Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (2)

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Vendredi 29 juin 2019

Panel 2 – Production documentaire et construction du pouvoir colonial

La journée du 29 juin est inaugurée par un premier panel présidé par Emmanuelle Sibeud (Paris 8, IDHED). Romain Tiquet (Université de Genève) commence avec une présentation intitulée « Rendre compte pour ne pas avoir à rendre des comptes : le rapport politique colonial comme objet ethnographique ». Il étudie les rapports administratifs produits par des commandants de cercle au Sénégal, à destination du gouvernement général, en s’interrogeant sur les enjeux et relations de pouvoir qui les traversent. Cette focale permet de révéler des mises en scène, à travers les choix des commandants quant à ce qu’ils décident de rapporter ou non dans leurs écrits. La comparaison de ces rapports avec les journaux de poste des commandants de cercle permet de rendre compte de la disparition d’éléments gênants pour l’évolution de carrière des commandants, soumise à l’appréciation de la hiérarchie. L’important turnover des administrateurs n’induit pas de réels changements dans le contenu des rapports : on copie son prédécesseur et les mentions « néant » et « rien ne mérite d’être signaler » demeurent convenues.

Mathieu Marly enchaîne avec sa communication « Archiver l’autre. Maintien de l’ordre et ethnographie militaire dans les montagnes de l’Atlas marocain (1912-1956) » : il analyse les questionnaires, cartes ethnographiques et fiches de tribus produits par des officiers de renseignement qui tendent à participer à la « politique indigène » de la résidence générale. Menées par les militaires, ces enquêtes s’inscrivent dans la continuité de travaux du XIXe siècle à l’initiative d’acteurs civils. La question de la domination des tribus, primordiale, s’appuie sur la recherche d’un contrôle ethnographique. Pour Lyautey, il est indispensable de connaître les populations afin de les soumettre, ce qui aboutit à la mise en place d’une politique de renseignement. En 1915, la création d’un centre de document ethnographique, à vocation universitaire, institutionnalise l’ethnographie au Maroc. L’accent est mis sur le terrain mais conduit surtout à redéfinir les identités locales, en y projetant des préjugés : ainsi, les travaux antérieurs sur la Kabylie conduisent à la fabrication d’une identité berbère, imbibée d’idéologie agrarienne.

Antoine Perrier conclut ce panel avec une étude des archives de l’administration coloniale parmi lesquelles se trouvent des documents des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français. Il s’interroge sur la manière de faire dialoguer les archives « coloniales » et « locales » afin d’écrire une histoire des monarchies protégées. Il faudrait ainsi restituer les décalages et concordances entre ces corpus documentaires et les inscrire dans une histoire plus longue permettant d’interroger l’idée d’une « rupture coloniale ». Il met d’abord l’accent sur la présence d’une documentation proche dans différents types d’archives malgré quelques nuances et des modes de conservation différents. Il revient également sur les spécificités des formes avec la conservation d’un protocole religieux dans les sources, un langage administratif incluant l’éloge des maîtres, une grande place réservée aux sentiments, etc. S’il est difficile de retracer le parcours des documents, des traces coloniales restent présentes.

La discussion est l’occasion de revenir sur la production du savoir ethnographique et la place des administrés, qui ne transparaissait pas dans les communications. En parallèle, les enjeux linguistiques sont mis en avant, à travers les traductions mais également la relation entre écrit et oral.

Panel 3 – Le colonial en filigrane : comment faire parler l’archive ?

Emmanuel Blanchard (Université Versailles Saint Quentin, CESDIP) introduit le dernier panel qui s’ouvre sur la communication d’Antonin Plarier (Paris 1, CHS) et Thierry Guillopé (Paris Est Marne-la-Vallée, ACP), « De l’articulation des archives à la micro-histoire d’une ville-mine d’Algérie (Aïn Mokra, mi-19e– début 20e siècle) ». Après l’analyse d’une pétition rédigée par un parent de « bandit » interné à Aïn Mokra, les deux chercheurs présentent l’importance des activités extractives de ce site dans l’industrialisation de la France. Cette mine concentre un nombre peu habituel de travailleurs pour l’Algérie, comparable aux grands sites miniers de la métropole. Les archives permettant d’appréhender ce territoire sont variées – incluant des photographies – et dispersées : on en trouve aux ANOM, dans les archives départementales et des chambres de commerce, aux archives nationales algériennes ou encore au sein des archives d’entreprises, potentiellement celles d’Areva enfouies à Bure, dans la Meuse. Une partie du personnel d’Aïn Mokra est composée de travailleurs contraints, qu’ils soient des soldats ou des Algériens internés. Si ce travail contraint n’est pas majoritaire, il pèse sur le système d’exploitation. La communication se conclut sur l’emboîtement des catégories, entre situation coloniale et situation industrielle, et sur la nécessité d’une histoire du travail en situation coloniale au prisme de la micro-histoire.

Dominique Taurisson (Université de Montpellier, Dynamiques du Droit) prend la parole afin de présenter sa communication « Les archives coloniales au secours de la diversité génétique des petits ruminants du Maghreb ». L’objectif est de mettre l’accent sur les bienfaits de l’interdisciplinarité puisqu’elle travaille avec une généticienne, collaborant elle-même avec des agronomes. Les archives émanant des autorités coloniales sont à la fois administratives et techniques, en ce qu’elles comprennent de longs rapports rédigés par des spécialistes, vétérinaires et agronomes. Des mesures sont prises, présentées dans le but d’améliorer les activités d’élevage. Cela conduit à l’hypothèse d’une diversité génétique riche ayant disparu au cours de la période coloniale. En effet, les travaux menés jusqu’ici permettent de dégager une grande tendance à l’homogénéisation. Or, les archives ne permettent pas de réellement saisir la réalité et les destinataires des mesures envisagées : l’accent est mis sur les objectifs.

 Amandine Dabat (EHESS, CASE) présente ensuite son analyse de l’histoire coloniale du Laos « dans les archives de la Résidence supérieure ». Elle s’appuie sur une histoire croisée des intellectuels vietnamiens et laotiens qu’elle mène depuis la fin de sa thèse. Après quelques mots sur la situation particulière du Laos au sein de l’Union indochinoise, elle dresse le bilan des archives disponibles à Vientiane. Leur contenu varie énormément et l’historienne le croise avec des recherches généalogiques et des entretiens. Ainsi, elle parvient à retracer les trajectoires de certains fonctionnaires en poste au Laos, comme Marcel Poulet à Luang Prabang en 1918. Son dossier personnel permet de mettre en relief des tensions entre l’administrateur et la monarchie laotienne à la suite d’une affaire de dégradation d’une fontaine publique. Deux individus sont condamnés à trois mois de prison sans que l’intervention d’un prince, envoyé par le roi, ne permette de changer le jugement. Le monarque laotien s’adresse ensuite au résident supérieur du Laos. Cet enchevêtrement d’acteurs est, dans certain cas, renforcé par l’intervention d’intermédiaires vietnamiens de la royauté laotienne.

 Enfin, l’intervention de Raphaël Gallien (Paris 7) a pour objectif de « (re)penser l’ordre colonial à partir de ses marges » à travers les « itinéraires pour une histoire de la folie à Madagascar (1900-1960) ». Il revient d’abord sur les réticences auxquelles il a dû faire face au début de sa recherche, jugée impossible. Or, il est tout de même parvenu à retracer l’histoire d’un asile construit sur les hauts plateaux malgaches. Le choix du lieu n’est pas innocent et les colons ont conscience de bâtir l’établissement sur un lieu sacré, la colline portant le nom de « colline de l’origine ». Or, l’asile apparaît peu dans les archives. Lieu fermé en apparence inaccessible, dont la direction se perpétue de père en fils sur trois générations, l’asile est esquissé en espace de contrôle sanitaire et politique qu’il s’agit de contourner pour en faire l’histoire. Cela permet de mettre l’accent sur la dimension politique du projet et des archives qui y sont associées.      

Table ronde 2 – Conjuguer les archives coloniales au présent : place et rôle dans les sociétés contemporaines

La seconde table ronde, modérée par Élise Abassade et Vincent Bollenot, tend à faire émerger les enjeux ultra-contemporains associés aux archives coloniales. Flora Losch (EHESS, centre Alexandre-Koyré) travaille en effet sur les sources audiovisuelles de l’Afrique coloniale, plus particulièrement en AOF, ainsi que sur les archives post-coloniales. Elle met dès lors l’accent sur la question de la sémantique et du lexique avant de souligner les enjeux économiques et politiques autour des images en mouvement des anciens territoires coloniaux. Les recherches de Badroudine Abdou Nouhou (Université de la Réunion, OSOI) se concentrent, quant à elles, sur les chansons populaires des Comores à l’importante dimension politique, anticolonialiste et mémorielle. La discussion permet d’engager une réflexion sur les usages éducatifs et publics des archives audiovisuelles des mondes coloniaux, qui exige un important travail critique. Dans ce cadre, la collaboration entre historiens et archivistes est mise en avant tout en prenant compte de problématiques techniques.

Cette double-journée d’études se termine par la conclusion générale d’Isabelle Grangaud (LaDéHiS, CNRS). Ses travaux sur l’empire ottoman à la période moderne l’ont amenée à réfléchir à la documentation archivistique, qui était a priori pauvre en informations. D’où une question : comment lire les sources ? Et que faire de ces sources ? La première journée a permis de souligner que le contenu informatif de l’archive n’allait pas de soi. Sa production et sa mise à disposition des usagers sont liées à la mise en œuvre d’un intérêt scientifique. Ainsi, les fonds d’archives dépassent la simple idée d’un dépôt et mobilisent des catégories. En France, l’archive coloniale prend également sens au moment des décolonisations et de la réception de fonds en France. Elle participe à définir ce qu’est – et ce qu’a été – la souveraineté française. Il paraît dès lors nécessaire d’historiciser la constitution des archives : quels classements ? Et peut-on s’arrête au moment d’archivage ?

La deuxième journée a davantage mis l’accent sur les documents : les archives sont ce à quoi les historiens – et tout autre usager – ont à faire. Les communications ont ainsi élargi la perspective en plaçant les archives dans des configurations documentaires ou des conditions de production plus larges. C’est un environnement complexe qui en ressort. Il ne faut alors pas oublier l’histoire sociale de ces documents. Enfin, la question de la sélection des sources mais aussi de leurs silences et de leurs manques a été posée. La question de la lecture des sources est présentée comme primordiale. Certes, les archives ne sont plus traitées comme le reflet de la réalité, mais elles ne le sont toujours pas comme une action, comme le résultat d’une sollicitation.

Isabelle Grangaud conclut donc sur la nécessité de s’interroger sur ce que fabriquent les archives.

Le GROC travaille actuellement à la publication des Actes du colloque : à suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.