Qui est le Groc (6) ?

Nous continuons notre introduction des membres du GROC avec Adélaïde Marine-Gougeon et Antonin Plarier.

Le pays est toujours confiné, les pâtes au menu, les postes rares, la déprime grande, les injonctions contradictoires, le thé sucré et il y a des hamsters dans Animal Crossing: New Horizons.

Je suis toujours à la recherche de nouveaux volontaires pour les portraits du mois d’avril.

Bureau d’une doctorante confinée

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Marine-Gougeon Adélaïde

Twitter :

Website :

Courriel : adelaide.marine.gougeon@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurClasses préparatoires (hypokhâgne et khâgne), puis licence d’histoire à Paris-IV ; Master recherche en histoire ; agrégation d’histoire ; préparation d’un doctorat (contrat doctoral)

Université et unité de recherche de rattachement : Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle, et CIRESC (Centre international de recherche sur les (post)esclavages), sous la co-direction de Jacques-Olivier Boudon et Myriam Cottias

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Je m’intéresse à l’histoire des propriétaires d’esclaves en Martinique au XIXe, que je désigne par le terme de Blancs créoles (aujourd’hui plus connus sous le vocable de Békés). Mais je m’inscris plus généralement dans une histoire plus vaste de l’esclavage et de l’empire colonial français.

Titre de ta recherche doctorale : Circulations, réseaux et identité des Blancs créoles de la Martinique au XIXe siècle, entre transnationalisme et affirmation nationaliste

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : Ha, grande question. 2022 ?

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Je dois avouer que mes origines antillaises y sont pour beaucoup dans le choix d’étudier le fait colonial et l’histoire de l’esclavage en particulier. La thématique de la race est particulièrement présente dans la société antillaise tout comme dans mon histoire personnelle, et m’a poussée aussi vers l’étude de ces thématiques. L’autre facteur déclencheur fut le grand mouvement de grève générale en Guadeloupe et en Martinique en 2009, qui a remis au-devant de la scène les inégalités nées de la colonisation et de l’esclavage. On peut également évoquer le fameux reportage de Canal + en 2008 sur les Békés en Martinique, qui montre bien le poids de cette catégorie de la population dans la société martiniquaise actuelle. Tous ces questionnements étaient déjà au cœur de mon sujet de master sur les colons martiniquais face à l’abolition de l’esclavage, sous la Deuxième République.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je m’intéresse à des familles blanches créoles de la Martinique au XIXe siècle sous l’angle de leurs circulations dans les espaces atlantiques, caribéens et américains, voire au-delà. Le questionnement principal est de s’interroger sur le devenir de ces familles au moment où les îles à sucre perdent de leur centralité dans l’empire colonial français, et où elles sont confrontées à d’importants bouleversements (abolition de l’esclavage, crise sucrière…). L’idée est de s’interroger surtout sur leurs relations et leurs mobilités en-dehors de la Martinique et leur capacité à utiliser des réseaux les reliant soit à la métropole, soit à d’autres territoires caribéens ou américains, ou d’autres territoires de l’empire colonial français dans lesquels elles se déploient, que ce soit pour faire face à ces diverses crises ou non.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Le cœur de mon travail demeure l’étude de la société blanche créole de la Martinique, car il n’existe quasiment aucune étude historique sur cette catégorie de la population coloniale. Mes recherches pour le mémoire étaient essentiellement consacrées à l’histoire politique de cette population pendant la Deuxième République (1848-1851) via l’action politique et le réseau d’Auguste Pécoul, représentant de la Martinique de 1849 à 1851.

Pour mes recherches doctorales, je maintiens le groupe des Blancs créoles comme sujet d’étude tout en élargissant la focale en mettant l’accent sur leurs mobilités et circulations dans des espaces bien plus vastes que la Martinique. L’enjeu est véritablement de les saisir à une autre échelle que celle de la colonie qu’est la Martinique, c’est-à-dire celle de l’empire colonial français tout comme l’espace caribéen-américain. A mon sens, la pertinence de mon sujet réside dans l’étude de ce groupe en tant qu’acteurs parmi les plus anciens du colonialisme français, à un moment de mutations profondes de ces territoires colonisés. Il me semble également nécessaire de les replacer en tant qu’acteurs du colonialisme français dans le cadre d’un espace proprement américain et caribéen. L’idée est donc d’écrire une histoire impériale à partir d’acteurs coloniaux assez originaux.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

Si je me suis intéressée dès le master à l’histoire coloniale, le programme d’agrégation sur les Sociétés coloniales (en plus du thème précédent sur le Monde britannique) a constitué pour moi une opportunité formidable de me familiariser avec d’autres terrains coloniaux et surtout à l’historiographie. C’est à ce moment que j’ai vraiment appris à réfléchir sur les grandes notions que nous sommes amené.e.s à manipuler dans nos travaux sur les terrains coloniaux.

Si je devais citer une lecture éclairante pour ce sujet, ce serait le remarquable ouvrage d’Emmanuelle Saada sur les Métis de la colonie, où par une approche par le droit, elle fait émerger la situation coloniale de l’Indochine et le « problème » du métissage, à la fois proche et très différent de ce qu’on peut étudier dans les Antilles françaises.

Il y a bien un ouvrage dans lequel j’ai puisé l’essentiel de ma réflexion pour élaborer mon projet de thèse : il s’agit de l’introduction traduite en français de Tensions of empire, éditée par les éditions Payot sous le titre « Repenser le colonialisme », d’Ann Laura Stoler et Frederick Cooper, que l’on ne présente plus. J’y ai trouvé un véritable recueil de problématiques, et un encouragement à entreprendre une thèse sur la thématique que j’avais choisie avec mes directeur et directrice.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Je constate assez souvent une profonde méconnaissance de l’histoire des Antilles françaises parmi de nombreux collègues historiens et professeurs d’histoire. L’adoration générale d’Aimé Césaire masque véritablement, selon moi, une ignorance de l’histoire de l’esclavage dans les territoires français. Je recommande donc chaudement deux ouvrages littéraires qui en disent beaucoup sur la société antillaise : d’abord, la Rue Cases-nègres, de Joseph Zobel, mais aussi le chef d’œuvre Texaco de Patrick Chamoiseau (les géographes adorent ce livre, il n’y a pas de raisons que les historiens ne s’y mettent pas aussi). Je recommande aussi l’adaptation par la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy (quasi inconnue en France) de Rue Cases-nègres, très bonne entrée en matière sur la société martiniquaise.

En arts plastiques, j’ai eu un vrai coup de cœur dernièrement pour les œuvres de Yinka Shonibare Rahman, qui utilise des tissus en wax, que tout le monde associe au continent africain, pour confectionner des vêtements à la mode européenne du XVIIIe siècle. C’est une belle façon de rendre visible la place du continent africain dans l’histoire de l’Europe, ou en tout cas une belle façon d’interroger les rapports entre les deux continents et leur histoire partagée. On peut voir beaucoup de ses œuvres dans le numéro d’août-septembre 2019 de Manière de voir du Monde diplomatique sur le roman national en débat.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

J’ai enseigné quatre ans en lycée, mais je n’ai eu l’occasion de n’enseigner qu’une fois cette question en classe de première. Mes souvenirs de la question de concours étant encore frais, je me suis attachée à déconstruire la dichotomie traditionnelle entre colonisateur/colonisé, mais aussi à tenter de faire comprendre le fait colonial dans sa globalité comme processus de domination.

Je pense qu’il y a tout de même une spécificité de l’enseignement de la colonisation en France : à mon sens, cela entre dans le cadre des « questions sensibles » dans la mesure où cela touche l’histoire personnelle de nombre de nos élèves. Cela mobilise aussi la question de la race, que l’on est souvent frileux à aborder frontalement en France.

Ce thème pousse aussi à questionner l’idéologie républicaine de la fin du XIXe-début XXe, qui demeure au cœur de notre système politique actuel. Bref, c’est un enseignement éminemment politique et politiquement délicat. Tout l’enjeu est de faire en sorte que l’ensemble de nos collègues soient armés pour affronter les questions des élèves, mais aussi de déconstruire les préjugés de tout type de nos élèves sur cette question complexe.

J’ai aussi particulièrement apprécié enseigner les mémoires de la guerre d’Algérie en terminale. Je dois avouer que remettre en cause certains présupposés de jeunes gens d’origine algérienne sur leur propre histoire était assez savoureux (du style :  « Quoi ? Vous ne connaissez pas Messali Hadj ? Et le massacre de Melouza, 1957 ? Non plus ? Et la guerre civile algérienne pendant la guerre d’indépendance algérienne, ça ne vous dit rien ? Heureusement que je suis là alors… »)

Avec une collègue, nous avons fait venir deux années de suite une association d’anciens appelés pour venir témoigner de la réalité de la guerre et de leur rejet des atrocités commises par l’armée française. C’était passionnant de confronter des témoins de l’histoire à nos élèves qui sont presque tous concernés par cette histoire de par leur histoire familiale.

Je n’ai en revanche jamais eu l’occasion d’enseigner ces questions dans le supérieur. J’espère que cela viendra un jour !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Outre la mobilisation des témoins quand cela est possible, j’ai utilisé surtout des textes, en particulier des sources d’acteurs de la colonisation (j’adore le texte de Gallieni sur l’impôt comme carburant du travail indigène ; ça marche plutôt bien). J’utilise aussi Amadou Hampâté Ba, parfait pour l’étude en détail de la société coloniale, et aussi parce qu’il est important de mettre en avant des auteurs non-européens dans nos sources. Et puis, chauvinisme oblige, quelques extraits de Césaire et Fanon, on ne se refait pas !

Comme j’ai à cœur d’amener mes élèves au musée, j’ai conçu une visite du Palais de la Porte Dorée afin de leur faire étudier la propagande coloniale directement « sur le motif ». On peut intégrer tous les espaces de l’empire français, la propagande comme la contre-propagande, l’imprégnation mutuelle du colonialisme sur la métropole et ses colonies, c’est extrêmement riche !

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

J’apprécie l’action du GROC en tant qu’espace de discussions et d’échanges entre doctorants et jeunes chercheurs, en tant que tel c’est déjà très précieux. Ça permet aussi de se tenir au courant de se qui se passe en-dehors de son terrain de recherche, car je suis assez sensible au problème de l’hyper-spécialisation de la recherche aujourd’hui. Il me semble important de toujours garder une vision suffisamment large de sa propre spécialité.

D’autres membres ont évoqué avant moi l’importance des dossiers pédagogiques, de l’organisation de conférences en direction du grand public, je souscris complètement à ces propositions.

Je trouve également que l’idée d’organiser des journées d’étude est excellente et qu’il faut continuer en ce sens.

David Leconte parlait d’une base de données sur les administrateurs coloniaux : je souscris totalement à cette initiative salutaire et absolument indispensable. Je pense que ce serait un outil de travail absolument merveilleux pour nous-mêmes, pour de nombreux chercheurs, et aussi un excellent outil pédagogique.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

J’ai connu le GROC par deux membres différents : David Leconte d’une part, que je ne remercierai jamais assez pour avoir organisé ma découverte courte et intense de la Guyane (enfin d’une toute petite partie), et Quentin Gasteuil d’autre part, qui m’a invitée à rejoindre le groupe.

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

La poursuite des rencontres et ateliers. Je regrette cependant que les sujets des journées d’étude choisis laissent souvent peu de place aux thématiques que j’étudie.

Le regret que je pourrais formuler est que les spécialistes du XXe siècle sont très largement majoritaires parmi les membres actifs, alors que les thèmes abordés par l’ensemble des membres sont bien plus divers. De ce fait, il est parfois difficile de s’y retrouver dans les initiatives proposées quand on n’est pas vingtiémiste.

Je n’ai pas trop d’idées sur la façon de procéder, mais je pense qu’il faudrait entamer un dialogue plus grand entre nous sur nos terrains et thématiques, nos périodes aussi, et aider à une plus grande cohésion entre l’ensemble des membres, afin que personne ne se sente exclu. Finalement, le GROC pourrait être un laboratoire idéal pour construire une réflexion globale sur le phénomène colonial du XVIIe (voire avant) au XXe siècle, ce qu’il n’est pas suffisamment aujourd’hui.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Il faudrait finir la thèse, déjà. Ensuite, j’entreprendrais bien un projet de recherche sur les Blancs créoles de la Martinique et la concentration du pouvoir dans la colonie depuis le XVIIe siècle. Et puis une étude comparée avec d’autres territoires de la Caraïbe, notamment britannique et hispanique, ce serait tellement bien. Ah et puis il faudrait étudier la population des Libres de couleur aussi. Bon, j’ai du pain sur la planche !

Bureau d’un doctorant avant le Confinement

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Plarier Antonin

Twitter :

Website : https://univ-amu.academia.edu/AntoninPLARIER

Courriel : antonin.plarier@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieurLicence Sciences-Po. Master d’histoire moderne et contemporaine à l’ENS Lyon. Puis doctorat à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Université et unité de recherche de rattachement : IREMAM, Aix-Marseille Université

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire sociale, environnementale et histoire des mondes coloniaux

Titre de ta recherche doctorale : Le Banditisme rural en Algérie à la période coloniale (1871 – années 1920)

Année du début de ta recherche doctorale : 2012

Date de soutenance de la thèse : 6 juin 2019

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

Un peu par hasard… Au cours de mon année à l’UQAM, plusieurs rencontres marquantes m’ont amené à m’intéresser à l’Algérie, la guerre d’indépendance et la décennie noire. J’ai décidé d’approfondir cette thématique en choisissant un cours sur l’histoire de l’Afrique contemporaine. Comme beaucoup d’enseignements sur cette aire géographique, l’Afrique ne comprend pas vraiment le Maghreb mais pour l’évaluation, on pouvait choisir la recension du bouquin qu’on souhaitait. J’avais proposé Les Crimes de l’Armée française recueil de textes publiés par Pierre Vidal-Naquet au cœur de la guerre d’Algérie. Ouvrage très marquant. J’avais été frappé par l’existence des camps de regroupement via la lecture du rapport Rocard qui figurait dans le recueil. Au moment de formuler une candidature à l’ENS Lyon, j’avais proposé de travailler sur ce sujet et je suis entré dans l’histoire du fait colonial comme ça.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Le banditisme rural. L’idée est venue de la lecture combinée d’Eric Hobsbawm, Les Bandits, et d’une pièce d’archive issue du fond Lenoir, préfet de police à Batna en 1954. Il y justifie les regroupements de populations par la présence de bandits d’honneur dans l’ALN. Je voulais savoir comment ces bandits exprimaient une contestation politique.

Par la suite, la plongée dans les archives m’a amené à m’intéresser de plus près à des conflits de plus basse intensité, « des résistances à bas bruit » et tout particulièrement celles liées aux usages, à la restriction des communs sous la pression de l’administration forestière et celle de la colonisation foncière… En quoi le banditisme révèle-t-il ces tensions à l’œuvre dans la société rurale ?

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Oui, un peu. D’une part, je n’étudie plus la même période. Je suis passé de la guerre d’indépendance (1954 – 1962) au cœur de la période coloniale (1871 – années 1920). D’autre part, mon angle d’approche s’est modifié. En Master, j’étudiais l’administration des camps de regroupement et je proposais une histoire des premières sections administratives spécialisés (SAS) qui ont été les piliers de l’armée française dans la gestion de ces camps. Mes sources, comme le temps dont je disposais dans le cadre d’un Master, ne m’ont pas permis de proposer autre chose qu’une histoire des pratiques administratives. Les Algériens et Algériennes regroupé.es n’étaient pas au cœur de ma démarche. Aujourd’hui, je suis plus fondamentalement dans une histoire par en bas qui a tentée, autant que faire se peut, de s’intéresser aux bandits eux-mêmes ou du moins à la relation existante entre les bandits, leur environnement et l’Etat. La démarche, notamment le rapport aux sources, n’est plus la même.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

J’ai déjà évoqué Hobsbawm plus haut… Je dirai qu’après Hobsbawm, c’est Thompson qui m’a aidé à élargir la focale en m’amenant à considérer de plus près les conflits forestiers. Whigs and Hunters traduit et publié en partie en français sous le titre La Guerre des forêts, a été un ouvrage important pour moi, notamment la présentation qu’en fait Philippe Minard. Ce qui se joue dans les forêts en termes d’usages, d’interdictions, de conflits y est décrit avec beaucoup d’attention et une capacité d’empathie avec les acteurs qui m’a beaucoup servi pour interroger mes archives. Toute la partie de ma thèse portant sur la genèse forestière du banditisme rural lui est redevable.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Oula ! Beaucoup ! Et en ces temps de coronavirus, c’est d’ailleurs une excellente question ! De nos frères blessés de Joseph Andras m’a beaucoup ému. L’histoire de Fernand et Hélène Iveton de leur rencontre à l’exécution de Fernand accusé pour le plastiquage raté d’une usine de l’Oranais. Je l’ai beaucoup prêté. La Grande Maison de Mohammed Dib peut être un très bon roman pour appréhender avec sensibilité ce que peut être une situation coloniale. Enfin, même si d’autres l’ont cité avant moi, je citerai L’art de perdre d’Alice Zeniter. Le titre est déjà tout un programme. Plus généralement, ça m’amène à interroger sur les liens entre histoire et littérature. Il existe une force dans ces ouvrages littéraires qu’on ne retrouve pas dans les nôtres. C’est normal et il n’y a pas lieu de s’en lamenter mais dans notre façon de transmettre des connaissances, ou dans notre façon d’enseigner, la littérature peut être un bon allié. On ne le fait pas beaucoup et je trouve ça un peu dommage. Bien sûr, ça pose le problème du rapport à la source, ce qui pour nous est central et ne l’est pas de la même façon chez des écrivain.e.s. Mais bon, sauf à ne former que des historien.nes, ce problème ne m’en paraît pas vraiment un.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Oui, jamais au cours d’un semestre complet mais au cours de certaines séances qui abordaient par exemple la dimension coloniale de la France sous la IIIe République. Un peu au lycée également où cela fait partie des programmes de Seconde (via la mise en place des empires espagnol et portugais), Première (IIIe République coloniale) et Terminale (décolonisation).

Je ne vois pas de différences fondamentales avec d’autres sujets si ce n’est que sur celui-ci, les élèves ou les étudiants peuvent avoir un avis, des témoignages et une histoire à raconter. A mon sens, ça rend le cours plus vivant et plus agréable à assurer. Tous les sujets ne suscitent pas le même intérêt et nous avons de la chance que notre thématique amène parfois plus de débats que d’autres. Je ne dirai pas qu’il s’agit d’une spécificité en revanche car l’histoire du fait colonial n’est pas la seule histoire à susciter des réactions ou des avis. Et heureusement !

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Vaste question… Tout dépend des sujets et des publics. Pour les lycées, j’ai trouvé le documentaire Décolonisations (Arte) bien fait, même s’il a pu soulever quelques débats. Idem, sur la même chaîne, Les traces de l’esclavage m’a servi lors de mes cours de Seconde cette année.

Par ailleurs, comme je le disais plus haut, je réfléchis à comment intégrer des œuvres issues de la littérature. Pas évident au lycée, ou alors en lien avec les collègues de français, peut-être plus facile à l’université mais ça demande sans doute de la méthode. Julie Marquet voulait partir d’Un Océan de Pavot d’Amitav Ghosh pour préparer un cours sur les sociétés coloniales. Ça me paraît très stimulant comme démarche.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Je crois qu’en proposant une première journée d’étude (Dé)construire les « archives coloniales » et en ayant une voire deux autres journées dans le viseur en ce moment, on contribue modestement mais réellement à dynamiser notre champ d’étude. Je n’assiste pas aux réunions régulières à Paris faute de temps mais je suis convaincu qu’elles ont été et qu’elles sont utiles pour leurs participants.

Le fait que cette initiative soit partie de doctorant.es y est sans doute pour beaucoup, ça a amené d’autres références, d’autres façons de se poser des problèmes.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

D’abord par mails, puis mon acolyte Thierry Guillopé m’a dit combien ce groupe, en plus de révolutionner l’historiographie du fait colonial, était fort sympathique ! J’ai vraiment connu le GROC en rejoignant la colloque du GROC au congrès de la FCHS à Montréal en juin 2019. Et je confirme ces deux jugements !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Comme d’autres l’ont dit, le fait que le GROC n’ait pas véritablement d’existence institutionnelle le préserve des rapports de concurrence et de compétition qui sont omniprésents dans la recherche et que la future (et conditionnelle) LPPR ne prévoit pas d’arranger… Du coup, le GROC est un peu un safe space où l’on peut présenter ses recherches, ses questionnements de méthode, ses interrogations historiographiques sans craindre des relations de pouvoir inhibantes voire excluantes.
Pour moi, c’est ce qui fait la force et l’intérêt du GROC et qu’il faut veiller à maintenir pour l’avenir car ce type de
safe spaces sont aussi nécessairement précaires.

Par ailleurs, je ne sais pas si je devrais le dire mais le GROC contribue en partie à pallier les carences de certaines directions de thèse. Ça n’a pas été mon cas car Sylvie Thénault a toujours été très présente toute au long de ma thèse et je ne crois pas avoir déjà envoyé un mail qui soit resté sans réponse en moins de 24h. Réponses toujours développées et pertinentes d’ailleurs, qu’il s’agisse de questions d’histoire ou des aspects administratifs de la thèse. Mais j’ai constaté que nous n’étions pas tous logés à la même enseigne sur ce terrain et qu’en cas de déficit d’encadrement, de fait, le GROC pouvait proposer une entraide intéressante. Évidemment, je ne dis pas ça pour que les directions défaillantes continuent à ignorer ou du moins sous-encadrer leurs doctorant.es !

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Sincèrement, le projet que nous avons présenté avec Thierry Guillopé lors des dernières journées d’étude du GROC/ANOM me motive beaucoup. Il s’agirait de faire l’histoire d’une mine de l’est algérien qui connut un boom exceptionnel au début des années 1860 et joua un rôle central dans le développement de l’empire économique du magnat Paulin Talabot. On a la conviction que ce lieu constitue un formidable observatoire du XIXe siècle (transformations environnementales, existence de différentes formes de travail contraints, situation coloniale voire impériale, migrations de travail ou encore mise en œuvre de nouveaux outils du capitalisme financier). Bref, c’est un bon spot pour écrire une histoire du XIXe siècle. On ne manque pas d’inspiration pour trouver des sources et envisager des scénarios d’écriture mais on manque de temps et de financement pour pouvoir défricher toutes ces pistes. Thierry a sa thèse à écrire et de mon côté, la découverte du secondaire cette année m’a laissé peu de répit…

Travaux à poursuivre !


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.