Qui est le Groc ? (11)

Ces portraits sont, dernièrement, toujours en retard. Ces retards sont probablement dus au mauvais temps et non aux multiples tâches à accomplir et à la démotivation (cf. le mauvais temps et non pas certains débats dans la société française).

Pour la 11ème édition des portraits de membres du Groc, ce sont Vincent Bollenot et Éléonore Chantal-Bernard qui ont bien accepté de se présenter.

Afin de rattraper le retard accumulé, les portraits de Chloé Rosner et Nessim Znaein les suivent de très près.

Il faut savoir choisir le bon outil (conceptuel) pour la bonne situation (DL, 2016.07)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Bollenot Vincent

Twitter : https://twitter.com/vincentbollenot

Website : https://sirice.eu/doctorant/vincent-bollenot

CourrielVincent.Bollenot@etu.univ-paris1.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur :

2010 – 2013 : Licence d’histoire à l’Université Lyon 3

2013 – 2015 : Master recherche à l’ENS de Lyon

2015 – 2016 : Préparation des concours de l’enseignement

2016 – 2019 : Contrat doctoral à l’Université Paris 1

Université et unité de recherche de rattachement : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, SIRICE, CHAC. Et le GROC surtout.

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Très variées. Au-delà des questions d’impérialisme, de militantisme et de renseignement politique sur lesquelles porte ma thèse, je m’intéresse aux questions d’antiracisme, au communisme pendant l’entre-deux-guerres, aux nationalismes, à l’histoire des religions, à l’histoire des mouvements ouvriers.

Titre de ta recherche doctorale : Le service de contrôle et d’assistance en France des indigènes des colonies. Maintenir l’ordre colonial en métropole (1923 1941).

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : Probablement en 2022.

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’ai travaillé sur ces sujets dès mon M1 qui portait sur le rapport Savineau, un rapport d’enquêtes sociales en AOF sous le gouvernement de Front populaire. Je crois que je voulais travailler sur le féminisme, à la base, et c’est plutôt par cet angle et par l’étude de cette source en particulier que j’en suis venu à m’intéresser à la question coloniale. Ce qui m’a tout de suite passionné, c’est le fonctionnement de la domination administrative, les rouages de l’administration et son importance politique. Ceci m’a tellement intéressé que j’ai rempilé en M2 en travaillant sur l’opposition à l’exposition coloniale de 1931, en ayant à cœur d’étudier la place de la métropole dans le fonctionnement impérial.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Pour réaliser ce M2, j’utilisais des sources du renseignement politique. J’ai voulu en thèse prolonger mon travail sur le militantisme anti-impérialiste en France pendant l’entre-deux-guerres, toujours en mobilisant ces sources dont je connaissais une petite partie. J’ai entrepris d’en faire la critique externe, et me suis vite rendu compte que c’était ceci – la déconstruction de ce renseignement politique impérial en métropole entre les deux guerres – qui m’attirait, et n’était pas suffisamment balisé par l’historiographie existante. Depuis, je cherche à connaitre le fonctionnement de cette surveillance impériale en métropole. Ceci soulève à nouveau la question de la place de la métropole dans la construction impériale, celle de la construction de l’action de l’État impérial et de sa bureaucratie en somme.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

J’y ai déjà un peu répondu : les questionnements se sont reformulés mais certaines problématiques de fond demeurent. La construction et la place de la bureaucratie impériale, celle de la métropole, la question de l’anti-impérialisme, sont des questions qui m’occupent depuis le M1 ou le M2.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Plusieurs, à différents moments de la recherche, mais je ne saurais pas en citer véritablement plus fondamental que d’autres.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

J’ai beaucoup aimé la trilogie polar de Maurice Attia qui se déroule sur fond de guerre d’Algérie à Alger dans le premier tome (Alger la noire), de Marseille post-indépendance algérienne dans le deuxième (Pointe rouge), de Paris révolutionnaire dans le dernier (Paris blues).

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Non, je n’ai pas eu cette chance, mais j’enseigne toutefois en collège où cette question est abordée. La spécificité de cet enseignement est celle de la pesanteur de débats mémoriels et politiques l’entourant, même si ce n’est pas le seul sujet suscitant de telles pesanteurs, et même si dans une certaines mesures ces pesanteurs peuvent aussi être dans une certaine mesure bénéfique à la recherche et l’enseignement. C’est aussi à coups de polémiques que cet enseignement a pu progresser. Tout ceci implique néanmoins une rigueur extrême, ainsi qu’un tact et une sensibilité à cette actualité politique.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Je n’y ai pas spécifiquement pensé.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

En dehors des activités d’enseignement de ses membres, nous sommes ouvert-e-s aux discussions de celles et ceux qui solliciteraient notre avis sur cet enseignement : par des discussions, nous pouvons témoigner ou modestement conseiller. Bon, bien sûr si nous envions le temps et l’argent, on pourrait même faire de ces discussions un bouquin sans doute…

9. Comment as-tu connu le GROC ?

On en a eu l’idée il y a quelques années, en 2017 si je me souviens bien, avec Élise et Hugo à la sortie d’un séminaire d’Emmanuelle Sibeud. Deux ou trois cafés plus tard, nous montions ce petit groupe qui a depuis bien grandit !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

De la camaraderie, des discussions enflammées mais bienveillantes, de la bonne humeur, de la franchise. Plein de conseils de réflexions, de lectures, des critiques. Un espace où la parole est libérée.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Présentement, j’aimerais beaucoup que les conditions idéales soient réunies pour terminer ma rédaction de thèse… De manière générale, cette question m’embarrasse car elle pose à l’échelle individuelle la question de la structuration de la recherche et des conditions des jeunes chercheurs et chercheuses en France. Je souhaiterais surtout que l’université se préoccupe un tant soit peu de sa jeunesse et cesse de considérer la précarité comme normale. Quel avenir réserve-t-on à la recherche si les futurs titulaires ont été biberonné-e-s à la compétition permanente, à la pénurie structurelle et à la précarité ambiante ?

La rue des archives de l’État du Bengale occidental à Kolkata (ECB, n.d.)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Chanlat-Bernard Eléonore

Twitter : 

Website :

Courriel :  eleonore.chanlat-bernard@laposte.net

Parcours dans l’enseignement supérieur : Classes préparatoires littéraires; École Normale Supérieure (Ulm); Université Paris-Sorbonne (licence et master en histoire); Agrégation d’histoire; EHESS (doctorat)

Université et unité de recherche de rattachement : EHESS, Centre de recherches historiques et doctorante associée au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud (EHESS)

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire sociale des bureaucraties impériale et coloniale, histoire du travail et des savoirs administratifs, histoire des politiques sociales et de l’assistance, histoire de l’empire britannique, histoire de l’Inde coloniale, histoire des crises (sociale, environnementale, sanitaire) en situation impériale et coloniale, économie morale et politique de la faim.

Titre de ta recherche doctorale : Administrer la famine au Bengale sous domination coloniale (années 1860- années1900)

Année du début de ta recherche doctorale : 2016

Date de soutenance de la thèse : 2022 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’ai travaillé en master sur une histoire croisée des administrations impériales française et britannique au XVIIIe siècle. J’ai étudié la circulation des rumeurs et des fausses nouvelles sur le Mysore de Haider Ali puis de Tipou Sultan dans les canaux impériaux français et britannique de l’information politique au XVIIIe siècle. J’ai suivi notamment l’approche de Christopher Bayly dans son livre Empire and information, en étudiant les empires comme des machines à produire, sécréter, canaliser et digérer l’information et la désinformation mais aussi à l’oublier et à l’occulter (ce dont témoigne la constitution même des archives des empires coloniaux).

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je travaille sur l’administration de la famine au Bengale dans la seconde moitié du XIXe siècle. Je m’intéresse à une histoire sociale des institutions coloniales face à la récurrence des famines, et à ce que celles-ci révèlent du fonctionnement ordinaire de l’État colonial. J’étudie notamment les conflits entre groupes sociaux concernant la définition et l’application de politiques économiques en période de famine, comme les résistances et les capacités d’appropriation des populations.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mes intérêts de recherche ont évolué de multiples manières : de périodisation d’abord, au profit du XIXe siècle ; et j’ai déplacé mon intérêt sur les dynamiques socio-économiques, en étudiant leur caractère administré en situation coloniale par le biais des subsistances.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Oui, plusieurs ouvrages : celui d’Amartya Sen et Jean Drèze sur l’économie politique de la faim ; le livre de Steven Kaplan sur le complot de famine au XVIIIe siècle et l’article de E. P. Thompson sur l’économie morale de la foule ; les travaux de David Arnold, de Ravi Ahuja et de Roland Lardinois sur les famines en Inde coloniale (et beaucoup d’autres).

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

India Song de Marguerite Duras.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné une journée d’historiographie et méthodologie sur le fait colonial dans le cadre du séminaire de tronc commun de master de l’université de Rouen. Je mettais l’accent sur les spécificités (ou pas) des archives coloniales, dans la lignée des questionnements récents autour du livre d’Ann Laura Stoler.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Le cinéma (fiction et documentaire).

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le GROC est déjà très utile…

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par son carnet Hypothèses…

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

D’être une caisse de résonance de la multiplicité des intérêts scientifiques des jeunes chercheur.e.s en études coloniales et postcoloniales, de leurs interrogations et de leurs débats. Et aussi la pluralité des modes d’investissement possibles : pouvoir monter un projet avec un autre chercheur/une autre chercheuse du GROC ou simplement découvrir/faire découvrir une référence qu’on ne connaissait pas.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Un atelier d’écriture collective, qui explore dans le domaine impérial et colonial les tensions et les rapprochements possibles entre la fiction et l’analyse historique des sources.


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.