Qui est le Groc ? (10)

Après une longue pause, voici le retour des portraits du Groc (bis).

C’est Mylène Mauricrace et Quentin Gasteuil qui ont bien voulu participer à cet exercice des portraits et à (un peu) vous expliquer qui iels sont.

L’auteur de ces mots ne trouvent rien à dire d’intéressant ou amusant sur la nouvelle année qui s’annonce. Les soutenances de thèse ne cessent pas (bravo notamment à Aliénor Cadiot qui a aussi fait l’objet d’un portrait), le travail se poursuit malgré les complications, mais le moral n’est pas toujours là.

Dans deux semaines, nos collègues Vincent Bollenot et Eléonore Chantal-Bernard seront à l’honneur.

« Sur mes pauses, je m’essaye parfois à des expériences botaniques … » (MM, Décembre 2020)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : MAURICRACE Mylène

Twitter :

Website : https://esclavages.cnrs.fr/

Courrielmylene.mauricrace@ehess.fr

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence et Master d’Histoire à Paris IV, puis préparation d’un doctorat à l’EHESS

Université et unité de recherche de rattachement : EHESS (Mondes Américains, CERMA / CIRESC)

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Principalement le phénomène migratoire des populations caribéennes et les résurgences que cela implique (histoire coloniale, le post-esclavage…). Mais, également l’étude du phénomène migratoire féminin.

Titre de ta recherche doctorale : « Les étudiantes antillo-guyanaises au XXe siècle : savoir, politique, genre et circulation »

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : Bonne question … pour bientôt ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Chose étrange, c’est par le biais de la musique, notamment du reggae puis la culture rasta (car le reggae n’est pas égal à rasta et vice versa). J’étais intéressée par ces deux entités qui avaient parfois en commun (selon les artistes) un discours anticolonialiste. C’est donc par ce biais que j’ai été amené à me poser de nombreuses questions (et en essayant de traduire les paroles) sur l’histoire coloniale de la Jamaïque puis, post-coloniale.

Ça c’est pour l’introduction vers la recherche académique. Mais, les prémices sont sans doute dans mes lectures au lycée des ouvrages d’Aimé Césaire sur le fait colonial antillais.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Dans ma recherche, j’étudie principalement le phénomène migratoire des femmes antillo-guyanaises. Il s’agit pour moi d’analyser comment l’espace antillo-guyanais qui se meut au XXe siècle entre plusieurs états/phases (le post esclavagisme, le colonial et le post-colonial) influe sur les déplacements de ses populations.

Je m’intéresse plus particulièrement à la catégorie des étudiantes. Certaines d’entre elles se politisent ou sont politisées quand elles arrivent dans la « métropole » (terme que j’utilise pour avant la départementalisation de 1946) et « l’Hexagone » (terme pour après 1946). L’analyse est d’autant plus intéressante car elle coïncide avec des grandes périodes de troubles sociaux et politiques questionnant la situation post-coloniale des Antilles-Guyane. Ce qui entraine alors des démarches de surveillance de la part de l’État français.

Mon principal questionnement réside ainsi dans la compréhension de ce que cette circulation d’une catégorie de femmes et cette surveillance disent du rapport entre les deux espaces.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

En master, je m’intéressais davantage à la Jamaïque et l’aspect contestation de l’esclavage qui existait par le biais des marrons. J’étais intéressée par le fait que des esclaves marrons non seulement fuient les plantations, s’installent dans les mornes mais aussi, établissent une communauté avec des stratégies militaires et politiques obligeant l’ordre colonial à faire avec eux (non sans concessions…).

Mes intérêts ont commencé à évoluer en deuxième année de Master sur le questionnement du lien que pouvait avoir une ancienne colonie avec le pays qui l’a colonisé. Dans cette continuité, le lien entre le Royaume Uni et la Jamaïque n’a cessé d’évoluer et davantage en termes politique et juridique (indépendance, intégration au Commonwealth, corpus de lois régulant le flux migratoire des jamaïcains vers l’Angleterre au XXe).

C’est ce lien qui a, ensuite, retenu toute mon attention en l’analysant sous le prisme des mouvements migratoires et étudier ce que cela disait du lien entre ces espaces en restant sue l’espace géographique de la Caraïbe.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Je dirais Nancy L. Green avec son ouvrage Repenser les migrations, qui accompagne beaucoup mes réflexions sur les différentes échelles à accorder aux champs des études migratoires et, encore plus, dans l’approche comparative.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je dirais deux ! Lettres à une Noire de Françoise Ega et Xavier ou le drame d’un émigré antillais par Tony Delsham.

Je dirais même trois finalement : l’ouvrage + film « La Rue Cases-Nègres » de Joseph Zobel (film de Euzhan Palcy avec le grand musicien martiniquais Eugène Mona) qui a pour décor la Martinique des années 1930.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

En enseignant l’Histoire-Géographie dans le secondaire, j’ai pu aborder la question du fait colonial et légèrement du fait post-colonial auprès des élèves de 4e qui l’ont au programme d’Histoire. C’est une démarche intéressante mais qui s’avère complexe car récente. La spécificité est certainement dans le fait de faire comprendre sur différents temps de l’Histoire, la complexité du processus de colonisation puis de décolonisation sans tomber dans des travers et raccourcis…

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

La vidéothèque de l’INA est un bon support car dans le cadre d’un enseignement aux secondaires, cela peut servir de point d’accroche. Mais, il y a bien sûr la question du point de vue de l’image source qui est souvent celui de l’ordre colonial.

Autrement, les récents documentaires d’Arte « Décolonisations » qui renversent le point de vue.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Le GROC a déjà mis en place de belles démarches dans ce sens ! Donc, poursuivre les journées d’études mises en place en parallèle d’autres rencontres permettant ainsi de partager à un public non averti et pas forcément universitaire des données et avancées de nos recherches sur ces questions.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Grâce à la préparation d’un panel avec David Leconte et Adélaïde Marine-Gougeon pour les premières rencontres de l’AFDEC (Association francophone d’études caribéennes) organisées à Bordeaux en 2018 !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

(Même si c’est déjà le cas je le redis !) Des échanges solidaires, des discussions passionnées, un partage sur nos différents sujets de recherche et, pourquoi pas aussi un moyen de réfléchir à la manière de nous décentrer de notre posture/piédestal d’universitaires ? 😊

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Pouvoir travailler sur une comparaison des phénomènes migratoires de plusieurs espaces caribéens (francophone, anglophone, francophone) sur le XXe siècle !

Encouragement à la recherche dans le métro londonien (QG, Mars 2015)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Gasteuil Quentin

Twitter : 

Website :

Courriel :  quentingasteuil@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Licence d’histoire (Université de Cergy-Pontoise) et Master d’histoire contemporaine (Paris 1), agrégation (Paris 1), doctorat en cours

Université et unité de recherche de rattachement : École normale supérieure Paris-Saclay – Institut des sciences sociales du politique / Sorbonne Université – Centre d’histoire du XIXe siècle

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire du socialisme et, plus largement, histoire des gauches ; histoire des empires coloniaux ; histoire des cultures politiques et impériales

Titre de ta recherche doctorale : Socialistes français et travaillistes britanniques face aux questions coloniales durant l’entre-deux-guerres (1919-1939) : une étude comparée

Année du début de ta recherche doctorale : 2014

Date de soutenance de la thèse : 2021, avant ou après l’été

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

C’est une thématique qui a commencé à susciter mon intérêt en Master. Le séminaire principal que je suivais traitait à la fois d’histoire politique et d’histoire coloniale, particulièrement de l’Algérie. J’ai ensuite fait partie de la génération « Les sociétés coloniales » au programme des concours de l’enseignement et j’ai pris du plaisir – autant qu’une année de concours le permettait – à traiter cette question. Une fois décidé à commencer une thèse, j’ai fait le choix de croiser ces problématiques avec mon intérêt antérieur pour l’histoire du mouvement ouvrier.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je cherche à distinguer la manière dont les socialistes français et les travaillistes britanniques en métropole appréhendent, durant l’entre-deux-guerres, la question coloniale. Il s’agit de définir la politique officielle de leurs deux formations, mais également de voir comment celle-ci se construit à la confluence d’influences tant intellectuelles qu’individuelles, pratiques, structurelles et conjoncturelles. A une autre échelle, je m’attache à suivre les spécialistes des questions coloniales au sein de la SFIO et du Labour Party en étudiant leurs parcours personnels, leurs réseaux, les grammaires militantes qu’ils mobilisent, leurs idées particulières. L’objectif de mon travail est de dépasser la seule exégèse des idées professées pour proposer une histoire résolument incarnée : ce sont des individus, dans des contextes particuliers, avec des manières de faire et des contraintes spécifiques, qui s’emparent intellectuellement et pratiquement de ces questions. Plus généralement, mon travail doit permettre d’éclairer le mouvement ouvrier et le fait impérial en métropole chacun à la lumière de l’autre afin d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Tout ça dans une perspective comparative franco-britannique, qui permet de rendre saillantes certaines caractéristiques en mettant en avant points communs et différences.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

J’ai intégré dans mes thématiques de recherche la question coloniale, ce qui n’est pas rien !

En ce qui concerne la cuisine historienne, je suis désormais beaucoup plus sensible aux divers mécanismes qui sous-tendent ce qui est dit et fait au nom de structures telles que les partis, les ministères, les administrations, etc. La fréquentation assidue des archives n’y est sans doute pas étrangère, car elle permet de saisir les chaines de décision, les rapports de force, les rôles de chacune et chacun, le poids des structures et des moments, etc.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Concernant les auteurs, les réflexions de Sylvain Laurens m’ont incité à déconstruire de manière approfondie mon objet et à accorder un réel intérêt à des éléments auxquels je n’aurais pas donné, sans ça, l’importance qu’ils méritent. En termes d’ouvrages, il y en a trois qui ont été importants au début de ma recherche. Ils m’ont familiarisé avec le côté britannique que je maitrisais initialement moins bien et ont encouragé mes réflexions quant aux angles pertinents à aborder : Imperialism and the British Labour Movement de Partha S. Gupta, Imperialism and the British Labour Movement. The Left and the end of Empire, 1918-1964 de Stephen Howe et The British Left and India : Metropolitan Anti-Imperialism, 1885-1947 de Nicholas Owen.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Il y en a beaucoup ! Peut-être Burmese Days de George Orwell, pour ses qualités littéraires et sa pertinence historique, ou Des hommes de Laurent Mauvignier, pour ce qu’il dit des traumatismes de la guerre d’Algérie.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je ne l’ai pas enseigné spécifiquement, et ne l’ai abordé qu’au détour d’enseignements plus généraux donnés au lycée et en licence. Comme d’autres thématiques dont l’historiographie a beaucoup évolué, j’ai le sentiment que le coût d’entrée est peut-être plus élevé pour qui souhaite bien l’enseigner, mais que c’est véritablement un passage obligé.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Comme on ne se refait pas, j’ai le sentiment que les documents qui touchent de près ou de loin à la dimension politique de la relation coloniale sont d’une grande valeur, quelle que soit leur matérialité. Dans la mesure où le politique m’apparait comme étant à la croisée d’influences, de motivations et de procédés d’énonciations multiples – ce n’est bien sûr pas le seul – les documents qui le traitent recèlent à mon sens de grandes potentialités pédagogiques.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

En tant qu’espace de discussion, le GROC permet de mettre en relation des idées, des lectures, des travaux, des expériences. Ce sont autant d’éléments à glaner pour les convertir ensuite dans ses pratiques d’enseignement. Si l’on se tourne vers l’extérieur, l’ambition du GROC de mettre sur pied des événements scientifiques ou de diriger des publications participe de la diffusion de la recherche en train de se faire, avec l’idée toujours présente dans le GROC d’une nécessaire (et prochaine ?) diversification des publics visés.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Je fais partie des happy few qui étaient présents le jour (béni) de sa fondation.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Le GROC a pour moi trois intérêts, et c’est dans ceux-ci que je me retrouve :

– proposer un espace de discussion à de jeunes chercheuses et chercheurs

– susciter l’organisation d’événements scientifiques en proposant des camarades, des ressources (sauf financières), de la motivation et de la confiance

– offrir une soupape de décompression en suscitant des moments de convivialité et des échanges plus personnels

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Je pense que j’aimerais élargir le champ de mon objet de recherche : d’autres métropoles impériales, d’autres forces de gauche, des sources disponibles outre-mer pour écrire une histoire davantage à parts égales, une focale chronologique élargie.


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.