, ISP et Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université) et Julie Marquet (CIEAS, EHESS et CHAC, Paris 1), la première table ronde avait pour objectif de prolonger les réflexions sur les spécificités éventuelles des archives coloniales, au prisme des logiques institutionnelles et politiques dans lesquelles elles sont prises, à travers l’expérience de Margo Stemmelin (Paris 8, IDHED) et Éric Lechevallier (CADN). Margo Stemmelin présente d’abord le travail qu’elle mène, avec d’autres chercheuses et chercheurs, sur le fonds privé René Basset, savant qui a développé un réseau d’orientalistes en Afrique du Nord et à l’international. Son imposante correspondance – jusqu’à 200 lettres reçues par mois – est conservée à l’EHESS. Elle mêle courriers professionnels et personnels et est profondément liée à l’histoire familiale des Basset, véritable dynastie d’orientalistes. Éric Lechevallier est, quant à lui, archiviste et travaille sur la période postérieure aux décolonisations, notamment en Algérie. Il souligne la dispersion des fonds qui conduit à une question nécessaire : à qui servent les documents ? S’ensuivent des interrogations sur le passage des documents aux fonds et sur la constitution de ces derniers. Éric Lechevallier souligne l’idéal d’obtenir les archives telles qu’elles ont été produites et organisées mais insiste sur la nécessité de conserver une trace des évolutions qui ont touché les fonds et les documents qui les composent. Margo Stemmelin précise, en outre, que René Basset avait classé ses courriers et documents, chronologiquement et typologiquement, afin de pouvoir les utiliser facilement et avec la conscience et la volonté de les constituer en archives.

Cette première table ronde se clôt sur des réflexions sur le caractère « colonial » de l’archive et sur la cohérence de cette catégorisation. Éric Lechevallier indique notamment que dans un souci de classement, les archivistes utilisent cette caractérisation lorsque le producteur de fond est un acteur, personnel ou institutionnel, de la colonisation et précise que ce critère, simple en apparence, pose de nombreuses difficultés dans la pratique. Mais quid de cette catégorie dans une acception historienne ? Une archive ne peut se réduire à sa seule dimension coloniale et dépend alors, comme toute archive, des utilisations faites et des questions posées par l’historien ou l’historienne qui la manipule.

 

À suivre…

(Dé)construire les « archives coloniales » : enjeux, pratiques et débats contemporains

[Télécharger le programme et l’affiche en cliquant ici.]

 

Les « archives coloniales » : un sujet d’actualité

Qu’il s’agisse de la restitution d’archives aux pays anciennement colonisés ou de la déclassification de certains fonds jusqu’ici non-consultables, ces vingt dernières années ont été marquées par des controverses vives dont les « archives coloniales » ont été le centre. L’expression « archives coloniales » a désormais fait son entrée dans le débat public, corollaire de la prolifération du terme « colonial ». Ces dernières semaines, les médias se sont ainsi emparés d’une polémique scientifique, autour de la publication de Sexe, Race, et Colonies, reproduisant et diffusant des archives coloniales bien particulières : celles issues de la domination sexuelle en situation coloniale. Certain-e-s chercheurs-euses ou/et militant-e-s ont avancé que cette démarche, insuffisamment appuyée sur un appareil critique spécifique, tendait au voyeurisme et, ce faisant, reproduisait en partie le geste colonial.

La parution de ce livre prend place dans un contexte marqué par l’actualité d’une réflexion épistémologique sur les archives coloniales. Il y a près de dix ans, Ann Laura Soler publiait Along the Archival Grain (qui attend toujours sa traduction) au retentissement encore important de nos jours. Dans cet essai, l’anthropologue s’oppose à l’approche, devenue dominante, de prendre « à contre-pied » des archives coloniales, ou de les contourner par « l’invention » d’autres sources (entendues comme « non-coloniales »), à la recherche des voix des colonisé-e-s. L’auteure propose en effet de plonger frontalement dans les archives coloniales et, au moyen d’un appareil critique ajusté, de les prendre au sérieux dans ce qu’elles nous apprennent sur leur contexte de production, les catégories sociales et administratives mais aussi les affects qui les traversent, ainsi que la manière dont les institutions archivistiques coloniales se construisent et se structurent au sein des sociétés coloniales.

Axes de réflexion

À l’image du passé colonial qu’elles interrogent, les archives coloniales sont des matériaux historiques qui font constamment l’objet de controverses. Cette journée a donc pour objectif d’alimenter une réflexion, à la fois épistémologique, théorique et pratique sur les usages des archives coloniales. Elle aura lieu au cœur d’une institution centrale pour les recherches portant sur le passé colonial français et le passé de nombreux autres pays ; elle permettra également de faire dialoguer les approches archivistes et historiennes.

Qu’est-ce qu’une « archive coloniale » ?

Cette dénomination cache, en effet, une multiplicité de documents souvent (mais pas exclusivement) écrits. Qui les produit ? Si les archives sont constituées par les autorités coloniales elles-mêmes, les matériaux qu’elles regroupent peuvent être de simples saisies, originellement produits par d’autres groupes et donc, parfois, par les populations colonisées (courriers, brochures, pamphlets, etc.). Dès lors, comment user des catégories « coloniales » qui les structurent ? Sont-elles toutes marquées par un rapport de domination coloniale comparable ? Quelles méthodes, pratiques, voire précautions les historien-ne-s doivent-ils adopter face, et avec, ces dites « archives coloniales » ?

Comment articuler l’ « archive coloniale » à d’autres archives ?

Si le premier axe vise à identifier les catégories coloniales de même que les précautions à prendre à leur égard, il s’agira, dans un second temps, de souligner l’articulation avec, d’une part, des documentations « non-coloniales » (en interrogeant la pertinence de cette catégorisation). Ainsi, le recueil de témoignages oraux par les historien-ne-s, de même que la recherche des écrits de l’intime sont souvent mobilisé-e-s pour obtenir des alternatives aux récits des archives coloniales. D’autre part, dans le cadre de l’étude des archives coloniales, les fonds abrités aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) peuvent être mis en regard avec ceux d’autres lieux de conservation (archives d’autres puissances coloniales, archives coloniales conservées localement ou fonds « diplomatiques » comportant un nombre important de volumes produits durant la colonisation). C’est notamment ainsi que peuvent s’observer les tensions, divergences ou cohérences entre différentes branches des administrations coloniales. Il s’agira donc ici d’interroger l’articulation de corpus archivistiques distincts, de décloisonner les approches, d’interroger l’unilatéralité des « archives coloniales », de saisir le « colonial » à travers des archives résultant de divers contextes de productions. L’établissement de tableaux synoptiques de répartition des archives, encore souvent difficile à saisir, voire de premiers « inventaires bilatéraux » pourra être abordée.

Les « archives coloniales » comme lieux d’histoire et de mémoire.

En témoignent les événements scientifiques (congrès de la French Colonial Historical Society), et grand-publics (journées du patrimoine) organisés aux ANOM : l’institution abritant les documents issus de la colonisation française a une place centrale dans la production de discours sur le passé colonial exclusivement. Quelle est l’histoire de ces archives ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans l’histoire de l’institution ? Plus largement, comment ont cheminé les documents aujourd’hui consultables aux ANOM depuis leur production et leur organisation dans les armoires des institutions coloniales ? Quels gestes, quelles intentions et quels hasards ont conduit à la constitution des fonds ? Au-delà du moment de production et de classification des documents, quels usages en ont été faits et en sont faits à l’heure actuelle ? Qui les consulte et pourquoi ? En plus de ces interrogations d’ordre scientifique, quels sont les enjeux politiques et mémoriels entourant une institution rarement évoquée dans le débat public alors même qu’elle abrite des documents sensibles ? Comment mobiliser ces archives dans le cadre de la transmission et de l’enseignement de l’histoire de la colonisation française ?

En plus des panels de discussion, cette journée d’étude prévoit une présentation des ANOM et de certains de ses fonds par les archivistes de l’institution.

 

Télécharger le programme et l’affiche en cliquant ici.