Qui est le Groc ? (12)

Voici donc la 12ème édition des portraits de membres du Groc.

Chloé Rosner et Nessim Znaein présentent ici, un peu, leur parcours et leurs recherches.

D’autres portraits devraient suivre, plus ou moins prochainement (le réservoir de volontaires se tarit).

Mais pendant ce temps, d’autres membres du Groc (ou parfois les mêmes déjà ici présenté.e.s) réfléchissent à d’autres projets, le genre qu’on lit et/ou écoute.

Juste un hibiscus, car… voilà (DL, 2019.11)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Rosner Chloé

Twitter :

Website :

Courrielrosner.chloe@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence & Master d’histoire à Paris-IV, Doctorat d’histoire à Sciences Po Paris. Je suis actuellement ATER à l’Université Lille-3.

Université et unité de recherche de rattachement : Centre de recherche français à Jérusalem & Centre d’histoire de Sciences Po

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire de la Palestine et d’Israël, histoire du sionisme, histoire de l’archéologie, histoire des identités et de la mémoire

Titre de ta recherche doctorale : « Creuser la terre-patrie pour fabriquer la nation. Histoire d’une aventure scientifique : de l’archéologie juive à l’archéologie israélienne (XIXe siècle-1967) »

Année du début de ta recherche doctorale : Septembre 2014

Date de soutenance de la thèse : Janvier 2020

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Dans une perspective transversale, les études sur le fait colonial et postcoloniales ont été utiles pour aborder l’archéologie pratiquée dans le cadre du sionisme et en Palestine et Israël de façon générale. En effet, elles se sont avérées particulièrement pertinentes pour interroger l’administration ottomane et britannique des antiquités. Je me suis par exemple appuyée sur des recherches effectuées sur l’archéologie française en situation coloniale (Algérie notamment) ou des pays voisins de mon terrain d’étude (Égypte, Syrie, Liban, Irak).

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Le rôle et l’instrumentalisation de l’archéologie dans la création d’une culture, identité et mémoires nationales juives puis israéliennes, après 1948, ainsi que dans l’appréhension et le façonnement du territoire palestinien en une terre-patrie figurent parmi mes questionnements principaux. J’ai également été amené à étudier la formation d’une scène savante à Jérusalem et la circulation des archéologues et de leurs savoirs.

Les enjeux socio-politiques de l’archéologie en Israël/Palestine sont étudiés depuis les années 1970 par des chercheurs anglo-saxons et israéliens et continuent d’être abordés dans la presse locale israélienne ou internationale. C’est à la suite de ce constat que j’ai souhaité interroger ces « rôles » et ces « enjeux » sur le temps long. De façon concomitante, je souhaitais me focaliser sur la manière dont ils s’étaient construits, par qui, dans quelles institutions, à partir de quand, et enfin sous quelles formes et par quels moyens la société était-elle sensibilisée à la discipline, aux antiquités et sites archéologiques.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Ma thèse est le prolongement de mon master dans lequel j’ai tracé le parcours d’un archéologue israélien, Ehud Netzer, mort tragiquement à l’Hérodion, un site archéologique qu’il avait fouillé pendant 30 ans, en 2010. Dans le cadre de ce mémoire, je me suis principalement appuyée sur des témoignages oraux de ses proches et collègues et sur des observations de terrains (sites archéologiques, expositions, musées). Ce travail a été une première entrée dans l’« l’histoire de l’archéologie » et ses acteurs. A l’inverse de mon master, ma thèse s’appuie sur un « important » corpus documentaire. De ce point de vue, mes recherches ont évolué et se sont grandement enrichies. J’ai véritablement pris le goût de l’archive.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je pense que mon travail doctoral a surtout été inspiré par ma rencontre avec le terrain israélo-palestinien. Mais si je devais citer un livre qui m’a particulièrement inspiré ce serait celui de Meron Benvenisti, Sacred Landscape: A buried history of the Holy Land since 1948 – récemment décédé, cet ancien maire adjoint de Jérusalem et fils de géographe, décrit le rapport ambivalent de la société israélienne avec son territoire et son passé – à travers sa propre expérience.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Dans le prolongement de mes « centres d’intérêts » – je pourrais conseiller aux enseignants de s’appuyer sur les poèmes de Mahmud Darwish et/ou sur les compilations d’articles des journalistes israéliens Gidéon Lévy ou d’Amira Hass traduits et publiés par La Fabrique sur la situation dans les territoires palestiniens (Cisjordanie / Bande de Gaza).

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je n’ai jusqu’à cette année jamais eu l’occasion d’enseigner le fait colonial. J’ai essayé d’initier des étudiants en LLCE à ces notions dans le cadre de cours sur l’histoire du Proche-Orient et d’Israël contemporains.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

De façon générale, je trouve que les documentaires et podcasts (notamment dans le contexte actuel) s’avèrent très pertinents pour les étudiants qui doivent suivre des cours à distance. C’est un moyen vivant de les introduire à différentes thématiques et à leur rythme.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Des archives de toutes sortes. Je trouve qu’elles sont un support très intéressant pour apprendre aux étudiants à développer leur esprit critique, à mesurer l’importance de l’analyse et de la mise en contexte.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à l’un de ses membres fondateurs, Thierry Guillopé, qui m’a encouragé à discuter avec des doctorants travaillant sur des thématiques différentes des miennes.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Une veille stimulante sur l’actualité scientifique, de l’échange, non seulement de savoirs, mais aussi sur les conditions de travail des étudiants/doctorants/jeunes chercheurs – qui sont particulièrement difficiles actuellement et nécessitent une solidarité affirmée.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

J’aimerais poursuivre un travail approfondi sur les archives de l’archéologie de la Palestine/Israël à une grande échelle. Car si ces archives sont d’une grande richesse pour connaître le développement de l’archéologie, elles témoignent de la diversité (géographique, linguistique, confessionnelle) de la scène savante concentrée à Jérusalem mais aussi des différentes politiques concernant le territoire et son patrimoine matériel. En effet, les archives sont une porte d’entrée pour comprendre la manière dont un espace et son passé tour à tour sous domination impériale, coloniale (mandataire) et nationale a été appréhendée, façonnée et appropriée. Elles méritent enfin d’être interrogées à la lumière des récents travaux sur les archives coloniales.

La salle des archives diplomatiques de Nantes, qui après 13 ans de fréquentation, des périodes de vie différentes, parfois euphoriques, parfois moins, est devenue un de mes lieux de souvenirs, comme peuvent l’être une maison de grand-parent ou un endroit souvent fréquenté pendant des vacances d’été (NZ, n.d.)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : ZNAIEN Nessim

Twitter : https://twitter.com/ZnaienN

Website :

Courriel : nessimznaien@yahoo.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Thèse à l’Université Paris 1, boursier deux ans à l’UMIFRE de Tunis l’IRMC (CNRS-MAE), ATER durant quatre ans à l’Université d’Aix-Marseille

Université et unité de recherche de rattachement : Aix-Marseille Université, laboratoire TELEMMe

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Culture matérielle, culture alimentaire (pain, boissons alcoolisées)

Titre de ta recherche doctorale : Les raisins de la domination. Histoire sociale de l’alcool dans la Tunisie du Protectorat (1881-1956)

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 2017

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Difficile de répondre à cette question sans recréer artificiellement un cheminement. Il y a bien sûr une part d’histoire familiale (la famille du côté de mon père est originaire de Tunisie). Peut-être aussi le programme de khâgne avait jouer (« L’Afrique, XIXe-XXe » je crois). Peut-être aussi que je suis devenu jeune adulte au milieu des années 2000, où il y avait une vraie actualité autour des questions coloniales, marquée notamment par les révélations sur la torture en Algérie.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Ma recherche doctorale portait sur les boissons alcoolisées dans la Tunisie coloniale. J’ai voulu savoir s’il y avait une « alcoolisation de la société tunisienne », c’est-à-dire si on consommait plus d’alcool et si le sujet apparaissait davantage dans la société. J’ai essayé de mettre en évidence qu’il y avait une progressive augmentation de la consommation des boissons alcoolisées, en partie dues à la plantation de vignes à partir des années 1890. Cette nouvelle consommation finit par poser problème aux administrateurs français et aux élites musulmanes autour de la Première Guerre mondiale et jusqu’aux années 1930, avant qu’une forme de banalisation de cette consommation ne s’opère pour les 20 dernières années du Protectorat.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Oui et non, ce qui est plutôt rassurant. Je me rappelle m’être posé la question un peu naïve en début de master si « la colonisation change la vie quotidienne des gens ». D’une certaine façon, je me pose toujours cette question. Entre le M1 et le M2, j’ai découvert l’intérêt de la culture matérielle comme entrée pas si investie dans les sociétés coloniales. Et puis de manière assez classique, j’ai dû considérablement réduire mes ambitions depuis le M2, me rendant compte que ce que je pensais être possible à l’échelle d’une thèse, était en fait plutôt de l’envergure d’une carrière. Et puis je me suis dit qu’il était intéressant de faire des comparaisons avec des terrains du nord de la Méditerranée (Marseille, Naples), pour interroger justement les frontières du colonial. Mais malgré tout depuis une dizaine d’années, je reste dans une logique de contrôle des ressources alimentaires en contexte colonial, comme forme de comprendre l’investissement du politique dans la vie quotidienne.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Là aussi c’est compliqué à dire. Fernand Braudel nécessairement pour la culture matérielle m’a beaucoup marqué. Didier Nourrisson dans ce qu’il écrivait sur l’alcool aussi. Bizarrement je ne pense pas immédiatement à un auteur des colonial studies. Peut-être Mary-Louise Pratt, pour son concept de Contact zones.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Sans hésitation « Une histoire birmane » de Georges Orwell. J’avais 23 ans, j’ai refermé le livre en me disant « ça y est, j’ai tout compris à la colonisation ». Sinon, j’ai vu sur le tard évidemment « Pépé le moko » et « La bataille d’Alger » sont deux excellents films

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

C’est une question complexe. Je l’ai enseigné au collège, au lycée et à la fac. Il y a peut être le fait qu’il s’agit tout de même de choses que les élèves connaissent dans les grandes lignes. On n’est pas en train de leur enseigner l’histoire de l’Indonésie au Moyen Âge. Le travail est plutôt de montrer la complexité de phénomènes qui peuvent apparaître simples ou lisibles au premier coup d’œil. Il y a aussi le risque pour les élèves ou étudiants d’adopter le point de vue colonialiste des sources ou d’une certaine bibliographie. Ce risque est présent pour toutes les questions que l’on enseigne mais peut être est il plus difficile pour certains élèves de percevoir les biais très politiques de certains débats.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Les supports visuels et audiovisuels sont assez évidents lorsqu’il s’agit du fait colonial. J’ai bien aimé de mon côté utiliser des plans de ville, qui disent des choses du projet colonial.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

L’avantage du GROC est tout de même d’être un espace de dialogue entre des personnes de plusieurs aires géographiques et de plusieurs terrains. Le GROC est plutôt un espace de jeunes chercheurs, donc une manière de voir ce qui se fait actuellement dans la jeune recherche. Je suppose, avec beaucoup d’humilité, que le GROC peut essayer de proposer des exemples de recherche en cours, mais aussi de nouveaux sujets.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

C’est Élise Abassade qui travaille aussi sur la Tunisie qui m’a contacté. Mais au fond je connaissais tout de même pas mal de monde. C’est rassurant de voir une nouvelle génération de recherche travailler de manière aussi passionnée et concernée politiquement.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Parler avec d’autres gens en premier lieu. La pratique de la recherche peut être un peu isolante, et avant toute chose, tout projet de recherche ou tout projet de positionnement, je suis content de parler avec des gens sympathiques. Et comprendre la façon dont les gens vivent, en tant que personne et en tant que chercheur dans ce milieu.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Évidemment quelque chose autour de la culture alimentaire et matérielle en contexte colonial. J’avais eu un projet financé par une fondation privée, la Fondation pour la Recherche en Alcoologie, pour travailler sur l’alcool dans l’empire français. Le projet a pris fin trop tôt, je serais ravi de pouvoir continuer. Mais sinon un projet de recherche sur le pain et le prix du pain dans un contexte méditerranéen, colonial et non colonial me ravirait.


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.