Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (1)

 

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages. Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Jeudi 27 juin 2019

Lancement de la double journée d’études le jeudi 27 juin.

Panel 1 – Quelles pratiques archivistiques en contexte colonial ?

Le premier panel, présidé par Isabelle Merle (CNRS, CREDO), s’ouvre sur la communication de Charly Jollivet (CNRS, TEMOS), intitulée « Construire l’histoire des archives pour mieux contextualiser les archives coloniales de Madagascar et des Comores ». Charly Jollivet présente le service des archives de Madagascar, créé par les autorités coloniales françaises en 1914 à Tananarive. Aucun archiviste de métier n’est alors rattaché à cette structure : les responsables cumulent plusieurs charges tout en étant assistés de collaborateurs malgaches. Les archives sont versées de l’échelon local à l’échelon régional, voire national, à échéances régulières. Il faut attendre 1931 pour qu’une réflexion sur la consultation et la publication des documents ainsi conservés voit le jour. Malgré son caractère centralisateur, le service des archives demeure fragile jusqu’à l’indépendance. Or, à la fin des années 1950, la France décide un transfert massif de toute archive représentant « un intérêt historique, militaire, politique ou patrimonial pour la République ». Dans un premier temps, ces déplacements sont organisés avec méthode puis effectués en catastrophe devant l’imminence politique des indépendances. La localisation des documents afférents en est rendue d’autant plus difficile aujourd’hui. Charly Jollivet précise alors que le contenu de ces derniers transferts serait arrivé aux ANOM et qu’aucun accord entre la France et Madagascar n’existe en termes de collaboration archivistique.

La communication de Fabienne Chamelot (University of Portsmouth) permet ensuite d’élargir ces réflexions sur la constitution des fonds d’archives à deux autres territoires coloniaux, l’Indochine et l’Afrique Occidentale Française (AOF). Elle met l’accent sur le contexte politique et culturel de constitution des fonds archivistiques, à travers des services d’archives qui sont intégrés à l’administration coloniale. En effet, la Direction des archives et bibliothèques d’Indochine (DABI) est créée en 1917, ayant à sa tête le chartiste Paul Boudet. Ce service travaille à l’échelle du territoire de l’Union indochinoise en son entier, participant notamment à la diffusion de la production littéraire, comme le souligne la mise en place de bibliobus. En AOF, le service des archives est créé en 1911 mais jusqu’en 1951, le classement des archives reste chaotique. Jacques Charpy, de formation chartiste, s’attache alors à classer les documents regroupés. Fabienne Chamelot compare alors les deux situations, en insistant sur un caractère plus centralisateur en Indochine.

Enfin, Marie Bossaert (ÉFR, CETOBAC) conclut ce premier panel avec sa communication « Les Archives à la mer ! La réorganisation de l’ « Archivio turco » de Tripoli par les autorités coloniales italiennes (1911-1913) ». La conservation des papiers et documents n’allant pas de soi et les archives conservées se caractérisant par leur éparpillement, dans la foulée de la conquête, les militaires italiens commencent à jeter à la mer les archives ottomanes. Ce n’est qu’une fois la destruction arrêtée par suite des protestations de militaires orientalistes que les archives sont finalement stockées et classées et une institution mise en place pour les gérer : le bureau des traductions, rattaché à un bureau militaire. La question de la continuité archivistique entre les périodes coloniales ottomanes et italiennes se pose ici dans une situation singulière. La gestion des archives mobilise des acteurs italiens et ottomans, généralement enracinés localement à Tripoli ou dans sa région. Cela leur permet de naviguer plus facilement entre les deux systèmes.

Table ronde 1 – Conservation et accessibilité des archives coloniales : quels enjeux institutionnels ?

Modérée par Quentin Gasteuil (ENS Paris Saclay, ISP et Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université) et Julie Marquet (CIEAS, EHESS et CHAC, Paris 1), la première table ronde avait pour objectif de prolonger les réflexions sur les spécificités éventuelles des archives coloniales, au prisme des logiques institutionnelles et politiques dans lesquelles elles sont prises, à travers l’expérience de Margo Stemmelin (Paris 8, IDHED) et Éric Lechevallier (CADN). Margo Stemmelin présente d’abord le travail qu’elle mène, avec d’autres chercheuses et chercheurs, sur le fonds privé René Basset, savant qui a développé un réseau d’orientalistes en Afrique du Nord et à l’international. Son imposante correspondance – jusqu’à 200 lettres reçues par mois – est conservée à l’EHESS. Elle mêle courriers professionnels et personnels et est profondément liée à l’histoire familiale des Basset, véritable dynastie d’orientalistes. Éric Lechevallier est, quant à lui, archiviste et travaille sur la période postérieure aux décolonisations, notamment en Algérie. Il souligne la dispersion des fonds qui conduit à une question nécessaire : à qui servent les documents ? S’ensuivent des interrogations sur le passage des documents aux fonds et sur la constitution de ces derniers. Éric Lechevallier souligne l’idéal d’obtenir les archives telles qu’elles ont été produites et organisées mais insiste sur la nécessité de conserver une trace des évolutions qui ont touché les fonds et les documents qui les composent. Margo Stemmelin précise, en outre, que René Basset avait classé ses courriers et documents, chronologiquement et typologiquement, afin de pouvoir les utiliser facilement et avec la conscience et la volonté de les constituer en archives.

Cette première table ronde se clôt sur des réflexions sur le caractère « colonial » de l’archive et sur la cohérence de cette catégorisation. Éric Lechevallier indique notamment que dans un souci de classement, les archivistes utilisent cette caractérisation lorsque le producteur de fond est un acteur, personnel ou institutionnel, de la colonisation et précise que ce critère, simple en apparence, pose de nombreuses difficultés dans la pratique. Mais quid de cette catégorie dans une acception historienne ? Une archive ne peut se réduire à sa seule dimension coloniale et dépend alors, comme toute archive, des utilisations faites et des questions posées par l’historien ou l’historienne qui la manipule.

 

À suivre…


1 réflexion sur « Compte-rendu – Journée d’études “(Dé)construire les “archives coloniales”” (1) »

  1. Ping : Compte-rendu – Journée d’études : (Dé)construire les “archives coloniales” | Mémoires d'Indochine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.