[Groc-Archives nationales] Journée-atelier – “Surveiller les populations colonisées en métropole (XVIIIe-XXe siècle)” – Jeudi 11 mars 2021

Le Groc est heureux d’annoncer une journée-atelier le jeudi 11 mars 2021 qui se tiendra à distance (lien communiqué la veille de l’évènement par les organisateur.rice.s).

Cette journée-atelier est co-organisée par plusieurs membres du Groc (Élise Abassade, Quentin Gasteuil, Martino Sacchi, Margo Stemmelin) et les Archives nationales. Elle est intitulée : “Surveiller les populations colonisées en métropole (XVIIIe-XXe siècle)”.

L’histoire de la colonisation connaît, depuis plusieurs années, un renouvellement scientifique important. Sources, terrains et problématiques ont été élargis, permettant entre autres d’investir à nouveaux frais la notion de « situation coloniale » proposée par Georges Balandier. À cette fin, les perspectives d’histoire sociale ont été particulièrement sollicitées. Si les recherches récentes ont privilégié le terrain colonial, l’angle métropolitain connaît lui aussi, à la suite d’une tendance perceptible outre-manche, un nouvel éclairage, enrichi notamment des apports d’autres champs d’étude. De plus, l’histoire des polices se déploie depuis les années 1990 dans le sens d’une analyse de la fabrique des institutions, des modes de gouvernance qu’elles produisent et des pratiques policières. Le croisement entre cette historiographie et celle du fait impérial a pris pour cadre non seulement le terrain colonial, mais également l’espace métropolitain, le second empire colonial français comme les périodes qui lui sont antérieures.

Face à la très importante masse de documents produite par les institutions chargées de la surveillance des colonisé(e)s en métropole, de nouvelles pistes restent à investir. Cette documentation présente un intérêt tant dans sa dimension matérielle que comme support d’une manière de rendre compte du réel qui, parfois spécifiquement politique et sociale, genrée, raciale, résulte souvent de l’articulation entre ces aspects. Dans le cas présent, il s’agit d’envisager l’archive comme point de départ pour appréhender la surveillance des ressortissants de l’empire présents en métropole, en la considérant non pas uniquement comme une trace, mais également comme un instrument véritable du contrôle. Les enjeux ressortissants de ces deux aspects sont au cœur des problématiques que la journée, articulée autour des documents eux- mêmes, entend soulever.

Afin de participer à cette journée-atelier, l’inscription est préalable, gratuite mais obligatoire jusqu’au 9 mars 2021 à l’adresse : journeegrocan2020@gmail.com

Une reproduction et une transcription des documents analysés dans les interventions de l’après-midi seront mises à disposition des participants en amont de la journée-atelier.

Le programme de la journée-atelier est ici :


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.