Qui est le GROC (1) ?

Ce post a pour objectif d’initier la publication de questionnaires individuels. Inspiré par le « AHA Member Spotlight« , ces questionnaires doivent permettre de présenter des membres du GROC et montrer qui sont ceux et celles qui étudient aujourd’hui le fait colonial en France et ailleurs. J’espère pouvoir présenter deux membres à un rythme bimensuel. 

Les deux premiers membres présentés sont Sara Legrandjacques et David Leconte (moi-même).

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Legrandjacques Sara

Twitter : @sara_lgj

Website : etudiants.hypotheses.org

Courriel : sara.legrandjacques@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Après deux années de prépa littéraire et une L3 d’histoire, j’ai d’abord fait un Master de Géopolitique – à l’Université de Reims Champagne-Ardenne puis à Paris 8 – avant de passer les concours de l’enseignement et de faire un deuxième Master d’histoire cette fois… afin d’enchaîner avec le doctorat.

Université et unité de recherche de rattachement : Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC) de Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR Sirice

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire coloniale et impériale ; histoire des migrations ; histoire globale ; histoire de l’éducation (et en particulier, les « global higher education studies ») ; histoire du genre ; histoire intellectuelle…

Titre de ta recherche doctorale : Les mobilités étudiantes en Asie coloniale, années 1850-1945. Étude croisée de l’Inde britannique et de l’Indochine française

Année du début de ta recherche doctorale : 2015

Date de soutenance de la thèse : 2e semestre 2020 (on y croit !)

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’ai préparé le concours de l’agrégation d’histoire alors que les sociétés coloniales étaient au programme de contemporaine et ça a été une révélation… Jusque-là, je n’avais que touché du doigt ces questions dans mon parcours. Pendant l’année d’agrégation, j’ai notamment lu l’ouvrage de Pascale Barthélémy, Africaines et Diplômées, et son approche mêlant histoire sociale, histoire coloniale et histoire de l’éducation m’a fascinée.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

Je travaille sur les mobilités liées à l’enseignement supérieur et technique et plus particulièrement, sur les migrations estudiantines, à toutes les échelles – du local à l’international, en passant par l’impérial et le régional. Il s’agit de déterminer comment ces mobilités ont participé au développement de l’enseignement supérieur et technique dit colonial afin de dépasser une approche purement institutionnelle de celui-ci. De cette manière, je cherche à décloisonner cet enseignement et à valider – ou pas – sa spécificité coloniale.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Mon premier Master portait sur la géopolitique du Caucase du Sud et, plus particulièrement, sur les frontières au sein de cette région entre Europe et Asie : j’ai travaillé sur la frontière turco-arménienne en première année puis la frontière arméno-géorgienne en Master 2. Quand j’ai commencé ce Master, je cherchais à m’éloigner de la discipline historique et j’avais été attirée par la dimension interdisciplinaire de la méthode en géopolitique… Et j’ai changé d’avis ! Mes intérêts sont revenus à l’histoire avant tout, avec le travail sur les archives qui m’attirait beaucoup. Cependant, si je devais trouver un point commun à ces différentes étapes dans mon cursus, c’est une volonté de découverte de territoires qui m’étaient (presque) inconnus avant de les étudier : le Caucase puis l’Asie du Sud et du Sud-Est ensuite. Je suis toujours partie du principe que la recherche devait m’ouvrir de nouveaux horizons !

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

J’ai déjà mentionné l’ouvrage de Pascale Barthélémy, Africaines et Diplômées à l’époque coloniale (1918-1957). Je me rappelle avoir été fascinée par les sources épistolaires et orales qu’elle a mobilisées dans son travail. Cependant, je n’utilise pas d’histoire orale dans mon travail actuel donc c’est peut-être un peu fort de parler d’ « inspiration » – en tout cas pour le moment.

Plus tard, j’ai découvert Empire of Scholars de Tamson Pietsch et son approche globale de l’enseignement et le croisement de sources qu’elle opère, mêlant trajectoires personnelles et lignes plus générales m’a beaucoup guidé – et me guide encore – dans mon approche des mobilités étudiantes en Asie coloniale.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

Un film : Battleship Island, un film coréen sorti il y a quelques années et qui a le mérite de mettre en lumière un pan de l’histoire coloniale – la domination japonaise en Corée – souvent mal connu.

Deux livres : le déjà bien connu Cannibale de Didier Daeninckx et Partition silencieuse d’Ea Sola qui suit une famille vietnamienne au milieu du xxe siècle.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Oui : j’ai enseigné un cours intitulé « Empires, nations et citoyenneté » en 2018-2019 aux étudiants de deuxième année de Sciences Po et en 2019-2020, j’enseigne les « Mondes coloniaux » à des étudiants (non-historiens) en Magistère Relations internationales et Action à l’étranger à Paris 1.

Dans ces cours, je suis sans cesse en train de questionner la spécificité coloniale en mettant l’accent sur la multiplicité des situations entre et à l’intérieur des empires. Je pense qu’un enjeu – parmi d’autres – est de faire saisir cette diversité aux étudiants qui ont souvent une vision réductrice et caricaturale des empires coloniaux.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Cela n’a rien d’original mais j’aime particulièrement faire travailler les étudiants à partir de documents iconographiques, surtout aux cours des premières séances : les cartoons de la fin du xixe siècle, les affiches de propagande coloniale, etc.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Poursuivre ses activités de diffusion de la recherche et de mise en contact des chercheur.e.s à travers des journées d’études. Je suis notamment convaincue de la nécessité de poursuivre et d’élargir les initiatives déjà impulsées concernant les archives coloniales.

Utiliser un support – ce carnet par exemple – pour offrir des ressources (bibliographiques, iconographiques, filmiques…) sur des thématiques liées à l’histoire du fait (post-) colonial me paraît une piste à creuser également.

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par l’intermédiaire de l’un de ses instigateurs, Vincent Bollenot !

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Rencontrer d’autres jeunes chercheur.e.s, pouvoir échanger avec eux sur nos thématiques de recherches mais aussi sur les difficultés méthodologiques et académiques au sens large. En bref, créer du lien malgré la diversité tant institutionnelle que thématique qui nous caractérise.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

« Idéal », c’est peut-être un grand mot mais j’aimerais lancer un gros projet collectif et international permettant d’écrire une histoire globale des mobilités étudiantes en contexte colonial.

Quelques registres aux Archives nationales de Maurice (2018.07.25, DL)

I. L’essentiel :

Nom et prénom : Leconte David

Twitter : @D9L73

Website :

Courriel : leconte.david.ld@gmail.com

Parcours dans l’enseignement supérieur : Deux années en CPGE B/L au lycée Montaigne (Bordeaux)  ; L3 en histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) ; Deux années de master recherche en histoire à l’EHESS (Paris) ; Deux années de préparation de l’agrégation à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) ; Doctorat à l’université Le Havre-Normandie (Le Havre) et Ecole normale supérieure de Lyon (Lyon)

Université et unité de recherche de rattachement : IDEES-Le Havre, Université Le Havre-Normandie

Thématiques scientifiques suscitant ton intérêt : Histoire des migrations ; Histoire du fait colonial ; Histoire de l’État ; Histoire des bureaucraties impériales ; Histoire transnationale ; Histoire croisée

Titre de ta recherche doctorale : Administrer les migrations sous contrats à Maurice et à la Réunion entre les années 1830 et 1860

Année du début de ta recherche doctorale : 2017

Date de soutenance de la thèse : Second semestre 2021 (il paraît…)

II. Questions :

1. Comment en es-tu arrivé.e à travailler sur l’histoire du fait colonial et/ou postcolonial ?

J’y suis arrivé par un détour. Intéressé par la vague de travaux socio-historiques sur l’État et les migrations, j’ai été surpris du faible nombre de travaux étudiant les colonies par ce biais. Être issu d’un territoire ayant été une ancienne colonie française, la Guyane, m’a aussi un peu aidé.

2. Quels phénomènes étudies-tu dans ta recherche doctorale et quel est le principal questionnement qui guide cette dernière ?

J’étudie les bureaucrates qui, au sein des empires français et britannique, ont encadré les migrations sous contrat en direction de Maurice et de la Réunion entre les années 1830 et les années 1860. Je m’interroge sur l’élaboration et l’application des règlements étatiques encadrant les migrant.e.s sous contrat et, en particulier, sur le rôle des différents groupes sociaux, dont les élites locales et impériales, dans ces activités.

3. Depuis ta première recherche, en Master, tes intérêts de recherche ont-ils changé ? De quelles manières ?

Entre mes deux recherches je suis passé des colonies françaises d’Amérique (Guadeloupe, Guyane, Martinique) aux colonies des Mascareignes (Maurice et la Réunion). Mais je tente toujours de faire du « Noiriel » aux colonies. Ce qui a le plus changé est l’importance que j’accorde à l’analyse des trajectoires socio-géographiques des bureaucrates et les interactions entre ces derniers et les élites locales et impériales.

4. Est-ce qu’un ouvrage et/ou auteur.rice a inspiré ta recherche doctorale ? Si oui, peux-tu préciser ?

L’œuvre de Gérard Noiriel et les travaux qu’il a inspiré, notamment les thèses d’Alexis Spire (Étranger à la carte, 2005) et de Sylvain Laurens (Une politisation feutrée, 2009) ont beaucoup inspiré mes réflexions initiales et mon désir de comprendre la machinerie étatique et ses machinations.

5. Y a-t-il une œuvre (livre, film, art plastique, etc.) sur le fait colonial et/ou post-colonial que tu conseillerais à tes collègues ?

D’un point de vue historique, le film « Mademoiselle » (Park Chan-wook, 2016) peut être intéressant puisque l’intrigue se déroule dans la Corée colonisée par les Japonais. Toutefois, le film n’appartient pas à ce genre opposant les Coréens nationalistes ou proto-nationalistes aux Japonais colonisateurs et Coréens collaborateurs. La structure narrative est intéressante et le récit nous rappelle que la colonisation ne fit pas qu’opposer les colonisé.e.s aux colonisateur.rice.s.

6. As-tu enseigné l’histoire du fait colonial et/ou post-colonial ? Y a-t-il, selon toi, des spécificités à son enseignement (démarches, questionnements, supports, etc.) ?

Je l’ai enseigné au collège, mais pas encore à l’université. L’une de ses spécificités est la marginalité des mémoires coloniales et post-coloniales dans les débats publics en France.

7. Dans le cadre de l’enseignement du fait colonial et/ou post-colonial, existe-t-il des supports que tu souhaites mettre en avant ?

Je suis très peu expérimenté et il est donc difficile d’avoir un avis tranché. Toutefois, j’ai une certaine appétence pour les compte-rendus de débats d’assemblées qui légifèrent. Ces documents permettent de montrer quelques aspects des négociations qui précèdent l’adoption ou modification d’une norme réglementaire.

8. Selon toi, par ses activités, qu’est-ce que le GROC pourrait réaliser d’utile pour les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’histoire du fait colonial et/ou post-coloniale ?

Des ressources (bibliographies, collections de sources, …). Des collaborations (journées d’études, échanges avec enseignant.e.s du secondaire, etc.).

9. Comment as-tu connu le GROC ?

Par l’intermédiaire d’une ancienne camarade de l’EHESS, Nassima Mekaoui (qu’elle en soit remerciée).

10. Qu’attends-tu de ton appartenance au GROC ?

Un espace de discussions académiques et professionnels qui me fait défait dans mon université de rattachement. Un fonctionnement collectif. Des opportunités pour organiser des projets collectifs.

11. Imaginons que tu aies un financement, du temps libre et des sources adéquats, quel serait ton projet de recherche idéal ?

Un immense travail sur les trajectoires des bureaucrates de l’empire. Un « Maitron de l’Empire » afin de mieux comprendre les réseaux impériaux, les proximités sociales et sociologiques entre bureaucrates et entrepreneurs, mais aussi les logiques propres aux carrières administratives. Une immense base de données et de la comparaison inter-impériale.


Ce contenu a été publié dans Articles par David Leconte. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos David Leconte

Doctorant en histoire à l'université Le Havre - Normandie, co-dirigé par Jean-François Klein (université Le Havre - Normandie) et Philippe Rygiel (ENS de Lyon), rattaché au laboratoire IDEES - Le Havre. État, migration sous contrat, empire. Maurice et La Réunion. Grande-Bretagne et France. Des années 1830 aux années 1860.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.