Compte-rendu de la première séance – juin 2017 “Que faire ?”

L’objet de ce rendez-vous était surtout de définir nos attentes et la forme que le groupe de travail pourrait prendre. Nous avons d’abord passé en revu les thèmes que l’expression “ordre colonial” nous évoquent.

La discussion a ensuite porté sur les façons dont nous pourrions nous réunir. Nous avons opté pour une forme hybride :

1) Des séances en groupe restreint qui se retrouverait à raison d’une fois par mois à peu près. Les thématiques discutées seront choisies en amont et les échanges se feront sur la base d’une présentation d’une ou deux personnes, ou de réflexions à mettre en commun à partir d’archives / d’articles etc. Ces séances pourront aussi prendre la forme d’un travail collectif (écriture, analyse d’un texte, bilan historiographique, fiche de lecture, etc.). Ces séances pourront également être l’occasion d’entendre quelqu’un-e nous parler d’un futur papier, ou d’un chapitre de thèse. Elles prendraient, alors, plutôt la forme d’ateliers.

2) Des séances ouvertes, à raison de quatre ou cinq fois par an, qui ressembleraient plutôt à des séminaires expérimentaux (c’est-à-dire peu formels), ou des journées d’études. Nous pensions notamment y inviter des chercheur-se-s confirmé-e-s pour discuter ensemble de problématiques communes.

Nous avons ensuite interrogé l’intérêt et la portée de l’expression “ordre colonial”. Nous hésitions avec une proposition plus simple en apparence, celle du “colonial”. Nous avons décidé de garder la première idée, qui nous semble plus problématisée, en lui conférant une définition assez large. Il s’agira donc de travailler ce qui fonde l’ordre colonial et les façons dont il s’exprime. Quelques axes ont émergé :
– le maintien de cet ordre, de l’appareil d’Etat colonial (“Etat colonial” étant déjà à questionner)
– Etat / Empire (de quoi parle-t-on ?)
– les modes de hiérarchisation, les représentations…
– les mouvements sociaux, etc.
– la pertinence de concepts comme l’agency, etc. Qu’est-ce qui fait résistance ?

Nous mettrons en question ce que sont “l’agencement colonial”, “l’ordonnancement colonial”, “la mise en ordre coloniale des choses” (cf. Ann Stoler). Nous avons opté pour une mise en question des travaux déjà existants (tels ceux de E. Blanchard). Nous avons décidé de travailler à propos des “ordres coloniaux” : le pluriel nous a semblé plus pertinent, plus souple. Nous tenons tous-tes à ce que ces séances de travail soient l’occasion de mettre en questionnement nos perspectives méthodologiques : faisons-nous de l’histoire sociale (et comment ?) ? Quel est l’intérêt de parler d’Empire colonial ? Nos rendez-vous seront ainsi l’occasion de faire le point, de mettre en perspective et en question nos outils et les grands axes de la recherche actuelle.

Nous avons opté pour l’époque contemporaine (depuis 1789), et pour une définition large de l’Empire et du colonial (par exemple, des travaux sur l’Empire ottoman sont les bienvenus). Nous tenons à ce que notre démarche soit souple et évolutive.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.